Essai publié le

Essai Ducati Monster 1200 S – Ma, che bella ! [page 2]

Texte de Gonzo / Photo(s) de Malo Liechti

Pages

Chacun de ces modes de conduite est paramétrable et gérera différemment le DTC (pour Ducati Traction Control), le DWC (pour Ducati Wheelie Control), ou encore l’ABS Cornering siglé de la marque Bosch… Ouaip… du beau matos ! Et tout ça, la firme de Bologne l’a rassemblé sous la belle nomination Ducati Safety Pack (DSP).

Vient ensuite le choix cornélien de savoir si l’on souhaite le « simple » shifter ou si l’on préfère l’option « up & down ». Une simple pression sur le comodo vous permettra de sélectionner l’une ou l’autre des options du DQS (Ducati Quick Shift).

Des chevaux, du couple, de l’électronique, il y a de quoi avoir une brêle performante. Mais tout ca ne serait rien sans une partie cycle qui vaille la peine. Et là encore, la Ducati Monster 1200S est bien née. Et pour agrémenter le tout, le suédois Ohlins est de la partie, que ce soit pour les suspensions, dont la fourche de 48 mm. Et pour taper comme on aime dans ces suspattes, rien de mieux que des freins capables de ralentir un TGV lancé à bloc. En même temps, avec du Brembo M50, on ne pouvait pas s’attendre à autre chose.

Reste à voir si tout ce qu’on a sur le papier est aussi performant sur la route…

En dynamique, la première impression qui m’aura frappé, c’est cette sensation de tenir la roue avant entre mes mains. Un comportement sain mais rapidement, l’électronique un peu trop intrusif me gonfle et m’empêche de ressentir ce qu’il se passe sur la moto. C’est presque anémique. En même temps, toutes les assistances étaient au max. Ca ira bien sous un déluge mais là… Un petit arrêt sur le côté de la route, je libère modérément l’électronique.

Hummm, ça commence à venir… L’accélération se fait plus virile et j’ai enfin un aperçu du couple de la belle sans jamais être débordé. L’ABS se déclenche un peu trop facilement à mon goût mais je pourrais encore diminuer l’assistance par la suite, voire même le déconnecter.

Je dis souvent qu’un roadster, c’est la moto qui doit être capable de t’amener au boulot sans encombres, aller chercher ton pain le dimanche matin, et être le premier arrivé en haut d’un col quand on arsouille.

Ben là, la Ducat’ m’a montré qu’elle pouvait m’amener au boulot sans encombre. Et même que si l’envie d’emmener ma passagère préférée me prenait, il me suffirait de sortir la selle, et en enlevant deux petites vis, le capot de selle s’enlève super facilement. Simple, mais appréciable. D’autant plus que le confort du passager n’a pas été mis de côté. Quelques kilomètres parcourus avec mon SDS préféré auront suffit à avoir un retour positif de ce côté là.

En parlant de la selle, Ducati à également pensé aux petites tailles. Une fois la selle enlevée, il suffit de retirer deux petits ergots et de faire un réglage (ça dure au moins 4 secondes et demi) et voilà la moto suffisamment rabaissée pour que les petites tailles prennent autant leur pieds que les grands.

On regrette juste un peu cette chaleur que la Monster dégage au niveau des jambes… un vrai four qui pourra vous faire regretter une traversée de la ville…

Le boulot, le pain le dimanche matin, c’est bien, mais c’est pas pour ça qu’on veut une Ducati Monster 1200S… Alors, c’est parti pour l’arsouille !

Première chose indispensable pour une déconnexion totale, faire de même avec l’électronique. Le petit diable qui sommeille en moi se réveille et rien de tel qu’un petit monstre sur roues pour le laisser s’exprimer.

