Essai publié le

Essai Scrambler Ducati Café Racer - Finement torréfié, bien filtré

Texte de Jimmy Gurtner / Photo(s) de Milagro
Imprimer cet article

 Avec un caractère facile et sympa, le Café Racer de Scrambler Ducati rend son look génial et sa philosophie accessible à une large clientèle. Aussi à l'aise aux abords des terrasses que dans les lacets, il est 100% Café. Comme on s'est traîné toute la journeé, pour le Racer, on n'est pas sûr...

Cela avait pourtant bien commencé. Immergés dans l'univers créé par la marque autour de ses motos trendy, on s'est régalé les yeux et les papilles au Scrambler Ducati Food Factory, où les plats régionaux façon fingerfood dans le décor travaillé et décontracté ont fait mouche. Comme le Café Racer, dont la génèse et les spécificités nous auront été dévoilés durant un petit déj'/conférence, diffusé en live sur la Web Radio dédiée à la marque.

Vendre du rêve, ce n'est pas toujours facile. Le staff de la "sous-marque" italienne a pourtant mis les petits plats dans les grands pour nous présenter son dernier jouet, à grands coups de fingerfood délicieuse, de décors ambiancés au possible et de très, très bonne humeur. Mis en valeur au centre du décor, le Café Racer n'a pourtant pas besoin d'artifices pour plaire : on pourrait le regarder au milieu d'une décharge, il serait toujours aussi beau.

Début de matinée, Espresso bien serré

C'est ce que je me dis en suivant notre petite troupe dans Bologne et en regardant les machines de mes confrères au milieu du trafic matinal. On est beaux. Tenues vintage assorties à l'engin, on en jette grave. La prise en main du Café Racer est facile, avec des guidons bracelets assez hauts et bien écartés : on est en appui sur l'avant, mais la position de conduite n'est pas éxagérée. Si la différence avec le modèle de base Icon est criante, avec des guidons plus bas de 175mm et avancés de 155mm, ainsi qu'une selle un peu plus haute, la maniabilité reste étonnante.

On admire le bloc compteur décentré, minimaliste mais lisible et riche de toutes les infos nécessaires. Les rétroviseurs, en bout de guidons, font le travail en plus d'être fort jolis.

Bercés par la pétillante voix sortant des deux flûtes siglées Termignoni de l'échappement d'origine, on sort avec style de la ville pour s'engager sur l'autoroute. Là, vous ne serez pas étonnés d'apprendre que le joli phare rabaissé et son très mignon saute-vent n'offrent aucune protection. Vous apprécierez plus les reprises convaincantes du twin 803cm3 refroidi par air, assez disponible à mi-régimes pour extraire notre colonne du monotone ruban gris après quelques minutes.

C'est le sourire aux lèvres qu'on attaque les premiers lacets, dans la campagne bolognaise. Le feeling du train avant est très bon, la fourche inversée Kayaba de 41mm absorbe bien les quelques irrégularités de la route et renvoie bien les informations du Pirelli Diablo Rosso II. Avec ses roues de 17 pouces, contrairement aux autres modèles de la gamme, le Café Racer est purement orienté bitume et on le sent. La maniabilité est excellente et l'ensemble s'avère très stable. Le moteur demande à être maintenu au-dessus des 6'500 tours/minute pour pétiller et pousse donc à hausser le rythme.

Milieu de matinée, café filtre

Mais voilà, le rythme n'aura pas vraiment augmenté pendant la matinée. Multipliant les arrêts d'attente, notre guide reste très raisonnable et pousse à déguster le Café Racer avec modération. On profitera des sessions photo pour pousser un peu et profiter des bonnes qualités dynamiques de l'engin.

L'agilité se confirme dans les enchaînements, la moto remue un peu sur les quelques bosses et passe d'un angle à l'autre avec légèreté. Sympa! On vient toutefois vite au bout de la garde au sol, mais le bon freinage avant, avec maître-cylindre radial, suffit à limiter les excès de zèle avant d'entrer en courbe. La position est agréable pour mon mètre septante-six et permet d'enfiler les courbes avec plaisir, en trajectant sourire aux lèvres (sauf sur les photos, désolé, ndr).

Le moteur fonctionne agréablement, même si Euro4 est venu pousser le couple plus haut dans les tours et étouffer un peu le chouette caractère du twin en L. Docile à bas régimes, dans une sonorité agréable, il grogne dans les tours et pousse jusqu'aux environs des 10'000 tours/minute. On manque presque un peu de puissance et de caractère, mais l'orientation tous azimuts du Café Racer explique aussi que l'engin ne s'avère pas explosif.

