Essai publié le 09 décembre 2020

Essai Triumph Trident 660 - La nouvelle référence chez les roadsters de moyenne cylindrée ? [page 2]

Texte de Phoukham Phothirath / Photo(s) de Kingdom Creative UK & Phoukham Phothirath

Pages

Après ce petit galop de prise en mains, nous voilà déjà à Vilaflor. Pause café. Une petite quarantaine (mot à la mode cette année…) de motards occupent déjà les lieux. Beaucoup d’animation, pas mal d’excitation et d’adrénaline dans cet équivalent local de notre col du Marchairuz ou de la montée de Saint-Cergue, en plus volcanique. En manœuvrant la moto, je me rends compte de son diamètre de braquage juste correct. Peut-être est-ce dû à la présence de la fourche inversée ?

On sirote le café, on observe les motards locaux, qui nous dévisagent en retour, avant de jeter ensuite un œil interrogateur sur nos Trident et Tiger. Puis le second groupe débarque et sonne la fin de la pause et, par là, le signal de notre départ. Direction le spot de photo, et la route qui y mène jouit d’une chaussé impeccable. Mais nous sommes dimanche matin et le trafic est assez dense. Nous passons une partie de la montée et des magnifiques lacets à doubler les voitures, naviguant entre les 3ème et 4ème rapports, juste parfaits.

Parfois, le talon de ma botte vient taper contre le repose-pied passager, à gauche comme à droite. Même avec mon quintal tout équipé à bord, la Trident relance sans rechigner, et se rue vers la zone rouge sans se faire prier. La boîte est précise et l’embrayage pas trop ferme. Les Michelin Pilot Road 5 sont excellents sur ce bitume parfois humide encore par endroits, et qui commence tout juste à gagner quelques degrés (Celsius).

Puis d’un coup, comme par miracle, la route se dégage et la voie se libère. Et le rythme s’accélère. Gary virevolte, il danse de virage en virage. Je le vois qui jette un coup d’œil aux rétros de temps à autre, temporise et reprend ensuite sa marche en avant. Il reste encore quelques patches humides, on commence à sortir du nuage, la luminosité elle aussi change. Les pneus sont à température, on dirait. L’accroche est bonne. On prend confiance, on prend des degrés supplémentaires (d’angle, cette fois-ci), on commence à déhancher. La moto est vive, elle est maniable mais reste saine et stable. Et suffisamment rigoureuse, même lorsque le rythme s'accélère. Elle met en confiance.

Puis d’un coup, le nuage se déchire et la brume disparait. Un ciel bleu et un paysage, mi-lunaire mi-martien, font face à nous. On enquille les courbes, le casque presque dans le rétroviseur, une cuisse bien calé contre le fin réservoir, passant d’un bord à l’autre de la moto au gré des penchants. Devant Gary déroule, et moi derrière, je jubile. La Trident est précise, le moteur relance avec vigueur, même si à cette altitude on peut perdre jusqu’à 8% de la puissance du moteur. Le freinage est puissant et endurant. Il lui manque juste un soupçon de progressivité.

Séance photo, sur une fin de matinée, un dimanche de décembre. À Ténériffe, au pied du fameux Teide. La séance terminée, nous enquillons sur la TF-38 qui alterne bouts droits et courbes rapides au pied du Teide, serpentant à la base de son cône. Sur un asphalte parfait, on roule d’un bon rythme maintenant, un œil sur le trafic, un autre sur la trajectoire et un dernier (!) sur le paysage sublime que l’on traverse. Oui, on traverse des paysages juste somptueux, et que les mots peinent à en décrire la majesté.

On arrive au col, et là, notre premier bouchon. Les forces de l’ordre nous arrêtent et nous interdisent… d’aller plus loin. La route sur l’autre versant est restée à l’ombre, et il y a des portions qui sont encore gelées. Le personnel du restaurant vient tout juste d’arriver… Du coup, on a trois quart d’heures avant d’être servis (soit la durée d’un bon quart d’heure vaudois, donc), on repart pour une petite séance photo impromptue au pied du stratovolcan…

Et à peine le temps de deux ou trois selfies, de deux ou trois clichés que des gardes, débarqués de nulle part, nous remballent, et l’on nous fait comprendre gentiment mais fermement que nous devons redescendre les motos. Du pied, ils effacent les traces des pneus que nous avons laissés sur la petite butte de terre, de poussières et de cailloux…

