Essai publié le 18 juin 2020

Essai défi : l'Aprilia RSV-4 Factory sort de sa zone de confort [page 2]

Texte de Djeemee / Photo(s) de Malo Liechti

Pages

La presque vraie vie

Après quelques journées de trajets quotidiens et d'escapades urbaines, la signorina RSV-4 s'avère donc invivable avec tant de brio que je ne veux plus autre chose pour rouler. Je compte changer d'avis pendant le shooting photo. L'objectif : illustrer les malheurs de l'italienne et son pilote, embourbés dans un quotidien triste et routinier. Premier arrêt... le café. Déjà parce que c'est là-bas qu'on avait rendez-vous et ensuite parce qu'une italienne, ça boit du café.

La gentille équipe de chez Oberson, à Bernex, me permet même de pousser l'Aprilia et le vice jusqu'à notre table, pour un premier cliché plein de tendresse. Pas sur que la photo semblerait aussi naturelle avec une sportive japonaise. Une italienne, même dotée d'ailerons aéro, ça boit du café et ça a l'air tout à fait naturel attablée en terrasse.

Démonstration faite de cette théorie, direction... le supermarché ! Quand tu fais tes courses pour la semaine, tout ne rentre pas dans un sac à dos. Je n'ai pas vraiment fait les courses, mais je poufais dans mon casque avec mes cabas, les imaginant pendus à la RSV-4, qui faisait la belle sur sa place de parking. Je n'ai pas osé aller demander au personnel de l'enseigne si on pouvait faire un shooting à l'intérieur du magasin, je crois que je le regretterai toute ma vie.

Pour illustrer les images du quotidien, quoi de mieux que quelques photos dans la circulation. La plupart des usagers et des badauds doivent encore se demander ce que fichait ce débile en combinaison criarde couché sur sa moto en pleine file à l'arrêt. Là encore, l'Aprilia se moque de son monde avec panache et l'assurance qu'aucun autre véhicule ne lui volera la vedette. J'ai chaud, j'ai mal aux poignets et aux genoux, mais qu'est-ce qu'on se marre.

Gros gaz et rebondissements

Dernier spot : une courbe à l'arrache pour quelques photos dynamiques. Là encore, l'objectif est de sortir l'Aprilia de sa zone de confort. Aucun problème pour l'italienne, avaler un virage 5, 6 fois de suite, elle sait faire. Le pilote, lui, aura plus de mal à « sentir » l'exercice, trop craintif de s'emporter et mettre parterre du si beau matériel. Le va-et-vient de la machine, évidemment bruyant, attire rapidement un scootériste, sortant d'un chemin privé. Invectivé, je rejoins Malo et nous plions bagages, quelques photos de plus sous la main. On aura au moins fait sortir des riverains... désolé.

Car si je suis resté bien tiède, l'italienne s'avérait rassurante : posée sur un rail, sans aucune réaction imprévue, elle tourne. Tout dans son langage raconte qu'elle est faite pour ça. Pour tourner. Vite. Fort. Et se jeter rageusement vers le prochain virage. J'en ferai l'expérience une paire de jours plus tard, lors d'une promenade bucolique avec mon père.

Complice de toujours dans mes aventures à moto, l'autre gazier de l'arbre généalogique me suit sur sa vénérable GPZ 750 R, sur de coquettes routes de France voisine. Les 217 chevaux (j'adore répéter ce chiffre de cinglé) de l'Aprilia se sentaient certes à l'étroit dans les piégeux lacets entre Chevrier et Clarafond-Arcine, mais encore une fois, le châssis affûté de l'italienne y fit merveille. Changeant de cap d'une pichenette, freinant sur l'angle mieux que certaines machines en ligne droite, semblant toujours prête à bondir, la RSV-4 épatait à nouveau.

C'est ensuite sur la D30, puis la D123, près du Golet de la Biche, que l'italienne m'achèvera. J'avait déjà arpenté les petites routes du coin en supermotard et en routière. Petits enchaînements bosselés, bitume inégal, jeux de lumière piégeux entre les arbres, montées, descentes, montées, courbes serrées en aveugle... l'Aprilia allait souffrir et le rythme s'en ressentir. C'était sans compter sur les ressources de la superbike de Noale.

