Essai publié le 24 janvier 2011

Yamaha YFM 700 Raptor - Fun !

Texte de Charles Donzé / Photo(s) de Grégory Chopard

L’hiver bat son plein, les chemins sont enneigés et parfois glacés, quoi de mieux que de s’adonner à des essais de quads ! La pratique du deux-roues est déclarée dangereuse,  ajoutons alors deux roues à notre quotidien ! Pourquoi pas ? Osons ce qui nous offrira sans doute une agréable expérience dans notre vie de motard.

Lire l'essai du modèle 2013 : Le Yamaha YFM 700 Raptor 2013 revient à la charge !

J’ai choisi de débuter cette saison hivernale en force, c’est pourquoi je me suis tourné vers un quad sportif, et, pas n’importe lequel ! Le Yamaha YFM 700 R, ou plus communément appelé 700 Raptor, se présente à moi dans une magnifique robe bleue. Robe me paraît un qualificatif bien délicat et prude ! Permettez-moi l’image d’une charmante jeune athlète nippone en mini-jupe et top en tissu vinyle bleu. Vous y êtes ?

Approche :

Le Yamaha Raptor 700 est un athlète esthétique. Son design allie des lignes sportives et sensuelles. A la fois racé, radical et agréable, son style fera détourner les regards. La conception du Raptor se veut light. Le carénage, réduit au minimum pour protéger le pilote des projections (provoquées par la rotation des roues), laisse apparaître le gros monocylindre. La partie avant du véhicule, de profil, donne l’impression de vouloir dévorer la route, tant elle est plongeante. Les gardes-boue arrière, toujours dans le même style, serve à l’aérodynamique du véhicule. Le Raptor est petit et trapu ; avant même de le chevaucher, j’imagine déjà ce dont il pourrait être capable. J’y entrevois déjà maniabilité, fougue, adrénaline, fun, ... Vous aviez toujours en tête l’image de la charmante nippone ?

Le Raptor est conçu comme une moto : un moteur dans un châssis-berceau, une chaîne de transmission, deux axes de roues, un guidon et un échappement le long de la selle. N’espérez pas un différentiel autobloquant, un treuil, une direction assistée, ... avec le Raptor, le sport et le fun priment !

Prise en main :

Sans devoir me prier, c’est avec empressement que je chevauche ce jouet. J’enfile la clé dans le Neimann et bouscule le monocylindre d’un coup de démarreur. Le ralenti rappelle l’origine de la naissance du quad ; en effet, c’est bien dans le milieu agricole que la pratique du quad est née. Un coup de gaz taiera vos moqueries et jacasseries ! Le gros 700cm3 du Raptor est tout de même bien présent. Ça vibre et ça claque ! Intimidation garantie !

Après avoir consulté le manuel d’utilisation, je découvre où se situe la marche arrière. La manoeuvre est aussi acrobatique que peu précise : passer en neutre (faut-il encore le trouver facilement), tourner un bouton situé dans le pare-boue avant droit, puis, enfin, écraser le pied droit sur le sélecteur de vitesses tout en secouant le quad d’avant en arrière. Un voyant s’allume une fois le rapport engagé. Pas évidente, même avec l’habitude, la manoeuvre décrite n’assure pas à tous les coups l’engagement de la marche arrière.

Vous l’avez compris, le Raptor dispose d’une boîte de vitesses manuelle et, précisons, à cinq rapports. Les rapports sont très courts. La vitesse de pointe culminerait aux alentours de 140km/h... je n’ai pas vérifié, soyons raisonnable !

La chevauchée sauvage :

Sur le bitume, le Raptor est une boule de nerfs. Les démarrages en faisant patiner le train arrière se provoquent parfois même sans le vouloir. Tous les virages serrés se font en glisse et la roue arrière intérieure levée... amusant semble bien modeste ! La transmission arrière est assurée par une chaîne, un pignon de quelques dents et un axe bien rigide.  C’est ce qui explique les levées de roue arrière intérieure obligatoire et indispensable pour bénéficier d’une motricité optimale en virage. L’absence d’un différentiel arrière assure  aussi une usure rapide des pneus, sur sol dur et offrant un excellent grip.