Une fois entièrement libre de s’exprimer, ça pousse. Mais jamais on n’a l’impression que c’est trop. On a un peu l’impression que ca vient en deux temps. D’abord, le couple. Imposant, viril, il déleste sans cesse la roue avant qui n’est plus contrôlée par l’anti-wheelie. Puis vient la puissance. L’allonge du bicylindre n’est évidemment pas infinie, mais elle est largement suffisante pour profiter des 150 chevaux qui tractent les 209 kg de la belle.

Je pars en direction de mon terrain de jeu et, avant d’attaquer correctement, je remarque qu’à un rythme « moyen », le down shift montre des signes de faiblesse. La vitesse descend dans un premier temps, avant de sauter et de me faire un faux point mort… Pas super rassurant, surtout en entrée de virage.

Paradoxalement, ce défaut s’estompe quand le rythme s’accélère. Rien à craindre en pleine bourre, ce n’est que lorsque l’on roule sur un « faux-rythme » que ce désagrément apparaît. En gros, il faut soit rouler pépère, soit attaquer comme un goret !

Mis à part ce souci, il n’y a rien d’autre à craindre. La partie cycle est démente d’efficacité dans les virolos. Il n’y aura aucune peine à être le roi du col au guidon de la Monster 1200S. Son large guidon et sa position légèrement sur l’avant permettent d’aborder chaque virage un peu plus fort et sans vraiment se fatiguer.

Ca ne veut pas dire que l’on sort indemne d’une virée sur la Ducat ! Vraiment pas même ! En fait, on arrive à l’approche d’un virage serré, on prend les freins. Là, il faut serrer la machine, fort. Les Brembo M50 vous plantent la fourche dans le goudron. Rapidement, on en vient à se dire qu’on va pouvoir freiner biiiieeeeennnnn plus tard.

Léger déhanchement, on pousse sur le large guidon intérieur et on inscrit la moto sur l’angle. Là, on est sur un rail, c’est sain, ca ne bouge pas et à nouveau, on se dit qu’on va pouvoir rentrer plus fort… Après, on ré-accélère. Et c’est au couple de s’exprimer, malmenant autant le pneu arrière autant qu’il épargne la roue avant qui elle, prend l’air. On pousse son rapport pour profiter de la puissance qui nous amène vers le prochain virage ou le bal de la Ducat’ pourra recommencer au plus grand plaisir de son pilote.

Conclusion

Finalement, la Ducati Monster 1200S n’est pas qu’une belle moto, performante etc… C’est surtout une machine qui possède sa propre aura. Une moto qui flatte l’égo de son proprio, que ce soit sur la route ou devant la terrasse d’un bar. Mais au prix de CHF 18'390.-, la plus belle des Monster a un de quoi faire mal au porte-monnaie avant de vous rendre fier de votre monture.

Suivez AcidMoto.ch !

Au final...

On a aimé :
+
Son aura
+
son moteur
+
sa partie cycle
On a moins aimé :
-
Son down shift
-
la chaleur dégagée par le moteur

Fiche technique

Véhicule
Marque :
Ducati
Modèle :
Monster 1200S
Année :
2017
Catégorie :
Roadster
Kit 25 kW :
Non disponible
Moteur
Type :
Bicylindre Testastretta 11° DS
Cylindrée :
1198 cm3
Refroidissement :
à eau
Alimentation :
Injection électronique
Performances
Puissance max. :
150 ch à 9'259 tr/min
Couple max. :
126,2 Nm à 7'750 tr/min
Transmission
Finale :
Par chaîne
Boîte :
6 rapports
Embrayage :
Embrayage à bain d'huile à glissement limité et mécanisme servo-
Partie Cycle
Châssis :
moteur porteur, avec le châssis à treillis relié aux têtes du propulseur
Suspension AV :
Fourche inversée Ohlins 48 mm
Course AV :
130 mm
Suspension AR :
Monoamortisseur Ohlins
Débattement AR :
149 mm
Pneu AV :
120/70 ZR 17
Pneu AR :
190/55 ZR17
Freinage
ABS :
Oui
Freinage combiné :
Oui
Frein AV :
double disque semi-flottants de 330 mm, étriers Brembo monobloc M50 à fixation radiale à 4 pistons, pompe radiale avec ABS Bosch de série
Frein AR :
Disque de 245 mm, étrier flottant à 2 pistons avec ABS Bosch de série
Dimensions
Empattement :
1485 mm
Hauteur de selle :
795-820 mm
réglable en hauteur
Poids à sec :
185 kg
Poids total :
209 kg
Réservoir :
16,5 litres
Coloris disponibles
Coloris :
Rouge
 
