Essai publié le 18 juin 2020

Essai défi : l'Aprilia RSV-4 Factory sort de sa zone de confort

Texte de Djeemee / Photo(s) de Malo Liechti

A quel point une moto est-elle extraordinaire ? Par ses performances dans son domaine de prédilection, d'abord. Par un caractère et une ligne incomparables, aussi. Et peut-être, comme l'Aprilia RSV4 Factory, par sa capacité à rendre chaque moment du quotidien absolument épique, même hors de sa zone de confort.
 

Nous sommes en septembre 2019 et, après un rendez-vous manqué pour un essai sur piste, je prends possession de la sculpturale RSV4 Factory chez nos compères de 100% 2 Roues. L'idée ? Tenter d'emmener une machine de 217 chevaux sur des terrains absolument incompatibles : tous, à l'exception d'un circuit de vitesse (et d'un circuit de cross, 'faut pas pousser).

Nous sommes en juin 2020 et quel meilleur moment pour achever cet article mis en attente (la « vraie » vie, la famille, et le temps file bien trop vite) ? Car à l'aide des géniaux clichés de Malo, réalisés lors d'un aprem' fort rigolo, ainsi que de l'impact colossal de l'Aprilia sur votre serviteur, mes souvenirs lointains n'en sont pas moins vifs. Je vous raconte?Allez, on remonte le temps.

17 secondes...

C'est le temps que j'aurai mis à déroger de mon plan pourtant si clairement établi dans mon esprit. La machine à peine enfourchée, suite à un tour du propriétaire des coeurs dans les yeux et une vive émotion aux premières vocalises du V4, je choisissais la file de droite au feu. Objectif : une première purge à froid, en ville, via la charmante rue de la Servette.

Au vert, la rue Hoffmann est avalée d'une caresse sur les gaz et je tourne finalement à droite. Direction Balexert, puis l'autoroute. Un battement de cils plus tard, je coupe le contact quelques virages avant Saint-Cergue. Une route quasi-déserte, un temps splendide, la RSV-4 virevoltant si aisément dans les courbes... ça en valait la peine. Le temps de m'auto-flageller pour la forme, je redémarre la diva et redescends aussi facilement que je suis monté.

Dans les bouchons de fin de journée, sur notre chère A1, je ne parviens pas à pester sur l'appui conséquent de mes poignets sur les demi-guidons de l'italienne. Ni du vacarme assourdissant de l'échappement Akrapovic à basse vitesse. Ni de la selle un poil raide et de la température élevée dégagée par les entrailles du V4. A quasi 60 km/h, pas de quoi râler au sujet de la minuscule bulle aérodynamique. Une première épreuve relevée haut la main par l'Aprilia : je ne peux que sourire à son guidon. Ça commence bien.

Au boulot!

Les tricheurs étant toujours punis, c'est bien tôt le lendemain que je démarrerai la signorina dans mon box, pour un trajet soporifique jusqu'au boulot. Sursautant au premier aboiement du V4, résonnant dans l'espace exigu, je suis totalement réveillé. Soporifique mon oeil. En m'imaginant réveiller tout le lotissement, je parcours mon chemin sur le point de patinage pour me faire le plus discret possible. Cette moto est vraiment dingue. Autoroute, broap du V4, sortie, feu rouge, broap du V4, arrivée dans le parking, broap du V4 et coupure. Souriant de toutes mes dents, je n'attends plus que le trajet du retour.

Pourquoi s'ennuyer tous les jours sur un scooter 125 ou dans un diesel climatisé quand on peut rouler avec ça ? L'inutilité absolue de ses 217 chevaux sur nos routes limitées. La cacophonie permanente du moteur agaçant faune et flore environnants. Le freinage surpuissant manquant de catapulter le pilote jusqu'au prochain feu rouge à chaque arrêt. Le rayon de braquage et le sentiment de pertinence d'un F-18 tentant de faire un créneau lors des manoeuvres dans la circulation. En fait, C'EST ABSOLUMENT GENIAL !

