Reportage publié le

Moto Tour Series Tunisie 2018 - Le retour de notre rédacteur sur cette première expérience en rallye routier

Texte de David Zimmermann / Photo(s) de Islam Hakiri, VIP Motards, DZ, Gabriel bts / Vidéo(s) de Sonia Barbot
Imprimer cet article

Quand Yann, mon rédacteur en chef, me propose de participer au Moto-Tour, la première chose qui me vient à l’esprit c’est les exploits de Serge Nuque que je lisais dans M&M à l’époque. « Purée, mais c’est une course de malade, je vais bouffer les pissenlits par la racine avec mon niveau de bleu-bite !». Et puis bon, d’un autre côté, faire quelques jours de moto au soleil alors qu’ici on déprime avec cet hiver interminable, faudrait être con pour refuser, surtout qu’on me prête même une Africa Twin 1000 pour l’occasion ! Allez, tant pis pour l’ego, let’s go !

Le Moto-Tour était un rallye routier de sept jours qui se courait à travers toute la France avec des épreuves aussi bien de jour que de nuit et des distances journalières parfois très importantes. Avec la nouvelle formule Moto-Tour Series, les organisateurs ont voulu rendre l’épreuve plus accessible en réduisant sa durée, les distances journalières et en choisissant des destinations du sud où le climat est plus agréable. Cette année on a droit à une édition en Tunisie et une édition en Corse. De sérieux arguments pour motiver le peuple. D’ailleurs j’embarque mon pote Miguel dans l’aventure, toujours partant pour de nouveaux défis.

Quelques jours avant le départ, alors qu’il neige chez nous, je prends possession de l’Africa Twin 1000 DCT (version boite auto) prêtée par Honda Suisse. Ils ont monté un dérouleur de roadbook et un tripmaster sur le guidon, deux accessoires indispensables pour le rallye. J’ai même l’honneur d’être le premier Suisse à pouvoir rouler avec les nouveaux pneus Bridgestone Battlax A41, le nouveau pneu « trail » de la marque quelques jours avant que mon collègue Patrick s’envole au Maroc pour le lancement officiel. Si là j’ai pas la pression…

Partis à l’aube par 5 degrés, on arrive au port de Marseille sur les coups de midi. Après une heure déjà, j’avais tellement froid que j’ai prétendu être à court de carburant pour qu’on s’arrête. Ça n’a pas été une partie de plaisir…

Au port, la partie administrative est relativement vite réglée et en attendant d’embarquer dans ce mastodonte d’acier, on rencontre quelques uns de la centaine de participants du Moto-Tour. Je fais connaissance avec un autre Suisse qui s’appelle aussi David et qui habite à 20 kilomètres de chez moi. Décidément, le monde est petit !

Alors qu’on se disait que la cabine n’était pas bien grande, on croit presque à un malentendu lorsque la porte s’ouvre et que deux autres participants rappliquent. En effet, ils ont le même numéro que nous et il y a bien deux couchettes rabattables aux murs…

Michel, 65 ans, participe pour la seconde fois au Moto-Tour Tunisie et Frédéric, la cinquantaine, en est à sa 11ème édition ! Quelle sacrée équipe ces deux joyeux lurons, on n’aurait pas pu mieux tomber !

Entre les repas, le briefing et les rencontres, le temps passe relativement vite sur le bateau. Mon mal de mer légendaire a dû oublier d’embarquer avec moi, parce qu’il m’a totalement épargné.

Frédéric, avec son expérience, nous coache un peu sur les subtilités du rallye routier et franchement c’est à se demander si une discipline avec autant de règles n’a pas été inventée par un Allemand ou un Suisse !

Jour 0 - Marseille-Tunis

Sur le coup des quinze heures, le bateau entre dans le port de Tunis et en une heure on a débarqué. L’organisation du Moto-Tour a fait un super boulot en réglant tous les papiers de douane pour nous et les autorités tunisiennes ont joué le jeu pour que tout se déroule sans embuches.

On se rassemble sur l’Avenue Bourguiba en plein centre de Tunis d’où le départ officiel sera donné en présence de la télévision tunisienne.

Il faut savoir que le Moto-Tour Tunisie fait également office de dernière manche du championnat de rallye routier tunisien et que 17 participants locaux se joignent à nous pour l’occasion.

