Essai publié le 28 juillet 2018

Essai Husqvarna Svartpilen 401 - Petite machine, grandes aventures

Texte de Jimmy / Photo(s) de Jimmy, Husqvarna / Avec la collaboration de ce joli fossé...

Husqvarna s’est lancé sur un marché en plein essor pour sa gamme routière plutôt atypique. J’avais personnellement craqué sur la Svartpilen à sa présentation, certain qu’elle disposait du potentiel pour se faire une place dans la catégorie. C’est bien le cas, mais rien ne s’est passé comme prévu…

Il y a des articles plus difficiles à écrire que d’autres. Il y a des essais plus marquants que ce à quoi on s’attendait. Il y a des moments où le sort semble vous jouer mauvais tour après mauvais tour. Il y a surtout des motos qui, parfois, parviennent à faire oublier tout ça, à rappeler d’où vient notre passion et à nous donner simplement l’envie de rouler. 

Et ce ne sont pas forcément les motos que l’on croit. Il y a des machines qui proposent quelque chose de différent, sans qu'on sache trop quoi, qui vous touchent plus que d'autres.  Voici le journal, désordonné et décousu, brouillon et très subjectif, qui raconte l’histoire de l’une de ces machines et la mienne, aujourd’hui inextricablement liées.

Berlin - Novembre 2017. Je fonds complètement devant la Svartpilen. La petite machine vient épauler ses sœurs Vitpilen et son look mi-scrambler mi-roadster néo-rétro me tape dans l’œil. On est appelés à se revoir, c’est sûr.

Barcelone - Mars 2018. L’essai de la Vitpilen 701, vraie surprise, laisse augurer de bien belles choses pour la nouvelle gamme Husqvarna. Je salive d’avance à l’idée d’essayer la petite 401.

Genève - Mai 2018. Ça  y est, je monte sur la Flèche Noire pour la première fois et, malgré quelques a priori, les premiers tours de roue sont plus que prometteurs. On va bien s’entendre.

Valleiry - Juillet 2018. Je contemple l’étendue du désastre au bord de la route, mon casque à la main. La Svartpilen pleine de terre et de rayures, les roues plongées dans l’eau boueuse, au fond du fossé. Je crois que l’aventure est terminée.

Remonter le temps

On se sent vraiment stupide, après une chute. Surtout quand c’est de sa faute. Un excès d’optimisme et, avant de s’en rendre compte, on est parterre. On se sent d’autant plus stupide quand on tombe avec une moto d’essai. Ça m’est arrivé deux fois avant celle-ci, tout aussi stupidement. Cette fois, ça fait particulièrement mal au cœur. Car, après l’avoir sortie du fossé avec l’aide d’un type qui s’est arrêté avec sa femme, je constate deux choses :

D’abord, la Svartpilen est une moto vraiment solide. Malgré un bon claquage sur le bitume, une glissade et un tonneau dans le fossé, elle démarre au quart de tour et franchit l’obstacle boueux comme une meule d’enduro. Je ne fais pas d’enduro, mais après cet épisode, je pense avoir saisi l’essentiel de la discipline.

Ensuite, voir la petite machine aussi sale et abîmée me blesse. J’ai la fâcheuse tendance à développer un vrai attachement aux machines que j’essaie ou possède et la Svartpilen n’a pas fait exception. Je l’adore et je lui ai fait du mal : je m’en veux. 

Ça avait si bien commencé…

Bernex - Mai 2018. La Svartpilen est superbe. La ligne tendue et sobre à la fois est renforcée dans ce coloris noir, qui lui va comme un gant. Les jantes à rayons, les pneus à tétines et le grand guidon lui donnent un air d’aventurière. Je regrette le support de plaque un peu imposant par rapport au gabarit de la machine, ainsi que les rétros et commodos un peu basiques et peu esthétiques. Mais ce phare, et cette coque arrière si épurée… si ma copine était d’accord, je la mettrais dans notre salon !

Le petit mono s’ébroue plutôt discrètement et les premiers tours de roue sont un peu destabilisants. Le ressenti des leviers confirme que des économies ont été faites et à bas-régimes, on est bien sur un 300, ça cogne et ça peine à trouver son souffle. Après quelques mètres, pourtant, je suis épaté par la facilité de l’ensemble. On se faufile dans la circulation avec aisance, les demi-tours se font dans un mouchoir et la stabilité permanente surprend. J’ai essayé peu de machines aussi faciles à glisser partout : la Svartpilen est une vraie truite !

