Essai publié le

Yamaha XJ6 N ABS – La bonne copine

Texte de Jimmy Gurtner / Photo(s) de Patrick Schneuwly
Imprimer cet article

Si un jour on n’en fait plus des comme ça, le monde sera bien triste. D’autres tournaient autour des dernières bombes aux courbes prometteuses et au caractère bien trempé. De mon côté, avec une gentille copine, j’ai revécu une belle histoire de jeunesse, pleine d’émotions. La copine en question, c’est la Yamaha XJ6, une petite moto sympa qui vous fera croquer la route (et la vie) à pleines dents !

Qu’est-ce qui m’arrive ? Après un été passé sur des motos puissantes, innovantes, sidérantes voire effrayantes, je me retrouve en extase devant… un roadster 600 tout simple, avec quatre cylindres et un logo japonais sur le réservoir. Au moins elle n’est pas bridée, c’est déjà ça : 78 chevaux à 10’000tr/min. Pas mal, mais pas décoiffant comme puissance… Mais bon sang, qu’est-ce qu’elle a de plus que les autres ?

Elle est jolie, ta copine!

A bien la regarder, il faut avouer que la XJ6 est mignonne. Surtout dans ce coloris blanc crème, qui suit la mode tout en se distinguant de la masse. La ligne est plutôt réussie et donne une bonne petite bouille à la Yamaha. Elle a l’air très douce, avec peut-être un soupçon de malice dans son regard, grâce à un phare avant au design affûté. Le bras oscillant, à tubes rectangulaires, n’est pas le plus joli de la production, mais il faut bien faire des économies quelque part. L’ensemble coque arrière-feu stop aurait également pu être un peu plus travaillé. Bah, un petit support de plaque «taille-basse» et on n’en dira plus que du bien !

Se regarder avec un air émerveillé c’est bien joli, mais l’envie d’aller plus loin se fait pressante. Les mains trouvent naturellement le petit guidon, idéalement cintré. On pose les yeux sur un bloc compteur bien étudié et sympa à regarder. On se sent bien sur la XJ6, comme si on l’avait toujours connue. Nous voilà ensemble, prêts à partir où bon nous semble. Eh bien, allons-y !

On se boit un café ?

En se promenant dans la ville, la XJ6 est de bonne humeur et moi aussi. Quand on s’entend aussi bien, traverser la ville devient vite un plaisir. Légère et douce, la Yam’ s’accommode très bien du trafic et sait s’en défaire si son pilote perd patience. A basse vitesse, l’échappement débouchant sous le pied droit s’occupe de la bande son. Une jolie petite voix qu’on perd une fois que l’allure augmente. Bah, un peu de discrétion ne fait de mal à personne. A l’arrêt, la XJ6 attire le regard de quelques badauds, sensibles à son charme discret mais présent. Les asiatiques, ça en fait craquer plus d’un… En la manoeuvrant, on retrouve la même facilité grâce à ses dimensions contenues. Zéro faute en ville pour la copine ! Mais il est temps de trouver un coin moins fréquenté pour savoir jusqu’où elle veut bien aller…

Pleine de ressources !

Une fois sur les routes cantonales, c’est un retour aux sources qu’offre la XJ. Je me revois des années plus tôt, lors de mes premières virées en solo sur ma vieille Bandit. Ma moto, un plein d’essence et aucune destination précise, juste l’envie de rouler. La XJ6, comme beaucoup de ses cousines basiques, goûte à tout avec un plaisir sans limite. La petite Yam’ n’excelle nulle part mais est bonne partout. A un rythme tranquille, on ne pense même plus à son pilotage, tant elle est facile à emmener. Une qualité rassurante pour les débutants, à qui elle s’adresse en priorité. Le confort de la selle et des suspensions permet de longues virées sans craindre trop de fatigue.

La promenade tranquille, ça va un moment, mais la jeunesse d’aujourd’hui a besoin de sensations fortes, d’adrénaline ! Mieux que le coup de la panne, l’astuce du col de montagne ! Les sorties à l’improviste, sans destination précise, mènent souvent en ces lieux propices aux ébats motocyclistes. En haussant le rythme, je constate que les 78 chevaux annoncés sont bel et bien présents ! Le quatre-cylindres est vif dans les tours et offre une poussée idéale pour s’amuser sans se faire peur. Dès les premiers freinages, j’apprécie le mordant des étriers avant et la présence rassurante de l’ABS (en option).

La fourche subit un peu, mais l’avant suit le mouvement une fois qu’on relâche la pression pour entrer en courbe. La XJ6 aime le sport et, pour autant qu’on ne la brutalise pas, fait des merveilles entre des mains expérimentées! Un vrai régal ! Passer d’un angle à l’autre en un éclair, ouvrir en grand dès le point de corde sans aucune appréhension, on ose beaucoup sur la petite Yam’ !

En augmentant encore la cadence, l’arrière commence à pomper un peu. La XJ6 met gentiment fin à notre petit jeu du «jusqu’où iras-tu ?». Faisant bien mieux que se défendre, elle est plus à l’aise dans les petites enfilades que dans les courbes rapides. Derrière son allure de petite moto bien sage se cache une teigne qui surprendra plus d’un audacieux ! Une bien bonne surprise ! Il est quand-même temps de revenir à un rythme plus sage et de rentrer à la maison après cette belle balade.

Et si c’était la bonne ?

Les plaisirs les plus simples sont souvent les meilleurs. Une maxime qui convient bien aux roadster mid-size, donc à la XJ6. Si on n’oserait pas la qualifier de «dépouillée», son design étant très bien étudié, on se permettra de la juger «authentique» et «adorable».

