Essai publié le 08 mars 2020

Essai Triumph Rocket III R et GT - Le Colosse Aux Pieds Agiles

Texte de Phoukham Phothirath / Photo(s) de Grant Evans & Phoukham Phothirath

Le weekend dernier, quelques heureux élus ont pu prendre part à l’European Immersion Event que Triumph organise pour son réseau. Cet événement s’est déroulé à Faro, en Algarve (Portugal).

Les modèles phares pour 2020 y étaient présentés et proposés à l’essai : ce sont les Street Triple RS, Thruxton RS, Tiger 900, ainsi que les Rocket III R et GT. Nous en avons profité pour jeter notre dévolu sur ces dernières.

Revue des détails : équipement et finition

La Triumph Rocket est née en 2004 et « cubait » à l’époque 2’294 cm3, pour 142 ch à 5’750 trs/min. En soi, cette valeur de puissance n'était pas exceptionnelle mais ce qui l’était (et ce qui l’est encore maintenant…), c’était celle du couple. Débordant, stratosphérique, avec 200 Nm à 2'500 trs/mn. Le plus impressionnant dans tout ça était que 90 % étaient disponibles dès 1’800 trs/min ! Aujourd’hui, posée sur le bord de la falaise, sa descendante fait face à l’Océan. Sereine, confiante, comme un boxeur poids lourd conscient de sa force à la veille de monter sur le ring.

La Rocket reste un monument dans la production motocycliste moderne, une ode à la démesure mécanique. Un truc hors norme, et totalement subversif par les temps qui courent. 

En effet, son « big block » cube désormais 2’459 cm3, pour développer 167 ch à 6’000 trs/mn et distillant pas moins de 221 Nm de couple à 2’500 trs/mn, le tout toujours transmis par un cardan. L’équipement est pléthorique et différencié sur les deux motos. Sont en commun sur la R et la GT : assistances électroniques (avec plusieurs modes de conduite, traction control, cruise control, aide au démarrage en côte appelé « Hill Hold Control », etc), système de démarrage sans clef (surtout… ne pas égarer cette dernière…), écran couleur TFT, ABS, freinage couplé avant et arrière… Les poignées chauffantes sont livrées de série sur la GT (inutile de dire que l’on ne s’en est pas servi…). Les étriers avant sont des Brembo Stylema tandis que les pneumatiques sont Avon Cobra Chrome (150 mm à l’avant et 240 mm à l’arrière !).

La nouvelle boîte est désormais à 6 rapports. La version « R » abandonne le petit déflecteur et n’est pas équipée de repose pieds en avant et le sissi-bar. Sur la GT, le guidon est plus cintré et aussi plus rapproché du corps et, surtout, la position est plus « feet forward », comprenez par là « pieds en avant ». A noter enfin que les repose-pieds peuvent être réglés sur deux positions verticales (0 mm/-15 mm) sur la R, contre trois positions horizontales (-25 mm/0 mm/+25 mm) sur la GT. Sur les deux versions, le niveau de finition est à tomber par terre. Un exemple ? Celui des repose-pieds passager, qui disparaissent complètement quand ils sont repliés! L’ensemble est design et totalement intégré à la ligne de la moto. 

La version 2020 est allégée de 40 kilos par rapport à celle de 2004. Le travail a été mené sur le cadre, désormais en aluminium, mais aussi sur le moteur, et le réservoir, dont la contenance passe à 18 litres. Au final final, les chiffres sont de 317 et 321 kilos pour les R et GT, respectivement, tous pleins faits.

 

En résumé, c’est tout simplement le plus gros et le plus coupleux trois-cylindres jamais produit pour une moto de série. Et visuellement, on a juste l’impression que ce moteur hypertrophié déborde dans tous les sens, de tous les côtés. Et que le reste de la moto vient juste s’articuler, se greffer malgré tout hamonieusement autour de cette pièce maîtresse.

Si bien qu’au final, ce « power cruiser » possède un design sublime. Pour les puristes enfin, ce modèle renoue avec le double optique aux phares ronds, que souligne une nouvelle signature visuelle. L’allure générale transpire la puissance, dégage une impression de raffinement et de force brute.

« Sinon, sur la route, ça va ? »

Et ça roule plutôt bien, oui. En fait, c’est plutôt à la chaussée et au pneu arrière qu’il faut poser cette question. Car ils prennent cher avec la masse et le couple de l’engin. En parlent de couple, déjà, à l’arrêt, on peine à rester droit. Car chaque rotation de la poignée de gaz pousse la moto sur son flanc gauche, couple de renversement oblige. Étonnant, et flippant. Et la seule fois que j’ai vu ça c’était quand High Side (l’émission) avait testé le monstrueux Boss Hoss V8 (saison2, épisode6)…

Premier acte : s’installer à bord, garder le transpondeur (la clé) dans une poche – mission : ne pas le perdre. Enjamber est facile avec la R, tandis qu’il faut faire attention au sissy-bar avec la GT. La terre est basse et mes pieds touchent à plat. 