Croix de Rozon – fin Mai 2018.  Je termine mes photos statiques au milieu des champs. Si la petite Husky a excellé jusqu’ici en trajets semi-urbains, elle s’avère tout aussi à l’aise sur les routes. J’ai rejoint mon spot photo à une vitesse stupéfiante, sans jamais avoir l’impression de forcer. Elle aime rouler vite ! 

Son look vraiment sympa fait se tourner bien des têtes. Si le petit gabarit peut faire penser à un jouet, la qualité  de l’ensemble et sa faculté à encaisser de fortes contraintes sont surprenantes. Les contraintes, horaires surtout, me laissent toutefois bien peu de temps pour profiter de la petite bête. Je passe le reste de la semaine à écourter ou reporter mes sorties, alors que je rêve d’emmener la petite Flèche Noire sur des petits lacets. 

Ce ne sera finalement pas le cas, agenda serré oblige. J’aurai beaucoup rigolé dans les ronds-points, apprécié d’entrer chaque jour plus vite dans la bretelle d’autoroute en partant au boulot, en levant la roue avant à chaque feu vert. Passé 5'000 tours, le mono envoie de l’air et tout s’accélère alors que le vrombissement de la petite bête assure une ambiance sportive et ludique. Je ramène à regret la Svartpilen chez Speedbike, bien trop vite à mon goût, avec le sentiment de n’avoir pas entiérement saisi son potentiel.

Retrouvailles

Carouge – Juin 2018. Un mois plus tard. J’apprends par  un heureux message que la brave petite Svartpilen s’ennuie chez Speedbike et ne doit pas être rapatriée avant un moment. On me propose de profiter de la petite pendant un temps encore. Génial !

Bien décidé à profiter de cette aubaine, je songe avec bonheur aux balades qu’on va s’envoyer. Aux photos dynamiques qui étaient passées à la trappe. A la joie simple de retrouver cette petite machine sympa, qui donne envie de rouler jusqu’à plus soif, quel que soit le trajet.

L’après-midi même, j’enfile des lacets dans un petit coin de Haute-Savoie. Angles de cochon, gros freinages, passages dans des petits chemins de terre : rien ne fait peur à la Svartpilen ! Jamais dépassé par les 42 chevaux, le pilote peut exploiter à fond la machine, qui a de la ressource ! Le feeling des pneus n’est évidemment pas le meilleur sur l’asphalte, mais on ne ressent aucun manque de confiance et on tournicote avec délice.

Je m’arrête à la pompe. Après presque 200 kilomètres, le réservoir n’est pas encore vide, mais il fait chaud. Là encore, les regards se scotchent sur les lignes séduisantes de la 401. Les liserés jaunes venant casser le noir brillant de l’ensemble font leur effet. Personne ne tique sur les rétros basiques et le support de plaque. Un type vient me demander où j’ai trouvé mon phare arrière à LED… « C’est le feu d’origine. » Le mec en veut une. Moi aussi.

Valleiry – Juillet 2018. J’essaie de sortir la moto de l’eau, avec un brave mec qui s’est arrêté m’aider. On soulève l’arrière et on place la moto perpendiculaire à la route. « Avec des pneus comme ça, lance-t-il,  tu crois qu’on la remonte facile ? ». J’en sais rien. Ils sont couverts de boue, le guidon est bien tordu et faudrait qu’elle démarre. Elle démarre ! « Monte dessus, vaut mieux y aller d’un coup, sinon on va planter l’arrière dans l’eau ou la lâcher en haut de la pente. ». On ricane. Ce serait vraiment con.

Brave et joueuse jusqu’au bout, malgré son guidon tordu, la petite Flèche Noire bondit à l’assaut de la pente et, dans une dernière éclaboussure, se retrouve sur la route. On dirait presque qu’elle se marre, couverte de boue et d’herbe, un bout du guidon disant merde à l’autre et son support de plaque perdu au fond du fossé. La plaque est restée sur la route, elle. Chouette. Le type s’assure que je suis OK, puis reprend sa route. Merci encore.

