Essai publié le 03 juillet 2020

Essai Benelli 752S - Un roadster qui a de l’ambition !

Texte de Charles Donzé / Photo(s) de Phoukham Phothirath

Benelli est propriété du groupe chinois Geely depuis quelques années déjà, au même titre que le constructeur Volvo et Lotus. De l’argent pour développer de nouvelles motos dans le but d’affronter la concurrence, il y en a. Preuve en est cette très aboutie Benelli 752S.

Ce roadster aux allures de Ducati Monster croisée avec une MV Agusta Brutale a de quoi intimider. Mais avant cela, elle fait tourner les regards et séduit nombreux motards rencontrés lors des mes balades à son guidon. Elle a de l'allure et est valorisante. Son cadre treillis tubulaire, son échappement en position scrambler avec une cartouche façon GP, sa fourche Marzocchi inversée de (très) gros diamètre, ses étriers Brembo impossants, ses feux 100% LED et plus généralement sa ligne élégante conjuguée à une finition soignée sont ses principaux arguments. Ensuite, lorsque l’on se tourne vers la fiche technique, elle a de quoi se défendre. Son bicylindre parallèle de 754cc développe 76cv 8’500tr/min et 67Nm à 6’500tr/min. Pas de quoi casser trois pattes à un canard ni effrayer les novices, mais de quoi déplacer ce charmant roadster avec entrain. La seule chose qui fait tache, c’est peut-être son poids conséquent ; affiché à 228kg tous pleins faits, c’est lourd et ça m’a quelque peu inquiété au moment de la lecture de la fiche technique. L'acier, à défaut d'alu, étant majoritairement utilisé péjore le poids total... Enfin, passons au-delà des préjugés et enfourchons cette "Italienne" !

J’insère la clé dans le Neimann et découvre l’écran LCD multicolore. L’affichage est simple, les informations sont claires et je m’y retrouve sans problème. Il n’y a que l’affichage nocturne, d’un style tout différent, qui fait un peu kitsch. Un bref coup de démarreur et le bicylindre s'ébroue. Mon séant posé sur la fine selle haute de 810mm, je trouve malgré tout les pieds bien posés au sol (ndlr: je mesure 174cm). A l'arrêt, le poids se fait sentir... et dans les manoeuvres à basse vitesse, je me méfie de me faire emporter par un excès de zèle. Les commandes d'embrayage et de freins sont douces, ce qui permet d'évoluer en toute quiétude.

Je m'élance pour mes premiers tours de roue. L'ambiance sonore est au rendez-vous. L'échappement minimaliste offre de belles vocalises, ni trop sourdes, ni trop timides. Pour un échappement d'origine, j'apprécie ce choix qui satisfera plus d'un. Le poids que je redoutais au moment d'enfourcher la moto s'est fait oublier. La maniabilité à basse vitesse est au rendez-vous, aidée par une position de pilotage agréable. Ni trop sur les poignets, ni trop droit, je fais corps avec la moto. La moto est bien vivante. Son bicylindre distille quelques vibrations à travers le cadre et se fait remarquer. Ce n'est pas un mal, c'est justement cette dose de charisme que j'apprécie. Quant au moteur, en évolution urbaine, il fait son travail en douceur. Les valeurs de couple généreuses n'y sont sans doute pas pour rien. La transmission, elle, est bien étagée, avec un premier rapport un peu long et les suivants plutôt rapprochés. A 50km/h, le quatrième rapport est envisageable sans subir les cognements de la mécanique. Après quelques centaines mètres parcourus à son guidon, je me sens déjà à l'aise et prêt à attaquer les virolets de ma région.

Maintenant que la mécanique est montée à bonne température, je peux me permettre d'alonger les rapports. Le bicylindre 754cc se distingue par une étonnante linéarité. Il monte dans les tours sans heurt, avec une omniprésence de couple sur toute la plage de régime. Ça tracte généreusement, accompagné du grondement de la boîte à air. Je remarque toutefois que le moteur souffre d'une certaine inertie, à l'instar des moteurs "d'époque"... comme si nous avions à faire à un moteur beaucoup plus volumineux. Assurément, il n'a pas la vigueur du bloc CP2 de l'une de ses concurrentes, la Yamaha MT-07. Une fois ceci pris en considération, on découvre un moteur plein à tous les régimes et sain dans sa propension à prendre les tours, et on aime son frein-moteur conséquent qui évite de taper dans les freins à tous les virages. Correctement réglée, l'injection est parfaite, sans à-coup à la remise de gaz, sans hésitation à régime constant. En fait, ce moteur est comme un bon pote avec qui on fait du sport. Il jouit de belles performances, sans être un sportif d'élite. Il est vivant, avec une bonne dose de couple à tous les régimes. Il est sain, à savoir qu'il ne surprendra à aucun moment.

Je me balade à bon rythme, essorant sans vergogne la poignée de gaz. J'aime cravacher ce moteur jusque dans ses derniers retranchements, puis sauter sur les freins au dernier moment et sentir la roue avant s'écraser dans le bitume. Ça freine très efficacement, bien que le mordant soit modéré, je ne m'attendais pas à de telles performances. La fourche surdimensionnée accuse le coup et confère précision au train avant. A la remise de gaz, l'amortisseur arrière s'enfonce, de même qu'il oscille lorsque la route se dégrade et mériterait un peu plus de rigueur. Quand la fourche surprend (en bien!), on s'attend à ce que l'amortisseur soit de la même trempe, ce qui n'est pas le cas. Enfin, quand bien même il y a distorsion entre les performances des suspensions avant et arrière, ce n'est de loin pas rédibitoire... autrement dit, dans le respect des limitations de vitesse et en conduite modérée, ce sont des détails qui passent complètement inaperçus.

