Essai publié le 14 octobre 2019

Essai Triumph Street Triple 765 RS 2020 - Le choix pertinent

Texte de Phoukham / Photo(s) de Phoukham & Triumph Motorcycles

Lorsque la petite quinzaine de journalistes arrive dans l’enceinte du circuit, nos montures du jour nous attendent patiemment, sagement alignées.

Et d’emblée le changement le plus visible est la nouvelle face avant, avec des blocs optiques retravaillés pour plus d’agressivité. Les sourcils et ce nouveau regard lumineux donnent une nouvelle signature visuelle, plus agressive et plus dans l’air du temps, à cette version 2020. Le profil change aussi légèrement, devenant plus dynamique grâce aux nouveaux caches de radiateurs et au triangle arrière retravaillé, avec l’apparition d’écopes au niveau du dosseret de selle.

On remarque également le nouveau pot d’échappement plus court dont le silencieux est coiffé par une jolie pièce en carbone. Pour plus de détails sur les évolutions mises en œuvre par Triumph tant au niveau de la mécanique (désormais Euro5), de la partie-cycle et que de l’esthétique, je vous invite à (re)lire l’article de présentation de la Street Triple 765 RS.

On démarre la bestiole, puis nous laissons le moteur chauffer tranquillement. Tout en finissant de faire le tour de la bête : on remarque la platine de repose-pied désormais noire, le shifter up and down ainsi que, détail cocasse, les poignées chauffantes ! Pas besoin de ces dernières par les plus de vingt degrés qui règnent déjà en ce milieu de matinée. L’écran TFT a également été retravaillé pour plus de clarté et avec de nouveaux graphiques, améliorant au passage un combiné d’instruments déjà d’excellente facture.

Mais c’est déjà le moment de partir pour l’essai routier et le groupe suisse dont je fais partie piaffe d’impatience et n’a pas vraiment l’air d’être là pour acheter du terrain !

En mode Road

On quitte le circuit sur un filet de gaz. Puis vient la première accélération et, là, j’ai un grand sourire qui se dessine sous mon casque. Rhhâaa, quelle sonorité ! Rauques (rock ?) à souhait, les vocalises du trois-cylindres filent littéralement la chair de poule et deviennent presqu’addictives. Et le petit sifflement caractéristique des précédents Triple de la firme d’Hinckley a presque disparu. La position est naturelle, pas trop en appui ni trop relevé, les commandes tombent sous la main et sont intuitives – je quitte le mode « Road » et me cale sur « Sport » pour toute la durée de cet essai routier. La visibilité de l’écran TFT est excellente dans ces conditions de luminosité. Le dosage de la poignée de gaz est à la fois précis et fluide, même pendant les évolutions en agglomérations à faible vitesse qui se déroulent sans à-coups. Dans ce mode, la réponse moteur y est aussi plus franche. 

La petite troupe s’étire et les routes alternent maintenant le bon, le moins bon et le franchement défoncé. Notre parcours serpente dans les collines et les montagnes qui entourent le circuit, longeant la mer et traversant les agglomérations. La vue y est superbe et les portions d’autoroute sont avalées à bon train, couché derrière la protection symbolique procurée par le petit saute-vent… 

La route se dégage et le rythme s’accélère – et effectivement, ça roule fort devant !

La moto se dévoile – elle est légère et maniable, ce qui permet de négocier rapidement les épingles et les virages serrés et rend faciles les parcours urbains. Le train avant est précis et suit littéralement votre regard, le freinage est bluffant de puissance et de mordant, aidé en cela par les nouveaux Supercorsa SP et des suspensions de qualité, distillant un excellent niveau de filtration/confort et un bon retour d’informations. Et là, un autre point fort, sur le plan mécanique cette fois. Les sorties de courbes sont devenues plus vigoureuses à mi-régime, ce qui la rend plus adaptée à un usage quotidien. La nouvelle Street Triple RS combine désormais la vigueur à bas et mi-régime de la Street Triple R 2019 tout en gardant ce côté mort-de-faim pour les hauts régimes du modèle sortant. Le gain de puissance et de couple est donc bien là et les 9% annoncés propulsent avec poigne mon quintal hors des virages et des rond-points. Cette vigueur et cette rage mécaniques sont sublimées par la présence du shifter, désormais up-and-down, livré de série et au fonctionnement exempt de défauts. 

Sur la seconde partie du parcours qui nous ramène au circuit, le sentiment de confiance procuré par la moto est tel que je me mets à enquiller à bon rythme désormais, sur des routes que je ne connais pourtant pas. La moto freine, tient la route, reste bien calée sur ses appuis, absorbe les inégalités et les imperfections du bitume. Sa facilité met en confiance immédiatement et permet rapidement les corrections de trajectoires ou de resserrer sur un virage qui se referme.

C’est sur ces routes qui ont encore gardé des stigmates des pluies torrentielles et des coulées de boue de la mi-septembre que nous terminons l’essai routier et parvenons à l’entrée du circuit.

Pages de l'article :

Pages

AcidTracks 2019 - Organisation de sorties pistes

Suivez AcidMoto.ch !

Au final...