Les cinq rapports se passent aisément. Etant motard, ce n’est pas gênant de se trouver en présence d’une boîte manuelle. J’ai d’ailleurs bien apprécié, cela contribuait au caractère sportif du Raptor. La direction non-assistée demande une bonne poigne. A haute vitesse, il ne faut pas avoir peur de s’agripper au guidon. Je n’ose pas imaginer ce que j’endurerai durant les séances hors piste.

Le Raptor fait preuve d’une incroyable vigueur. Le moteur est d’une puissance redoutable et son couple transmis aux crampons arrache le bitume. Sans efforts, vous partirez en wheeling. Un excellent châssis très rigide, un combiné ressort-amortisseur parfait, un moteur au souffle inépuisable, voilà ce qui fait du Raptor une machine redoutable. Autant la précision de son châssis peut être amusante, autant elle peut être traitre, gare aux excès d’optimisme et coups de raquette ; en effet, vous n’êtes pas confortablement assis dans un baquet... Une reprise d’adhérence brusque ou un changement de cap inattendu pourraient bien vous faire voler quelques mètres.

Son écran LCD vert algue d’aquarium m’informe d’un minimum d’informations utiles à la conduite. On regrettera l’absence d’un compte-tours et d’une jauge d’essence. On recommande ainsi vivement de faire le plein d’essence avant chaque sortie... car les 11 litres du réservoir se verront rapidement consommés !
Par là, n’imaginez pas non plus que le 700 Raptor présente une consommation gargantuesque, loin de cela ! Le monocylindre ne se contente que de 7-8 litres pour 100 km en conduite passablement soutenue. Ce résultat est honorable pour un quad de cette cylindrée. Ceci dit, son poids joue un rôle important ; pour l’anecdote, le gros Can-Am Outlander 800R de 300 kg à sec récemment testé ne consomme pas moins de 12 litres sur 100 km parcourus. Le Raptor, lui, affiche 180 kg et ne dépasse pas les 200 kg tous pleins faits.

Ai-je bien vu des crampons ?

Il est temps de se rendre sur les sentiers forestiers et sur les lacets enneigés des crêtes du Jura.

Ma première sortie hors piste s’est faite sous une pluie battante et dans la nuit noire. Pour une sécurité accrue et une ergonomie adaptée à la pratique du quad, j’enfile un équipement cross mis à disposition par iXS Motorcycle Fashion.
Les longs phares du Raptor éclairent juste ce qu’il faut pour ne pas flirter avec l’écorce si menaçante lors des virées nocturnes. Rouler de nuit en quad a plutôt trait à l’aventure, ce pourquoi le Raptor n’est pas destiné ; ainsi, on lui pardonnera la faiblesse de ses deux appendices au design pour le moins agressif.

Le confort d’utilisation est une notion quasiment inexistante. Les suspensions sont fermes, mais juste assez souples pour amortir les gros chocs et permettre une conduite décontractée sur des chemins forestiers entretenus. Dès que l’on s’attaque à des terrains accidentés, le poids plume du Raptor et la fermeté de la suspension me chahutent sans ménagement. Je saute de cailloux en pierres et les chocs dans la direction violentent sans cesse mes bras et le haut de mon corps. A grande vitesse, il faut tenir fermement le guidon pour garder le cap... le quad se laisserait volontiers emporter brusquement par un dévers ou un choc inattendu.

Les grimpettes dans les charrières ne sont ainsi vivement pas conseillées ; en effet, c’est dans ce genre de situation que le quad manque de motricité. Le gros couple présent dès les plus bas régimes permet cependant de garder un minimum d’adhérence sur les roues arrières. Par contre, dès que la vitesse augmente, ce sont les violentes secousses qui vous calmeront vos ardeurs.

