Essai publié le

Yamaha T-Max XP500 - LE scooter

Texte de Jimmy Gurtner / Photo(s) de Patrick Schneuwly
Imprimer cet article

Le T-Max, c’est un peu le roi de la ville. Sa puissance, son confort et sa ligne réussie en font le choix de nombreux citadins, malgré un prix élevé pour un scooter. Avec son moteur monté dans un cadre type « Diamant », il jouit aussi d’un comportement proche d’une moto. Ah oui? C’est ce qu’on va voir!

Bien installé sur sa béquille latérale, le T-Max se la joue. Dans sa robe noire très chic, avec sa finition impeccable, il détone face aux autres véhicules. Ce scooter a la classe et il le sait. Il est énervant, ce T-Max. A bien le regarder, il n’est pourtant pas très différent de ses « congénères » scooters. Du plastique partout, un moteur bien caché et… une facture de plus de 16’000 francs! Ah, là, il y a en effet une différence! Une telle somme pour un scooter, même de 500cm3, ça fait quand-même réfléchir. A ce tarif, il a intérêt à en avoir dans le variateur!

Premier contact

En démarrant l’engin, pas de surprise, on est bien sur un scooter. C’est silencieux, très silencieux. Tellement silencieux que vous vérifierez d’un coup de gaz si le moteur tourne bien. Ce dernier vous répondra d’un petit bourdonnement de scooter qu’il est bien là, quelque part sous les plastiques. Il fait peut-être un bruit de scooter, mais son tableau de bord est digne d’une GT! Beau, lisible, le compteur de vitesse est placé au centre et surplombe un compte-tour électronique plus ou moins lisible selon la luminosité. Sous ce compte-tours, une batterie d’informations comprenant l’heure, deux trips partiels et un totalisateur (tous trois disponibles via les commodos à droite du tableau de bord. Sur la droite, justement, on trouve un petit cadran indiquant la température d’huile. Son jumeau, tout à droite, c’est la jauge d’essence.

Un scooter se doit d’être pratique. Le Tmax est donc pourvu de deux rangements (non verrouillables) sous le guidon. L’un d’entre eux peut même accueillir votre iPhone grâce à un petit rangement dédié. Vous n’avez pas de iPhone? Ne paniquez pas, le Tmax peut démarrer sans être connecté à un produit Apple.

La selle, bien sûr, s’ouvre largement pour vous offrir un espace… un peu limite sur un scooter! Loger un intégral dans la soute n’est pas une mince affaire! Il faut « coucher » le casque pour refermer la selle, en forçant un peu… La position du moteur, dans le cadre, explique peut-être ce léger manque de place dans le coffre. L’espace disponible est plus dédié à un casque jet qu’à un intégral… Qu’à cela ne tienne, mieux vaut remettre ledit casque sur la tête et se mettre en route!

Peur sur la ville

Après s’être fait tourner autour pendant cinq minutes, le Tmax peut enfin s’exprimer. Dès les premiers tours de roues, il se montre agile, léger et intuitif à la conduite. A basse vitesse, il fait montre d’une bonne stabilité et ne se « promène » pas comme certains petits scooters, très sensibles au niveau de la direction. Au démarrage on s’élance tranquillement puis, une fois passé 2’000 tours, la puissance augmente de façon linéaire mais efficace. Le bourdonnement devient plus rauque, plus « moto ». Enfin! Le Tmax se voit pousser des ailes et s’extrait sans mal de la circulation. Il faudra d’ailleurs surveiller le compteur, la limite des 50km/h étant très vite dépassée. L’imposante bulle, très efficace, gomme beaucoup l’impression de vitesse. Un facteur de plus qui facilite les excès. Le bicylindre est un régal pour la ville. Doux, volontaire, il permet au Tmax d’évoluer sereinement en milieu urbain. Pas de doute, le roi de la ville, c’est bien lui!