Pause déjeuner, enfin. Vite expédiée. On repart, pour la dernière séance photo et vidéo au-dessus de Arguayo. Gary nous fait alors bifurquer à droite, sur la TF-38. La route serpente à travers les flancs du volcan. Route somptueuse mais avec des portions dans le nuage, des sections encore humides. La Trident est bien campée sur ses suspensions, se rue sur la zone rouge comme une morte de faim. Le grip des pneus semble inépuisable et la confiance est là. Le rythme augmente encore d’un cran, la moto ne se désunit pas. On traverse forêts de conifères, puis de feuillus, au travers de terres noires ou rouillées…

Après la séance média, un dernier coup d’autoroute pour tester l’accélération et un peu de vitesse (peu de protection mais c’est tenable), et nous voilà déjà de retour à notre point de départ. Un grand sourire. La banane jusqu’aux oreilles.

Préparations et customisation en vue ?

Les premières livraisons n’auront pas lieu avant début février 2021 mais la nouveauté déchaîne d’ores et déjà l’engouement des préparateurs. L’Italien Arton Works a dégainé parmi les premiers et va proposer non pas un mais deux kits carénage pour transformer sa Trident en pas un mais deux café-racers, les bien-nommés Neptune S et R. D'autres vont certainement emboîter le pas aux Italiens.

En conclusion...

Sur le papier et dynamiquement, la Trident a tout pour séduire un large public de motard(e)s : bien équipée, freinant bien, doté d’un moteur suffisamment puissant, allègre et rempli de peps, et d’une partie-cycle à la fois bien suspendue, maniable et stable, elle demeure bien finie et possède d’origine une belle sonorité. De plus elle peut se targuer d’avoir des coûts d’entretien et de fonctionnement qui sont annoncés comme étant réduits. Les quelques défauts ne sont pas rédhibitoires.

Son prix est concurrentiel au vu des prestations et de son équipement. Mais est-ce suffisant pour se faire sa place au soleil et au sommet des ventes, voire l’établir comme la nouvelle référence de la catégorie ? La Triumph Trident 660 arrivera dans les showrooms des concessions début Février ; le marché décidera.

Foux Foux

Au final...

On a aimé :
+
Moteur souple en bas, rempli au mileu et qui reste rageur en haut
+
Partie-cycle saine et équilibrée, maniable et stable à la fois
+
Finition et équipement (TFT, électronique/connectivité, pneus, etc)
+
Coûts des entretiens et de fonctionnement
On a moins aimé :
-
Rayon de braquage juste correct
-
Léger manque de progressivité du frein avant
-
Pas de vraies poignées de maintien passager (option)
AcidTracks 2019 - Organisation de sorties pistes

Suivez AcidMoto.ch !

Au final...

On a aimé :
+
Moteur souple en bas, rempli au mileu et qui reste rageur en haut
+
Partie-cycle saine et équilibrée, maniable et stable à la fois
+
Finition et équipement (TFT, électronique/connectivité, pneus, etc)
+
Coûts des entretiens et de fonctionnement
On a moins aimé :
-
Rayon de braquage juste correct
-
Léger manque de progressivité du frein avant
-
Pas de vraies poignées de maintien passager (option)

Fiche technique

Véhicule
Marque :
Triumph
Modèle :
Trident
Année :
2021
Catégorie :
Roadster
Kit 25 kW :
Non disponible
Moteur
Type :
3 cylindres en ligne, 4 temps, DOHC, 12 soupapes
Cylindrée :
660 cm3
Refroidissement :
liquide
Alimentation :
Injection électronique multi-point avec ride-by-wire
Performances
Puissance max. :
81 ch à 10'250 tr/min
Couple max. :
59 Nm à 5'250 tr/min
Transmission
Finale :
par chaîne
Boîte :
6 rapports
Embrayage :
multidisques à bain d'huile
Partie cycle
Châssis :
Cadre périmétrique en acier tubulaire
Suspension AV :
Fourche inversée Showa ø41mm non réglable
Suspension AR :
Monoamortisseur Showa
Pneu AV :
120/70 ZR 17
Pneu AR :
180/55 ZR 17
Freinage
ABS :
Oui
Freinage combiné :
Non
Frein AV :
Double disques ø310mm, étriers radiaux 2 pistons Nissin
Frein AR :
Disque Nissin Ø 255 mm, étrier 1 piston Nissin
Dimensions
Longueur :
2'020 mm
Empattement :
1'401 mm
Largeur :
795 mm
Hauteur de selle :
805 mm
Poids total :
189 kg
Réservoir :
14 litres
Coloris disponibles
Coloris :
Crystal white
 
