Essai publié le 18 janvier 2020

Essai Triumph Thruxton RS - L’aboutissement !

Texte de Phoukham Phothirath  / Photo(s) de Creative Kingdom & Phoukham Phothirath 

Moins six kilos, plus huit chevaux, une vivacité accrue, de l’élégance, de la vigueur et du raffinement: voilà ce que promet la nouvelle Triumph Thruxton RS. Autant d’affirmations que nous nous sommes empressés d’aller vérifier - Direction Faro au Portugal, dans les paysages pittoresques et les couleurs somptueuses de l’Algarve.

Ma brève histoire du temps...

Je n’étais pas (encore) né au moment où le nom de “Thruxton” s’inscrivait dans la légende du sport moto. Menée et cravachée jusqu’à la victoire en 1958 par une autre légende, Mike Hailwood, Mike The Bike en personne ! Je n’étais (toujours) pas né lorsque le twin vertical franchissait la barre des 100 miles/heure au TT, soit 160km/h de ce côté-ci de la Manche; c’était en 1969.

En fait, mon premier contact avec un représentant de la lignée Thruxton a eu lieu en 2017, lors des feux AcidDays. Ce petit galop d’essai sur la Thruxton R s’était conclu avec des sentiments mitigés: grosse patate, bon freinage, partie-cycle stable mais la position était un peu trop en appui sur les poignets...

Premiers contacts

Je suis réveillé par un doux martèlement, au loin, et compris vite que l’équipe Triumph est en train d’installer les motos devant l’entrée de l’hôtel. Une petite vingtaine de Thruxton RS attendent sagement dans cette descente aux pavés humides.

Certaines sont en livrée bi-ton, d’autres en full black, mais toutes sont rutilantes et alignées comme à la parade. Il a plu pendant la nuit et le ciel est resté bas et lourd. Et chargé.

Mince. Prudence.

Culminant à 810mm, la hauteur de selle est raisonnable et permet même à un gros nabot comme moi de bien poser les pieds au sol, presqu’à plat. La moto est fine, avec une échancrure légère qui permet de caler sa cuisse et de serrer ce réservoir long et fin. Elle est aussi légère. Les manœuvres à l’arrêt sont aussi facilitées par un rayon de braquage correct.

Je continue le petit tour du « propriétaire » en attendant que les motos chauffent et là, deux constats: l’équipement est pléthorique et le niveau de finition est très élevée. On note, pêle-mêle : des disques de grand diamètre (310mm) pincés par des étriers Brembo M50, un bouchon de type "Monza" avec couvercle en alu brossé, un té supérieur de fourche en alu poli coiffant une fourche Showa BPF de 43mm de diamètre. Cette dernière est couplée à des combinés Öhlins à bonbonnes séparées, le tout avec 120mm de débattement tant à l’avant qu’à l’arrière. ... Et si jamais, un catalogue d'accessoires riche de 160 pièces (dont une tête de fourche très café racer) est disponible pour se concocter une monture aux petits oignons...

La ligne de la moto est fine et racée, soulignée par la présence d’une selle monoplace coiffée d’un capot. Un phare rond trône fièrement à la proue. Au final, l’allure générale est très élégante. 

Contact. 

Les 1200 cm3, 105 ch, 112 Nm se réveillent et le twin s’ébroue dans un martèlement feutré.

La position, autre bonne surprise, n’est pas trop basculée sur les poignets, les demi-guidons étant positionnés suffisamment hauts et ouverts. Les jambes ne sont pas trop pliées et, au final, on se retrouve installé presque comme sur un roadster.

Un travail a été effectué en profondeur au niveau de la mécanique. Selon Triumph, cela a permis de réduire l’inertie du moteur de 20% tout en gagnant 500tr/min de régime maxi, ce dernier culminant désormais à 8.000 tr/mn. Les 105 chevaux sont disponibles plus haut et le couple de 112 Nm, plus bas. Le tout en étant compatible avec Euro5.

Deux ou trois coups de gaz bien décidés et le martèlement feutré se transforme alors en grondements sourds. Oups. Comme si vous venez de marcher sur la queue du mâtin.

Il est temps de partir.