Le Raptor, dans les virées hors piste, se prête plus volontiers à des chemins forestiers caillouteux et/ou enneigés et des circuits cross. Sur ce genre de terrain, on y roulera vite, parfois très vite en gardant un contrôle total sur la machine. C’est bien dans ces situations que je m’y amuse le plus : l’adrénaline de la vitesse, le train arrière se dandinant, les reprises phénoménales, la vigueur du quad, ...

Le franchissement de gros obstacles, les passages de charrières et la grimpe ne sont pas pour lui. Il est trop léger et deux roues motrices lui manquent parfois cruellement.

Au niveau du freinage, le Raptor fait fort ! Un bon dosage afin d’éviter le blocage des roues vous assure un arrêt sur une distance très courte. Gare à l’excès de confiance ; bien qu’il soit pourvu de pneus à crampons, les surfaces enneigées et glacées ne lui conviennent pas particulièrement. Tout comme en voiture, les freinages sont à anticiper. J’imagine bien que la pose d’un train de pneus adéquats lui donnera la possibilité d’être à la hauteur.

Le Raptor ne fait pas de compromis. Les éléments de confort sont réduits au minimum afin de privilégier le poids et le comportement général de l’engin. Bien que la vocation sportive soit clairement mise en avant, rouler un Raptor 700 apporte une bonne dose de plaisir !

Certes, cette ultime version n’est pas à mettre entre toutes les mains. La prise en main est relativement aisée. Par contre, l’agilité et la vigueur du Raptor demande une certaine rigueur de pilotage.

Ceci dit, vous le comprenez, la pratique du Raptor demande une bonne condition physique. Les séances de quad se soldaient par de bonnes douleurs dans les épaules et les bras.

Conclusion :

Ces quelques jours d’essai du Raptor 700 m’ont permis de faire le plein d’adrénaline pour les mois à venir, nul doute ! Pour celui ou celle qui cherche un défoulement pour le week-end, n’hésitez plus ! Le Raptor est réellement une référence en la matière. Sur piste et en compétition, il a fait ses preuves et chaque année, il ne cesse de s’améliorer. Il est une machine de guerre accessible... alors, foncez !

Infos équipements :

Un grand merci à Hostettler AG, importateur Yamaha pour la mise à disposition de l'équipement cross iXS et le prêt de ce Raptor 700 ainsi qu’à l’équipe de Fleury Motos à Moutier pour sa disponibilité.
Carlito

Au final...

On a aimé :
+
Sa vigueur et sa maniabilité
+
Son moteur performant à tous les régimes
+
100% sport
+
100% fun
On a moins aimé :
-
La manipulation de la marche arrière
-
Le manque de motricité sur certains revêtements
AcidTracks 2019 - Organisation de sorties pistes

Suivez AcidMoto.ch !

Au final...

On a aimé :
+
Sa vigueur et sa maniabilité
+
Son moteur performant à tous les régimes
+
100% sport
+
100% fun
On a moins aimé :
-
La manipulation de la marche arrière
-
Le manque de motricité sur certains revêtements

Fiche technique

Véhicule
Marque :
Yamaha
Modèle :
Raptor 700
Année :
2011
Catégorie :
Quad
Moteur
Type :
Monocylindre 4-temps, simple arbre à cames en tête, 4 soupapes
Cylindrée :
686 cm3
Refroidissement :
Par eau
Alimentation :
Injection électronique
Performances
Puissance max. :
60 ch
Couple max. :
70 Nm
Transmission
Finale :
Par chaîne
Boîte :
5 vitesses et marche arrière à commande manuelle
Partie cycle
Pneu AV :
21/7 R10
Pneu AR :
21/10 R9
Freinage
ABS :
Non
Freinage combiné :
Non
Frein AV :
Deux disques à double piston à commande hydraulique
Frein AR :
Simple disque à commande hydraulique
Dimensions
Longueur :
1'845 mm
Empattement :
1'280 mm
Largeur :
1'170 mm
Hauteur de selle :
815 mm
Poids à sec :
180 kg
Réservoir :
11 litres
Coloris disponibles
Coloris :
White-Red
 
