Essai publié le

Triumph Thruxton, le plus simple plaisir de rouler

Texte de Patrick Schneuwly / Photo(s) de Patrick Schneuwly
Imprimer cet article

J'aime les essais de réédition de motos anciennes. Même avec ses défauts, la Vespa PX125 m'avait procuré pas mal de plaisir. L'esprit Café Racer m'intéresse aussi, lors des Tridays j'avais vu de superbes préparations qui m'appelaient à les enfourcher pour filer sur la route.

La Triumph Thruxton apparaît un peu comme une icône riche d'histoire, seulement elle n'existe que depuis 8 ans. Elle s'inspire en fait des Bonneville T120R qui elles-même descendent des trois Triumph Bonneville qui se sont appropriées le podium des 500 Miles de Thruxton en 1969. En 2008, c'est l'injection électronique qui vient remplacer les carburateurs, antipollution oblige. La Thruxton, comme les autres Modern Classic de la marque de Hinkley, a droit chaque année à sa palette de couleurs toujours très vintage. En 2012, le Phantom Black et le Diablo Red sont proposés avec une bande blanche; et depuis peu le Brooklands Green and Gold Stripe de la palette 2013 est arrivé au catalogue. Sur papier cette teinte semble sombre et proche du British Racing Green, mais sur la carrosserie la couleur est plus claire.

Regarder la Thruxton est un plaisir. Les carters en alu brossé et les chromes brillants font immédiatement effet. Prendre le temps de nettoyer toutes les parties visibles du moteur doit être aussi long qu'un 18 trous entre Gentlemen tant les caches en plastique ont déserté la machine. Chaque détail a son importance, tout a eu droit à une certaine attention. Mais après tout, une moto très orientée détente et plaisir de la ballade se doit de représenter un idéal, jusque dans le garage où elle pourrait rester un certain temps. Que dire encore des magnifiques jantes à rayons, des rétroviseurs en bout de guidon aussi pratiques que beaux, du sabot moteur en alu (en accessoire, CHF 169.-) ou encore de l'unique phare rond qui cache aussi le contacteur de clé. Chacune de ces parties mériterait plus qu'un mot dans cet article. Un bémol d'équipement cependant, le bouchon de réservoir chromé aurait dû recevoir une serrure d'office, au lieu d'apparaître dans la liste des accessoires (CHF 69.-).

Le plaisir de conduite est aussi au rendez-vous. Le guidon bracelet et les pieds légèrement en arrière offrent une position étonnamment confortable. Une surprise vous attendra la première fois que vous vous installerez dessus et saisirez les poignées; en effet celles-ci sont plus grosses qu'à l'habitude. La selle a reçu un cuir de couleur et d'aspect vintage et lorsque la place arrière est couverte par le capot de selle (accessoire) le look devient plus racing. Le rembourrage de l'assise est assez ferme et demande un peu de temps pour se former à votre fessier, mais passé la troisième ballade vous n'y penserez plus.

Dans l'idéal, un café racer fait un bruit de tromblon à l'échappement soudé maison. C'est ce que je souhaitais en allumant la Thruxton, même avec une sourdine pour passer les normes. Malheureusement, les silencieux n'ont de mégaphone que le nom. Le rodage à peine fini, l'anglaise est aphone. Au fil des kilomètres il me semble qu'elle s'est un peu (très, très peu) libérée. Catalogue des accessoires, échappements Arrow... pas besoin d'un dessin ?

Débloquer la direction sur la droite de la colonne, tourner la clé sur la gauche du phare : tel est le rituel du départ en ballade ! Un petit coup de starter s'il fait froid et la route n'attend plus que vous. La commande d'embrayage est très douce et progressive. De concert avec le sélecteur de boîte, les changements de rapport se font sans aucun à-coup. L'étagement de la boîte est lui aussi bien fait et colle très bien à la personnalité de la Thruxton. Étonnamment agile à basse vitesse malgré son poids, il n'y a que le faible rayon de braquage qui limite l'exercice. Une montée de col est un régal, l'anglaise se balance d'un angle à l'autre avec précision même si on y laisse un peu d'énergie. Le rouleur occasionnel qui veut un max de fun en peu de temps y trouvera son compte.

