Essai publié le

Comparatif BMW R NineT Scrambler / Triumph Bonneville T120 Black : Retour vers le futur

Texte de Jimmy Gurtner / Photo(s) de Richard A. Meinert
Imprimer cet article

Une anglaise caractérielle à la conception ancrée dans la tradition. Une allemande qui pare un modèle au comportement très moderne d’atours vintage. Deux bicylindres de 1200cm3. Un comparatif néo-rétro pour saisir ce qui se retrouve chez l’une et chez l’autre : un vrai plaisir mécanique, au-delà de simples performances. Sortez les casques jets et les vieux cuirs, on remonte le temps !

On ne vous apprendra rien en vous disant que le vintage, souvent appelé néo-rétro dans le monde moto, est à la mode en ce moment. Faire ressurgir d’anciennes appellations du passé, produire des machines au look léché avec des performances qui permettent de ne pas (trop) craindre les chaleurs ou les ennuis judiciaires, c’est la recette gagnante du moment.

Les constructeurs ne s’y trompent pas, avec de nouvelles gammes Heritage, SportClassic, Modern Classics, voire de nouvelles marques à part entière, comme Ducati avec Scrambler. Et ça marche ! Hier, dans Genève, j’ai croisé pas moins de 4 BMW R NineT, deux Yamaha XSR et une flopée de Triumph Bonneville ou Thruxton. Sans parler de la flopée de Harley Davidson, cas un peu à part, certes. Non, il n’y avait pas que des hipsters barbus à leur guidon ! 

L’idée d’un petit comparatif s’est donc imposée à Patrick, qui m’a mis entre les pattes la récente BMW R NineT Scrambler et la fraîchement revue Triumph Bonneville, dans sa mouture T120 Black. Si je ne rechigne jamais à monter sur un deux-roues, voire un trois-roues, j’avoue m’être interrogé sur ce choix dans les « adversaires » de notre comparatif. Ayant déjà testé la NineT par le passé, je me doute que cette version Scrambler conserve un comportement vif et des prestations d’actualité. Concernant la Bonneville, si je garde un souvenir ému de la Thruxton Ace, je me rappelle surtout de sa conception ancienne, peu adaptée aux contraintes auxquelles on a désormais l’habitude de soumettre la moindre 250cm3 qui passe entre nos pattes.

J’allais avoir le temps de m’interroger en attendant le camion venant droit de Zürich, un samedi matin pluvieux, pour me livrer les deux machines. Ces dames participaient à un vaste comparatif rétro, organisé par nos confrères de Töff. Preuve que ce segment marche du tonnerre et que nos amis suisses-allemands savent remercier les confrères arrangeants pour les dates d’essai. C’est tout de même l’œil vitreux que j’accueille le chauffeur, qui baisse sans attendre sa ridelle pour descendre les deux bécanes. Et mon oeil de retrouver toute sa brillance.

Le rétro, c'est beau

Oublié, le temps maussade. Oublié, le réveil aux aurores un samedi. Oublié, le doute quant au choix des modèles du comparatif. J’arbore un sourire niais d’enfant devant le sapin de Noël alors que la Triumph et la BMW retrouvent la lumière du jour et illuminent mon samedi matin.

L’anglaise, toute de noir vêtue, s’offre une touche de chocolat sur la selle, du plus bel effet. La ligne, reconnaissable au premier coup d’œil, est superbement mise en valeur dans ce coloris. Tout est noir ou presque, les quelques touches de chrome et de gris venant exciter les pupilles. La silhouette, longue et basse, catapulte dans le passé. Le moteur trône fièrement sous le réservoir et ravit le regard avec ses ailettes poncées, ses injecteurs déguisés en carbus et ses anti-parasites rouges. Il n’y a rien à jeter sur la Bonneville. Rien.

A côté de la Triumph, la BMW R NineT Scrambler fait figure de sauterelle géante. La selle beige, très travaillée, paraît minuscule derrière le gros réservoir gris et les cylindres du moteur boxer. Le petit bloc compteur, qui se passe de compte-tours, est avalé par l’immense guidon cintré en aluminium, de facture presque trop moderne, alors que l’arrière est décoré par la double sortie Akrapovic fournie d’origine.

Mais ce qui claque le plus sur la NineT Scrambler, ce sont les pneus à crampons montés sur les jantes! C’est impressionnant, mais je me demande comment ils vont encaisser les 110 chevaux du flat twin sur la route… En tout cas, le physique de la BMW fait son petit effet.

C'est dans les vieux pots...

Livreur remercié, je m’empresse de remonter me changer. Ces deux machines donnent envie de rouler ! Peu enclin à tester des pneus à crampons sur bitume mouillé avant mon deuxième café, je redescends avec les clés de la Triumph.  Bzzziiiiiiit, les deux compteurs à aiguilles s'allument et distillent leur pléthore d’informations tout en conservant une classe toute ancienne. Je démarre le nouveau twin parallèle de 1200cm3 et la magie opère. Le grondement sourd et rauque qui sort des deux échappements prend aux tripes et ravit les oreilles. Enfin, la Bonneville a de la voix, et d’origine, s’il vous plaît ! Envoûté, je m’équipe à la hâte, enfourche l’anglaise, passe la première ( CLAC ! ) et m’élance dans un BRÔÔÔÔÔAAAAP digne du volume 1 du Joe Bar Team. Putain, ouais.