Je suis devant cette pauvre petite machine toute abîmée et j’ai les boules. Une erreur stupide, pendant un énième trajet entre deux trucs à faire et voilà. La séance de photos dynamique de demain, l’essai longue durée de la moto, tout est littéralement tombé à l’eau. Pas vaincue, la Svartpilen rebrousse chemin et vrombit comme si de rien n’était. Après un passage au kärcher, elle est propre comme un sou neuf. Presque neuf…

Bernex – Quelques jours plus tard. Dans le box, je finis de scotcher le joli bloc compteur, déjà pas super lisible de jour, pour éviter qu’il se morcelle encore plus. Il fonctionne encore. Tout fonctionne encore, en fait. Pas de fuite suspecte, démarrage au quart de tour et le même entrain à partir rouler, la même facilité. Malgré le guidon tordu, mes petits bobos et la pluie qui menace, je rentre presque aussi vite que d’habitude dans cette fameuse bretelle d’autoroute et je me marre sous mon casque. Cette machine est vraiment géniale.

A l’aventure !

Je fais quand-même moins le malin devant mon clavier. J’essaie à tout prix de finir mes papiers avant de rendre une moto, pour que le ressenti que je souhaite transmettre soit le plus direct possible, que l’essai s’imprègne de ces petits détails qui rendent chaque moto vraiment cool. Et surtout pour ne pas prendre de retard. Je suis toujours en retard pour écrire.

J’étais déjà parti sur l’idée du journal de bord, pour mettre la Husky dans plein de situations qu’on rencontre dans notre quotidien de motard. J’aurais aimé vous proposer cet article, avec de superbes photos illustrant chaque situation. Pour tout un tas de raisons, mais surtout à cause de ma stupidité, ce n’est pas l’article que j’ai pu publier.

Je n’ai pas été à la hauteur de la Svartpilen et de mes propres attentes. Elle propose un truc en plus, qu’on ne retrouve pas sur d’autres motos de la catégorie 300, qui s’avère décidément un vivier à machines sympas. Accessible et très intuitive, elle a surtout du charme et un caractère joueur qui transforme le quotidien en aventure permanente. L’aventure, pour moi, a été plus mouvementée que prévu et me pousse à me remettre en question.

Vous penserez peut-être que je manque d’objectivité et que j’ai surtout beaucoup parlé de moi dans ce papier. C’est peut-être le cas et je m’en excuse. Mais il m’est impossible de vous transmettre mon ressenti sur la Svartpilen 401 en minimisant une partie de ce que j’ai pu vivre à son guidon. Je vous invite toutefois à aller l’essayer, pour prendre la mesure de son potentiel qui, je n’en démords pas, est vraiment dingue.

Désolé, petite Flèche Noire, et à bientôt, peut-être, pour de nouvelles aventures.

P.S.: Merci à Simon de Husqvarna Suisse, pour le prêt de cette Svartpilen ainsi que les médias fournis pour pallier à l'absence de photos dynamiques maison. Et, encore, désolé...

Jimmy

Au final...

On a aimé :
+
le design superbe et valorisant
+
le caractère très joueur de la moto
+
la confiance et la facilité de prise en main offertes
On a moins aimé :
-
le fossé
-
tomber comme un c*n
-
les commodos et rétroviseurs pas top
AcidTracks 2019 - Organisation de sorties pistes

Suivez AcidMoto.ch !

Au final...

On a aimé :
+
le design superbe et valorisant
+
le caractère très joueur de la moto
+
la confiance et la facilité de prise en main offertes
On a moins aimé :
-
le fossé
-
tomber comme un c*n
-
les commodos et rétroviseurs pas top