Tmax des villes, Tmax des champs

Après son sans faute en ville, le maxi-scooter Yamaha serait bien allé fêter son succès garé devant une terrasse. Mais voilà, malgré une consommation urbaine relativement élevée, le réservoir reste presque plein. La pause attendra, il est temps de sortir des bouchons pour se diriger vers de belles routes sinueuses. Pour cela, un passage sur l’autoroute s’avère nécessaire. Le Tmax s’affranchit de cette épreuve avec les honneurs. Son moteur, très réactif dès les mi-régimes, suffit largement pour s’insérer dans le trafic. Les kilomètres défilent dans un confort appréciable. On notera toutefois des bruits aérodynamiques et quelques remous sur le haut du casque, occasionnés par la bulle peut-être un peu haute.

Une fois sorti de l’autoroute, en attaquant les premiers lacets d’une route montagneuse, le Tmax continue de surprendre. Son moteur souffre certes un peu en montée, n’ayant pas plusieurs rapports pour rester sur les bons régimes, mais le châssis comble presque cette lacune. Yamaha n’a pas menti, le Tmax se pilote comme une moto! Une fois habitué aux sensations induites par la position typée scooter, on n’hésite plus à balancer l’engin d’un angle à l’autre, le buste incliné vers l’intérieur du virage. A cette fantastique agilité s’ajoute une stabilité impériale qui, combinée à la douceur du moteur, permet d’ouvrir en grand dès l’entrée en courbe. Le Tmax mérite son patronyme de « scooter sportif »! Le rythme augmente naturellement et le plaisir de pilotage, bien que différent de celui procuré par une vraie moto, est bien présent. Au niveau du freinage, les deux disques avant de 267mm, pincés par des étriers quatre pistons, vous ralentiront très efficacement. L’arrière, pourvu d’un simple disque du même diamètre, s’avère plus discret mais remplit bien son office. Au cas où un imprévu vous forcerait à tout planter, l’ABS de série veille au grain.

A force d’exploiter l’excellente partie-cycle du Tmax, la béquille centrale vient rapidement lécher le bitume et incite à limiter la prise d’angle. Revenu à des allures plus tranquilles, le Tmax continue de se faire apprécier. Avec environ 200 kilomètres d’autonomie en conduite mixte et un confort royal, il ira où vous voudrez sans rechigner!

Le doute…

Au final, s’il ne procure pas les mêmes sensations qu’une moto, le Tmax s’avère d’une étonnante efficacité en toutes circonstances. Peu de motards craqueraient pour un scooter, mais beaucoup perdraient sûrement leur latin après avoir essayé un Tmax. Yamaha a peut-être réuni le meilleur du scooter et de la moto en un seul véhicule. Pour certains, il ne restera jamais qu’un gros scooter qui se prend pour une moto. Pour d’autres, il ne sera qu’un moyen de transport rapide et pratique. C’est peut-être le défaut du Tmax: être placé pile entre raison et passion… et ne jamais savoir quel camp choisir.

Sincères remerciements à Hostettler AG, importateur Yamaha, pour le prêt de ce XP500 Tmax ainsi qu’à l’équipe de Badan Motos pour sa disponibilité.

Suivez AcidMoto.ch !

Au final...

On a aimé :
+
L'efficacité surprenante, pour un scooter
+
Le châssis de moto
+
Le confort, royal
On a moins aimé :
-
Le tarif, haut perché
-
Le manque d'espace sous la selle
-
Dur d'avouer qu'un scooter est aussi chouette

Fiche technique

Véhicule
Marque :
Yamaha
Modèle :
T-Max XP500
Année :
2010, 2011
Catégorie :
Scooter
Kit 25 kW :
Disponible
Moteur
Type :
Bicylindre parallèle, 4 temps, 4 soupapes, double arbre à cames en tête
Cylindrée :
499 cm3
Refroidissement :
Liquide
Performances
Puissance max. :
43.5 ch à 7'500 tr/min
Couple max. :
46.4 Nm à 6'500 tr/min
Transmission
Finale :
Automatique par courroie en V
Partie Cycle
Châssis :
Simple berceau type « Diamant »
Suspension AV :
Fourche téléscopique
Suspension AR :
Bras oscillant
Pneu AV :
120/70 – 15
Pneu AR :
160/60 – 16
Freinage
ABS :
Oui
Frein AV :
Double disque ø 267mm, étriers 4 pistons
Frein AR :
Simple disque ø 267mm
Dimensions
Longueur :
2'195 mm
Empattement :
1'580 mm
Hauteur de selle :
800 mm
Poids total :
225 kg
Réservoir :
15 litres
Catalogue
Prix de vente :
CHF 14'990.-
TMAX TECH MAX Édition spéciale : CHF 15’960.-
En ligne :

