Essai publié le 15 juillet 2020

Kawasaki Z900 vs. BMW F900 R - Duel au sommet du marché roadster [page 2]

Texte de Patrick / Photo(s) de Patrick

Pages

4 en ligne contre bicylindre, éternel débat

Le premier nommé se retrouvait partout, toutes les marques japonaises avaient un roadster 600 avec cette motorisation, peu à peu remplacée par moitié moins de cylindres. Dans les >1000cm3, on en trouve un peu plus, notamment pour les sportives qui ont besoin d'un maximum de puissance qu'on ne trouve autrement pas. Kawasaki continue de miser sur cette motirisation et ne cesse de la moderniser avec succès, comme avec l'ajout d'un compresseur sur la H2 ou la Z H2.

La cylindrée a progresivement été augmentée de 750, à 800 puis à 900 cm3 sur la Z. Il développe dans la Z900 125 ch à 9'500 tr/min mais existe aussi en une version A2 et  70kW. On trouve le maximum de couple à 7'700 tr/min avec 98.6 Nm, ce qui a son importance pour l'agrément de conduite. Le poids de la moto en ordre de marche est proche des 222 kg. 

En face, c'est une évolution du bicylindre de la F850, conçu par BMW mais dont la production est déléguée à Loncin, un fabricant de motos chinoises. Sur la fiche technique on découvre 105 ch à 8'500 tr/min (ou une version A2) et 92 Nm à 6'500 tr/min, ainsi que 210 kg en ordre de marche.

En selle

La position sur la Kawasaki est plus détendue, probablement plus vivable au quotidien, avec un guidon plus droit. Les jambes sont pas mal écartées pour faire le tour du large réservoir de 17 litres. Sur la BMW, on a les pieds plus haut et plus en arrière, le guidon est plus cintré. Même si la position peut sembler plus exigeante, la selle rend l'expérience plus agréable. Personnellement, j'ai plus vite senti des douleurs dans mon séant sur la Kawasaki.

En duo, je compte aussi sur la BMW. Plus accueillante avec sa selle biplace et de vraies poignées passagers. La Z900 est plus une moto d'egoïste. La selle arrière est un bout de bois de surface réduite avec une sangle de maintient peu pratique. Perché la haut, le passager souhaitera que le voyage dure le moins longtemps possible.

J'ai commencé le comparatif en roulant plus avec la japonaise. On se sent très vite à l'aise dessus, c'est une moto que chacun comprendra. Même si elle n'a pas énormément de couple en bas, elle se laisse mettre en mouvement juste en laissant aller l'embrayage. Les commandes sont douces et il parait tout naturel d'augmenter le rythme quand la voie se dégage.

Essorer la poignée de droite produit toujours ce même effet sur un 4 cylindres : la montée en régime et la poussée en avant est progressive, longue, semble ne jamais se finir et clic, 3e. La commande de boite est précise et sans artifice, entrainement à cable (le seul visible sur le flanc droit d'ailleurs) et pas de shifter. Dans son envolée, le moteur se fait évidement entendre, mais dans une mesure tout à fait raisonnable. Le son est rond, agréable et souligne bien le caractère de la Z900.

A l'assaut des virages, il faut bien entendu freiner les presque 300kg de l'ensemble pilote+moto. Vous pouvez compter sur la paire d'étriers Nissin 4 pistons à fixation axiale sur un disque pétales, d'origine chez Kawasaki. Ces freins sont efficaces et endurants, seuls les durites en caoutchouc pourraient demander grâce au bout d'une longue série de fortes solicitations.

Un mot sur les suspensions, qui sont de très bonne facture. Réglables dans tout les sens, elles s'en ressentent probablement au prix de vente à cinq et non quatre chiffres. Mais c'est de l'argent bien investi : le train avant est inscisif et précis à souhait tandis que l'arrière veille a garder un bon contact avec la route. 

