Essai publié le 27 juin 2011

Honda CBR125R – Remplaçante d’une icône

Texte de Patrick Schneuwly / Photo(s) de Patrick Schneuwly

La Honda CBR125 se veut de devenir la nouvelle référence des « sportives » de petite cylindrée. Je ne suis pas un spécialiste du segment, mais je dois être proche de l’exemple du client type. Bouille sympathique, schéma de couleur semblable aux autres sportives de la marque et échappement identique à celui de la CBR1000RR.
Montez! Je vous emmène, pas vite, mais je vous emmène !

La grenouille qui veut se faire aussi grosse qu’un bœuf

Pour une 125, l’essentiel est de ressembler à une grande. L’illusion est presque bonne ; seulement, la moto est vraiment très étroite. Le gabarit est assez compact, j’ai même le sentiment qu’elle l’est plus qu’un scooter. Les autres proportions sont assez proches, de quoi vraiment faire envie à son propriétaire de prendre une moto plus grosse. La face avant reprend le phare typique introduit par la VFR et la Crossrunner, surmonté d’une casquette orange perlée, sur notre modèle d’essai. Les clignotants, imposants mais jolis, sont faits d’un plastique noir brillant et d’un verre transparent. De plus, la bulle permet de bien se cacher derrière, même si on sent encore une prise au vent sur les épaules. Selon moi, les rétroviseurs sont placés un peu plus haut que sur une CBR600RR, pour faciliter la vision arrière à quelqu’un qui conduit peu de deux-roues.

Le tableau de bord qui regroupe l’essentiel des informations nécessaires correspond bien au style de la moto : compte-tours à aiguille, le reste des informations en affichage digital (vitesse, température d’eau, jauge d’essence, kilométrage et un seul kilométrage partiel). L’arrière reprend les standards des sportives : pointe arrière haut-perchée avec phare intégré et support de plaque déporté. Avec, en plus, deux poignées passager qu’il n’est pas commun de trouver sur une sportive. L’échappement, garni de cache en alu est assez laid. Court et biscornu, il essaie de ressembler à d’autres, mais ce style ne m’a jamais convaincu. Le moteur est, lui, bien caché derrière les plastiques ; pas surprenant, mais je préfère, on voit moins de vide, ainsi. Pour égayer la CBR 125, elle profite de jantes orange semblables à celle de Casey Stoner ou Dani Pedrosa en Moto GP, ces jantes ne sont livrées qu’avec la carrosserie grise.

Echantillon accrocheur

D’un gabarit, je le disais tout à l’heure, contenu, cette 125 est certainement un rat des villes. Garée sur un quart de trottoir, sans perdre une seconde, vous y arriverez sans vous prendre la tête. Facile à comprendre, le marché Thaïlandais, pour lequel cette moto a été conçue et où elle est fabriquée, a des routes sûrement plus encombrées que les nôtres. Avec une moto de ce type, j’irai tourner ses roues là ou n’importe quel propriétaire passera le plus de temps : les petites routes qui vont de village en village. Celles avec de petits lacets, forêts, montées, descentes, … Avouez que ça fait envie ! Sur la CBR125, il y a de quoi s’amuser, mais pas assez pour prendre un pied d’enfer. Le petit moteur donne assez vite tout ce qu’il a. Cependant, il est véritablement vivant de 8’000 à 10’500 tours. Là, le moteur s’exprime et vous tire bien plus en avant. Aussi vite que le régime monte, un sourire de plaisir s’affiche sur votre visage. Le son de l’échappement ne change pas beaucoup par contre, plus proche du générateur que du deux-roues ; il est parfois préférable de ne pas se faire remarquer. Malgré tout l’entrain du petit bloc, je n’ai pas me rendre sur une autoroute ; je m’y sentais moins en sécurité que d’habitude – pouvoir s’extraire d’une situation délicate en un coup de gaz me rassure.

Dépourvue d’ABS, la CBR125 distille des sensations brutes au conducteur débutant. Apprendre sans ABS n’est pas du tout un problème, mais pas question de bloquer la roue arrière pour s’amuser. Courageux mais pas téméraire, je n’ai pas dû presser suffisamment fort sur le levier de frein. En entrée de courbe, la fourche montre ses limites, la butée ne doit pas être loin. Le châssis, aussi, n’est pas au top, l’inscription en courbe est un peu floue à allure soutenue (on sent de drôle de mouvements sous son séant). Mais ça, le conducteur ne s’en rendra compte que s’il peut comparer avec une autre moto. Comme la petite cylindrée de la CBR125 autorise un détenteur du permis B de la conduire, il ne pourra peut-être pas comparer à une grosse cylindrée. L’autre différence qu’il ne verra peut-être pas, c’est la mollesse de l’embrayage. Ce détail est très troublant pour un motard, je me suis cru un instant pris de faiblesse en reprenant une 600.

Une fois convaincu, on fait quoi ?

Et oui, c’est certainement le but de la CBR125, vous convaincre que la moto est quelque chose pour vous ! Alors une fois convaincu, allez-vous vous contenter de ce que vous avez ? Pour se déplacer occasionnellement, sans avoir de permis supplémentaire à passer et avec une assurance peu onéreuse, c’est un très bon choix. Toutefois, je pense aussi que certains passeraient le permis A et accèderaient ainsi à une catégorie supérieure. Un CBR250, pourquoi ne pas voir bien plus gros ! Pour ceux qui se demandent encore si essayer la moto est une bonne idée, croyez-moi, une fois que vous y aurez goûtée, vous ne pourrez plus oublier cette expérience.

