Essai publié le

Essai de la Yamaha R3 – Sportive de poche !

Texte de Jimmy / Photo(s) de Alessio Barbanti, Black&Rad!
Imprimer cet article

Sortir une R1 qui chamboule à nouveau le monde des sportives, c'est bien. Mais pour Yamaha, accompagner son nouveau missile d'une petite cousine de 300cm3, plus accessible, compatible avec le permis A2 et très fun, c'est mieux ! Pour le prouver, ils ont invité la presse européenne au lancement de cette R3, sous le soleil espagnol. On ne s'est pas fait prier !

Si on ne va jamais se plaindre d'enfourcher une sportive de 200 chevaux, il faut bien avouer que nul n'arrivera jamais à exploiter totalement un tel missile sur route ouverte. Il faut aussi avouer que Via Sicura et le concert de klaxons souvent occasionné par un dépassement propre et net tendent à limiter les efforts de nos poignets droits... oui, on parle toujours moto, voyons !

Justement, plutôt que de me laisser « me toucher » et perdre (encore...) mon permis sur un missile à 20'000 balles, Yann m'a confié l'essai de la nouvelle sportive Yamaha, la R3 ! Si l'effet n'est pas le même que lors du lancement d'une nouvelle hypersport, la petite R3 comble un petit trou dans la gamme sportive de Yam'. Et au vu de l'offre croissante du marché des 250 et 300 cm3 ainsi que l'arrivée du permis A2, la marque aux diapasons sort son petit jouet au bon moment.

En effet, jusque dans sa conception, tout est fait pour rappeler le lien de parenté entre la R3 et sa déjà cultissime cousine de 1000cm3, tout juste sortie. Côté design, on retrouve les lignes aigües de la lignée sportive Yamaha, mises en valeur par le superbe coloris Race Blu. Les deux phares donnent un petit air de squale à la R3. De plus près, on se rend compte qu'on n'est pas au même niveau de finition que ses grandes soeurs. Le traitement noir de la fourche, le look basique des étriers de frein, quelques plastiques noirs et les différents leviers d'aspect simple sont autant de concessions à un tarif contenu. Mais la R3 reste bien finie et très agréable à regarder. Et cache surtout bien d'autres atouts.

Si elle n'embarque pas de traction-control, d'anti-wheeling ou de chronomètre embarqué, la petite nouvelle a de beaux atouts sur le papier pour briller dans sa catégorie. A commencer par son twin parallèle de 320cm3, affichant 42 chevaux et 29,6Nm de couple. Développé pour proposer un maximum de fun, il jouit surtout de solutions techniques toutes simples mais efficaces. Le système d'admission est orienté vers le bas et, couplé au système d'injection, garantit une combustion optimale quelles que soient les conditions. Surtout, promesse est faite que le twin ne demande qu'à rugir dans les tours ! Pour éviter les vibrations, les pistons sont forgés et reçoivent un plating, soit un traitement électrolytique. En clair, ça coulisse super et ça dissipe mieux la chaleur engendrée par les frottements. Les bielles sont cémentées, comme sur la précédente génération de la R1, et donc plus solides pour mieux encaisser les contraintes mécaniques.
En bref et si vous ne disposez pas non plus d'un diplôme d'ingénieur en mécanique, le bloc a été optimisé dans le but d'offrir un tempérament sportif, en restant fiable et raisonnable au niveau de la consommation.