L'inconfort est certes absolument total : l'Aprilia remue de partout sur les bosses. Chaque imperfection vient buter contre mes poignets. Mais la machine tient son cap, nullement perturbée par le retour d'informations du train avant. J'accélère et sollicite le contrôle de traction, réglé sur la moyenne basse de la palette. La puissance se régule de façon perceptible mais continue de me pousser fortement en avant, constamment. Les fesses à demi-décollées de la selle, je laisse l'amortisseur travailler et la puissance passée au sol malgré ses imperfections est phénoménale.

Plus loin, l'Aprilia fait encore merveille. La forêt est floue, je ne vois pas la sortie de la moitié des courbes. Pourtant je sais exactement où en est l'Aprilia, si précise et si évidente dans son feeling. Je continue ce ballet insensé pendant quelques kilomètres puis m'interromps pour attendre mon père.

Il me cède sa Kawa ventilante et suintante, qu'il n'a pas économisée sur ce parcours piégeux. Il s'obstine pourtant à rester derrière moi lorsque je m'élance sur la vénérable japonaise. Je n'entends que la RSV-4, collée derrière moi. Inutile de dire qu'au premier freinage, j'ai bien cru finir dans le décor et que le pneu arrière se dérobait volontiers à la moindre relance en sortie, alors que l'italienne, grondante, semblait vouloir nous avaler. Je mets rapidement fin à la séance, le paternel s'avouant soulagé de me rendre le guidon du monstre, mais impressionné par son efficacité.

S'ensuivra « le » moment de cet essai. L'instant révélateur de ma colossale erreur de jugement sur l'Aprilia et ses facultés. Après l'approche irréprochable d'une épingle, où l'avant reste collé parterre malgré les bosses, je fais pivoter la RSV-4 et ouvre en grand. L'anti-patinage joue son rôle et module dans un premier temps la puissance. Je redresse tout à fait l'italienne, qui se jette en avant plein pot. Là, sur une bosse, l'avant décolle alors que la poussée augmente, puis se réduit plus rapidement, avant de me re-catapulter vers l'horizon lorsque le pneu avant lèche à nouveau la route, un instant plus tard. Le tout dans une longue vocalise du V4, résonnant à la ronde et sur mes tympans, seulement interrompue par la coupure du quickshifter au passage du rapport suivant. Aucune peur, aucun moment de doute pendant ce court rodéo sous contrôle : les gaz ouverts en grand, l'électronique a rendu mon accélération la plus efficace possible, avec l'absolue exactitude de tout ordinateur. Une accélération parfaite.

Partout. Tout le temps.

Divine, l'Aprilia me jette son ADN à la figure : elle fait tout parfaitement, mais très vite. Extrêmement vite. Elle vient de me rappeler que son châssis de course et son moteur ahurissant ont tout un système qui travaille pour qu'ils donnent le meilleur d'eux-mêmes, à chaque instant. Une sportive de cette catégorie n'a qu'un objectif : être la plus performante et la plus rapide possible. Partout.

Sur un circuit de vitesse. Sur cette route défoncée. Sur le trajet du travail. Dans les bouchons. Sur une place de parking. A la terrasse d'un café. Partout. Elle se fiche d'être hors de sa zone de confort. Elle n'en a pas. Elle ne connaît que la performance et ses limites. Plutôt vos limites. Rouler sur une machine de cette dimension, de ce niveau d'aboutissement, c'est accepter sa nature. Accepter des contraintes et des performances qui ne sont simplement pas pensés pour notre code de la route, ni nos lois. Ni le fonctionnement du corps et du cerveau humain lambda. Cette moto est magnifiquement inadaptée.

Vous pouvez acheter et rouler avec une Aprilia RSV-4 Factory. Vous pouvez même décider de rouler avec à 20km/h. Mais ce seront les 20km/h les plus rapides et les plus parfaits de votre vie. Et les plus mémorables, sans aucun doute. Car il faut être conscient que son seul objectif est juste d'aller le plus vite possible. Partout. Tout le temps.

Jimmy

Au final...

On a aimé :
+
les performances ahurissantes sur route
+
le feeling extraordinaire du châssis
+
la douce musique du V4
On a moins aimé :
-
les performances ahurissantes sur route
-
pfou!
AcidTracks 2019 - Organisation de sorties pistes

Suivez AcidMoto.ch !