Sapphire black
 
Matt jet black and silver ice
 
Silver ice diablo red
Catalogue
Prix de vente :
CHF 8'990.-
En ligne :

Plus d'articles Moto

D'une pierre deux coups: Aprilia met à jour Tuono V4 et RSV4 !
On avait vu mi-novembre le prototype arrêté à une station service, la nouvelle RSV4 est depuis aujourd'hui une réalité. Et elle ne vient pas seule, l'hyper-roadster Tuono V4 sort elle aussi !
"Explorez l'inattendu" c'est ce que promet le BMW GS Trophy 2022 en Albanie
Pour la 8ème édition du GS Trophy, BMW planifie un voyage hors du commun à la fin de l'été 2022. Pour y prendre part, il faudra cependant se qualifier !
Retouches surtout esthétiques pour les 125 et 390 Duke 2021
En chiffres, la 390 Duke est la KTM la plue vendue en Suisse en 2020. En Europe, c'est la 125 Duke la plue vendue. Les renouveler demande du tact.
Les Moto-Guzzi V85 TT et V85 TT Travel se perfectionnent pour 2021
Avec la V85-TT, la marque de Mandello del Lario a trouvé une niche. Le trail classic. Depuis 2 ans le modèle a fait son chemin et a trouvé son public. En 2021 elles se perfectionnent, sans perdre de personnalité.
La Husqvarna Svartpilen 125 arrive pour le plaisir des jeunes de 16 ans
Depuis le 1er janvier, le permis 125 est accessible aux jeunes de 16 ans. Alors que KTM vendait déjà de nombreuses 125 Duke, le groupe propose un look alternatif.
Aprilia Tuareg 660 – Le troisième membre de la famille arrive à grandes roues
Chez Aprilia on croit dur comme fer, et certainement à raison, à la nouvelle gamme mid-size. Après la RS 660 et la Tuno 660, voici la Tuareg 660 qui peaufine ses derniers éléments avant une commercialisation toute prochaine.

Hot news !

Essai Triumph Trident 660 - La nouvelle référence chez les roadsters de moyenne cylindrée ?
Dire que la bataille fait rage dans cette catégorie est un doux euphémisme ! Avec la Trident 660, Triumph s’attaque frontalement à ce marché et réclame clairement sa part du gâteau et des ventes.
Une KTM 1290 Super Duke RR en approche
Nos confrères de Motociclismo.it viennent de divulguer qu'une KTM Super Duke RR devrait être dévoilée dans les prochains jours.
Honda CBR 1000 RR-R Fireblade - De la route à la piste, un essai complet
La nouvelle Honda Fireblade regroupe tous les superlatifs tout en restant homologuée. L'essai au Qatar était focalisé sur le circuit, mais une fois lâchée sur route ouverte, qu'est-ce que ça donne ?
Triumph Trident – Le constructeur anglais dévoile sa chasseuse de MT-07
Le constructeur anglais maîtrise à merveille l'art de la communication et dévoile peu à peu ce que sera sa Trident qui est annoncée comme un roadster au tarif serré et qui arrivera au printemps 2021.
L'Aprilia Tuareg 660 surprise lors de ses premiers roulages
Elle était attendue depuis sa vague annonce lors du salon EICMA de Milan l'année passée. En voici les premiers clichés (de médiocre qualité) lors d'un roulage, l'Aprilia Touareg 660 entend bien venir se mêler à la guerre des Adventures mid-size.
Une aéro active sur la future S1000RR ? C'est possible
Après avoir conquis le microcosme du MotoGP, les appuis aérodynamiques font leur place sur les modèles de série afin de pouvoir courir en World Superbike, la prochaine en date à en bénéficier sera vraisemblablement la BMW S1000RR et ils seront actifs.