C'est forts de ces quelques évolutions sous les objectifs et décidés à en découdre que mes confrères français et moi... restons coincés derrière notre guide.C'est en rongeant notre frein qu'on tiendra jusqu'à la pause déjeuner, dans une maison de collectionneurs surprenante et rafraîchissante.

Pause déjeuner, Caffè Latte

On profitera de la pause pour respirer et détailler le petit bijou concocté par les italiens. Il faut dire que de près comme de loin, le Café Racer est à tomber raide. En se rapprochant, on note donc le coloris noir et or, rendu célèbre par la 900 Darmah. La ligne de peinture sur le réservoir est en fait une arête "creusée" en forme de goutte, superbe. Les quelques pièces polies du moteur noir sont reprises d'une édition limitée du Scrambler Icon et mettent en valeur la plaque numérotée. Le 54 a été choisi en hommage à Bruno Spaggiari, célèbre pilote Ducati des années 60. Le monsieur a notamment gagné la Mototemporada Romagnola sur une machine équipée d'un moteur dérivé de la ... Ducati Scrambler de l'époque. 

La belle s'admire et partout et on s'extasie également sur la selle chocolat, coifée de son capot sur le siège passager. Le régal passe également par l'échappement, aux tubes savamment coudés, et le support de plaque monté sur le bras oscillant, qui affine la coque arrière. La finition est superbe et l'engin magnifique. Chapeau.

Après-midi... décaféinée.

Plein d'espoirs, nous reprenons les bracelets pour les derniers 50 kilomètres du très joli parcours emprunté à travers la région. Espoirs de courte durée, car le rythme a semble-t-il encore baissé, malgré nos demandes et remarques lors du lunch. C'est donc carrément mal à l'aise qu'on poursuivra notre route, finissant coincés derrière un camion pendant une dizaine de kilomètres malgré de longues lignes droites à disposition...

Ce qui est fait est fait, nous avons suivi la conduite prudente de notre guide avec docilité, s'échauffant seulement en fin de parcours, dans le trafic très dense de Bologne et quelque peu exaspérés de n'avoir pas pu exploiter comme souhaité ce petit Café Racer.

Car la recette des barista de Scrambler Ducati fonctionne. Le coup de coeur visuel est immédiat et se poursuit en détaillant la bête. Le comportement en conduite normale (d'accord, j'arrête... ndr) est sans reproche et on passe de bons moments au guidon. Tout l'accastillage aux couleurs de la marque et les pièces spéciales permettront également aux clients de personnaliser leur machine et afficher leur look aux yeux de tous.

Entre héritage et opération marketing

C'est peut-être cet aspect de mise en avant de la "communauté" qui fera tiquer les sceptiques et adeptes d'authentiques préparations. Très, peut-être trop accessible, le Café Racer est un vrai très bon produit, qui vend autant de lifestyle et d'image de marque que de qualités dynamiques. Un produit très branché, qui s'échange tout de même contre presque 13'000 francs. Il lui manquera cette louche de caractère, d'inconfort et d'imperfections pour convaincre les purs et durs. Mais on se laissera volontiers resservir un peu de Café.

Commentaires

Suivez AcidMoto.ch !

Pétition AcidMoto.ch

Au final...

On a aimé :
+
la beauté de la machine
+
le comportement sympa et vif
+
la sonorité très chic de l'échappement
On a moins aimé :
-
la lenteur de notre guide
-
se traîner
-
le léger manque de caractère à mi-régimes

Fiche technique

Véhicule
Marque :
Scrambler Ducati
Modèle :
Café Racer
Année :
2017
Catégorie :
Roadster
Kit 25 kW :
Non disponible
Moteur
Type :
Bicylindre en L à distribution desmodromique, 4 temps, 4 soupapes
Cylindrée :
803 cm3
Refroidissement :
par air
Alimentation :
Injection électronique
Performances
Puissance max. :
75 ch à 8'250 tr/min
Couple max. :
68 Nm à 7'750 tr/min
Transmission
Finale :
Par chaîne à joints en X
Boîte :
6 rapports
Embrayage :
Multidisque à bain d'huile
Partie Cycle
Châssis :
Cadre treillis en acier
Suspension AV :
Fourche inversée Kayava ø 41mm
Suspension AR :
Monoamortisser Kayaba, réglable en précharge
Pneu AV :
120 / 70 ZR 17
Pneu AR :
180 / 55 ZR 177
Freinage
ABS :
Oui
Freinage combiné :
Non
Frein AV :
Disque semi-flottant ø 330mm avec étrier Brembo radial monobloc M4-32 à 4 pistons et maître-cylindre radial
Frein AR :
Simple disque ø 245mm avec étrier flottant à 1 piston
Dimensions
Empattement :
1'436 mm
Hauteur de selle :
805 mm
Poids à sec :
172 kg
Réservoir :
13,5 litres
Coloris disponibles
Coloris :
Noir et or
Catalogue
Prix de vente :
CHF 12'890.-
En ligne :

