Essai publié le

Essai Kawasaki Z900 - On n'arrête plus le Z

Texte de Patrick
Imprimer cet article

900, c’est une cylindrée importante pour Kawasaki. Souvenez-vous de la 900 GPZ et de la 900 Z1. Ce n’est donc pas anodin si ce nombre réapparaît pour la dernière Z, qui complète la gamme.

Dès la sortie de la Z800, les codes esthétiques étaient bousculés par ces traits torturés et agressifs, audacieux cocktail qui a eu le succès qu’on connaît. La Z900 revient à quelque chose de plus conventionnel et moins chargé. Sur le flanc, le moteur surpasse le reste par sa présence imposante ; seul l’échappement lui vole un peu d’attention avec sa forme dessinée à la règle et le mélange alu brossé/acier noir.

De face, le phare plongeant est plutôt réussi, tout comme le feu de position caché dans le dos du tableau de bord. Ce dernier lest commun avec la petite Z650, avec un compte-tours numérique à 3 présentations à choix, qui surplombe l'ordinateur de bord. L’indicateur de rapport engagé est en bonne place avec la vitesse. Présenté en caractères blancs sur fond noir, la présentation est aussi lisible que jolie.

À l’arrière, le phare à LED en Z est un must, identifiable entre mille. Quand on suit une Z, on le sait. Pour aller plus loin dans la finition, Kawasaki s’est attelé à masquer le plus possible de câbles et de conduites. Seul le câble d’embrayage passant en travers sur té de fourche détonne alors qu’ils ont soigné les détails. Comme sur tout roadster, la prise au vent est importante mais se limite heureusement au casque. Les jambes prennent place derrière le large bloc moteur, abritées du vent.

Un organe à sa mesure

Pour succéder à la Z750 et la Z800, Kawasaki a employé les gros moyens. Le moteur de 948 cm3 est dérivé de celui de la Z1000. Ce 4 cylindres délivre 123 chevaux à 9'500 tr/min avec une zone rouge à 11’000 tr/min. Le moteur est monté fixe en dessous du châssis au moyen de 5 points d'ancrage.

Le travail effectué sur le cadre treillis fait gagner de précieux kilos, avec une pièce pesant seule 13.5 kg. Le même exercice est appliqué sur le bras oscillant et ses 3.9 kg. Au final, on obtient une moto très agile et bien balancée sans être extraordinairement légère.

Avec sa position de conduite typique d'un roadster, la nouvelle Z ne surprend guère. Le large guidon droit me fait surplomber la roue avant, me donnant un feedback assez précis. Bien que la selle soit basse, je ne me sens pas étriqué avec les genoux contre le réservoir : un bon point pour le confort de pilotage de la Z900. Seul un détail m’a dérangé pendant mon essai: j’avais en permanence le pied droit qui butait sur l’échappement, réduisant ma liberté de mouvement. Un Akrapovic titane ou carbone et on en parle plus.

Pour un 4 cylindres, le moteur se comporte superbement bien, même à bas régimes. Pas question d’avoir la reprise du siècle, mais en 5e pour un simple 50km/h, c’est largement suffisant. La 6e surmultipliée ne sert que sur autoroute, avec une différence de régime flagrante comparé au rapport inférieur.

Redéfinir la brutalité

Refined Raw, tradusible par "brut rafiné", c’est en deux mots le but recherché dans le développement de la Z900. Pour le découvrir, on est parti à l’assaut d’une montagne Andalouse où nous attendait encore même de la neige. Au début de la montée, les pneus longs à chauffer donnaient lieu à de nombreux micro-glissades à la remise des gaz, difficile de garder le rythme et la confiance dans ces conditions.

Avec le temps, je commence à prendre la mesure de la réponse aux sollicitations de la poignée de gaz: rapide et directe mais pas harassante! Dès 5000 trs/min, attention à ne pas être trop généreux du poignet droit. Dépourvu de contrôle de traction, l’arrière de la Z900 pourrait bien se dérober. Mais quel régal de la balancer d’un côté à l’autre sans retenue. En s’engageant aux commandes, elle dévore les virages comme si des vies en dépendait.