Au guidon, je suis d’abord ravi par le confort moderne proposé. Les poignées chauffantes, la jauge à essence, le contrôle de traction, l’ABS… pourtant, à la première vitrine venue, mon reflet me confirme que je suis bien sur une Bonneville. Mécaniquement, le raffinement est autenthique. Au-delà de la sonorité qui transporte le pilote des décennies en arrière, le caractère du nouveau bicylindre est à la hauteur de sa mission. Sans débordement de puissance, le couple de 105Nm vous tracte avec force, dès 3'000 tours, à chaque rotation de la poignée. On sent le guidon nous tirer en avant, alors que le séant tasse la mousse de la selle aussi belle que confortable. La base de la bécane et des joies de l’accélération.

En abordant quelques virages avec enthousiasme (lisez « comme une andouille »), si la tenue de route est toute moderne, il faut s’appliquer pour ne pas limer trop vite les cale-pieds et inscrire la Bonnie’ dans les courbes. Les masses centrées très bas et les suspensions souples donnent un côté tout rétro au pilotage : la Triumph vire un poil en deux temps, comme ses ancêtres. Une première impression de lourdeur en entrée de courbe, puis, comme si tout le poids de la machine semblait enfin se diriger dans le même sens, un retour du train arrière qui confirme ; « c’est OK on est dedans ». S’ensuit un jouissif tour de poignet pour extraire le tout de ladite courbe, dans cette superbe sonorité de grosse-cylindrée d’époque et avec les gigotements du Pirelli Phantom arrière, que le traction-control empêche de décrocher. Tout le charme du pilotage « à l’ancienne » avec la sécurité de systèmes et de suspensions modernes : on fait le plein de sensations en toute sécurité.

Après un retour en mode balade au bercail, la pluie ayant redoublé, l’attente sera longue pour enfourcher la rivale de l’anglaise et plonger enfin dans ce comparatif. Ce sera chose faite le lendemain, avec un temps plus clément qui me poussera à partir tournicoter sur la NineT Scrambler et ses pneus à crampons. Contact, démarreur, le flat-twin s’ébroue, au sens propre : le couple de renversement fait remuer la machine et renvoie une sensation de vie très agréable. Les véritables claquements de l’échappement Akrapovic achèvent de réchauffer l’ambiance et réveiller le voisinage : la NineT Scrambler en fait des tonnes dès le démarrage et donne le sourire !

Pages de l'article :

Pages

Suivez AcidMoto.ch !

Pétition AcidMoto.ch

Au final...

On a aimé :
+
la classe de la Bonneville T120 Black
+
le caractère assumé de la Nine-T Scrambler
+
les caractères assez opposés, témoins du large choix proposé sur le segment
On a moins aimé :
-
les pneus de la BMW
-
le prix de la BMW (il fallait bien trouver un défaut!)
-
l'efficacité en retrait de la Triumph, 100% à l'ancienne
-
la garde-au-sol de l'anglaise, en adéquation avec sa philosophie

Fiche technique

Véhicule
Marque :
Triumph
Modèle :
Bonneville T120
Année :
2016
Catégorie :
Roadster
Kit 25 kW :
Non disponible
Moteur
Type :
Bicylindres parallèle SOHC, 270°, 8 valves
Cylindrée :
1200 cm3
Refroidissement :
Liquide
Alimentation :
Injection électronique multipoint séquentielle
Performances
Puissance max. :
80 ch à 6'550 tr/min
Couple max. :
105 Nm à 3'100 tr/min
Transmission
Finale :
Chaîne X-Ring
Boîte :
6 rapports
Embrayage :
Multidisque à bain d'huile
Partie Cycle
Châssis :
Assier tubulaire
Suspension AV :
Kayaba ø41mm
Course AV :
120 mm
Suspension AR :
Double amortisseur Kayaba réglable en pré-charge
Débattement AR :
120 mm
Pneu AV :
100/90-18
Pneu AR :
150/70-R17
Freinage
ABS :
Oui
Freinage combiné :
Non
Frein AV :
Deux disques 310mm, étriers axiaux Nissin 2 pistons monté flotant
Frein AR :
Monodisque 255mm, étrier Nissin 2 pistons monté flotant
Dimensions
Longueur :
2'170 mm
Empattement :
1'445 mm
Largeur :
785 mm
Hauteur de selle :
785 mm
Poids à sec :
224 kg
Réservoir :
14.5 litres
Coloris disponibles
Coloris :
Cranberry Red et Aluminium Silver avec liseret peints à la main
 
Jet Black et Pure White avec liseret peints à la main
 
Jet Black
 
Cinder Red
 
Jet Black (T120 Black)
 
Matt Graphite (T120 Black)
Catalogue
Prix de vente :
CHF 12'500.-
Hors frais de transport, CHF 160.-
En ligne :
Garages :
 