Deuxième acte : procédure de départ avec pression sur le bouton et levier d’embrayage tiré – le colosse s’ébroue. Aucune vitre a éclaté, aucune alarme s’est déclenchée, déception… Le gros block a un ralenti feutré, un peu trop peut-être pour une mécanique de 2 500 cm3. Cependant quelques coups de gaz bien sentis trahissent la nature de la bête : c’est bien un tigre qui ronronne au ralenti dans les entrailles de la bête.

Troisième acte : trouver les reposes-pieds. Ils sont situés à des kilomètres, on dirait, loin, loin devant, façon cruiser sur la GT. Ils sont plus près, un peu plus vers la verticale sur la R. Le guidon est large et bien cintré sur les deux versions, celui de la GT revenant plus vers le pilote. Pour grossir le trait, on est sur un cruiser avec la GT et sur un gros roadster avec la R. Première enclenchée, c’est parti.
Problème : je n’ai jamais roulé sur un cruiser, et celui-ci est qualifié de « power cruiser ». Oups.

Je démarre par la GT. 

Les premiers hectomètres sont bizarres : les pieds sont tendus, un peu loin, les fesses bien calées sur le rebord postérieur de la selle. La moto est basse et maniable, le large guidon tombe bien. Je trouve assez facilement mes marques et apprends à faire corps avec la moto. Les manœuvres à faible vitesse ne sont pas un pensum, la bête est conciliante.

Nous sortons d’un village et les espaces se libèrent. Que les routes de l’Algarve sont belles ! La petite troupe s’étire entre les somptueux lacets brodés d’eucalyptus.

Le ronronnement feutré se transforme en feulement lourd et caverneux, la GT grimpe dans les tours et se heurte au rupteur, sur les 7’500 tours/min. Oh, ce n’est certes pas explosif, ponctué par un gros kick dans le derrière mais le trois-cylindres pousse velu, de façon continue. Herculéenne. Un bout de ligne et je recolle (un peu) aux furieux de devant. Une rotation de la poignée plus tard et on on se retrouve vite, très vite, propulsé dans un autre espace temps, naviguant à des vitesses inavouables sans même s’en rendre compte. Pas besoin de rétrograder, même si un « pop pop pop » accompagne chaque descente de rapport.

Le couple est gargantuesque, mais délivré avec vigueur et raffinement, sans l’ombre d’une quelconque brutalité. So british.

Pause, et changement de montures : je suis maintenant sur la R. Et commence à comprendre le mode de fonctionnement. Malgré leur gabarit hors norme, les deux Rocket III sont étonnamment à leur aise dans les grandes courbes, ou leur stabilité sans faille et grâce à leur chassis assez rigide. Il convient cependant de bien anticiper les entrées en courbe, décomposer les trajectoires, de les enrouler. D’accompagner le flow et faire corps avec la moto. Avant d’envoyer la grosse patate, en sortie de courbe. La Rocket R virevolte ainsi d’un virage à l’autre, comme une ballerine sous anabolisants.

Les étriers Brembo Stylema pouvant arrêter un super-tanker, le freinage se révèle puissant, endurant, et dosable. La fourche ne plonge pas exagérément, pas de tanguage prononcé. Et des suspensions bien calibrées procurent un confort de bon aloi, tout en absorbant les ondulations de la route et fournissant un bon retour d’informations.

Notre groupe arrive à Almodovar pour la mi-journée. L’ambiance y est printanière. On se pose. Pause et changement de montures.

En résumé

L’expérience vécue à bord des Rocket 2020 reste concentrée autour de leur sublime mécanique. Ce moteur est très raffiné dans sa façon de délivrer couple et puissance. La puissance est suffisante, omni-présente et jamais débordante. Le couple, lui, est monumental et paraît inépuisable. La « R » se mène presque comme un (très) gros roadster. Une énorme main de fer dans un écrin ganté de velours. C’est ma préférée des deux.

Foux Foux

Au final...

On a aimé :
+
Le moteur, un monument mécanique
+
Le niveau de finition
+
L’esthétique de « power cruiser » ou de « power roadster » ultime
On a moins aimé :
-
Rouler pieds en avant sur la GT, ça fait bizarre au début
-
Difficile de déhancher (mais certains y arrivent) ☺
AcidTracks 2019 - Organisation de sorties pistes

Suivez AcidMoto.ch !

Au final...