Avec le bi-cylindre de 865 cm3, la Thruxton a une chaussure à son pied. Même s'il ne se fait pas entendre comme on s'y attendrait, il donne parfaitement vie à cette moto. Offrant de bonnes reprises et accélérations sans pour autant être foudroyant, ce moteur allonge tout juste assez pour atteindre facilement 120 km/h. Pour accélérer encore il faudra plus de patience et bien se plaquer sur le réservoir. La consommation du bicylindre est honnête pour sa cylindrée. J'ai parcouru jusqu'à 200 km avant de voir le témoin d'essence s'allumer, cependant je l'ai aussi vu après 150km de pilotage soutenu. En chiffres, j'ai relevé des consommations allant de 5.2l à 6.9l pour 100km.

Les freins sont de la même trempe que l'injection sur cette moto. En effet les monodisques avant et arrière s'intègrent très bien dans l'esprit vintage de la Thruxton mais sont de conception récente et parfaitement dimensionnés. Les commandes permettent un très bon dosage et se passe allègrement de système ABS. Ils profitent aussi d'une excellente endurance: même en enchaînant deux cols séparés de 30km de lacets je n'ai pas senti la moindre faiblesse. La même ligne de conduite a été appliquée à la suspension: look ancien, performances d'aujourd'hui. Avec un tube à chaque coin, tous réglable en précharge, la suspension ne fait pas de mauvaise surprise. Ferme pour une très bonne tenue de route mais aussi rapide pour atténuer les défauts de la route.

En fait, peu importe la topographie du terrain. Sur tous les types de route que j'ai emprunté, il n'y avait que l'autoroute où l'importante prise au vent rendait le déplacement désagréable. Je me suis amusé partout ailleurs sans jamais me faire peur. La Triumph Thruxton est une moto passion très attachante, agréable à rouler autant qu'à regarder. On pourrait lui trouver des défauts, mais le look café racer me fait pardonner bien plus facilement. Choisissez la couleur qui vous plait, parcourez le catalogue des accessoires et vous aurez une amante anglaise tout juste comme vous l'aimez.

Suivez AcidMoto.ch !

Au final...

On a aimé :
+
Look Café Racer
+
Freinage précis et endurant
+
Couleurs originales
On a moins aimé :
-
Bouchon de réservoir d'essence sans clé
-
Totalement aphone

Fiche technique

Véhicule
Marque :
Triumph
Modèle :
Thruxton
Année :
2012
Catégorie :
Roadster
Kit 25 kW :
Disponible
Moteur
Type :
Bi-cylindre parallèle à double arbre à cames en tête
Cylindrée :
865 cm3
Refroidissement :
A air
Alimentation :
Injection électronique séquentielle multipoints avec SAI
Performances
Puissance max. :
69 ch à 7'400 tr/min
Couple max. :
49 Nm à 5'800 tr/min
Transmission
Finale :
Par chaîne à joint en X
Boîte :
5 rapports
Embrayage :
Multi-disques à bain d'huile
Partie Cycle
Châssis :
Berceau d'acier tubulaire
Suspension AV :
Fourche Kabaya de 41 mm, réglable en précharge
Course AV :
120 mm
Suspension AR :
Double amortisseur Kayabaà ressorts chromé à précharge réglable
Débattement AR :
106 mm
Pneu AV :
100/90 R18
Pneu AR :
130/80 R17
Freinage
ABS :
Non
Freinage combiné :
Non
Frein AV :
Simple disque de 320mm avec étrier flotant Nissin à 2 pistons
Frein AR :
Simple disque de 255m avec étrier Nissin à 2 pistons
Dimensions
Longueur :
2'150 mm
Empattement :
1'490 mm
Largeur :
830 mm
Hauteur de selle :
820 mm
Poids total :
230 kg
Réservoir :
16 litres
Coloris disponibles
Coloris :
Rouge (Diablo Red with with Stripe 2012)
 