Gris mat
Catalogue
Prix de vente :
CHF 18'390.-.-
En ligne :

Plus d'articles Moto

Suzuki serait en train de travailler sur une GSX-R300
Les petites sportives ont le vent en poupe, notamment grâce au championnat Supersport 300 où les R3, Ninja 400 et autres RC 390 R se taillent la part du lion. Or, Suzuki entent apparemment revoir sa petite GSX-R.
Triumph Thruxton R "Martini Racing" by Hess Motorrad AG
Chez Hess Motorrad à Ostermundigen (BE), on sait magnifier les motos pourtant déjà très belles d'origine pour certaines. Nous pensons notamment à la Triumph Thruxton R.
Un chauffard trahi par sa vidéo postée il y a un an sur Facebook
Un motard allemand résidant à Zürich a été trahi pas sa vidéo postée il y a un an sur le groupe Swiss Race-Community sur Facebook le montrant rouler à près de 300km/h sur route ouverte.
MV Agusta de retour en Moto2 avec Forward Racing
Après bientôt 42 ans d'absence, MV Agusta fera son retour l'an prochain en Grand Prix, en collaboration avec l'équipe Forward Racing pour 4 saisons de Moto2.
Yamaha dépose un brevet pour une V-Max à trois roues
On se doute bien que la nouvelle Yamaha Nikken dont les réservations viennent d'ouvrir ne restera pas sans suite. Voici un premier indice avec le dépôt d'un brevet pour une V-Max dotée de trois roues.
Le système de réservation en ligne de la Yamaha NIKEN est désormais disponible
Le système de réservation en ligne de la NIKEN 2018 est désormais disponible

Recherche

Hot news !

La Yamaha T7 surprise lors d'un roulage à Milan
La très attendue Yamaha T7 vient d'être surprise lors d'un roulage dans les rues de Milan dans ce qui devrait être sa robe définitive preuve que sa présentation officielle devrait se faire à la fin de l'année.
Un châssis de S1000RR en impression 3D
Après la HP 4 Race et son châssis entièrement réalisé en carbone, le constructeur à l'hélice démontre encore aujourd'hui son savoir-faire et sa technologie avec ce châssis de S1000RR réalisé en impression 3D.
Essai Husqvarna Vitpilen 701 – Une vraie surprise
De retour sur les routes, Husqvarna explore de nouveaux horizons et propose, avec sa Vitpilen 701, un modèle ébouriffant, abouti et vraiment très très fun à rouler. On a testé la bête à Barcelone et on a aimé.
Essai Ducati Panigale V4 S - Nouvelle ère, nouvelle reine
Après 30 ans de bons et loyaux services, le bicylindre à 90° des Superbike Ducati est remplacé par un V4 ultra-technologique et sensationnel. La marque italienne prend un virage à... 90° dans son histoire avec sa Panigale V4.
KTM 690 Enduro et SMC R – Elles reviennent !
On les aimait mais la norme Euro4 les a bannies. Rassurez-vous, les Katoches 690 Enduro et SMC R reviennent ! Merci à MCN pour ces clichés.
Honda RVF 1000 V4 – Young Machine est certain qu'une sportive V4 arrivera
Nos confrères japonais de Young Machine sont certains qu'elle finira par arriver, mais de qui parle-t-on ? De la Honda sportive dotée d'un V4 qui doit prendre la suite des mythiques RC30 et RC45.

Liens Partenaires