Essai publié le 18 juin 2020

Essai défi : l'Aprilia RSV-4 Factory sort de sa zone de confort

Texte de Djeemee / Photo(s) de Malo Liechti

A quel point une moto est-elle extraordinaire ? Par ses performances dans son domaine de prédilection, d'abord. Par un caractère et une ligne incomparables, aussi. Et peut-être, comme l'Aprilia RSV4 Factory, par sa capacité à rendre chaque moment du quotidien absolument épique, même hors de sa zone de confort.
 

Nous sommes en septembre 2019 et, après un rendez-vous manqué pour un essai sur piste, je prends possession de la sculpturale RSV4 Factory chez nos compères de 100% 2 Roues. L'idée ? Tenter d'emmener une machine de 217 chevaux sur des terrains absolument incompatibles : tous, à l'exception d'un circuit de vitesse (et d'un circuit de cross, 'faut pas pousser).

Nous sommes en juin 2020 et quel meilleur moment pour achever cet article mis en attente (la « vraie » vie, la famille, et le temps file bien trop vite) ? Car à l'aide des géniaux clichés de Malo, réalisés lors d'un aprem' fort rigolo, ainsi que de l'impact colossal de l'Aprilia sur votre serviteur, mes souvenirs lointains n'en sont pas moins vifs. Je vous raconte?Allez, on remonte le temps.

17 secondes...

C'est le temps que j'aurai mis à déroger de mon plan pourtant si clairement établi dans mon esprit. La machine à peine enfourchée, suite à un tour du propriétaire des coeurs dans les yeux et une vive émotion aux premières vocalises du V4, je choisissais la file de droite au feu. Objectif : une première purge à froid, en ville, via la charmante rue de la Servette.

Au vert, la rue Hoffmann est avalée d'une caresse sur les gaz et je tourne finalement à droite. Direction Balexert, puis l'autoroute. Un battement de cils plus tard, je coupe le contact quelques virages avant Saint-Cergue. Une route quasi-déserte, un temps splendide, la RSV-4 virevoltant si aisément dans les courbes... ça en valait la peine. Le temps de m'auto-flageller pour la forme, je redémarre la diva et redescends aussi facilement que je suis monté.

Dans les bouchons de fin de journée, sur notre chère A1, je ne parviens pas à pester sur l'appui conséquent de mes poignets sur les demi-guidons de l'italienne. Ni du vacarme assourdissant de l'échappement Akrapovic à basse vitesse. Ni de la selle un poil raide et de la température élevée dégagée par les entrailles du V4. A quasi 60 km/h, pas de quoi râler au sujet de la minuscule bulle aérodynamique. Une première épreuve relevée haut la main par l'Aprilia : je ne peux que sourire à son guidon. Ça commence bien.

Au boulot!

Les tricheurs étant toujours punis, c'est bien tôt le lendemain que je démarrerai la signorina dans mon box, pour un trajet soporifique jusqu'au boulot. Sursautant au premier aboiement du V4, résonnant dans l'espace exigu, je suis totalement réveillé. Soporifique mon oeil. En m'imaginant réveiller tout le lotissement, je parcours mon chemin sur le point de patinage pour me faire le plus discret possible. Cette moto est vraiment dingue. Autoroute, broap du V4, sortie, feu rouge, broap du V4, arrivée dans le parking, broap du V4 et coupure. Souriant de toutes mes dents, je n'attends plus que le trajet du retour.

Pourquoi s'ennuyer tous les jours sur un scooter 125 ou dans un diesel climatisé quand on peut rouler avec ça ? L'inutilité absolue de ses 217 chevaux sur nos routes limitées. La cacophonie permanente du moteur agaçant faune et flore environnants. Le freinage surpuissant manquant de catapulter le pilote jusqu'au prochain feu rouge à chaque arrêt. Le rayon de braquage et le sentiment de pertinence d'un F-18 tentant de faire un créneau lors des manoeuvres dans la circulation. En fait, C'EST ABSOLUMENT GENIAL !

