Essai publié le 07 juin 2012

Le Yamaha YFM 700 Raptor 2013 revient à la charge !

Texte de Charles Donzé / Photo(s) et vidéo(s) de Yamaha Europe

Il y a quelques jours, la rédaction reçoit une invitation à une présentation presse de la part de Yamaha. Une nouveau modèle dans la gamme quad fera son apparition sur le marché pour cet été.

Les spéculations vont bon train mais personne n’affirmera avec certitude qu’il s’agit de tel ou tel modèle. Le décor est rapidement donné, une place d’armes désaffectée au Nord de l’Allemagne (Fürsten Forest) qui servait de terrain d’exercices aux 4x4 et aux chars de l’armée. Ça vous parle ? Autrement dit, il n’y a pas meilleur endroit pour tester un quad ! Mais lequel ?

Le nouveau né de la firme aux trois diapasons n’est autre qu’une évolution du YFM 700R, R pour Raptor. L’an dernier, ce modèle avait fait l’objet d’un essai détaillé (article).

Svelte, athlétique et racé, ce nouveau Raptor adopte un style très affirmé et révélateur de performances de haut niveau. De construction légère d’apparence mais très rigide, il présente un poids (tous pleins faits) de 192kg, une plume parmi les géants de la production actuelle. En regard de sa motorisation (686cc), le ratio poids/puissance est des plus intéressants.

Les nouveautés sont importantes mais peu perfectibles visuellement. Nous parlerons ainsi plutôt d’une évolution ou d’un perfectionnement technique du Raptor. Cependant, il offre un équipement de haut niveau pour des performances encore plus poussées. Au menu, nous pouvons parler du moteur et de son injection EFI électronique nouvelle génération, du renforcement du châssis hybride (alu/acier), de la fourchette de changement de vitesses plus simple et allégée, de sa nouvelle suspension (avant/arrière) avec amortisseur à gaz pressurisé (entièrement réglable sur la version Special Edition), de son nouveau frein arrière (étrier équipé de deux pistons à l’instar du modèle YFZ450R), ...

Ce Raptor édition 2013 est été baptisé "King of Blue" ! Mérite-t-il vraiment cette appellation ?

En ce matin du 5 juin 2012, les pilotes présents sur le terrain militaire de Fürstenau (DE) trépignent d’impatience à l’idée de chevaucher l’athlète. Dans sa livrée bleu/blanc, la version standard correspond à la livrée "Yamaha Racing", tandis que la version spéciale (SE) arbore un mix de grenat et de noir du plus bel effet (bleu/blanc également disponible). Le Raptor 700 SE se destinant à l’élite des quadeurs, le parc d’essai ne se composera donc que de la version standard, bien suffisante !

Chacun s'approprie un Raptor 700. Le terrain de Fürsten Forest est vaste et hostile. La présence d’un guide est indispensable. Tantôt parcours typé enduro, tantôt spot sablonneux, il y en a pour tous les goûts.

Les chemins de Fürsten Forest sont jonchés de trous, de dépressions, de sauts, de dévers, de cailloux, ... Le terrain est gras; des trombes d’eau se sont abattus les jours précédents. Grandes flaques et boue sont de la partie. Quant au soleil, il se montre discret mais présent. Peu importe, les conditions sont optimales.

La prise en main se déroule parmi les dunes de sable. Facile, le Raptor 700 est un vrai jouet ! D’une moto, l’on dirait que c’est un vélo. Les rapports se passent aisément, la boîte est précise et ne demande aucun effort. Le moteur répond à la moindre sollicitation de la gâchette des gaz. Il ne cogne pas et se montre d’une souplesse incroyable pour un monocylindre. Très souvent, le deuxième rapport suffisait à élancer la bête. La motricité est parfaite; l’axe rigide sur lequel reposent les deux roues arrière transmet parfaitement la puissance et le couple du moteur. On s’étonnera d’ailleurs des capacités du Raptor dans les endroits boueux. La suspension est sèche mais pas pour autant inconfortable; on s’accorde volontiers des passages très rapides (> 80 km/h) sur des bosses en restant assis sur l’épaisse et étroite selle. A de pareilles vitesses, l’erreur de pilote ne pardonne pas. Bien que la suspension filtre parfaitement les imperfections du terrain, la direction (non assistée) couplée au très rigide châssis informe très précisément de tous les paramètres.