Vert (Brooklands Green and Gold Stripe 2013)
 
Noir (Phantom Black with Gold Stripe)
Catalogue
Prix de vente :
CHF 12'490.-
(+ CHF 160.- frais de transport)
En ligne :
Garage :

Equipement de l'article

Plus d'articles Moto

Essai – KTM 790 Duke : Prêt, partez…FUN !
C’est « à domicile » que nous avons cette fois-ci testé la nouvelle venue de la firme de Mattighofen. Et croyez moi, elle n’a pas été épargnée.
Meurthe-et-Moselle (F) - Un jeune en motocross percute trois enfants sur la place du village
En marge des festivités liées à la victoire de la France lors de la finale de la Coupe du monde hier soir s’est déroulé un accident dramatique.
Yamaha "Hooligan" Café Scrambler – Quand la XTZ 660 s'encanaille
Le préparateur polonais Piotr, qui officie au sein d'Operational Group, nous a concocté une magnifique préparation sur une base inhabituelle : une Yamaha XTZ660.
Yamaha Niken Tour – Deux rendez-vous en Suisse
S'il est bien une nouveauté atypique cette année, c'est le Yamaha Niken qui remporte la palme et le constructeur vous propose de l'essayer au travers d'un Niken Tour qui sillonnera l'Europe tout l'été.
Bonnie & Klyde sur les routes de l’est - Interview de ces deux aventuriers « On the road » !
Il y a quelques semaines, Amaia et Marvin sont partis en direction de l’est avec leurs fidèles destriers Bonnie & Klyde. Où sont-ils et qu’ont-ils vécu ?
Comparatif gros roadsters - Adrénaline en tube! Kawasaki Z1000R Edition vs Triumph Speed Triple RS vs Ducati Monster 1200 S vs Yamaha MT-10
Quatre roadsters sportifs pour quatre philosophies nettement différentes : c'est le ratio équilibré d'un comparatif riche en sensations réalisé par la rédaction, qui aura mis en avant les qualités de chaque machine... et l'éternelle niaiserie des essayeurs.

Recherche

Hot news !

Yamaha Ténéré 700 World Raid épisode II - Stéphane Peterhansel à l'assaut des dunes du Maroc
L'épisode I du Yamaha Ténéré 700 World Raid nous avait laissé sur les pistes australiennes. L'épisode II met lui en scène une figure emblématique du Dakar pour Yamaha : Stéphane Peterhansel.
La KTM 390 Adventure surprise lors d'un roulage
L'arrivée du petit trail routier 390 Adventure avait déjà été annoncée par KTM, la voici maintenant en pleine phase de test.
La Yamaha T7 surprise lors d'un roulage à Milan
La très attendue Yamaha T7 vient d'être surprise lors d'un roulage dans les rues de Milan dans ce qui devrait être sa robe définitive preuve que sa présentation officielle devrait se faire à la fin de l'année.
Un châssis de S1000RR en impression 3D
Après la HP 4 Race et son châssis entièrement réalisé en carbone, le constructeur à l'hélice démontre encore aujourd'hui son savoir-faire et sa technologie avec ce châssis de S1000RR réalisé en impression 3D.
Essai Husqvarna Vitpilen 701 – Une vraie surprise
De retour sur les routes, Husqvarna explore de nouveaux horizons et propose, avec sa Vitpilen 701, un modèle ébouriffant, abouti et vraiment très très fun à rouler. On a testé la bête à Barcelone et on a aimé.
Essai Ducati Panigale V4 S - Nouvelle ère, nouvelle reine
Après 30 ans de bons et loyaux services, le bicylindre à 90° des Superbike Ducati est remplacé par un V4 ultra-technologique et sensationnel. La marque italienne prend un virage à... 90° dans son histoire avec sa Panigale V4.

Liens Partenaires