Et le plus beau, au-delà de l'ambiance irréelle au guidon, c'est qu'il ne peut RIEN vous arriver. La qualité des éléments de suspension et de freinage, couplée à l'excellence du châssis de Noale, rend la RSV-4 Factory invincible. Comme beaucoup de sportives, elle ne s'avoue jamais dépassée par quoi que ce soit. Légère comme une plume, elle se rétablit d'une pichenette comme une gymnaste olympique à l'issue d'une vrille. L'impression de contrôle est permanente.

La presque vraie vie

Après quelques journées de trajets quotidiens et d'escapades urbaines, la signorina RSV-4 s'avère donc invivable avec tant de brio que je ne veux plus autre chose pour rouler. Je compte changer d'avis pendant le shooting photo. L'objectif : illustrer les malheurs de l'italienne et son pilote, embourbés dans un quotidien triste et routinier. Premier arrêt... le café. Déjà parce que c'est là-bas qu'on avait rendez-vous et ensuite parce qu'une italienne, ça boit du café.

La gentille équipe de chez Oberson, à Bernex, me permet même de pousser l'Aprilia et le vice jusqu'à notre table, pour un premier cliché plein de tendresse. Pas sur que la photo semblerait aussi naturelle avec une sportive japonaise. Une italienne, même dotée d'ailerons aéro, ça boit du café et ça a l'air tout à fait naturel attablée en terrasse.

Démonstration faite de cette théorie, direction... le supermarché ! Quand tu fais tes courses pour la semaine, tout ne rentre pas dans un sac à dos. Je n'ai pas vraiment fait les courses, mais je poufais dans mon casque avec mes cabas, les imaginant pendus à la RSV-4, qui faisait la belle sur sa place de parking. Je n'ai pas osé aller demander au personnel de l'enseigne si on pouvait faire un shooting à l'intérieur du magasin, je crois que je le regretterai toute ma vie.

Pour illustrer les images du quotidien, quoi de mieux que quelques photos dans la circulation. La plupart des usagers et des badauds doivent encore se demander ce que fichait ce débile en combinaison criarde couché sur sa moto en pleine file à l'arrêt. Là encore, l'Aprilia se moque de son monde avec panache et l'assurance qu'aucun autre véhicule ne lui volera la vedette. J'ai chaud, j'ai mal aux poignets et aux genoux, mais qu'est-ce qu'on se marre.

Gros gaz et rebondissements

Dernier spot : une courbe à l'arrache pour quelques photos dynamiques. Là encore, l'objectif est de sortir l'Aprilia de sa zone de confort. Aucun problème pour l'italienne, avaler un virage 5, 6 fois de suite, elle sait faire. Le pilote, lui, aura plus de mal à « sentir » l'exercice, trop craintif de s'emporter et mettre parterre du si beau matériel. Le va-et-vient de la machine, évidemment bruyant, attire rapidement un scootériste, sortant d'un chemin privé. Invectivé, je rejoins Malo et nous plions bagages, quelques photos de plus sous la main. On aura au moins fait sortir des riverains... désolé.

Car si je suis resté bien tiède, l'italienne s'avérait rassurante : posée sur un rail, sans aucune réaction imprévue, elle tourne. Tout dans son langage raconte qu'elle est faite pour ça. Pour tourner. Vite. Fort. Et se jeter rageusement vers le prochain virage. J'en ferai l'expérience une paire de jours plus tard, lors d'une promenade bucolique avec mon père.

Complice de toujours dans mes aventures à moto, l'autre gazier de l'arbre généalogique me suit sur sa vénérable GPZ 750 R, sur de coquettes routes de France voisine. Les 217 chevaux (j'adore répéter ce chiffre de cinglé) de l'Aprilia se sentaient certes à l'étroit dans les piégeux lacets entre Chevrier et Clarafond-Arcine, mais encore une fois, le châssis affûté de l'italienne y fit merveille. Changeant de cap d'une pichenette, freinant sur l'angle mieux que certaines machines en ligne droite, semblant toujours prête à bondir, la RSV-4 épatait à nouveau.

C'est ensuite sur la D30, puis la D123, près du Golet de la Biche, que l'italienne m'achèvera. J'avait déjà arpenté les petites routes du coin en supermotard et en routière. Petits enchaînements bosselés, bitume inégal, jeux de lumière piégeux entre les arbres, montées, descentes, montées, courbes serrées en aveugle... l'Aprilia allait souffrir et le rythme s'en ressentir. C'était sans compter sur les ressources de la superbike de Noale.