On a aimé :
+
Évolutions esthétiques et électroniques
+
Partie-cycle saine, vive, précise et bien suspendue
+
Le coffre du moteur accru à mi-régime, la rage dans les tours
+
Shifter up&down
+
Prix identique à l'ancien modèle
On a moins aimé :
-
Absence d’une vraie centrale inertielle comme la Speed Triple RS
-
ABS intrusif sur piste sur des freinages très puissants et appuyés (pour les meilleurs pilotes)
-
Ce nouvel optique ne plaira pas à tous (-tes)

Fiche technique

Véhicule
Marque :
Triumph
Modèle :
Street Triple 765 RS
Année :
2020
Catégorie :
Roadster
Kit 25 kW :
Non disponible
Moteur
Type :
3 cylindres en ligne à refroidissement liquide, 12 soupapes
Cylindrée :
765 cm3
Refroidissement :
Liquide
Alimentation :
Injection électronique séquentielle multipoint avec SAI. Commande électronique de l'accélérateur
Performances
Puissance max. :
123 ch à 11'750 tr/min
Couple max. :
79 Nm à 9'350 tr/min
Transmission
Finale :
Par chaine
Boîte :
6 rapports avec shifter Up & Down
Embrayage :
Embrayage multidisque à bain d’huile anti-dribbling
Partie cycle
Châssis :
Double berceau en aluminium
Suspension AV :
Fourche Showa gros diamètre BPF inversée de Ø 41 mm
Suspension AR :
Amortisseur Öhlins STX40 à réservoir séparé
Pneu AV :
120/70 ZR 17
Pneu AR :
180/55 ZR 17
Freinage
ABS :
Oui
Frein AV :
Double disque flottant Ø 310 mm, étriers monobloc à montage radial 4 pistons Brembo M50, ABS déconnectable
Frein AR :
Disque fixe simple Ø 220 mm, étrier à piston unique Brembo
Dimensions
Empattement :
1'405 mm
Largeur :
775 mm
Hauteur de selle :
825 mm
Poids à sec :
166 kg
Réservoir :
17,4 litres
Coloris disponibles
Coloris :
Silver Ice
 
Matt Jet Black
Catalogue
Prix de vente :
CHF 13'340.-
En ligne :

Plus d'articles Moto

Kawasaki Z900 vs. BMW F900 R - Duel au sommet du marché roadster
Cette année 2020, si particulière, verra quand même l'énorme succès de la nouvelle Kawasaki Z900 sur le marché. Face à elle, BMW présente son premier roadster mid-size convaincant, la F900 R.
Cette petite KTM RC250 s'est mue en un café racer tendance
En laissant ses carénages dans le coin d'un atelier en Indonésie, ce petit roadster au guidon bracelet imaginé par Minority Custom Motorcycles devient tout à coup très désirable.
Ducati Monster 2021 - Comment ont-ils osé ?
Spoiler alert : elle a un châssis alu et plus un treillis en acier. Vous êtes choqués ?
Les anglais de Langen Motorcycles projettent de commercialiser un roadster 250 2-temps
Langen Motorcycles a présenté une maquette digitale et un moteur de roadster 250 2-temps plutôt séduisant.
La Kymco RevoNEX se dévoile sur des documents de brevet
Parmi les électriques, la Kymco RevoNEX est une excentrique dotée d'un embrayage et d'une boite de vitesse. La façon de faire accepter cette propulsion aux motards ?
Randy Krummenacher quitte l'équipe MV Agusta avec effet immédiat
Le pilote zürichois a annoncé sa rupture immédiate du contrat qui le liait à la firme italienne, pour "préserver son intégrité morale et professionnelle".

Hot news !

Essai défi : l'Aprilia RSV-4 Factory sort de sa zone de confort
Il y a déjà un moment, Djeemee est allé mettre la RSV-4 Factory dans ses petits souliers en tentant de maîtriser ses 217 chevaux au quotidien. Il s'est bien ramassé et a enfin retrouvé l'usage de la parole pour nous en parler.
Duel Yamaha - Tracer 700 contre Ténéré 700 - Laquelle il vous faut vraiment
Le moteur CP2 est un grand succès pour Yamaha. Ce bicylindre en ligne de 689 cm3 a pris place dans pas moins de 4 modèles de la marque. Avec la mise à jour 2020 de la Tracer et la Ténéré 700, on pourrait croire que ces deux modèles sont très proches, mais il n'en est rien. On vous explique comment choisir.
Essai Yamaha Tracer 700 - Evolution remarquable
Du côté de Tenerife, sur fond de tempête de sable et d'alertes au coronavirus, Yamaha nous a mis entre les pattes l'évolution de la cadette des Tracer. Look moderne et soigné, amélioration par petites touches, pas de débauche technologique : Baby Tracer vise juste et cette évolution s'avère finalement extrêmement pertinente.
Une Streetfighter V2 en approche chez Ducati dixit Claudio Domenicali
Le grand boss de Ducati s'est laissé aller à quelques confidences à nos collègues anglais de MCN en annonçant qu'une Streetfighter V2 pourrait très bientôt être produite.
Triumph Tiger 900 2020 – Déclinée en 5 versions !
Ce n'est pas une, ni deux mais bel et bien cinq versions de la nouvelle Triumph Tiger qui arrivent : la Tiger 900, la Tiger 900 GT, la Tiger 900 GT Pro, la Tiger 900 Rally et enfin la Tiger 900 Rally Pro ! De quoi satisfaire chacun.
Hivernage moto - Quelques conseils avant que le froid calme nos ardeurs
Remisage moto, hivernage moto, ces mots commencent à revenir à nos oreilles. Sacrilège, le froid est de retour, du coup, quelques mesures s'imposent pour passer l'hiver en toute sérénité.