Authentique car elle fera certainement vivre leurs premières émotions motocyclistes à de nombreux débutants. Adorable car elle rappellera peut-être aux plus expérimentés des motards ces émotions de leurs débuts, sûrement vécus sur une machine de son genre. Décidément, le monde serait bien triste sans des bonnes copines comme la XJ6 !

Sincères remerciements à Hostettler AG pour le prêt de cette Yamaha XJ6.

 

Suivez AcidMoto.ch !

Au final...

On a aimé :
+
Le caractère facile et enjoué en toutes circonstances
+
Le look très sympa et le coloris blanc
+
La jolie sonorité à basse vitesse
On a moins aimé :
-
Le bras oscillant un peu cheap
-
Les suspensions un peu limite en usage sportif

Fiche technique

Véhicule
Marque :
Yamaha
Modèle :
XJ6 N ABS
Année :
2010
Catégorie :
Roadster
Kit 25 kW :
Disponible
Moteur
Type :
Quatre cylindres, quatre-temps, quatre soupapes, double arbre à cames en tête
Cylindrée :
600 cm3
Refroidissement :
Liquide
Alimentation :
Injection électronique TCI
Performances
Puissance max. :
78 ch à 10'000 tr/min
Couple max. :
59.7 Nm à 8'500 tr/min
Transmission
Finale :
Par chaîne
Boîte :
6 rapports
Embrayage :
Multi-disques à bain d'huile
Partie Cycle
Châssis :
En acier de type « Diamant »
Suspension AV :
Fourche télescopique
Course AV :
130 mm
Suspension AR :
Mono-amortisseur
Débattement AR :
130 mm
Pneu AV :
120/70 ZR 17
Pneu AR :
160/60 ZR 17
Freinage
ABS :
Oui
Freinage combiné :
Non
Frein AV :
Double disque de 298mm
Frein AR :
Simple disque de 245 mm
Dimensions
Longueur :
2'120 mm
Empattement :
1'440 mm
Largeur :
770 mm
Poids total :
210 kg
Réservoir :
17.3 litres
Coloris disponibles
Coloris :
Noir
 
Blanc
 
Rouge
Catalogue
Prix de vente :
CHF 10'510.-
CHF 8'990 sans ABS, prix avec 3 ans de Swiss Garantie
En ligne :

Plus d'articles Moto

Essai Benelli TRK 502 - Tribulations d'une Italienne de Chine
Mine de rien, la production chinoise de développe sur nos routes. La preuve avec Benelli, ressuscitée grâce à l'investissement asiatique, qui nous a mis dans les pattes le petit trail TRK 502. Une machine simple et robuste, pas parfaite mais plus que capable.
Kawasaki Open House 2018 - Découvrez les nouveautés Kawasaki les 24 et 25 novembre !
Le traditionnel Kawasaki Open House se déroulera le week-end du 24 et 25 novembre à Härkingen (SO).
MRS Oficina Kawasaki Z900RS - Le coup de maître !
Vous trouviez la néo-rétro Kawasaki Z900 RS un peu fade ? Le préparateur MRS Oficina dévoile une mouture à faire tourner les têtes !
Paton S1R – L'artisan italien fête ses soixante ans
L'artisan italien Paton fête ses soixante ans en lançant la S1R qui est également un hommage à la victoire de Michael Dunlop à son guidon au TT.
Bennetts vous invite à faire le tour de la Norton V4 RR
Le spécialiste de l'assurance anglais de l'assurance Bennetts vient de publier sur son FB une vidéo mettant en scène une véritable pièce d'orfèvrerie : la Norton V4 RR.
Essai Ducati Scrambler 1100 sport - La vintage tout terrain à l’italienne
Ducati soigne les détails et la finition de ses motos n’est plus à discuter. Se trouver au guidon de la Ducati Scrambler 1100 Sport n’était pas forcément mon premier choix pour un essai mais... qu’en est-il après deux semaines à son guidon ?

Recherche

Hot news !

Yamaha R3 bLU cRU Cup / Switzerland - Découvrir la course en "all inclusive"
Amener de jeunes pilotes dans le championnat suisse, grâce à une formule "tout compris" accessible. C'est le pari du groupe Hostettler / Yamaha Suisse avec la R3 bLU cRU Cup / Switzerland. Une formule d'accès à la compétition qui donne faim!
La BMW S1000RR 2019 surprise lors d’un roulage en Espagne
On y est, la saison des photos volées est ouvertes !! Cette fois c’est la BMW S1000RR 2019 dont nous vous parlions pas plus tard qu’hier qui a été surprise lors de tests de roulage en Espagne.
Intermot 2018 - Triumph Street Scrambler 2019 - En route pour l’Aventure
Aujourd’hui, pour la plupart ce n’est plus le cheval ultime ni la dernière technologie embarquée qui excite notre cervelet de motard, mais bien l’Aventure avec un grand A. Triumph l’a très bien compris avec ce modèle Street Scrambler 900 2019 prêt à vous emmener au bout du monde.
Ténéré 700 – Le teasing continue en Argentine avec cette fois Adrien Van Beveren
Après Rodney Faggotter et Stéphane Peterhansel, c'est cette fois au pilote français Adrien Van Beveren, pilote du Yamaha Official Rally Team de prendre le guidon de la future Ténéré 700.
Essai Dunlop Sportsmart TT - Compromis radical
Pour combler son offre su rue créneau des pneus sportif, Dunlop a pris tout le meilleur de son D213 GP Pro pour le placer dans un pneu vraiment polyvalent.
Des nouvelles sportives chez BMW en 2019 - S1000RR, S675RR et G310RR ?
Il semblerait que pas moins de 9 nouveaux modèles soient au programme chez BMW pour 2019.

Liens Partenaires