Une seule chose ne me plait pas aux commandes de la Z900 : sa poignée de gaz. Elle est devenue électronique pour avoir un contrôle de traction et les modes de conduite, mais là n'est pas le problème. Elle souffre d'un jeu trop important selon moi, en virage, difficile de trouver la position délivrant le filet de gaz souhaité.

Il est temps de changer de moto, je coupe le contact et la Kawasaki émet un bruit qui rappelle celui d'une imprimante à aiguille. Grrr-grrr-grrrrrr. N'oubliez pas votre ticket et à bientôt à bord de votre Z900. Ceux qui l'ont déjà entendu comprendront.

Au tour de la BMW d'être épluchée. Déjà en allumant le moteur, le son ne m'emballe pas du tout. C'est très quelconque, au ralenti comme à bas régime. Il n'y a que vers 6'000 tr/min qu'on perçoit un changement agréable, mais c'est tout. Si c'est ça l'avenir des motos silencieuses, je n'en veux pas.

Sur le guidon, il y a un grand nombres de boutons dédiés à des fonctions, la moitié optionnelles. Ceux-ci seront absents si l'option n'est pas choisie. Ces commodos ont pour avantage d'être intuitifs, à côté de l'ordinateur de bord et sa molette de navigation plus chronophage à prendre en main du fait du nombre de menus et sous-menus. Là, pour la mettre en mouvement, l'embrayage ne suffit pas.La F900R demande qu'on y mette un peu de gaz pour s'élancer et surprise, il n'y a que peu de couple disponible en bas. Un comble pour un bicylindre, mais on en aura plus tard pour son argent.

Passé 4'000 tours, on assiste au réveil de la mécanique, elle jette vigoureusement la BMW en avant jusqu'à 9'500 tr/min. Là, on peut passer la vitesse supérieure au shifter, mais il manque cruellement de précision à la montée. En descente, le mécanisme est beaucoup plus doux. Si je le précise, c'est parce qu'il est monté de série sur le roadster et que j'essaye de comparer la BMW et la Kawasaki sur une base tarifaire très proche.

Ce qui fait merveille sur l'allemande, c'est son chassis très rigoureux d'une extrême précision. On peut passer sur des bosses et s'en apercevoir qu'en repassant sur la même route avec la Z900. En courbe la stabilité est ahurissante, on peut rentrer très vite en courbe sans perdre confiance tellement la F900 R est inscisive. La position des pieds joue un rôle important dans cette sensation de contrôle.

Rappelez-vous que la fourche n'est pas réglable, même en option. Fort heureusement le setting choisi convient à merveille. À l'arrière l'ESA joue très bien son rôle, notamment en précharge avec des bagages ou un passager.

J'ai aussi beaucoup apprécié le freinage, dont le fameux feeling BMW a rappelé de bons souvenir à Marcouille lors des photos. Les deux étriers Brembo ne font pas de la figuration et le système complet me plait finalement plus que celui de la Kawasaki. En virage, on trouve instantanément son filet de gaz, de quoi ressortir fort.

Mais qui gagne au final ?

Difficile de prendre position en faveur d'une seule moto en tant que journaliste, seulement j'ai une aversion pour ces comparatifs très helvétiques qui dans leur neutralité ne déclarent aucun gagnant. Celle que je prendrai, c'est la BMW. Factuellement, c'est celle qui me procure les meilleures sensations et qui correspond le mieux à mon usage de la moto.

Je ne veux pas me mettre à dos les 800 personnes qui ont acheté une Z900 entre janvier et fin juin, ils ont fait un choix que je comprends car la Kawasaki ne manque pas d'arguments. Ces gens ont peut être aussi une utilisation différente de la moto pour laquelle la japonaise sied mieux. La qualité d'assemblage de la Z est cependant largement meilleure ainsi que le bruit bien plus agréable.

Le montage des plastiques de la BMW est loin de la perfection allemande et le bruit de son moteur est décevant, mais quel châssis, quel comportement. En choissant la F900 R je serais certain d'avoir un grand sourire sous mon casque à chaque sortie. Proposer une telle machine à un prix très compétitif est un tour de force qui amenera probablement des clients qui ne s'imaginait pas franchir de si tôt le seuil d'une concession BMW.