Au final...

On a aimé :
+
les performances ahurissantes sur route
+
le feeling extraordinaire du châssis
+
la douce musique du V4
On a moins aimé :
-
les performances ahurissantes sur route
-
pfou!

Plus d'articles Moto

Roland Sands s'empare déjà de la BMW R18
Roland Sands est de ces préparateurs qui, quand vous le quittez une minute des yeux, sort un truc improbable de son atelier. C'est pour cette raison que bien souvent les constructeurs lui confient leur moto en avant première.
Sortie AcidTracks 2020 à Bresse - Les photos sont là
Enfin !! Après des mois, que dis-je, des semaines à rêver de ces instants licornesques, nous avons enfin pu mettre les roues de nos fidèles montures sur le circuit de Bresse et nos photographes étaient là pour immortaliser ce moment.
Breaking News - Honda tease sa nouvelle CBR 600 RR 2021 !
La rumeur courait pour une présentation le 9 août sur le circuit de Sugo au Japon, mais c'est aujourd'hui que le site Honda.co.jp voit apparaitre en ligne une vidéo et une photo de la nouvelle CBR 600 RR.
20 ans après, le BMW C1 pourrait revenir (nous hanter)
Pour l'an 2000, le BMW C1 était une révolution : un scooter conçu pour être vendu à des automobilistes. En les libérant du port du casque avec un système à deux ceintures, il y avait de l'idée.
Une nouvelle RC213V-S en approche chez Honda ?
La RC213V-S présentée fin 2015 n'aura pas été la machine à rêver que Honda attendait et ce malgré la qualité de l'engin, les attentes du public étant certainement plus élevées.
Essai KTM 390 Adventure - Elle doit être prise au sérieux
A l'annonce de sa sortie, j'étais sceptique. Je n'ai jamais vu une moto de ce segment sur nos routes, alors pourquoi celle-ci devrait marcher ? D'abord parce que l'Europe n'est pas le marché cible et ensuite parce qu'elle est vachement bien cette 390 Adventure !!

Hot news !

Kawasaki Z900 vs. BMW F900 R - Duel au sommet du marché roadster
Cette année 2020, si particulière, verra quand même l'énorme succès de la nouvelle Kawasaki Z900 sur le marché. Face à elle, BMW présente son premier roadster mid-size convaincant, la F900 R.
Essai défi : l'Aprilia RSV-4 Factory sort de sa zone de confort
Il y a déjà un moment, Djeemee est allé mettre la RSV-4 Factory dans ses petits souliers en tentant de maîtriser ses 217 chevaux au quotidien. Il s'est bien ramassé et a enfin retrouvé l'usage de la parole pour nous en parler.
Duel Yamaha - Tracer 700 contre Ténéré 700 - Laquelle il vous faut vraiment
Le moteur CP2 est un grand succès pour Yamaha. Ce bicylindre en ligne de 689 cm3 a pris place dans pas moins de 4 modèles de la marque. Avec la mise à jour 2020 de la Tracer et la Ténéré 700, on pourrait croire que ces deux modèles sont très proches, mais il n'en est rien. On vous explique comment choisir.
Essai Yamaha Tracer 700 - Evolution remarquable
Du côté de Tenerife, sur fond de tempête de sable et d'alertes au coronavirus, Yamaha nous a mis entre les pattes l'évolution de la cadette des Tracer. Look moderne et soigné, amélioration par petites touches, pas de débauche technologique : Baby Tracer vise juste et cette évolution s'avère finalement extrêmement pertinente.
Une Streetfighter V2 en approche chez Ducati dixit Claudio Domenicali
Le grand boss de Ducati s'est laissé aller à quelques confidences à nos collègues anglais de MCN en annonçant qu'une Streetfighter V2 pourrait très bientôt être produite.
Triumph Tiger 900 2020 – Déclinée en 5 versions !
Ce n'est pas une, ni deux mais bel et bien cinq versions de la nouvelle Triumph Tiger qui arrivent : la Tiger 900, la Tiger 900 GT, la Tiger 900 GT Pro, la Tiger 900 Rally et enfin la Tiger 900 Rally Pro ! De quoi satisfaire chacun.