Rayon châssis, Yamaha s'appuie sur un cadre de type diamant, en acier, relié à un bras oscillant asymétrique. Le dossier de presse nous apprend qu'il est presque de la même longueur que celui de la R1, ce qui garantit son appartenance aux « R-series » ! Quand on vous parle des efforts de la marque pour rappeler l'affiliation de la R3. Yamaha centralise d'ailleurs les masse avec un silencieux d'échappement court et bas... comme sur la R1, gagné ! Malgré l'usage d'acier, le châssis est léger et la moto pèse seulement 169 kilos en ordre de marche. Soit 20 kilos de moins qu'une... R6 ! Les jantes à 10 branches, magnifiques, ainsi que le disque avant de 298mm, achèvent de donner à la R3 ses lettres de noblesse sportive. La fourche classique, si elle ne transcende pas le look de la machine, s'offre des tés en aluminium et un diamètre respectable de 41mm. L'amortisseur arrière KYB (qui fournit également la fourche) est réglable en précharge et réglé d'usine pour un bon compromis entre sport et confort.

Bon et ça roule, cet engin ?

Après une bonne nuit de repos, on découvre une grosse vingtaine de machines garées devant l'hôtel. Le petit groupe des Suisses sera accompagné d'un guide français ainsi que de deux confrères italien et anglais. Il paraît que notre ouvreur roule bien et c'est tant mieux : nous sommes les premiers à partir et nos sept R3 longent rapidement la plage pour une petite excursion urbaine. Le cadre est superbe, le soleil au rendez-vous et la machine confortable. Peu expressif à bas-régimes, le twin se fait oublier et on déambule facilement au guidon. Le guidon, d'ailleurs, offre une position relax, peu appuyée sur l'avant. On retrouve le même confort au niveau des jambes ; un plus pour le confort, mais presque une petite déception pour l'ambiance sportive, pour l'instant peu présente.

Reste que pour un usage quotidien, la petite Yam' est proche du sans-faute. Sa consommation rikiki, sa facilité de conduite ainsi que ses commandes très douces comblent la petite troupe, qui échange ses premières impressions lors d'un arrêt photo. La sonorité très discrète est le seul petit bémol de cette étape urbaine, mais l'ambiance va rapidement changer alors qu'on emprunte un tronçon rapide pour rejoindre les petites routes du coin...

Pages de l'article :

Pages

Suivez AcidMoto.ch !

Au final...

On a aimé :
+
Le caractère bien fun et sportif
+
Le freinage, malgré un ABS trop présent
+
L'agilité et la facilité de l'ensemble
On a moins aimé :
-
La protection de la bulle... quasi-nulle
-
Ne rouler que deux sessions à Calafat
-
Ne pas pouvoir repartir s'arsouiller sur les petites routes

Fiche technique

Véhicule
Marque :
Yamaha
Modèle :
YZF R3
Année :
2015
Catégorie :
Supersport
Moteur
Type :
2 cylindres en ligne, 4 temps, double ACT et 8 soupapes
Cylindrée :
321 cm3
Refroidissement :
Liquide
Alimentation :
Injection électronique
Performances
Puissance max. :
42 ch à 10'750 tr/min
Couple max. :
29.6 Nm à 9'000 tr/min
Transmission
Finale :
Par chaîne à joints toriques
Boîte :
6 rapports
Embrayage :
Multidisque à bain d'huile
Partie Cycle
Châssis :
Cadre acier type diamant
Suspension AV :
Fourche télescopique KYB 41mm
Course AV :
130 mm
Suspension AR :
Monoamortisseur KYB
Débattement AR :
125 mm
Pneu AV :
110/70 ZR 17
Pneu AR :
140/70 ZR 17
Freinage
ABS :
Oui
Freinage combiné :
Non
Frein AV :
Simple disque hydraulique de 298mm avec étrier 2 pistons
Frein AR :
Simple disque hydraulique de 220mm avec étrier simple piston
Dimensions
Longueur :
2'090 mm
Empattement :
1'380 mm
Largeur :
720 mm
Hauteur de selle :
780 mm
Poids total :
169 kg
Réservoir :
14 litres
Coloris disponibles
Coloris :
Race Blu
 
Pearl Black
Catalogue
Prix de vente :
CHF 6'990.-
avec eurobonus: 5'890
En ligne :
Garage :