Patrick

Au final...

On a aimé :
+
Les jantes oranges, ça claque!
+
Les proportions semblables à une grande
+
Rouler entre huit et dix mille tours
On a moins aimé :
-
Difficile de se faire une place sur autoroute
-
Le bruit sans saveur particulière
-
L'embrayage très mou
AcidTracks 2019 - Organisation de sorties pistes

Suivez AcidMoto.ch !

Au final...

On a aimé :
+
Les jantes oranges, ça claque!
+
Les proportions semblables à une grande
+
Rouler entre huit et dix mille tours
On a moins aimé :
-
Difficile de se faire une place sur autoroute
-
Le bruit sans saveur particulière
-
L'embrayage très mou

Fiche technique

Véhicule
Marque :
Honda
Modèle :
CBR125RW
Année :
2011
Catégorie :
Supersport
Moteur
Type :
Monocylindre 4 temps à 2 soupapes, simple ACT
Cylindrée :
124.7 cm3
Refroidissement :
Liquide
Alimentation :
Injection électronique PGM-FI
Performances
Puissance max. :
13.3 ch à 10'000 tr/min
Couple max. :
10.41 Nm à 8'000 tr/min
Transmission
Finale :
Par chaîne
Boîte :
6 rapports
Embrayage :
Multidisque humide
Partie cycle
Suspension AV :
Fourche téléscopique, 31mm de diamètre
Course AV :
120 mm
Suspension AR :
Bras oscillant, amortisseur Monoshock
Débattement AR :
126 mm
Pneu AV :
100/80 - 17
Pneu AR :
130/70 - 17
Freinage
ABS :
Oui
Frein AV :
Disque ø 276mm, étriers 2 pistons
Frein AR :
Disque ø 220mm, étrier mono-piston
Dimensions
Longueur :
1'946 mm
Empattement :
1'313 mm
Hauteur de selle :
793 mm
Poids total :
136.9 kg
Réservoir :
13 litres
Coloris disponibles
Coloris :
Orange/gris/noir
 
Blanc/bleu/rouge
 
Noir
Catalogue
Prix de vente :
CHF 4'890.-
En ligne :

Plus d'articles Moto

150 participants à la 3ème édition du HAT Pavia-Sanremo
La 3ème édition du Hard Alpi Tour Pavia-Sanremo s’est terminée avec succès avec plus de 150 participants qui ont traversé la Lombardie, le Piémont et la Ligurie les 17 et 18 Juillet passés.
La KTM RC 8C signe le retour du constructeur sur le marché des sportives, mais sur la piste uniquement !
Depuis 2013, c'était acté. Plus aucune sportive de 200 chevaux n'allait porter la marque KTM sur route. Ces deux derniers mots laissaient une porte ouverte: for racetrack use only.
Triumph se diversifie, ils feront brap-brap avec des monocylindres MX et Enduro !
Le mystérieux message et les deux portraits postés sur Facebook récemment par la marque aurait pu nous mettre sur le voie, seulement ça paraissait gros.
Essai Aprilia RS 660 2021 - La sportive NextGen
Les twins de 100cv seront-ils la prochaine norme ? Est-ce qu'Aprilia vient de créer le prochain grand bouleversement chez les sportives ? C'est bien possible tant il y a un fossé à combler!
Essai de la nouvelle Triumph Speed Twin 2021. Toujours plus : de performances, de technologie. Et (surtout) de plaisir !
Triumph a amélioré la Speed Twin pour 2021. Et promet toujours plus : de performances, de technologie. Et (surtout) de plaisir !
Les Trail Adventure Days en BMW F850 GS Rally
Les Trails Adventure Days, c’est le rendez-vous annuel organisé par le magazine éponyme. Comme en 2020, cette 6ème édition se déroule dans le Massif du Sancy (Puy-de-Dôme). L’occasion pour les participants de tester les derniers modèles de nombreuses marques, de s’initier à la pratique du tout-terrain en toute sécurité grâce à des ateliers de pilotage, de faire une rando de nuit en groupe ou encore de partir individuellement sur différents itinéraires GPS tracés par l’organisation.

Hot news !

Essai Kawasaki Ninja ZX-10R 2021 - Elle gagne en Superbike, et pas pour rien !
Cette nouvelle Ninja, on l'attendait un peu. La faute à des délais de livraison allongés, ce n'est qu'en juin qu'on a pu se saisir de cette bête. Et autant dire que l'attente valait la peine !
Essai BMW M1000RR - Se prendre pour un pilote, juste une journée
A ce niveau de technique, on peut parler de moto d'homologation. L'équipe Superbike de BMW pouvait formuler tout ses souhaits d'amélioration de la S1000RR pour en faire une meilleure base à la moto de compétition. Au guidon, la différence saute aux yeux.
Essai de la Zero SR/F : Silence, ça pousse!
Essai d'une moto branchée qui risque de vous surprendre.
Aprilia RSV4 Factory 2021 - A la pointe de l'efficacité
10 jours d'essai au guidon d'une Aprilia qui ne cesse de s'améliorer avec les années.
Cette fois c'est officiel, la Yamaha YZF-R7 va faire son retour
Les documents CARB (California Air Resources Board) sont comme les enfants et les leggings : ils ne mentent pas ! Et c'est en les consultant qu'on peut voir qu'une Yamaha YZF-R7 va faire son retour en 2022.
Essai retro : CB 750 Four K0
Que pouvons nous retenir de la légendaire CB 750 plus de 50 ans après sa sortie ?