Essai publié le

Essai Ducati Multistrada 1200 Pikes Peak - La Multi de l'extrême

Texte de Marc / Photo(s) de Malo Liechti
Imprimer cet article

Pikes Peak, ces deux mots symbolisent la course de côte la plus longue et la plus dure du monde. Or la Multistrada y a brillé à plusieurs reprises, ce n’est donc pas un hasard si nous retrouvons cet acronyme sur la plus extrême des Multi'. Voyons si cela n’est pas usurpé.

Avant de parler de la Multi en elle-même, commençons par un petit résumé : Pikes Peak, c’est un départ à 2’865 mètres d’altitude et une arrivée 1’440 mètres plus haut, après avoir parcouru 156 virages et 19,93 km. Le genre de course pour laquelle il faut déjà une sacrée expérience avant de s'engager, ou une bonne dose d’inconscience, et une bonne machine.

Or, justement, la Multistrada ne fait pas que s’approprier ce nom. Elle a brillé tout au long de ce tracé sélectif, qui, de part son altitude ainsi que du manque d'oxygène, met à mal les moteurs et, de part les changements de terrains, oblige à avoir une partie-cycle au top. Ce n’est, en effet, pas moins de 4 victoires que la Multistrada a glané sur ce terrain sélectif !

Mais venons-en à notre moto d’essai, la fameuse Multistrada Pikes Peak 2016. Quelles différences avec un modèle de base ? La plus visible concerne les suspensions qui proviennent du grand gourou Öhlins, gage de rigueur et de sportivité. Ensuite, au niveau de la finition, toujours pour le visible, la Pikes Peak fourmille de pièces carbone comme le saute-vent, et divers éléments de carrosserie. Vient ensuite les pinces de freins Brembo M50, comme sur la Panigale… gage de freinage d’anthologie. Enfin, l’échappement qui équipe notre moto d’essai est une superbe ligne Termignoni.

Par contre, le coeur de la Multi reste identique, à savoir le V-Twin en L de 1’198cc équipé du DVT, la fameuse distribution variable qui agit en permanence sur les paramètres des levées des soupapes. Ce système permet à la fois d’améliorer le couple et d'abaisser la consommation de la Multi.

Ce nouveau bloc à la pointe de la technologie, largement asservi par une électronique au top, développe la bagatelle de 160cv et surtout un couple de 136Nm sur une large plage de régime.

Pour calmer cette horde sauvage, une ribambelle de capteurs permet de détecter la moindre perte d’adhérence, que ce soit au niveau de l’accélération ou du freinage. Plusieurs modes sont préprogrammés, permettant de se balader en ville ou d'attaquer comme un ours dans les cols (en évitant soigneusement nos amis à casquettes).

Bon assez tergiversé, on ne va pas passer notre temps à vous livrer la fiche technique de la machine 4 fois victorieuse à Pikes Peak ! Il est temps de grimper en selle, et ça, même pour mon 1m72, (hé oui, j’ai rétréci de 2cm, selon mon rebouteux c’est à cause du nombre de fractures) ça reste largement accessible et mes deux petons chaussants du 43 fillettes se posent au sol sans aucun souci.

Une fois installé dans  la Ducati, je remarque que la large assise est confortable, que les commandes tombent agréablement sous les mains et qu'il est aisé de manipuler tous les boutons à disposition.

Grâce à la clé codée, pas besoin de chercher le contacteur, une pression sur le démarreur et le twin est lancé. Un son caverneux et guttural, rappelant quelque peu les portes de l’enfer dans la trilogie du Seigneur des Anneaux, s’échappe du Termignoni. Je me dis immédiatement que le responsable des homologations chez Ducati doit avoir un cousin au service ad’hoc…

Départ pour une balade en ville de G’nève (avec l’accent), la Multi y est à l’aise. On comprend immédiatement pourquoi les SUV, vous savez ces gros 4x4 de ville, foisonnent comme les lapins de garenne en dehors des périodes de chasse. La visibilité depuis là-haut est juste parfaite et la position de conduite relax. En plus, le large guidon permet de changer de trajectoire dès qu’un de ces SUV décide de soudainement s’arrêter le long d’un trottoir pour ramener une baguette pour le souper ou un sac Vuitton.

Le mode « Urban » rend le moteur très souple, pour un twin de 1’200cc, tout en permettant de très bonnes relances lorsqu’il s’agit de dépasser. Le guidon haut placé et les clignos intégrés aux protèges-mains permettent de se faufiler sans trop de soucis. Avant d’affronter la jungle des cols, la Multi s’affranchit sans problème de la jungle urbaine !

Bon c’est pas tout ça, ma journée pour le travail « alimentaire » étant terminée, il faut (mais quelle corvée…) partir rouler au guidon de mon joujou à CHF 25’390.-

La route s’élargit, j’arrive en rase-campagne et sélectionne le mode « Touring ». Immédiatement la réponse à la poignée droite se fait plus virile, tout comme le freinage qui gagne en mordant. Cela me démontre l’efficacité de l’électronique Ducati. Magnetti-Marelli serait-il en train de damner le pion aux Japonais sur leur terrain ? Cela y ressemble tant les puces italiennes sont efficaces !

Pages de l'article :

Pages

Suivez AcidMoto.ch !

Pétition AcidMoto.ch

Au final...