L'inconfort est certes absolument total : l'Aprilia remue de partout sur les bosses. Chaque imperfection vient buter contre mes poignets. Mais la machine tient son cap, nullement perturbée par le retour d'informations du train avant. J'accélère et sollicite le contrôle de traction, réglé sur la moyenne basse de la palette. La puissance se régule de façon perceptible mais continue de me pousser fortement en avant, constamment. Les fesses à demi-décollées de la selle, je laisse l'amortisseur travailler et la puissance passée au sol malgré ses imperfections est phénoménale.

Plus loin, l'Aprilia fait encore merveille. La forêt est floue, je ne vois pas la sortie de la moitié des courbes. Pourtant je sais exactement où en est l'Aprilia, si précise et si évidente dans son feeling. Je continue ce ballet insensé pendant quelques kilomètres puis m'interromps pour attendre mon père.

Il me cède sa Kawa ventilante et suintante, qu'il n'a pas économisée sur ce parcours piégeux. Il s'obstine pourtant à rester derrière moi lorsque je m'élance sur la vénérable japonaise. Je n'entends que la RSV-4, collée derrière moi. Inutile de dire qu'au premier freinage, j'ai bien cru finir dans le décor et que le pneu arrière se dérobait volontiers à la moindre relance en sortie, alors que l'italienne, grondante, semblait vouloir nous avaler. Je mets rapidement fin à la séance, le paternel s'avouant soulagé de me rendre le guidon du monstre, mais impressionné par son efficacité.

S'ensuivra « le » moment de cet essai. L'instant révélateur de ma colossale erreur de jugement sur l'Aprilia et ses facultés. Après l'approche irréprochable d'une épingle, où l'avant reste collé parterre malgré les bosses, je fais pivoter la RSV-4 et ouvre en grand. L'anti-patinage joue son rôle et module dans un premier temps la puissance. Je redresse tout à fait l'italienne, qui se jette en avant plein pot. Là, sur une bosse, l'avant décolle alors que la poussée augmente, puis se réduit plus rapidement, avant de me re-catapulter vers l'horizon lorsque le pneu avant lèche à nouveau la route, un instant plus tard. Le tout dans une longue vocalise du V4, résonnant à la ronde et sur mes tympans, seulement interrompue par la coupure du quickshifter au passage du rapport suivant. Aucune peur, aucun moment de doute pendant ce court rodéo sous contrôle : les gaz ouverts en grand, l'électronique a rendu mon accélération la plus efficace possible, avec l'absolue exactitude de tout ordinateur. Une accélération parfaite.

Partout. Tout le temps.

Divine, l'Aprilia me jette son ADN à la figure : elle fait tout parfaitement, mais très vite. Extrêmement vite. Elle vient de me rappeler que son châssis de course et son moteur ahurissant ont tout un système qui travaille pour qu'ils donnent le meilleur d'eux-mêmes, à chaque instant. Une sportive de cette catégorie n'a qu'un objectif : être la plus performante et la plus rapide possible. Partout.

Sur un circuit de vitesse. Sur cette route défoncée. Sur le trajet du travail. Dans les bouchons. Sur une place de parking. A la terrasse d'un café. Partout. Elle se fiche d'être hors de sa zone de confort. Elle n'en a pas. Elle ne connaît que la performance et ses limites. Plutôt vos limites. Rouler sur une machine de cette dimension, de ce niveau d'aboutissement, c'est accepter sa nature. Accepter des contraintes et des performances qui ne sont simplement pas pensés pour notre code de la route, ni nos lois. Ni le fonctionnement du corps et du cerveau humain lambda. Cette moto est magnifiquement inadaptée.

Vous pouvez acheter et rouler avec une Aprilia RSV-4 Factory. Vous pouvez même décider de rouler avec à 20km/h. Mais ce seront les 20km/h les plus rapides et les plus parfaits de votre vie. Et les plus mémorables, sans aucun doute. Car il faut être conscient que son seul objectif est juste d'aller le plus vite possible. Partout. Tout le temps.