On a aimé :
+
Le moteur, un monument mécanique
+
Le niveau de finition
+
L’esthétique de « power cruiser » ou de « power roadster » ultime
On a moins aimé :
-
Rouler pieds en avant sur la GT, ça fait bizarre au début
-
Difficile de déhancher (mais certains y arrivent) ☺

Fiche technique

Véhicule
Marque :
Triumph
Modèle :
Rocket 3
Année :
2020
Catégorie :
Cruiser
Kit 25 kW :
Non disponible
Moteur
Type :
3 cylindres en ligne, DACT
Cylindrée :
2'458 cm3
Refroidissement :
Refroidi par eau,
Alimentation :
Injection électronique multipoint séquentielle avec SAI
Performances
Puissance max. :
167 ch à 6'000 tr/min
Couple max. :
221 Nm à 4'000 tr/min
Transmission
Finale :
Par cardan
Boîte :
6 vitesses
Partie cycle
Châssis :
Cadre entièrement en aluminium
Suspension AV :
Fourche inversée Showa ø47mm 1 1, réglage compression et détente
Course AV :
120 mm
Suspension AR :
Amortisseur Showa à reservoir séparé réglable avec précharge hydraulique reglable
Débattement AR :
107 mm
Pneu AV :
150/80 R17 V
Pneu AR :
240/50 R16 V
Freinage
ABS :
Oui
Freinage combiné :
Oui
Frein AV :
Deux disques de 320 mm, étriers monoblocs radiaux Stylema Brembo M4.30 à 4 pistons, ABS en virage
Frein AR :
Simple disque de 300mm, étrier monobloc Brembo M4.32 à 4 pistons, ABS en virage
Dimensions
Empattement :
1'677 mm
Largeur :
889 mm
Hauteur de selle :
773 mm
Poids à sec :
291 kg
Réservoir :
18 litres
Coloris disponibles
Coloris :
Korosi Red
 
Phantom Black
 
Silver Ice & Storm Grey (GT uniquement)
Catalogue
Prix de vente :
CHF 24'140.-
Rocket 3 GT à partir de 24'940
En ligne :

Plus d'articles Moto

Ducati Diavel 1260 Lamborghini - 630 pièces d'art mécanique italien
Ducati et Lamborghini, deux marques propriété de Volkswagen, ont chacune un certain prestige. Toutes deux issues de la Motor Valley, elles partagent les mêmes routes pour la mise au point de leurs machines.
JC Racing Béziers imagine une 848 SS, hommage aux Super Sport italiennes
Jérémie Duchampt, mécanicien dans le sud-ouest de la France s'était déjà penché sur une Streetfighter 1098 en début de saison. Certainement inspiré, il rend hommage cette fois-ci aux 750 SS et 900 SS sur une base de 848.
Honda CMX1100 Rebel - Le cruiser populaire poussé en taille XL
Avec sa CMX500, Honda a joué la carte du classicisme avec justesse, ce qui a placé le cruiser 500 cm3 en 3ème place du marché européen. Petit emprunt à la banque d'organes de la marque pour sortir une version XL.
Le roadster à compresseur s'offre une amélioration - Kawasaki Z H2 SE
La Kawasaki Z H2 a jeté un pavé dans la mare en adoptant le compresseur pour un roadster. Deux ans après sa sortie, le modèle d'offre une SE mieux équipée.
Kawasaki mise sur sa Ninja ZX-10RR pour continuer de régner en Superbike
L'expérience acquise en course est cruciale pour le développement d'une sportive. Pour rester dans le cadre du règlement, certaines choses doivent être distribuée à la série. C'est le cas de pièces de la nouvelle Ninja.
BMW renouvelle sa G310 R pour 2021
Pour séduire de jeune conducteur, BMW mise sur un look soigné et sportif ainsi qu'un équipement très complet. Revue de détails.

Hot news !

Une KTM 1290 Super Duke RR en approche
Nos confrères de Motociclismo.it viennent de divulguer qu'une KTM Super Duke RR devrait être dévoilée dans les prochains jours.
Honda CBR 1000 RR-R Fireblade - De la route à la piste, un essai complet
La nouvelle Honda Fireblade regroupe tous les superlatifs tout en restant homologuée. L'essai au Qatar était focalisé sur le circuit, mais une fois lâchée sur route ouverte, qu'est-ce que ça donne ?
Triumph Trident – Le constructeur anglais dévoile sa chasseuse de MT-07
Le constructeur anglais maîtrise à merveille l'art de la communication et dévoile peu à peu ce que sera sa Trident qui est annoncée comme un roadster au tarif serré et qui arrivera au printemps 2021.
L'Aprilia Tuareg 660 surprise lors de ses premiers roulages
Elle était attendue depuis sa vague annonce lors du salon EICMA de Milan l'année passée. En voici les premiers clichés (de médiocre qualité) lors d'un roulage, l'Aprilia Touareg 660 entend bien venir se mêler à la guerre des Adventures mid-size.
Une aéro active sur la future S1000RR ? C'est possible
Après avoir conquis le microcosme du MotoGP, les appuis aérodynamiques font leur place sur les modèles de série afin de pouvoir courir en World Superbike, la prochaine en date à en bénéficier sera vraisemblablement la BMW S1000RR et ils seront actifs.
Essai KTM 890 Duke R - Super Scalpel, mais pas Super Duke
2 ans déjà que la 790 Duke est sortie, premier bicylindre en ligne de la marque Autrichienne. Entre la toute première image saignante et la moto finale on avait perdu un peu d'éclat. Du proto 2016 à la 890 Duke R, on s'y retrouve beaucoup plus !