Plus d'articles Moto

MV Agusta F4 Claudio Castiglioni – Attention, fracture de la rétine en approche
On sait MV Agusta capable de séries limitées proches de la perfection. Des éditions qui nous font rêver tant par le dessin que par les matériaux utilisés. Et pour cette nouvelle édition, produite en hommage au créateur de la marque de Varèse, la barre a été mise très, très haute… admirez la MV Agusta F4 Claudio!
MotoGP à Motegi – Jorge Lorenzo jette à nouveau l'éponge
Il avait promis d'essayer, mais malheureusement sa blessure au poignet ne lui a pas permis de boucler plus qu'un seul tour du tracé de Motegi, Jorge Lorenzo se voit à nouveau contraint de déclarer forfait pour la course.
Essai KTM 1290 SuperDuke R - La Bête, appellation non usurpée
La référence parmi les streetfighters explosifs, de même que la plus extravagante en termes de design, l’Autrichienne marie les extrêmes sans ménagement.
A Genève plusieurs associations se mobilisent pour la mobilité des deux-roues motorisés
La semane passée, plusieurs associations, dont votre canard en ligne en tant que rapporteur, se sont mobilisées pour discuter du futur de la mobilité des deux-roues motorisés à Genève.
Essai Yamaha R3 "bLU cRU Cup" - Petite machine à rêves
Pour étayer la présentation de son projet de coupe de marque, Yamaha Suisse nous a lâchés sur les R3 préparées de ce futur championnat, sur le rapide tracé du Motorland Aragon. On ne s'est pas fait prier... et on a adoré!
Yamaha R3 bLU cRU Cup / Switzerland - Découvrir la course en "all inclusive"
Amener de jeunes pilotes dans le championnat suisse, grâce à une formule "tout compris" accessible. C'est le pari du groupe Hostettler / Yamaha Suisse avec la R3 bLU cRU Cup / Switzerland. Une formule d'accès à la compétition qui donne faim!

Recherche

Hot news !

La BMW S1000RR 2019 surprise lors d’un roulage en Espagne
On y est, la saison des photos volées est ouvertes !! Cette fois c’est la BMW S1000RR 2019 dont nous vous parlions pas plus tard qu’hier qui a été surprise lors de tests de roulage en Espagne.
Intermot 2018 - Triumph Street Scrambler 2019 - En route pour l’Aventure
Aujourd’hui, pour la plupart ce n’est plus le cheval ultime ni la dernière technologie embarquée qui excite notre cervelet de motard, mais bien l’Aventure avec un grand A. Triumph l’a très bien compris avec ce modèle Street Scrambler 900 2019 prêt à vous emmener au bout du monde.
Ténéré 700 – Le teasing continue en Argentine avec cette fois Adrien Van Beveren
Après Rodney Faggotter et Stéphane Peterhansel, c'est cette fois au pilote français Adrien Van Beveren, pilote du Yamaha Official Rally Team de prendre le guidon de la future Ténéré 700.
Essai Dunlop Sportsmart TT - Compromis radical
Pour combler son offre su rue créneau des pneus sportif, Dunlop a pris tout le meilleur de son D213 GP Pro pour le placer dans un pneu vraiment polyvalent.
Des nouvelles sportives chez BMW en 2019 - S1000RR, S675RR et G310RR ?
Il semblerait que pas moins de 9 nouveaux modèles soient au programme chez BMW pour 2019.
Essai Husqvarna Svartpilen 401 - Petite machine, grandes aventures
Surprenante et attachante, la Svartpilen propose la vision d'une moto de route selon Husqvarna dans une version accessible à tous. Récit d'aventures pas communes sur une machine à fort potentiel.

Liens Partenaires