Essai publié le

Essai Yamaha YZF-R6 2017 - Le retour de la reine dans le bal Supersport

Texte de Yann Blondel / Photo(s) de Jesus Robredo & Sebas Romero
Imprimer cet article

Ils l'attendaient ! Qui ? Les fans de 600 supersport naturellement... Car oui, les petites R6 millésime 2006, puis  2008 et 2010, auront marqué les esprits, notamment par des performances de très haut vol, grâce à un châssis et une géométrie aux petits oignons, ainsi qu'un moteur des plus explosifs.

Depuis son lancement en 1999, la R6 n'a cessé dévoluer dans le bon sens, jusqu'au modèle 2006 qui aura réellement marqué de son empreinte le monde des petites supersports avec un rapport poids/puissance plutôt avantageux : 127cv pour 161kg (133cv avec l'admission d'air forcé), ce qui en fit immédiatement une arme redoutable.

En 2008, la R6 gagne encore 2 petits chevaux (129cv), mais surtout le système YCC-I d'admission variable (Yamaha Chip-Controled Intake), qui lui permet d'obtenir un moteur mieux rempli sur toute sa plage de fonctionnement. La pesée sur la balance lui vaudra un gain de 4kg, mais après tout, ce n'est pas énorme lorsque vous savez qu'avec l'admission d'air forcée, vous aurez 135cv dans une 600.

Le dernier modèle en date, la vesion 2010, ne reçoit que peu de changements, si ce n'est sur le respect des normes anti-pollution. Cela lui fera perdre 5cv, soit 124cv au final.

Nous pouvons donc dire que cette édition 2017 était bel et bien attendue, telle la reine à son bal, et que les 160'000 exemplaires  vendus jusqu'à ce jour en Europe, ne l'ont pas été par hasard.

La R1 comme exemple

Sur les premières photos volées, il ressortait clairement des airs de R1 de cette petite nouvelle. Lors de sa présentation officielle, personne ne doutait plus, il s'agissait bien de l'esthétique de la R1, avec quelques petites modifications. Yamaha ne s'est pas trompé avec ce choix : ça claque !

Certains diront que la firme aux 3 diapasons aurait pu changer la donne en offrant un carénage différent à sa nouvelle Supersport...mais pourquoi changer une recette qui gagne? Personnellement, j'adore, je ne vais donc pas me plaindre de ce choix. Une face avant avec un regard bridé et paré de LEDs qui viennent souligner la prise d'air ;  une selle arrière ajourée qui permettra à l'air de s'engoufrer dans un tunnel et de s'extirper à vitesse grand V. Yamaha annonce d'ailleurs un gain de 8% d'efficacité aérodynamique, mais bien évidemment, ceci n'est pas vérifiable en roulant. Je vous le dis, elle claque cette petite diablesse.

Comme d'habitude avec la marque japonaise, la finition est de haut niveau, les plastiques sont bien ajustés et la peinture des carénages devrait accepter les contraintes extérieures sans soucis. Mon seul regret vient du bloc compteur, qui n'est autre que celui de la précédente R1. Yamaha a fait le choix de piocher dans son large catalogue de pièces et de l'équiper ainsi. Dommage, d'autant que de nos jours les écrans LCD pullulent chez la plupart des constructeurs. Forcément, il fallait bien faire des économies quelque part pour pouvoir proposer une R6 à moins de 15'000 francs,  14'990.- pour être exact. 

Les plus fins limiers auront également remarqué que l'échappement reste identique au modèle précédent et pour cause : le bloc moteur est le même que la version 2010.
Là, j'en vois déjà en train de s'arracher les cheveux et brûler des pneus pour exprimer leurs mécontentement, je les comprends. Mais comme je le disais plus haut, Yamaha propose une moto avec des performances de haut vol à un tarif très, très bas... Et comme vous le savez ou pas, la catégorie des Supersport 600 ne se porte pas très bien, la faute à la nouvelle norme Euro4. Bien des constructeurs délaissent cette catégorie de machines, car les coûts pour pouvoir satisfaire aux nouvelles normes sont simplement exhorbitants.

Mais revenons-en à notre moteur, testé et éprouvé dans bon nombre de championnat snationaux et internationaux. Il s'agit donc toujours du 599 cm3 équipé de ses soupapes et de sa ligne en titane. Malheureusement, les chiffres sur le papier risquent de décevoir les motards qui veulent avant tout en avoir beaucoup sur la carte grise. Il faudra vous contenter de 118,4cv à 14'500 tr/min, avec un couple de 61,7Nm à 10'500 tr/min. Mais comme dirait l'autre, "sans maitrise, la puissance n'est rien", nous verrons donc sur la piste si la petite s'en sort avec les honneurs, ce dont je ne doute pas au vu de son palmarès.