Fiche technique

Véhicule
Marque :
Husqvarna
Modèle :
Svartpilen 401
Année :
2018
Catégorie :
Roadster
Kit 25 kW :
Non disponible
Moteur
Type :
Monocylindre 4 temps, double arbre d'équilibrage
Cylindrée :
373 cm3
Refroidissement :
Liquide
Alimentation :
Injection électronique
Performances
Puissance max. :
44 ch
Couple max. :
37 Nm
Transmission
Finale :
Par chaîne
Boîte :
6 rapports
Embrayage :
Multirisque à bain d'huile
Partie cycle
Châssis :
Cadre treillis tubulaire acier, revêtement epoxy
Suspension AV :
Fourche WP inversée ø 43mm
Course AV :
142 mm
Suspension AR :
Monoamortisseur WP
Débattement AR :
150 mm
Pneu AV :
110 / 70 17
Pneu AR :
150 / 60 17
Freinage
ABS :
Oui
Freinage combiné :
Non
Frein AV :
Simple disque flottant ø 320mm avec étrier radial 4 pistons
Frein AR :
Simple disque flottant ø 230mm avec étrier simple piston
Dimensions
Empattement :
1357 mm
Hauteur de selle :
835 mm
Poids à sec :
150 kg
Réservoir :
9,5 litres
Coloris disponibles
Coloris :
Noir
Catalogue
Prix de vente :
CHF 7'390.-
TVA 7,7% incl. Frais supplémentaires exclus
En ligne :

Plus d'articles Moto

Essai Kawasaki Z900 2020 - La fougue sous contrôle !
Nerveuse à souhait, cette Z900 2020 pleine de caractère me réconcilie avec les quatre-cylindres en ligne et me rappelle le caractère typique des Z
MV Agusta annonce une nouvelle moto de 350cc
La firme de Varèse continue son développement, notamment en passant par l’Asie et annonce dans un avenir très proche une moto de 350cc.
Jeu vidéo - Ride 4 arrivera dans les bacs en 2020
Après un lancement plutôt réussi du jeu Ride 3 en novembre 2018, Milestone donne à nouveau rendez-vous aux amoureux des deux-roues motorisés dès l'année prochaine avec un quatrième opus.
Tricana Motorcycles présente la bien nommée MV Agusta La Rouge
Le garage Tricana Motorcycles sis sur les rives du Léman à Corseaux près de Lausanne nous propose une F3 675 revisitée et dénommée maintenant "La Rouge".
Offre d'emploi - Horizon Moto à Bevaix (NE) recherche un mécanicien moto
L'agent Kawasaki du Littoral neuchâtelois recherche un mécanicien moto qualifié, de préférence avec une expérience confirmée sur les modèles Kawasaki.
La Grande Evasion by Guy Martin
Film mythique et scène mythique, tous ceux qui ont vu La Grande Evasion se souviennent du fameux saut du capitaine Hilts, incarné par Steeve McQueen au-dessus de la clôture pour fuir les nazis à sa poursuite.

Hot news !

Triumph Tiger 900 2020 – Déclinée en 5 versions !
Ce n'est pas une, ni deux mais bel et bien cinq versions de la nouvelle Triumph Tiger qui arrivent : la Tiger 900, la Tiger 900 GT, la Tiger 900 GT Pro, la Tiger 900 Rally et enfin la Tiger 900 Rally Pro ! De quoi satisfaire chacun.
Hivernage moto - Quelques conseils avant que le froid calme nos ardeurs
Remisage moto, hivernage moto, ces mots commencent à revenir à nos oreilles. Sacrilège, le froid est de retour, du coup, quelques mesures s'imposent pour passer l'hiver en toute sérénité.
Triumph Tiger 900 GT et Rally  2020 – Le deuxième teaser est publié
Le premier teaser nous avait laissé sur notre faim en ne laissant qu'entrevoir les lignes de la nouvelle Tiger 900 2020, ce second opus bien plus long en dit bien plus.
Norton Superlight SS – Light is right and… beautiful
Les Anglais de chez Norton viennent de publier le premier cliché de leur future sportive mid-size et cette dernière s'annonce des plus redoutables.
Triumph Tiger 900 – Le constructeur anglais nous réserve encore des surprises
Le constructeur anglais vient d'annoncer qu'une nouvelle Tiger 900 sera lancée le 3 décembre 2019, tout n'avait donc pas été dévoilé lors du salon EICMA de Milan.
EICMA 2019 – MV Agusta Rush 1000 – Dragster de 208cv en approche
MV Agusta vient de surprendre tout le monde en dévoilant une nouveauté inattendue, un roadster proche du dragster des rues affichant pas moins de 208cv et un look ultime à la MV.