Black-Red
 
Blue
Catalogue
Prix de vente :
CHF CHF 18'590.-.-
inclus TVA et 3 ans de Suisse Garantie
En ligne :

Plus d'articles Moto

La 80ème édition de Sturgis a bel et bien lieu
Rien n'arrête le plus célèbre rassemblement de bikers, pas même le Covid-19, la 80ème édition de Sturgis a débuté le 7 août et finira le 16 août.
Essai Honda CB1000R Neo Sports Café - Sortie de léthargie
La précédente CB1000R, c'est une des premières motos qu'on avait essayé sur le site en 2010. Depuis tout ce temps, elle n'aura changé qu'en 2018. Mais que s'est-il passé en 8 ans de développement ? Bah euh...
Djeemee's Story - Sapinette
Parce que le monde de la moto est rempli d'histoires, Djeemee a décidé qu'il allait également partager la sienne. En commençant à peu près par le commencement, soit l'histoire de son premier gros cube. Une Bandit 600 baptisée Sapinette. Tout un programme!
Roland Sands s'empare déjà de la BMW R18
Roland Sands est de ces préparateurs qui, quand vous le quittez une minute des yeux, sort un truc improbable de son atelier. C'est pour cette raison que bien souvent les constructeurs lui confient leur moto en avant première.
Sortie AcidTracks 2020 à Bresse - Les photos sont là
Enfin !! Après des mois, que dis-je, des semaines à rêver de ces instants licornesques, nous avons enfin pu mettre les roues de nos fidèles montures sur le circuit de Bresse et nos photographes étaient là pour immortaliser ce moment.
Breaking News - Honda tease sa nouvelle CBR 600 RR 2021 !
La rumeur courait pour une présentation le 9 août sur le circuit de Sugo au Japon, mais c'est aujourd'hui que le site Honda.co.jp voit apparaitre en ligne une vidéo et une photo de la nouvelle CBR 600 RR.

Hot news !

Essai KTM 390 Adventure - Elle doit être prise au sérieux
A l'annonce de sa sortie, j'étais sceptique. Je n'ai jamais vu une moto de ce segment sur nos routes, alors pourquoi celle-ci devrait marcher ? D'abord parce que l'Europe n'est pas le marché cible et ensuite parce qu'elle est vachement bien cette 390 Adventure !!
Kawasaki Z900 vs. BMW F900 R - Duel au sommet du marché roadster
Cette année 2020, si particulière, verra quand même l'énorme succès de la nouvelle Kawasaki Z900 sur le marché. Face à elle, BMW présente son premier roadster mid-size convaincant, la F900 R.
Essai défi : l'Aprilia RSV-4 Factory sort de sa zone de confort
Il y a déjà un moment, Djeemee est allé mettre la RSV-4 Factory dans ses petits souliers en tentant de maîtriser ses 217 chevaux au quotidien. Il s'est bien ramassé et a enfin retrouvé l'usage de la parole pour nous en parler.
Duel Yamaha - Tracer 700 contre Ténéré 700 - Laquelle il vous faut vraiment
Le moteur CP2 est un grand succès pour Yamaha. Ce bicylindre en ligne de 689 cm3 a pris place dans pas moins de 4 modèles de la marque. Avec la mise à jour 2020 de la Tracer et la Ténéré 700, on pourrait croire que ces deux modèles sont très proches, mais il n'en est rien. On vous explique comment choisir.
Essai Yamaha Tracer 700 - Evolution remarquable
Du côté de Tenerife, sur fond de tempête de sable et d'alertes au coronavirus, Yamaha nous a mis entre les pattes l'évolution de la cadette des Tracer. Look moderne et soigné, amélioration par petites touches, pas de débauche technologique : Baby Tracer vise juste et cette évolution s'avère finalement extrêmement pertinente.
Une Streetfighter V2 en approche chez Ducati dixit Claudio Domenicali
Le grand boss de Ducati s'est laissé aller à quelques confidences à nos collègues anglais de MCN en annonçant qu'une Streetfighter V2 pourrait très bientôt être produite.