Pour 2017, Yamaha a décidé d'équiper sa R6 de son nouveau système de contrôle de traction (TCS), qui offre 6 niveaux d'interventions, que vous soyez du genre frileux ou cochon sauvage. Bien évidement, le tout est paramètrable même en roulant. Elle hérite également d'un shifter (QSS) qui permet de monter les rapports à la volée et autant vous le dire avec un moteur qui monte si haut dans les tours, cela devrait être très agréable. 

Le plus gros des changements, à mon sens, se trouve du côté de la partie cycle avec un ensemble totalement retravaillé.

Le cadre est toujours en aluminium, tout comme le bras oscillant, de ce côté, rien ne change. Vous l'aurez peut-être remarqué, la fourche Kayaba de couleur or n'est autre que celle de la R1 (43mm de diamètre contre 41mm sur l'ancienne R6). Cette dernière a été modifiée afin de convenir à la petite R6 et son poids plume. La géométrie, l'angle de chasse, l'empattement : rien ne bouge.... l'axe de roue avant passe désormais à 25mm, ce qui permet de gagner de la maniabilité et de la rigidité dans le train avant. L'arrière quand à lui recoit une nouvelle boucle arrière en magnésium, affinée de 20mm sur l'avant, et qui gagne en rigidité, ce qui devrait permettre de gagner en contrôle et en vitesse de changement de position, d'autant que la selle est moins inclinée qu'auparavant. Je vous le confirmerai plus tard.
L'amortisseur arrière est également siglé Kayaba, ce dernier est naturellement réglable en compression et détente.

Je noterai également l'arrivée d'un nouveau réservoir en aluminium de 17litres (en acier sur les précédentes versions) plus léger de 1.2kg, mais qui est surtout redessiné au niveau des genoux, ce qui permet d'être réellement encastré dans la moto.
Bon, en même temps avec mes bras et mes jambes de gibbon, je suis encastré un peu partout.

Le freinage, pourtant déja très performant sur le millésime précédent, hérite des éléments de la R1, avec des disques de 320mm et des étriers en aluminium à 4 pistons à montage radial. Autant vous dire que les adeptes du freinage de type bûcheron devraient être comblés.

Pages de l'article :

Pages

Suivez AcidMoto.ch !

Pétition AcidMoto.ch

Au final...

On a aimé :
+
Un véritable vélo
+
Une partie cycle au top
+
J'en veux une !
On a moins aimé :
-
La norme Euro4 qui castre trop le moteur après 14'500 tr/min

Fiche technique

Véhicule
Marque :
Yamaha
Modèle :
YZF-R6
Année :
2017
Catégorie :
Supersport
Kit 25 kW :
Non disponible
Moteur
Type :
4 cylindres en ligne, 4 temps, 16 soupapes, avec YCC-T et YCC-I
Cylindrée :
599 cm3
Refroidissement :
Liquide
Alimentation :
Injection électronique
Performances
Puissance max. :
118.4 ch à 14'500 tr/min
Couple max. :
61,7 Nm à 10'500 tr/min
Transmission
Finale :
Par chaîne à joints toriques
Boîte :
6 rapports avec Shifter
Embrayage :
Multidisques à bain d’huile
Partie Cycle
Châssis :
Deltabox en aluminium
Suspension AV :
Fourche inversée Kayaba de 43mm, réglable en précharge, compression et détente
Course AV :
120 mm
Suspension AR :
Monoamortisseur Kayaba réglable en précharge, compression et détente
Débattement AR :
120 mm
Pneu AV :
120/70 ZR17 58W
Pneu AR :
180/505ZR17M/C
Freinage
ABS :
Oui
Freinage combiné :
Non
Frein AV :
Double disque de 320mm avec étriers radiaux 4 pistons
Frein AR :
Simple disque avec étrier simple piston
Dimensions
Longueur :
2'040 mm
Empattement :
1'375 mm
Largeur :
695 mm
Hauteur de selle :
850 mm
Poids total :
190 kg
Réservoir :
17 litres
Coloris disponibles
Coloris :
Race Blu
 
Tech Black
Catalogue
Prix de vente :
CHF 14'990.-
En ligne :