Les suspensions, réglables en précontrainte et en rebond, à l’avant comme à l’arrière, remplissent bien leur rôle d’assainir la liaison au sol dans un setup qui prend en compte un éventuel passager. La moto déjà vive pourrait gagner en précision avec un réglage pour un conducteur seul. Les freins sont aussi à la hauteur, procurant un bon feeling au bout des doigts. Un rien plus de mordant nous rapprocherait de la perfection.

Il m’a personnellement fallu du temps pour me réhabituer au 4 cylindres puis à prendre la mesure du grip de cette moto. Puis là: que du bonheur. Son agilité devient addictive, le son d’admission spécialement étudié résonne comme la bande originale d’un roadmovie épique. Chaque montée en régime vous allonge les bras en vous caressant les oreilles.

Conclusion

En somme, cette Z900 pourrait être une parfaite Z1000 avec une chargée de chevaux de plus et le fameux KTRC. Ce châssis et ce moteur ont un potentiel énorme qui présage aussi du bon pour des Z à venir. Ce nouveau roadster est une arme blanche affûtée au possible, prête à tailler les trajectoires et à ne pas confier à n’importe qui. Celui qui ne traite pas la poignée de gaz avec respect se retrouvera au sol plus vite qu’il n’imagine.

Une version "Performance" de la Z900 existe en Suisse avec un pack dosseret de selle, échappement Akrapovic et protection de réservoir qui sera monté sur votre moto dès sa livraison pour le prix avantageux de CHF 1'250.- (économie de 20% par rapport à un achat au détail.

Commentaires

Suivez AcidMoto.ch !

Pétition AcidMoto.ch

Au final...

On a aimé :
+
Précision de la moto dans l’ensemble
+
Son d’admission vraiment sympa
+
Réponse de la poignée de gaz au mélange idéale entre réactivité et brutalité
On a moins aimé :
-
L'échappement qui me sert de repose-pied
-
Absence de contrôle de traction pour une telle arme
-
Suspensions réglée un peu dur et pneus surgonflés d’origine

Fiche technique

Véhicule
Marque :
Kawasaki
Modèle :
Z900
Année :
2017
Catégorie :
Roadster
Kit 25 kW :
Non disponible
Moteur
Type :
4 cylindres en ligne, 4 temps a
Cylindrée :
948 cm3
Refroidissement :
Liquide
Alimentation :
Injection: ø 36 mm x 4 à papillons secondaires
Performances
Puissance max. :
125 ch à 9'500 tr/min
Couple max. :
98.6 Nm à 7'700 tr/min
Transmission
Finale :
Par chaine
Boîte :
6 rapports
Embrayage :
Multidisque en bain d'huile, à commande manuelle
Partie Cycle
Châssis :
Treillis en acier haute résistance
Suspension AV :
Fourche inversée de ø 41 mm avec réglage de détente et de précharge du ressort
Course AV :
120 mm
Suspension AR :
Horizontale Back-Link avec réglage de détente et de précharge du ressort
Débattement AR :
140 mm
Pneu AV :
120/70 ZR 17
Pneu AR :
180/55 ZR 17
Freinage
ABS :
Oui
Freinage combiné :
Non
Frein AV :
Double disque en pétales semi-flottant de ø 300 mm, étriers 4 pistons
Frein AR :
Simple disque en pétales de ø 250 mm, simple piston
Dimensions
Longueur :
2'070 mm
Empattement :
1'450 mm
Largeur :
820 mm
Hauteur de selle :
795 mm
Poids total :
210 kg
Réservoir :
17 litres
Coloris disponibles
Coloris :
Pearl Mystic Gray (gris) / Metallic Flat Spark Black (noir)
 
Candy Lime Green (vert) / Metallic Spark Black (noir)
 
Metallic Flat Spark Black (noir) / Metallic Spark Black (noir)
Catalogue
Prix de vente :
CHF 9'700.-
Frais de transport compris
En ligne :

