Essai publié le 15 février 2013

Triumph Tiger Sport - Taillée pour les touristes (très) pressés ! [page 2]

Texte de Patrick Schneuwly / Photo(s) de Alessio Barbanti et Stefano Gadda (Triumph)

Pages

L'un des points forts de Triumph a toujours été le moteur trois-cylindres exceptionnellement généreux. Essorer la poignée devient l'activité favorite d'un conducteur de Tiger Sport, presque un TOC qui vous prend en l'espace d'une journée. Peu importe le rapport dans lequel on se trouve, la reprise suffira toujours à faire un dépassement. Si vous espérez passer dans un trou de souris, tombez d'un rapport et laissez-vous catapulter deux quartiers ou virages plus loin.

Seul inconvénient du moteur 1050 : il n'est mécaniquement pas possible d'y intégrer d'usine un indicateur de rapport engagé. En substance pas très pénalisant, mais lorsqu'il est question d'attaquer sur les petites enfilades, c'est appréciable de savoir si on peut tomber de trois en deux ou si on est sur le point d'engager la première. Tout est question d'habitude, direz-vous !

Depuis le modèle de 2007, il s'est avéré que la Tiger était souvent choisie par des motards de tous les jours qui s'en servaient pour aller de A à B quelque soit la météo. Au quotidien, manoeuvrer le félin est très facile même à basse vitesse. Le large guidon et le généreux angle de braquage vous ouvrira de nombreux passage dans la jungle urbaine.

Seulement, aller travailler avec cette moto n'est pas le bon plan... Vous serez trop tenté de vous éclipser discrètement dès la pause café pour rejoindre des routes si possible sinueuses et désertes de tout trafic. Petit conseil de la maison : depuis la ville de Sitges, remontez à l'intérieur des terres par n'importe quel chemin qui n'est pas l'autoroute. Ce terrain de jeu est simplement idéal pour cette Triumph, et d'autres.

Sur tracé sinueux, le train avant se place comme guidé par un laser et peu importe la vitesse, on peut balancer la machine sur l'angle quasiment sans effort. Les freins, aussi mordants qu'endurants, font également merveille sur ce terrain, autorisant de saisir la poignée en toute circonstance.

L'amortisseur arrière, réglé maintenant plus dur, absorbe tout de même très bien les imperfections de la chaussée. Ce qui permet aussi d'emporter agréablement plus de bagage qu'avant.

A rythme plus soutenu, la Tiger Sport ne perd pas en précision, bien au contraire. Certaines courbes se prennent à des vitesses gravitationelles, bluffant ! Les pneus, des Pirelli Angel ST, encaissent sans broncher le pilotage le plus gras. Si ces pneus venaient à ne pas vous plaire, Triumph précise que les Pilot Road 3, les Z8 et les Roadsmart II conviennent aussi très bien à leur Tigre.

Vous êtes vraiment pressé, ne retenez que ceci :

Un excellent châssis et un merveilleux moteur donnent toujours quelques chose de bon. Sur la Tiger Sport, on trouve en plus une suspension parfaitement adaptée au style de conduite d'une moto Sport Touring. Spécialement revue pour le duo et le voyage, elle s'adresse aussi bien au vieux routard qu'au motard du quotidien s'évadant de chez lui en fin de semaine. Vendu au prix honnête de CHF 15'490.-, ce modèle saura trouver ou retrouver son public. Mais ne vous y trompez pas, si vous cherchez du très sportif ou de la super-routière pour l'autoroute : passez votre chemin ! Si vous débutez dans le monde du deux-roues mais que les roadsters ne vous intéressent pas, elle saura vous convaincre, à coup sûr.

Pour les curieux, voici le déroulement des journées presse.

Patrick

Au final...

On a aimé :
+
Magnifique mono-bras
+
Position naturelle et agréable
+
Le son : elle respire !
On a moins aimé :
-
Look trop sage
-
Pas d'indicateur de rapport engagé
-
Protection au vent assez limitée
AcidTracks 2019 - Organisation de sorties pistes

Suivez AcidMoto.ch !

Au final...