Plus d'articles Moto

Moto Fuller transforme la Motus MSTR en Streetfighter
Bien que ce ne soit pas la marque ni le modèle le plus connu, la Motus MSTR gagne à être connue déjà de par sa motorisation en V longitudinale de 1'650cc, et Moto Fuller a décidé d'en faire une Streetfighter.
Portes ouvertes chez MMRide – Ta brêle t’attend !
Comme l’an passé, notre partenaire MMRide sera ouvert tout au long du week-end du 29 et 30 avril pour vous permettre de tester celle qui sera peut être l’élue de votre cœur, pardon, de votre garage. A vos agendas !
Offre d'emploi - Le Yamaha Center Fribourg recrute un mécanicien
Le Yamaha Center Fribourg situé à Marly recrute un mécanicien moto.
Essai Harley-Davidson Street Rod - Dynamique et agile, c’est possible
En cherchant à toucher une nouvelle clientèle, Harley-Davidson s’est attaqué à la 750 cm3. La première tentative a donné naissance à la Street 750 dont la finition était malheureusement un cran en-dessous des autres motos de la marque. Avec la Street Rod ils ont bien revu leur copie : le look est soigné, l’équipement est revu et la moto dans son ensemble est bien une Harley-Davidson.
BMW HP 4 Race – Quand les Bavarois se mettent à la haute couture
Elle fait couler de l'encre, ou tout du moins cliqueter les claviers, depuis qu'elle a été révélée et tant que concept lors du salon EICMA de Milan. Maintenant que nous avons toutes les informations officielles sur cette pièce d'orfèvrerie, ce sont les langues qu'elle fait pendre.
Suzuki dépose un brevet pour un Burgman hybride 2WD
Le constructeur d'Hamamatsu sera-t-il le premier à commercialiser un scooter hybride à deux roues motrices ? Cela en prend le chemin si l'on en croit les brevets qui viennent d'être déposés.

Recherche

Hot news !

Essai Aprilia Tuono V4 1100 RR et Factory - Roadster superlatif? C'est ce qu’on verra!
Même si on aimerait plus d’audace de leur part d'Aprilia, le gros V4, ils savent faire et ils continuent de mettre à jour leur sportive et leur roadster avec ce que leur enseigne le MotoGP et le Superbike. Avec des options clairement dédiées à la piste, la Tuono pourrait être le roadster le plus fou de la production actuelle.
Essai Yamaha XSR900 Abarth - Piquée par le Scorpion
Née en MotoGP en 2007, la symbiose entre Yamaha et la marque italienne de voitures sportives Abarth donne pour la première fois naissance à une vraie collaboration. Pour l’occasion, le roadster vintage de Yamaha s’offre une peinture exclusive et quelques accessoires pour seulement 695 exemplaires de celle qui s’appelle la XSR900 Abarth.
Essai Yamaha SCR 950 - La Bolt se mue en Scrambler
La Yamaha XV950R s’est faitw très discrète sur le marché depuis sa sortie, nous l’avions essayée et dans la foulée Badan Moto s’en servait comme base pour un custom très séduisant. Reste que le moteur V2 à refroidissement à air a une montagne de couple à offrir, alors autant en profiter pour créer un autre modèle avec ! Surfant sur la vague Vintage, c’est ainsi qu’est née le scrambler SCR950 avec son grand guidon et ses pneus mixtes, elle en a déjà l’allure, mais en a-t-elle le comportement ?
Essai PdB 500 - Une marque genevoise revient dans la course
C’est à quelques encablures de feu la société Motosacoche SA, qui aura été une marque mondialement réputée et très bien racontée par notre ami Eric Bezon, qu’une figure emblématique du canton, Nanard Meili a décidé de lancer sa propre entreprise : PdB.
Essai Ducati Monster 797 – Le refroidissement à air existe encore
La gamme Ducati s’est encore agrandie cette saison, mais mis à part les Scrambler, les modèles recommandables à un débutant ne sont pas légion. Que faire si on aime pas la vague néo-rétro ? Pour éviter la fuite des clients, une petite Monster bien fun sera assemblée à Bologne, avec un moteur déjà connu et mis à jour.
Essai Yamaha MT-10 Tourer Edition et SP - Pack grand tourisme et roadster high-tech
Pour un fana de technologie, la R1M est le saint Graal. Pratiquement tout est réglable du contrôle de traction au rebond de l’amortisseur. Pour la route, c’est difficilement exploitable, mais maintenant avec la MT-10 SP vous aurez une arme sur route et sur piste. Plus envie de voyage? Le pack Tourer vous attend !

Liens Partenaires