Et le plus beau, au-delà de l'ambiance irréelle au guidon, c'est qu'il ne peut RIEN vous arriver. La qualité des éléments de suspension et de freinage, couplée à l'excellence du châssis de Noale, rend la RSV-4 Factory invincible. Comme beaucoup de sportives, elle ne s'avoue jamais dépassée par quoi que ce soit. Légère comme une plume, elle se rétablit d'une pichenette comme une gymnaste olympique à l'issue d'une vrille. L'impression de contrôle est permanente.

Pages de l'article :

Pages

AcidTracks 2019 - Organisation de sorties pistes

Suivez AcidMoto.ch !

Au final...

On a aimé :
+
les performances ahurissantes sur route
+
le feeling extraordinaire du châssis
+
la douce musique du V4
On a moins aimé :
-
les performances ahurissantes sur route
-
pfou!

Plus d'articles Moto

Serait-ce la version finale de la Harley Davidson Pan America ?
Alors que le prototype semblait assez abouti, il restait des éléments de mystère qui pourraient bien être dévoilés.
Ducati passe la Streetfighter V4 S en mode furtif (Dark Stealth)
Si en plus du bruit de l'échappement, le rouge attire trop l'attention sur vous et la Streetfighter V4 de vos rêves, Ducati a la solution.
BMW présente la R18 Classic et 4 toutes nouvelles R Nine T !
Le Vintage, c'est devenu une vraie machine à cash pour BMW. La R18 a ouvert la porte de la deuxième salve, la R18 Classic et la R Nine T s'engouffrent dans la brèche.
Course de côte de Verbois 2020 – Billet du bord de « piste »
Ce 64ème opus de la course « intergalactique » de Verbois aura eu lieu, cette fois-ci c’est sûr.Mais sur un seul jour, le samedi 17 octobre 2020.
Honda officialise le nom "Grom" pour sa MSX125 en Europe
A l'approche de la saison 2021, Honda présente sa nouvelle Grom. Ça fait désormais partie de son nom officiel.
Bridgestone présente le nouveau Battlax Sport Touring T32 et T32GT
Sur son nouveau pneu Battlax Sport Touring, Bridgestone a encore amélioré la tenue sur le mouillé, chiffres à l'appui. Décliné en version GT, le nouveau T32 s'adresse aussi aux motos les plus lourdes du marché.

Hot news !

Triumph Trident – Le constructeur anglais dévoile sa chasseuse de MT-07
Le constructeur anglais maîtrise à merveille l'art de la communication et dévoile peu à peu ce que sera sa Trident qui est annoncée comme un roadster au tarif serré et qui arrivera au printemps 2021.
L'Aprilia Tuareg 660 surprise lors de ses premiers roulages
Elle était attendue depuis sa vague annonce lors du salon EICMA de Milan l'année passée. En voici les premiers clichés (de médiocre qualité) lors d'un roulage, l'Aprilia Touareg 660 entend bien venir se mêler à la guerre des Adventures mid-size.
Une aéro active sur la future S1000RR ? C'est possible
Après avoir conquis le microcosme du MotoGP, les appuis aérodynamiques font leur place sur les modèles de série afin de pouvoir courir en World Superbike, la prochaine en date à en bénéficier sera vraisemblablement la BMW S1000RR et ils seront actifs.
Essai KTM 890 Duke R - Super Scalpel, mais pas Super Duke
2 ans déjà que la 790 Duke est sortie, premier bicylindre en ligne de la marque Autrichienne. Entre la toute première image saignante et la moto finale on avait perdu un peu d'éclat. Du proto 2016 à la 890 Duke R, on s'y retrouve beaucoup plus !
Une Aprilia RS400 dans les tuyaux ?
L'usine de Noale a régné durant les années nonante sur le monde des petites cylindrées avec feu sa RS125 qui était la digne héritière de la moto de Grand-Prix, depuis l'avènement du quatre-temps, le constructeur se fait plus discret mais cela pourrait changer…
Une Yamaha Ténéré 300 dans les tuyaux ?
Après l’ère des sportives puis celle des roadsters, il semble bien que les Adventures aient le vent en poupe depuis peu. Pour s’en convaincre il suffit de voir l’offre grandissante qui s’adapte à la demande.