Malgré ses apparences de quad hypersport, le Raptor 700 ne se montre pas si radical à la conduite, son comportement est sain. Nous ne dirions pas pour autant que la maîtrise du Raptor s'assimile à un jeu d’enfant ! Il faut des bras de fer et une bonne dose de sang froid pour ouvrir les gaz en grand.

Le Raptor 700 envoie du bois, et du gros. Quand le monocylindre se déchaîne, les roues arrières arrachent le terrain. Des vitesses inavouables sont atteintes en un temps record. En pleine accélération et même sur le troisième rapport, il suffit de tirer sur le guidon pour partir en wheeling, c’est dire !

Pour freiner toute cette cavalerie, Yamaha a su trouver le bon équipement. C’est à la marque Nissin que les concepteurs du Raptor ont eu recours. Le freinage est assuré par un disque de frein par roue sur le train avant (et un sur l’axe à l’arrière). Puissance et feeling sont au rendez-vous ! Décélérer fortement sans bloquer les roues est possible. Notons au passage que le quad ne subit pas de plongée désagréable lorsque l’on saute sur les freins.

D’une redoutable précision et d’une puissance inouïe, ce Raptor promet de beaux chronos dès qu’il sévira en compétition. Mais pas seulement ! Pour une utilisation "loisirs", il y a de quoi se faire plaisir. La glisse, pas de souci ! On déhanche et l’on donne des gaz. Les kilomètres de virages pris en pleine dérive, nous ne les comptons plus sur les doigts de la main. Pour le franchissement, évidemment, avec deux roues motrices, on s’abstiendra. Toutefois, on s’étonnera de sa motricité dans les endroits difficiles; sa légèreté et son agilité n’y sont pas pour rien.

Son prix d’environ CHF 14’500.- est, somme toute, raisonnable en comparaison de la concurrence à transmission intégrale. Et, réjouissez-vous, ce nouveau Raptor est disponible de suite !

Pour qui veut des performances de haut niveau et beaucoup de fun, le tout conçu de manière rigoureuse et homogène, nous proposons sans hésiter le Yamaha YFM 700 Raptor !

(consultez sans ménagement la galerie d'images ci-dessous)

And you, is your blood type truly blue ?

Carlito

Au final...

On a aimé :
+
Agilité
+
Puissance
+
Rigueur du châssis
+
Plaisir - hyper fun !
On a moins aimé :
-
Jouet addictif
-
Législation contraignante
AcidTracks 2019 - Organisation de sorties pistes

Suivez AcidMoto.ch !

Au final...

On a aimé :
+
Agilité
+
Puissance
+
Rigueur du châssis
+
Plaisir - hyper fun !
On a moins aimé :
-
Jouet addictif
-
Législation contraignante

Fiche technique

Véhicule
Marque :
Yamaha
Modèle :
YFM 700 Raptor
Année :
2013
Catégorie :
Quad
Moteur
Type :
Monocylindre, 4 temps, double ACT, 4 soupapes
Cylindrée :
686 cm3
Refroidissement :
Liquide
Alimentation :
Injection électronique EFI
Transmission
Finale :
Par chaîne O-ring, réglage par excentique
Boîte :
5 rapports
Embrayage :
Multidisque à bain d'huile
Partie cycle
Châssis :
Hybride alu/acier
Suspension AV :
Indépendante à double triangulation, double amortisseur à gaz avec 5 crans de réglage en précontrainte
Course AV :
230 mm
Suspension AR :
Bras oscillant en aluminium, amortisseur à gaz réglable en précharge par filetage
Débattement AR :
256 mm
Pneu AV :
21/7 ZR10
Pneu AR :
20/10 ZR9
Freinage
ABS :
Non
Freinage combiné :
Non
Frein AV :
Disque de frein ventilé sur chaque roue à double pistons
Frein AR :
Disque de frein ventilé à double pistons
Dimensions
Longueur :
1'845 mm
Empattement :
1'280 mm
Largeur :
1'170 mm
Hauteur de selle :
815 mm
Poids total :
192 kg
Réservoir :
11 litres
Coloris disponibles
Coloris :
Special Edition Blue
 