Jimmy

Au final...

On a aimé :
+
les performances ahurissantes sur route
+
le feeling extraordinaire du châssis
+
la douce musique du V4
On a moins aimé :
-
les performances ahurissantes sur route
-
pfou!
AcidTracks 2019 - Organisation de sorties pistes

Suivez AcidMoto.ch !

Au final...

On a aimé :
+
les performances ahurissantes sur route
+
le feeling extraordinaire du châssis
+
la douce musique du V4
On a moins aimé :
-
les performances ahurissantes sur route
-
pfou!

Plus d'articles Moto

Ducati Diavel 1260 Lamborghini - 630 pièces d'art mécanique italien
Ducati et Lamborghini, deux marques propriété de Volkswagen, ont chacune un certain prestige. Toutes deux issues de la Motor Valley, elles partagent les mêmes routes pour la mise au point de leurs machines.
JC Racing Béziers imagine une 848 SS, hommage aux Super Sport italiennes
Jérémie Duchampt, mécanicien dans le sud-ouest de la France s'était déjà penché sur une Streetfighter 1098 en début de saison. Certainement inspiré, il rend hommage cette fois-ci aux 750 SS et 900 SS sur une base de 848.
Honda CMX1100 Rebel - Le cruiser populaire poussé en taille XL
Avec sa CMX500, Honda a joué la carte du classicisme avec justesse, ce qui a placé le cruiser 500 cm3 en 3ème place du marché européen. Petit emprunt à la banque d'organes de la marque pour sortir une version XL.
Le roadster à compresseur s'offre une amélioration - Kawasaki Z H2 SE
La Kawasaki Z H2 a jeté un pavé dans la mare en adoptant le compresseur pour un roadster. Deux ans après sa sortie, le modèle d'offre une SE mieux équipée.
Kawasaki mise sur sa Ninja ZX-10RR pour continuer de régner en Superbike
L'expérience acquise en course est cruciale pour le développement d'une sportive. Pour rester dans le cadre du règlement, certaines choses doivent être distribuée à la série. C'est le cas de pièces de la nouvelle Ninja.
BMW renouvelle sa G310 R pour 2021
Pour séduire de jeune conducteur, BMW mise sur un look soigné et sportif ainsi qu'un équipement très complet. Revue de détails.

Hot news !

Une KTM 1290 Super Duke RR en approche
Nos confrères de Motociclismo.it viennent de divulguer qu'une KTM Super Duke RR devrait être dévoilée dans les prochains jours.
Honda CBR 1000 RR-R Fireblade - De la route à la piste, un essai complet
La nouvelle Honda Fireblade regroupe tous les superlatifs tout en restant homologuée. L'essai au Qatar était focalisé sur le circuit, mais une fois lâchée sur route ouverte, qu'est-ce que ça donne ?
Triumph Trident – Le constructeur anglais dévoile sa chasseuse de MT-07
Le constructeur anglais maîtrise à merveille l'art de la communication et dévoile peu à peu ce que sera sa Trident qui est annoncée comme un roadster au tarif serré et qui arrivera au printemps 2021.
L'Aprilia Tuareg 660 surprise lors de ses premiers roulages
Elle était attendue depuis sa vague annonce lors du salon EICMA de Milan l'année passée. En voici les premiers clichés (de médiocre qualité) lors d'un roulage, l'Aprilia Touareg 660 entend bien venir se mêler à la guerre des Adventures mid-size.
Une aéro active sur la future S1000RR ? C'est possible
Après avoir conquis le microcosme du MotoGP, les appuis aérodynamiques font leur place sur les modèles de série afin de pouvoir courir en World Superbike, la prochaine en date à en bénéficier sera vraisemblablement la BMW S1000RR et ils seront actifs.
Essai KTM 890 Duke R - Super Scalpel, mais pas Super Duke
2 ans déjà que la 790 Duke est sortie, premier bicylindre en ligne de la marque Autrichienne. Entre la toute première image saignante et la moto finale on avait perdu un peu d'éclat. Du proto 2016 à la 890 Duke R, on s'y retrouve beaucoup plus !