Patrick
AcidTracks 2019 - Organisation de sorties pistes

Suivez AcidMoto.ch !

Fiche technique

Véhicule
Marque :
BMW
Modèle :
F900R
Année :
2020
Catégorie :
Roadster
Moteur
Type :
Bicylindre 4 temps refoidi par eau avec quatre obus de valves par cylindre actionnés par le levier oscillant, deux arbres à cames en tête et lubrification par carter sec
Cylindrée :
895 cm3
Refroidissement :
Liquide
Alimentation :
Injection électronique
Performances
Puissance max. :
105 ch à 8'500 tr/min
Couple max. :
92 Nm à 6'500 tr/min
Transmission
Finale :
Par chaine à joints toriques
Boîte :
6 rapports à commande par crabots, intégrée au carter moteur
Embrayage :
Embrayage multidisque (anti-dribble) en bain d'huile, à commande
Partie cycle
Châssis :
Cadre poutre tubulaire en acier de conception bouclier
Suspension AV :
Fourche Upside-down, Ø 43 mm
Course AV :
135 mm
Suspension AR :
Double bras oscillant en aluminium avec combiné ressort/amortisseur central directement articulé, à ressort hydraulique réglable, amortissement réglable en détente
Débattement AR :
142 mm
Pneu AV :
120/70 ZR 17
Pneu AR :
180/55 ZR 17
Freinage
ABS :
Oui
Frein AV :
Double disque flottant, Ø 320 mm, étriers à 4 pistons à fixation radiale
Frein AR :
Frein monodisque, Ø 265 mm, étrier flottant 1 piston
Dimensions
Longueur :
2'140 mm
Largeur :
815 mm
Hauteur de selle :
815 mm
(option d'usine surbaissement 775 mm, option d'usine double selle basse 790 mm, accessoire selle haute 835 mm, accessoire selle confort 840 mm, accessoire selle extra haute 865 mm)
Poids total :
211 kg
Réservoir :
13 litres
Coloris disponibles
Coloris :
Black Storm Metallic
 
Style Sport
 
San Marino Blue Metallic
Catalogue
Prix de vente :
CHF 9'900.-
En ligne :

Fiche technique

Véhicule
Marque :
Kawasaki
Modèle :
Z900
Année :
2020
Catégorie :
Roadster
Kit 25 kW :
Disponible
Moteur
Type :
4 cylindres en ligne, 4 temps
Cylindrée :
948 cm3
Refroidissement :
Refroidissement liquide
Alimentation :
Injection: Ø 36 mm x 4 avec papillons secondaires
Performances
Puissance max. :
125 ch à 9'500 tr/min
Couple max. :
98.6 Nm à 7'700 tr/min
Transmission
Finale :
Par chaîne
Boîte :
6 rapports
Embrayage :
Multidisques à bain d'huile, avec Contrôle de traction (KTRC)
Partie cycle
Châssis :
Treillis, acier à haute résistance
Suspension AV :
Fourche inversée Showa de 41 mm, réglage en détente et précharge
Course AV :
120 mm
Suspension AR :
Amortisseur horizontal «Back-link» à gaz, réglage en détente et précharge
Débattement AR :
140 mm
Pneu AV :
120/70 ZR 17
Pneu AR :
180/55 ZR17
Freinage
ABS :
Oui
Freinage combiné :
Non
Frein AV :
Doubles disques en pétales semi-flottants de 300 mm. Deux étriers à 4 pistons opposés
Frein AR :
Simple disque en pétales de 250 mm. Étrier à simple piston
Dimensions
Empattement :
1'455 mm
Hauteur de selle :
820 mm
Poids à sec :
210 kg
Réservoir :
17 litres
Coloris disponibles
Coloris :
Metallic Graphite Gray / Metallic Spark Black
 
Candy Lime Green / Metallic Spark Black
 
Pearl Blizzard White / Metallic Spark Black
 
Metallic Spark Black / Metallic Flat Spark Black
Catalogue
Prix de vente :
CHF 10'590.-
Inclus frais de transport
En ligne :