On a aimé :
+
La maniabilité
+
Le moteur
+
L'électronique
On a moins aimé :
-
Pas de shifter
-
Pas de suspensions électroniques

Fiche technique

Véhicule
Marque :
Ducati
Modèle :
Multistrada 1200 Pike Peaks
Année :
2016
Catégorie :
Routière
Moteur
Type :
Bicylindre en L, 4 soupapes par cylindre, Dual Spark, Desmodromic variable
Cylindrée :
1198,4 cm3
Refroidissement :
Liquide
Alimentation :
Injection électronique Bosch, corps papillonnés elliptiques avec système Ride-by-Wire
Performances
Puissance max. :
160 ch à 9'500 tr/min
Couple max. :
136 Nm à 7'500 tr/min
Transmission
Finale :
Par chaîne
Boîte :
6 vitesses
Embrayage :
Multidisques à bain d'huile, système antidribble
Partie Cycle
Châssis :
Treillis tubulaire en acier
Suspension AV :
Fourche Öhlins inversée 48mm entièrement ajustable
Course AV :
170 mm
Suspension AR :
Öhlins TTX36 entièrement réglable
Débattement AR :
170 mm
Pneu AV :
120/70 ZR 17
Pneu AR :
190/55 ZR 17
Freinage
ABS :
Oui
Frein AV :
2 disques semi-flottants de 320mm, étriers Brembo monobloc Evo M50 radiaux, ABS de courbe
Frein AR :
Disque 265mm, étrier flottant
Dimensions
Longueur :
2200 mm
Empattement :
1529 mm
Largeur :
1000 mm
Hauteur de selle :
825 à 84 mm
Poids à sec :
208 kg
Poids total :
231 kg
Réservoir :
20 litres
Catalogue
Prix de vente :
CHF 25'390.-
En ligne :

Plus d'articles Moto

Go North Cape [épisode 4] - Nos aventuriers touchent enfin le Cap
Nos deux aventuriers vaudois arrivent au bout de leurs péripéties et touchent enfin ce Cap Nort tant espéré et son fameux soleil de minuit.
5ème journée des motards organisée par la Police Neuchâteloise - Dimanche 11 juin 2017
Le 11 juin prochain, la Police cantonale neuchâteloise organise la cinquième journée de prévention sur le circuit du TCS Lignières (NE).
Moto Tour 2017 - La course "trophée relais" par équipe arrive pour cette édition
Nouvelle façon de découvrir le Moto Tour, le Trophée relais est destiné à celles et ceux qui n’envisagent pas d’avaler les 3 000 km du parcours. Il permet à deux pilotes (ou plus) de prendre le guidon successivement sur l’épreuve.
Go North Cape [épisode 3] - Le cercle polaire est franchi
On retrouve Adrien et Mathieu encore plus au nord, avec cette fois pour ces nouvelles journées de roulage, le franchissement d'un cap mythique : le cercle polaire.
Acid'Days 2017 - Toutes les photos sont en ligne
Vous les attendiez impatiemment. Qui ? Les photos de vous lors des Acid'Days 2017.
La Husqvarna 701 Svartpilen en approche
On se souvient que lors de l’EICMA 2015 Husqvarna avait dévoilé deux concepts, les Vitpilen et Svartpilen. Ces deux concepts devraient arriver sous peu.

Recherche

Hot news !

Essai BMW R1200 GS Rallye style - Pas besoin d’être parfaite
La GS c’est l’indétrônable, celle qui se vend toujours bien, année après année. Les concurrentes ne manquent pas, mais l’allemande garde ce je ne sais quoi d’avance sur les autres pour rester au sommet. Avec l’édition Rallye style, on touche volontairement à une moto moins parfaite mais à l’utilisation plus ciblée. Récit d’un essai où j’aurai tout vu.
Vidéo - Quand la moto devient un médicament
Pierre-Alain Uldry s'est intéressé au côté guérisseur de nos chères montures. Par le témoignage de deux motards confrontés à des problèmes de santé importants et leurs répercussions, il met en avant les vertus salvatrices de notre passion.
BMW F850GS – Des photos volées en attendant Milan
Le constructeur bavarois va vraisemblablement effectuer une sérieuse mise à jour sur sa F800 afin de proposer une machine plus concurrentielle face aux Africa Twin et autre Multistrada 950.
Essai Harley-Davidson Street Rod - Dynamique et agile, c’est possible
Avec la Street Rod, Harley-Davidson a revu sa copie : le look est soigné, l’équipement est revu et la moto dans son ensemble est bien une Harley-Davidson.
Essai Aprilia Tuono V4 1100 RR et Factory - Roadster superlatif? C'est ce qu’on verra!
Même si on aimerait plus d’audace de leur part d'Aprilia, le gros V4, ils savent faire et ils continuent de mettre à jour leur sportive et leur roadster avec ce que leur enseigne le MotoGP et le Superbike. Avec des options clairement dédiées à la piste, la Tuono pourrait être le roadster le plus fou de la production actuelle.
Essai Yamaha XSR900 Abarth - Piquée par le Scorpion
Née en MotoGP en 2007, la symbiose entre Yamaha et la marque italienne de voitures sportives Abarth donne pour la première fois naissance à une vraie collaboration. Pour l’occasion, le roadster vintage de Yamaha s’offre une peinture exclusive et quelques accessoires pour seulement 695 exemplaires de celle qui s’appelle la XSR900 Abarth.

Liens Partenaires