Fiche technique

Véhicule
Marque :
BMW
Modèle :
R NineT Scrambler
Année :
2016
Catégorie :
Roadster
Kit 25 kW :
Non disponible
Moteur
Type :
bicylindre à plat (boxer), 4 temps
Cylindrée :
1170 cm3
Refroidissement :
Mixte air/huile
Alimentation :
Injection électronique numérique séquentielle
Performances
Puissance max. :
110 ch à 7'750 tr/min
Couple max. :
116 Nm à 6'000 tr/min
Transmission
Finale :
Par arbre à cardan
Boîte :
6 rapports
Embrayage :
A sec à commande hydraulique
Partie Cycle
Châssis :
Cadre treillis en tubes d’acier, moteur à fonction porteuse
Suspension AV :
Fourche télescopique, Ø 43 mm
Course AV :
125 mm
Suspension AR :
Paralever BMW
Débattement AR :
140 mm
Pneu AV :
120/70 ZR19
Pneu AR :
170/60 ZR17
Freinage
ABS :
Oui
Freinage combiné :
Oui
Frein AV :
Double disque à commande hydraulique, Ø 320 mm
Frein AR :
Monodisque, Ø 265mm
Dimensions
Longueur :
2'175 mm
Empattement :
1'522 mm
Largeur :
880 mm
Hauteur de selle :
820 mm
Poids total :
220 kg
Réservoir :
17 litres
Coloris disponibles
Coloris :
Monolith Metallic Mat
Catalogue
Prix de vente :
CHF 15'200.-
- prime Euro CHF 1'200.- à déduire.
En ligne :

Plus d'articles Moto

Alaska - Ushuaïa [partie 6] - De Valdez à la péninsule de Kenai Fjords
L’Alaska m’a tellement plu et bluffé que je vais lui consacrer plusieurs blogs. Je continuerai par le Sud, couvrant mon itinéraire de Valdez jusqu’à la péninsule de Kenai Fjords.
Deus Ex Machina nous livre sa version l'Hypermotard version Pikes Peak
La course de Pikes Peak est un vraie institution aux USA, alors quand on est un préparateur tel que Deux Ex Machina, on se doit de fourbir ses armes pour y participer, c'est chose faite avec cette Hypermotard.
Alaska - Ushuaïa [partie 5] - La Dempster et la Top of the World Highway
L'Alaska se présente à notre aventurier du moment. Avec sa Yamaha XT660Z Ténéré, le Vaudois Marc Scheiwiller poursuit son périple du nord au sud du continent américain qui durera une année.
MTT 420RR : 420 chevaux et une turbine d’hélico dans une moto
Le titre parle, et les plus fins connaisseurs diront tout de suite que ce n’est pas une première. Et c’est vrai puisque la MTT 420RR (pour 420 chevaux) n’est autre que la descendante de la fameuse Y2K !
BMW R 1200 GS 2018 – Elle évolue dans le détail
Alors que beaucoup annonçait un nouveau boxer à admission variable pour la GS 2018, celle-ci se contente d'évoluer dans le détail dans l'attente d'une mise à jour plus sérieuse pour 2019.
Une Kawasaki Versys 900 présentée à l'EICMA ?
L'EICMA 2016 a vu la Kawasaki Z900 être présentée au public, le constructeur japonais pourrait se servir de cette plateforme pour présenter une nouvelle Versys 900 cette année lors de l'édition 2017 du salon de Milan.

Recherche

Hot news !

BMW S1000RR 2018 - De nouvelles photos en disent plus
Le constructeur à l’hélice veut clairement reprendre le leadership du marché des sportives comme cela avait été le cas lors de la sortie de la S1000RR, la nouvelle mouture de la sportive s’annonce « caliente ».
La BMW S1000RR profondément revue pour 2018
Celle qui a révolutionné le monde des supersports il y a maintenant 8 ans va recevoir quelques modifications pour 2018 afin de la moderniser face à la concurrence.
Ducati V4 – Claudio Domenicali se laisse aller à quelques confidences
Lors de la manche WSBK de Laguna Seca, Ducati a présenté sa 1299 Panigale Final Edition afin de clore le chapitre des V2 desmodromiques et d'ouvrir un nouveau chapitre avec des V4 pour les sportives de Bologne.
Ducati V4 – A nouveau surprise en plein roulage
On vous l'avait présentée il y a quelques jours, et voilà que le nouveau missile de chez Ducati à motorisation V4 a été surpris en plein roulage, on en sait désormais un peu plus sur celle qui sera certainement la reine du salon EICMA de Milan.
Essai BMW HP4 Race – Bienvenue dans le monde de la course
Il y a des essais comme ça, magiques, exaltants… Comment on les reconnaît ? De notre côté, on est surexcités, un poil tendus, et même on a le syndrome particulier du kikitoudur…
Ducati V4 Superbike – Elle roule déjà
L'usine de Bologne fait parler d'elle cette semaine, tout d'abord avec le teaser présenté pour annoncer une rupture avec le passé et ensuite avec le rachat possible de la marque par Harley-Davidson.

Liens Partenaires