Plus d'articles Moto

Roland Sands s'empare déjà de la BMW R18
Roland Sands est de ces préparateurs qui, quand vous le quittez une minute des yeux, sort un truc improbable de son atelier. C'est pour cette raison que bien souvent les constructeurs lui confient leur moto en avant première.
Sortie AcidTracks 2020 à Bresse - Les photos sont là
Enfin !! Après des mois, que dis-je, des semaines à rêver de ces instants licornesques, nous avons enfin pu mettre les roues de nos fidèles montures sur le circuit de Bresse et nos photographes étaient là pour immortaliser ce moment.
Breaking News - Honda tease sa nouvelle CBR 600 RR 2021 !
La rumeur courait pour une présentation le 9 août sur le circuit de Sugo au Japon, mais c'est aujourd'hui que le site Honda.co.jp voit apparaitre en ligne une vidéo et une photo de la nouvelle CBR 600 RR.
20 ans après, le BMW C1 pourrait revenir (nous hanter)
Pour l'an 2000, le BMW C1 était une révolution : un scooter conçu pour être vendu à des automobilistes. En les libérant du port du casque avec un système à deux ceintures, il y avait de l'idée.
Une nouvelle RC213V-S en approche chez Honda ?
La RC213V-S présentée fin 2015 n'aura pas été la machine à rêver que Honda attendait et ce malgré la qualité de l'engin, les attentes du public étant certainement plus élevées.
Essai KTM 390 Adventure - Elle doit être prise au sérieux
A l'annonce de sa sortie, j'étais sceptique. Je n'ai jamais vu une moto de ce segment sur nos routes, alors pourquoi celle-ci devrait marcher ? D'abord parce que l'Europe n'est pas le marché cible et ensuite parce qu'elle est vachement bien cette 390 Adventure !!

Hot news !

Kawasaki Z900 vs. BMW F900 R - Duel au sommet du marché roadster
Cette année 2020, si particulière, verra quand même l'énorme succès de la nouvelle Kawasaki Z900 sur le marché. Face à elle, BMW présente son premier roadster mid-size convaincant, la F900 R.
Essai défi : l'Aprilia RSV-4 Factory sort de sa zone de confort
Il y a déjà un moment, Djeemee est allé mettre la RSV-4 Factory dans ses petits souliers en tentant de maîtriser ses 217 chevaux au quotidien. Il s'est bien ramassé et a enfin retrouvé l'usage de la parole pour nous en parler.
Duel Yamaha - Tracer 700 contre Ténéré 700 - Laquelle il vous faut vraiment
Le moteur CP2 est un grand succès pour Yamaha. Ce bicylindre en ligne de 689 cm3 a pris place dans pas moins de 4 modèles de la marque. Avec la mise à jour 2020 de la Tracer et la Ténéré 700, on pourrait croire que ces deux modèles sont très proches, mais il n'en est rien. On vous explique comment choisir.
Essai Yamaha Tracer 700 - Evolution remarquable
Du côté de Tenerife, sur fond de tempête de sable et d'alertes au coronavirus, Yamaha nous a mis entre les pattes l'évolution de la cadette des Tracer. Look moderne et soigné, amélioration par petites touches, pas de débauche technologique : Baby Tracer vise juste et cette évolution s'avère finalement extrêmement pertinente.
Une Streetfighter V2 en approche chez Ducati dixit Claudio Domenicali
Le grand boss de Ducati s'est laissé aller à quelques confidences à nos collègues anglais de MCN en annonçant qu'une Streetfighter V2 pourrait très bientôt être produite.
Triumph Tiger 900 2020 – Déclinée en 5 versions !
Ce n'est pas une, ni deux mais bel et bien cinq versions de la nouvelle Triumph Tiger qui arrivent : la Tiger 900, la Tiger 900 GT, la Tiger 900 GT Pro, la Tiger 900 Rally et enfin la Tiger 900 Rally Pro ! De quoi satisfaire chacun.