A 17h30, c’est enfin mon tour de prendre le départ et après 500 mètres je pars déjà dans la fausse direction au premier rond-point, mes compères de cabine me suivant dans mon erreur. Heureusement, le policier qui était posté là me fait de grands signes ! Pff… ça commence bien…

C’est un sacré chaos sur la route et on zigzague entre les voitures et les camions pour sortir du centre de Tunis. On reconnaît vite les participants tunisiens qui, non seulement excellent dans l’art de se faufiler dans ce trafic, mais également pour leurs échappements ultra bruyants et leurs motos sans plaques. Ça me rappelle les motards russes !

C’est sous une fine pluie et de nuit que se fera la liaison d’aujourd’hui, principalement de l’autoroute. Entre les camions sans feux arrières, les véhicules peinant à 60 km/h, les ânes ou encore les mobylettes roulant en sens inverse, il faut être prêt à tout sur l’autoroute tunisienne.
J’arrive à l’hôtel deux heures plus tard, ayant réussi à suivre les instructions du roadbook sans me perdre, c’est déjà très prometteur !

Pages de l'article :

Pages

Suivez AcidMoto.ch !

Plus d'articles Moto

Yamaha - Après la MT-09 SP, voici la MT-09 EVO !
Face à la demande inaltérable du marché pour la MT-09 SP, Yamaha Suisse a réagi en proposant la MT-09 EVO, une série exclusive au marché suisse.
Concept Ducati Scrambler Desert Sled by Ducati Design Center
Ce concept Scrambler Desert Sled émane du centre de Design Ducati même, plus précisément du cerveau l'Alex Earle qui a poussé jusqu'au bout l'idée d'une moto utilisable en tout-terrain.
Montée des légendes - Le Col de la Faucille (Ain) va devenir le temps d'une journée un mini Pikes Peak
Non, vous ne rêvez pas ! Le dimanche 23 septembre le Col de la Faucille, situé dans le massif du Jura, va devenir le temps d'une journée le théâtre d'une course hors du commun.
Partez à la découverte de l'atelier AP Sellerie à Genève - Le confort à moto comme priorité
Reprendre une selle, la rendre encore plus confortable, cela demande une attention toute particulière, un savoir-faire et beaucoup de temps… après enfin fini cet inconfort quotidien et les jambes lourdes lors de vos longs trajets.
Swiss Stunt Riding School - On s'est installé sur les bancs de l'école de Jonathan Grossenbacher
Avec mon collègue Gonzo, nous avons eu la chance d'être conviés par Jonathan Grossenbacher à suivre son cours "avancé" de stunt sur le tracé de Lignières. Pour une fois, on a (presque) été sages et on ne s'est pas assis au fond à côté du radiateur.
Yamaha Yard Built XSR900 Atler by Dab Motors
Pour concevoir la Yard Built XSR900 Alter, Simon Dabadie, fondateur de Dab Motors a voulu sortir des sentiers battus et faire appel à des techniques aussi innovantes que surprenantes.

Recherche

Hot news !

La Yamaha T7 surprise lors d'un roulage à Milan
La très attendue Yamaha T7 vient d'être surprise lors d'un roulage dans les rues de Milan dans ce qui devrait être sa robe définitive preuve que sa présentation officielle devrait se faire à la fin de l'année.
Un châssis de S1000RR en impression 3D
Après la HP 4 Race et son châssis entièrement réalisé en carbone, le constructeur à l'hélice démontre encore aujourd'hui son savoir-faire et sa technologie avec ce châssis de S1000RR réalisé en impression 3D.
Essai Husqvarna Vitpilen 701 – Une vraie surprise
De retour sur les routes, Husqvarna explore de nouveaux horizons et propose, avec sa Vitpilen 701, un modèle ébouriffant, abouti et vraiment très très fun à rouler. On a testé la bête à Barcelone et on a aimé.
Essai Ducati Panigale V4 S - Nouvelle ère, nouvelle reine
Après 30 ans de bons et loyaux services, le bicylindre à 90° des Superbike Ducati est remplacé par un V4 ultra-technologique et sensationnel. La marque italienne prend un virage à... 90° dans son histoire avec sa Panigale V4.
KTM 690 Enduro et SMC R – Elles reviennent !
On les aimait mais la norme Euro4 les a bannies. Rassurez-vous, les Katoches 690 Enduro et SMC R reviennent ! Merci à MCN pour ces clichés.
Honda RVF 1000 V4 – Young Machine est certain qu'une sportive V4 arrivera
Nos confrères japonais de Young Machine sont certains qu'elle finira par arriver, mais de qui parle-t-on ? De la Honda sportive dotée d'un V4 qui doit prendre la suite des mythiques RC30 et RC45.

Liens Partenaires