Plus d'articles Moto

Go North Cape [épisode 2] - Les premiers kilomètres en Norvège
Après quatre jours de voyage, nos compères de la côte vaudoise roulent sur l'asphalte de la Norvège.
Chaos à Massy (Essonne) après un accident de quad
Le 5 mai dernier a eu lieu à Antony (Hauts-de-Seine) un jeune originaire de Massy se tuait en quad après une course-poursuite avec les forces de l'ordre. Hier a eu lieu en représailles un véritable rodéo en ville.
A la rencontre des Dandy Riders dans leur "Usine" à Saint-Raphaël (F)
Amateurs de custom culture - pas celle provenant des US, mais celle arrivée du Japon et popularisé par les Wrenchmonkeys, le Brat style - vous êtes au bon endroit ! Les Gentlemen GVA, ces motards chics roulant en ancienne ou en néo-retro ont reçu une invitation, et non des moindres, pour aller découvrir "l’Usine", un concept store dans le sud de la France, entièrement dédiée à cette culture. Il n’en fallait pas plus pour chevaucher nos montures et répondre positivement à cet appel.
Dark Arts – La Triumph Thruxton R revue par Wenley Andrew
Wenley Andrew, préparateur basé en Australie, s'est attaqué avec un certain succès à la Triumph Thruxton R, le but était de garder le meilleur de ce qui a été créé par Triumph et d'améliorer le reste.
Go North Cape [épisode 1] - De la Suisse à Kiel (D)
Hier, Adrien Salgado et Mathieu Voumard ont mis le cap plein nord. Plus de 1'100 kilomètres parcourus sans embûche.
Hayden renversé à vélo : pronostic vital engagé
Le champion du monde de MotoGP en 2006 a été victime d'un accident de la route alors qu'il s'entraînait à vélo avec un groupe d'amis aux alentours de Rimini.

Recherche

Hot news !

Essai BMW R1200 GS Rallye style - Pas besoin d’être parfaite
La GS c’est l’indétrônable, celle qui se vend toujours bien, année après année. Les concurrentes ne manquent pas, mais l’allemande garde ce je ne sais quoi d’avance sur les autres pour rester au sommet. Avec l’édition Rallye style, on touche volontairement à une moto moins parfaite mais à l’utilisation plus ciblée. Récit d’un essai où j’aurai tout vu.
Vidéo - Quand la moto devient un médicament
Pierre-Alain Uldry s'est intéressé au côté guérisseur de nos chères montures. Par le témoignage de deux motards confrontés à des problèmes de santé importants et leurs répercussions, il met en avant les vertus salvatrices de notre passion.
BMW F850GS – Des photos volées en attendant Milan
Le constructeur bavarois va vraisemblablement effectuer une sérieuse mise à jour sur sa F800 afin de proposer une machine plus concurrentielle face aux Africa Twin et autre Multistrada 950.
Essai Harley-Davidson Street Rod - Dynamique et agile, c’est possible
Avec la Street Rod, Harley-Davidson a revu sa copie : le look est soigné, l’équipement est revu et la moto dans son ensemble est bien une Harley-Davidson.
Essai Aprilia Tuono V4 1100 RR et Factory - Roadster superlatif? C'est ce qu’on verra!
Même si on aimerait plus d’audace de leur part d'Aprilia, le gros V4, ils savent faire et ils continuent de mettre à jour leur sportive et leur roadster avec ce que leur enseigne le MotoGP et le Superbike. Avec des options clairement dédiées à la piste, la Tuono pourrait être le roadster le plus fou de la production actuelle.
Essai Yamaha XSR900 Abarth - Piquée par le Scorpion
Née en MotoGP en 2007, la symbiose entre Yamaha et la marque italienne de voitures sportives Abarth donne pour la première fois naissance à une vraie collaboration. Pour l’occasion, le roadster vintage de Yamaha s’offre une peinture exclusive et quelques accessoires pour seulement 695 exemplaires de celle qui s’appelle la XSR900 Abarth.

Liens Partenaires