Plus d'articles Moto

Roadtrip en Africa Twin - Day 7 - Vent, orage et grêle
Jeudi matin. Il est temps de se diriger vers le GP de Spielberg, en Autriche. Je dormirai dès ce soir à Graz, à une heure du circuit et pendant tout le week-end. J’ai toute la journée de libre avant mon rendez-vous entre 19 h et 20 h avec Hervé Gantner, mon consultant, à l’hôtel.
La Yamaha V-Max tire sa révérence - Lucky Motos propose une "Ultimate Edition" pour saluer son départ
Apparue dans le monde des Muscle Bike il y a de cela 33 ans avec son 1'200cc et ses 145cv, la Yamaha V-Max aura marqué un bon nombre de motards en mal de sensation forte, notamment à la recherche de l'accélération ultime.
Roadtrip en Africa Twin - Day 6 - Marathon Man...
C’est peut-être parce que je n’ai pas aimé la Hongrie, ou peut-être parce que j’aime trop la Slovaquie. Ou peut-être un peu des deux : aujourd’hui, j’ai fait 12h30 sur mon Africa Twin ! Mon record. J’en ai mangé du bitume, quel régal ! Et physiquement, franchement, je n’ai pas trop souffert.
Deux-roues sur les trottoirs à Genève - Le procureur général Olivier Jornot et Lisa Mazzone (Verts) attaquent Luc Barthassat
Genève est confontré depuis des années à un problème de taille : le stationnement des roues motorisées. Avec 55'000 motos et scooters tout confondu pour 8'500 places, il est aisé de comprendre ce qui cloche.
Roadtrip en Africa Twin - Day 5 - Buda - quelle - Pest !
Aujourd’hui, c’est parti pour rajouter la Hongrie à mon carnet de voyage. S’il y avait les cols en Autriche, l’autoroute en Allemagne, le GP moto en République Tchèque, les tremplins en Pologne et le bonheur en Slovaquie, pour moi en Hongrie c’est Buda-Pest (deux villes réunies en une seule).
Yamaha XSR700 et XSR900 - De nouveaux coloris pour 2018
La gamme de couleurs des modèles Sport Heritage de la firme aux 3 diapasons s'étoffe et proposera désormais deux coloris supplémentaires.

Recherche

Hot news !

Ducati V4 – Les présentations arrivent !
Ce n'est maintenant plus un secret, la Panigale 1299 tire sa révérence. On le sait également, sa remplaçante sera motorisée par un V4. Ducati lance un message relativement évasif quant à une éventuelle présentation sonore.
BMW S1000RR 2018 - De nouvelles photos en disent plus
Le constructeur à l’hélice veut clairement reprendre le leadership du marché des sportives comme cela avait été le cas lors de la sortie de la S1000RR, la nouvelle mouture de la sportive s’annonce « caliente ».
La BMW S1000RR profondément revue pour 2018
Celle qui a révolutionné le monde des supersports il y a maintenant 8 ans va recevoir quelques modifications pour 2018 afin de la moderniser face à la concurrence.
Ducati V4 – Claudio Domenicali se laisse aller à quelques confidences
Lors de la manche WSBK de Laguna Seca, Ducati a présenté sa 1299 Panigale Final Edition afin de clore le chapitre des V2 desmodromiques et d'ouvrir un nouveau chapitre avec des V4 pour les sportives de Bologne.
Ducati V4 – A nouveau surprise en plein roulage
On vous l'avait présentée il y a quelques jours, et voilà que le nouveau missile de chez Ducati à motorisation V4 a été surpris en plein roulage, on en sait désormais un peu plus sur celle qui sera certainement la reine du salon EICMA de Milan.
Essai BMW HP4 Race – Bienvenue dans le monde de la course
Il y a des essais comme ça, magiques, exaltants… Comment on les reconnaît ? De notre côté, on est surexcités, un poil tendus, et même on a le syndrome particulier du kikitoudur…

Liens Partenaires