On a aimé :
+
Magnifique mono-bras
+
Position naturelle et agréable
+
Le son : elle respire !
On a moins aimé :
-
Look trop sage
-
Pas d'indicateur de rapport engagé
-
Protection au vent assez limitée

Fiche technique

Véhicule
Marque :
Triumph
Modèle :
Tiger Sport
Année :
2013
Catégorie :
Routière
Kit 25 kW :
Non disponible
Moteur
Type :
3 cylindres en ligne, 12 soupapes, double arbre à cames en tête
Cylindrée :
1050 cm3
Refroidissement :
Liquide
Alimentation :
Injection électronique séquentielle multipoint avec injection d’air secondaire
Performances
Puissance max. :
125 ch à 9400 tr/min
Couple max. :
104 Nm à 4200 tr/min
Transmission
Finale :
Par chaîne à joints en X
Boîte :
6 rapports
Embrayage :
Multidisque à bain d’huile
Partie cycle
Châssis :
Aluminium à deux longerons
Suspension AV :
Fourche inversée Showa de 43mm, avec précharge, détente et compression réglables
Course AV :
140 mm
Suspension AR :
Amortisseur Showa avec précharge et détente réglables
Débattement AR :
150 mm
Pneu AV :
120/70 ZR 17
Pneu AR :
180/55 ZR 17
Freinage
ABS :
Oui
Freinage combiné :
Non
Frein AV :
Double disque flottant de 320mm avec étriers Nissin radiaux à 4 pistons
Frein AR :
Simple disque Nissin de 255mm, avec étrier 2 pistons
Dimensions
Longueur :
2'150 mm
Empattement :
1'540 mm
Largeur :
835 mm
Hauteur de selle :
830 mm
Selle basse -20mm
Poids total :
235 kg
Réservoir :
20 litres
Coloris disponibles
Coloris :
Blanc
 
Rouge
Catalogue
Prix de vente :
CHF 15'490.-
Avec 2 ans de garantie et hors frais de transport (160.-)
En ligne :
Garage :

Plus d'articles Moto

Serait-ce la version finale de la Harley Davidson Pan America ?
Alors que le prototype semblait assez abouti, il restait des éléments de mystère qui pourraient bien être dévoilés.
Ducati passe la Streetfighter V4 S en mode furtif (Dark Stealth)
Si en plus du bruit de l'échappement, le rouge attire trop l'attention sur vous et la Streetfighter V4 de vos rêves, Ducati a la solution.
BMW présente la R18 Classic et 4 toutes nouvelles R Nine T !
Le Vintage, c'est devenu une vraie machine à cash pour BMW. La R18 a ouvert la porte de la deuxième salve, la R18 Classic et la R Nine T s'engouffrent dans la brèche.
Course de côte de Verbois 2020 – Billet du bord de « piste »
Ce 64ème opus de la course « intergalactique » de Verbois aura eu lieu, cette fois-ci c’est sûr.Mais sur un seul jour, le samedi 17 octobre 2020.
Honda officialise le nom "Grom" pour sa MSX125 en Europe
A l'approche de la saison 2021, Honda présente sa nouvelle Grom. Ça fait désormais partie de son nom officiel.
Bridgestone présente le nouveau Battlax Sport Touring T32 et T32GT
Sur son nouveau pneu Battlax Sport Touring, Bridgestone a encore amélioré la tenue sur le mouillé, chiffres à l'appui. Décliné en version GT, le nouveau T32 s'adresse aussi aux motos les plus lourdes du marché.

Hot news !

Triumph Trident – Le constructeur anglais dévoile sa chasseuse de MT-07
Le constructeur anglais maîtrise à merveille l'art de la communication et dévoile peu à peu ce que sera sa Trident qui est annoncée comme un roadster au tarif serré et qui arrivera au printemps 2021.
L'Aprilia Tuareg 660 surprise lors de ses premiers roulages
Elle était attendue depuis sa vague annonce lors du salon EICMA de Milan l'année passée. En voici les premiers clichés (de médiocre qualité) lors d'un roulage, l'Aprilia Touareg 660 entend bien venir se mêler à la guerre des Adventures mid-size.
Une aéro active sur la future S1000RR ? C'est possible
Après avoir conquis le microcosme du MotoGP, les appuis aérodynamiques font leur place sur les modèles de série afin de pouvoir courir en World Superbike, la prochaine en date à en bénéficier sera vraisemblablement la BMW S1000RR et ils seront actifs.
Essai KTM 890 Duke R - Super Scalpel, mais pas Super Duke
2 ans déjà que la 790 Duke est sortie, premier bicylindre en ligne de la marque Autrichienne. Entre la toute première image saignante et la moto finale on avait perdu un peu d'éclat. Du proto 2016 à la 890 Duke R, on s'y retrouve beaucoup plus !
Une Aprilia RS400 dans les tuyaux ?
L'usine de Noale a régné durant les années nonante sur le monde des petites cylindrées avec feu sa RS125 qui était la digne héritière de la moto de Grand-Prix, depuis l'avènement du quatre-temps, le constructeur se fait plus discret mais cela pourrait changer…
Une Yamaha Ténéré 300 dans les tuyaux ?
Après l’ère des sportives puis celle des roadsters, il semble bien que les Adventures aient le vent en poupe depuis peu. Pour s’en convaincre il suffit de voir l’offre grandissante qui s’adapte à la demande.