CHF 9’850.-, c’est la somme à verser en Suisse pour s’offrir cette charmante moto atypique. Un peu chère en comparaison à la concurrence, c'est le prix de la petite exclusivité. Alors que tous s'arrachent certaines Kawasaki Z650 et autres Yamaha MT-07, rouler en Benelli s'assimile à rouler différent. Accessible aux détenteurs du permis A2, elle est une moto idéale pour débuter et progresser durant de nombreuses saisons. Un essai vaut le détour ! Pour les intéressés, voici la carte des concessionnaires de la marque Benelli en Suisse : Suisse.Benelli.com.

Carlito
AcidTracks 2019 - Organisation de sorties pistes

Suivez AcidMoto.ch !

Fiche technique

Véhicule
Marque :
Benelli
Modèle :
752S
Année :
2020
Catégorie :
Roadster
Moteur
Type :
Bicylindre en ligne , 4 temps
Cylindrée :
754 cm3
Refroidissement :
Refroidissement liquide
Alimentation :
Injection Ø 37 mm
Performances
Puissance max. :
76 ch à 8'500 tr/min
Couple max. :
67 Nm à 6'500 tr/min
Transmission
Finale :
Par chaîne
Boîte :
6 rapports
Embrayage :
Multidisque à bain d’huile
Partie cycle
Châssis :
Treillis en tubes d'acier
Suspension AV :
Fourche téléhydraulique inversée Ø 50 mm
Course AV :
117 mm
Suspension AR :
Mono-amortisseur
Débattement AR :
45 mm
Pneu AV :
120/70 ZR17 Pirelli Angel ST
Pneu AR :
180/55 ZR17 Pirelli Angel ST
Freinage
ABS :
Oui
Freinage combiné :
Non
Frein AV :
2 disques Ø 320 mm, étriers radiaux Brembo à 4 pistons
Frein AR :
1 disque Ø 260 mm, étrier 1 piston
Dimensions
Longueur :
2'130 mm
Empattement :
1'460 mm
Largeur :
820 mm
Hauteur de selle :
800 mm
Poids total :
228 kg
Réservoir :
14.5 litres
Coloris disponibles
Coloris :
Noir métallisé
 
Vert pomme métallisé
Catalogue
Prix de vente :
CHF 9'850.-
En ligne :

Plus d'articles Moto

OFRAG recrute un assistant support technique clientèle
L'importateur Aprilia, Piaggio, Vespa et Moto Guzzi en Suisse recrute un(e) assistant(e) support technique.
Nouvelles couleurs pour la Kawasaki Z900 2021
Cette année elle était visible à chaque coin de rue, avec 1027 unités immatriculées jusqu'à fin août la Z900 est le best-seller de Kawasaki.
Une nouvelle photo de RC390 2021 a fuité
Le 15 août vous avez vu une première série de photos capturées autour de l'usine KTM en Autriche. Il y a du nouveau...
BMW vise le titre WSBK et sort 500 exemplaires d'une M 1000 RR
BMW pourrait bien viser le titre WSBK avec une S1000RR d'homologation nommée pour le coup la M1000 RR ! Après le M-package, c'est la première fois que cette lettre habituellement dédiée à l'automobile est utilisée dans le nom d'une moto.
Cette CF Moto 1250 TR-G cache un LC8 d'origine KTM !
La collaboration entre KTM et la marque chinoise CF Moto n'est pas un secret, voici une sport tourer à moteur LC8 !
Aprilia RS 660 – Les pilotes de l'usine de Noale en font la promo sur piste
Alors qu'Aprilia avait volontairement mis de côté la facette sportive de sa RS 660, la dernière communication en date met en piste les pilotes officiels de la marque sur le tracé de Misano.

Hot news !

Une aéro active sur la future S1000RR ? C'est possible
Après avoir conquis le microcosme du MotoGP, les appuis aérodynamiques font leur place sur les modèles de série afin de pouvoir courir en World Superbike, la prochaine en date à en bénéficier sera vraisemblablement la BMW S1000RR et ils seront actifs.
Essai KTM 890 Duke R - Super Scalpel, mais pas Super Duke
2 ans déjà que la 790 Duke est sortie, premier bicylindre en ligne de la marque Autrichienne. Entre la toute première image saignante et la moto finale on avait perdu un peu d'éclat. Du proto 2016 à la 890 Duke R, on s'y retrouve beaucoup plus !
Une Aprilia RS400 dans les tuyaux ?
L'usine de Noale a régné durant les années nonante sur le monde des petites cylindrées avec feu sa RS125 qui était la digne héritière de la moto de Grand-Prix, depuis l'avènement du quatre-temps, le constructeur se fait plus discret mais cela pourrait changer…
Une Yamaha Ténéré 300 dans les tuyaux ?
Après l’ère des sportives puis celle des roadsters, il semble bien que les Adventures aient le vent en poupe depuis peu. Pour s’en convaincre il suffit de voir l’offre grandissante qui s’adapte à la demande.
Aprilia RS660 – Le premier teasing est en ligne
Surprise à plusieurs reprises lors des tests sur route, Aprilia lève le voile sur la très attendue RS660 dans un teasing qui bouge.
BMW F900 XR vs. Yamaha Tracer 900 GT - Duel de voyage en 900 cm3
Le nouveau roadster de la marque allemande a fait l'objet d'un comparatif face au leader du marché, la Kawasaki Z900. Pour la déclinaison plus trail, la F900 XR, on a choisi de l'opposer à la Yamaha Tracer 900 GT.