Black Fury (SE uniquement)
Catalogue
Prix de vente :
CHF 14'500.-
Estimation (en attente de prix officiel)
En ligne :

Plus d'articles Moto

Serait-ce la version finale de la Harley Davidson Pan America ?
Alors que le prototype semblait assez abouti, il restait des éléments de mystère qui pourraient bien être dévoilés.
Ducati passe la Streetfighter V4 S en mode furtif (Dark Stealth)
Si en plus du bruit de l'échappement, le rouge attire trop l'attention sur vous et la Streetfighter V4 de vos rêves, Ducati a la solution.
BMW présente la R18 Classic et 4 toutes nouvelles R Nine T !
Le Vintage, c'est devenu une vraie machine à cash pour BMW. La R18 a ouvert la porte de la deuxième salve, la R18 Classic et la R Nine T s'engouffrent dans la brèche.
Course de côte de Verbois 2020 – Billet du bord de « piste »
Ce 64ème opus de la course « intergalactique » de Verbois aura eu lieu, cette fois-ci c’est sûr.Mais sur un seul jour, le samedi 17 octobre 2020.
Honda officialise le nom "Grom" pour sa MSX125 en Europe
A l'approche de la saison 2021, Honda présente sa nouvelle Grom. Ça fait désormais partie de son nom officiel.
Bridgestone présente le nouveau Battlax Sport Touring T32 et T32GT
Sur son nouveau pneu Battlax Sport Touring, Bridgestone a encore amélioré la tenue sur le mouillé, chiffres à l'appui. Décliné en version GT, le nouveau T32 s'adresse aussi aux motos les plus lourdes du marché.

Hot news !

Triumph Trident – Le constructeur anglais dévoile sa chasseuse de MT-07
Le constructeur anglais maîtrise à merveille l'art de la communication et dévoile peu à peu ce que sera sa Trident qui est annoncée comme un roadster au tarif serré et qui arrivera au printemps 2021.
L'Aprilia Tuareg 660 surprise lors de ses premiers roulages
Elle était attendue depuis sa vague annonce lors du salon EICMA de Milan l'année passée. En voici les premiers clichés (de médiocre qualité) lors d'un roulage, l'Aprilia Touareg 660 entend bien venir se mêler à la guerre des Adventures mid-size.
Une aéro active sur la future S1000RR ? C'est possible
Après avoir conquis le microcosme du MotoGP, les appuis aérodynamiques font leur place sur les modèles de série afin de pouvoir courir en World Superbike, la prochaine en date à en bénéficier sera vraisemblablement la BMW S1000RR et ils seront actifs.
Essai KTM 890 Duke R - Super Scalpel, mais pas Super Duke
2 ans déjà que la 790 Duke est sortie, premier bicylindre en ligne de la marque Autrichienne. Entre la toute première image saignante et la moto finale on avait perdu un peu d'éclat. Du proto 2016 à la 890 Duke R, on s'y retrouve beaucoup plus !
Une Aprilia RS400 dans les tuyaux ?
L'usine de Noale a régné durant les années nonante sur le monde des petites cylindrées avec feu sa RS125 qui était la digne héritière de la moto de Grand-Prix, depuis l'avènement du quatre-temps, le constructeur se fait plus discret mais cela pourrait changer…
Une Yamaha Ténéré 300 dans les tuyaux ?
Après l’ère des sportives puis celle des roadsters, il semble bien que les Adventures aient le vent en poupe depuis peu. Pour s’en convaincre il suffit de voir l’offre grandissante qui s’adapte à la demande.