Plus d'articles Moto

La Husqvarna 701 Svartpilen en approche
On se souvient que lors de l’EICMA 2015 Husqvarna avait dévoilé deux concepts, les Vitpilen et Svartpilen. Ces deux concepts devraient arriver sous peu.
Go North Cape [épisode 2] - Les premiers kilomètres en Norvège
Après quatre jours de voyage, nos compères de la côte vaudoise roulent sur l'asphalte de la Norvège.
Chaos à Massy (Essonne) après un accident de quad
Le 5 mai dernier a eu lieu à Antony (Hauts-de-Seine) un jeune originaire de Massy se tuait en quad après une course-poursuite avec les forces de l'ordre. Hier a eu lieu en représailles un véritable rodéo en ville.
A la rencontre des Dandy Riders dans leur "Usine" à Saint-Raphaël (F)
Amateurs de custom culture - pas celle provenant des US, mais celle arrivée du Japon et popularisé par les Wrenchmonkeys, le Brat style - vous êtes au bon endroit ! Les Gentlemen GVA, ces motards chics roulant en ancienne ou en néo-retro ont reçu une invitation, et non des moindres, pour aller découvrir "l’Usine", un concept store dans le sud de la France, entièrement dédiée à cette culture. Il n’en fallait pas plus pour chevaucher nos montures et répondre positivement à cet appel.
Dark Arts – La Triumph Thruxton R revue par Wenley Andrew
Wenley Andrew, préparateur basé en Australie, s'est attaqué avec un certain succès à la Triumph Thruxton R, le but était de garder le meilleur de ce qui a été créé par Triumph et d'améliorer le reste.
Go North Cape [épisode 1] - De la Suisse à Kiel (D)
Hier, Adrien Salgado et Mathieu Voumard ont mis le cap plein nord. Plus de 1'100 kilomètres parcourus sans embûche.

Recherche

Hot news !

Essai BMW R1200 GS Rallye style - Pas besoin d’être parfaite
La GS c’est l’indétrônable, celle qui se vend toujours bien, année après année. Les concurrentes ne manquent pas, mais l’allemande garde ce je ne sais quoi d’avance sur les autres pour rester au sommet. Avec l’édition Rallye style, on touche volontairement à une moto moins parfaite mais à l’utilisation plus ciblée. Récit d’un essai où j’aurai tout vu.
Vidéo - Quand la moto devient un médicament
Pierre-Alain Uldry s'est intéressé au côté guérisseur de nos chères montures. Par le témoignage de deux motards confrontés à des problèmes de santé importants et leurs répercussions, il met en avant les vertus salvatrices de notre passion.
BMW F850GS – Des photos volées en attendant Milan
Le constructeur bavarois va vraisemblablement effectuer une sérieuse mise à jour sur sa F800 afin de proposer une machine plus concurrentielle face aux Africa Twin et autre Multistrada 950.
Essai Harley-Davidson Street Rod - Dynamique et agile, c’est possible
Avec la Street Rod, Harley-Davidson a revu sa copie : le look est soigné, l’équipement est revu et la moto dans son ensemble est bien une Harley-Davidson.
Essai Aprilia Tuono V4 1100 RR et Factory - Roadster superlatif? C'est ce qu’on verra!
Même si on aimerait plus d’audace de leur part d'Aprilia, le gros V4, ils savent faire et ils continuent de mettre à jour leur sportive et leur roadster avec ce que leur enseigne le MotoGP et le Superbike. Avec des options clairement dédiées à la piste, la Tuono pourrait être le roadster le plus fou de la production actuelle.
Essai Yamaha XSR900 Abarth - Piquée par le Scorpion
Née en MotoGP en 2007, la symbiose entre Yamaha et la marque italienne de voitures sportives Abarth donne pour la première fois naissance à une vraie collaboration. Pour l’occasion, le roadster vintage de Yamaha s’offre une peinture exclusive et quelques accessoires pour seulement 695 exemplaires de celle qui s’appelle la XSR900 Abarth.

Liens Partenaires