Concert de Twins dans les collines de l’Algarve

Nous quittons l’hôtel dans une procession disciplinée. Nous sommes le premier groupe et suivons Joe Akroyd - l’homme aux multiples participations au Tourist Trophy nous ouvre la voie et il connait bien les pièges des routes des environs. Nous profitons d’une accalmie, une petite fenêtre météorologique, mais la chaussée reste humide par endroits. Le mode « Rain » reste donc enclenché pour le moment - surtout ne pas se mettre par terre. La moto est votre alliée dans ces conditions peu avenantes. Elle est étroite. Elle est agile, est très maniable, et se balance sans effort. On ne se croirait pas aux commandes d’un 1200cm3 de 197kg à sec merci le pneu arrière de 160/60 et à l’équilibre général.

Le moteur est doux et rond aux allures de balade. Mais il fait preuve d’un tout autre caractère lorsqu’on lui « rentre » dedans. C’est ce que l’on a pu vérifier dans l’après-midi, sur routes séchantes et offrant un meilleur grip, mode « Sport » activé. Et là, la réponse à la poignée de gaz est plus vive et il faut ressentir la vigueur avec laquelle ce moteur m’extrait (catapulte ?) des virages. Il reprend comme un élastique géant jusqu’au rupteur. Dans un grondement qui deviendrait presque addictif. Le moindre bout de ligne droite est prétexte à monter une vitesse, juste pour pouvoir accélérer à fond, comme un sourd. Juste pour voir l’aiguille se ruer depuis les plus bas régimes (sans cogner) vers la zone rouge, et sentir cette poussée ferme me propulser vers l’avant… Et entendre ce grondement sourd et puissant des deux grosses gamelles de 600cm3 dans leurs œuvres.

Et ensuite qu’est-ce que ça freine! Fort et longtemps, dans une attaque massive et franche. Le train avant encaisse sans bouger ; la fourche absorbe mais la moto ne bronche pas. Même lors des quelques freinages sur l’angle.

Les pneumatiques ont été une bonne surprise lors de cette journée d’essai: les tout nouveaux Metzeler Racetec RR K3 ont montré des prestations superbes tant sur le séchant que sur le franchement mouillé. Montant en température assez rapidement, ils se sont ensuite montrés rassurants, faisant preuve d’un niveau de grip important, tout au bénéfice de la sécurité et du plaisir de pilotage sur l’adhérence parfois changeante de certaines portions des routes de l’Algarve.

En parlant de plaisir, la descente vers l’hôtel s’est faite à bonne allure, voire à très grande vélocité… Et, le rythme s’accélérant, on apprécie la précision du guidage, on joue avec la gouaille du moteur, tellement prompt à dégainer la zone rouge et tout en savourant la qualité des liaisons au sol. Et l’on finit par prendre des angles d’obtus. Et l’on finit par sourire sous son casque, tout en traversant ces paysages somptueux à des vitesses peu avouables…

Les derniers hectomètres avant d’arriver se feront sous adrénaline, sous endorphines, sous le charme de cette bande son, rhaaa.

En résumé 

La Thruxton RS est donc une moto totalement aboutie, pouvant à la fois enrouler sur un rythme de balade ou enquiller comme un sagouin avec le même bonheur.

Bien suspendue, légère, agile, précise et dynamique, la Thruxton dans sa déclinaison RS est une belle (re)découverte. Plus qu’un néo-rétro, au delà du café racer, la nouvelle Thruxton RS peut aussi s’envisager comme un vrai roadster, moderne et comme on les aime: du caractère et du punch, jubilatoire et attachant.

La Thruxton RS sera disponible en concession à partir de fin février à partir de 16’840CHF, dans les deux coloris présentés ici (Jet Black et Matt Storm Grey & Matt Silver Ace).

Phoukham Phothirath 

Au final...

On a aimé :
+
Allure élégante et racée
+
Equipement premium et bien finie
+
Partie-cycle saine, stable et agile
+
Freins terribles: puissants, dosables, endurants
+
Moteur souple, coupleux et rageur
+
Bande son geniale
On a moins aimé :
-
Positionnement tarifaire premium
-
Suspensions un poil fermes d’origine (mais réglables)
-
Peut-on parler d’un shifter ☺?
AcidTracks 2019 - Organisation de sorties pistes

Suivez AcidMoto.ch !

Au final...

On a aimé :
+
Allure élégante et racée
+
Equipement premium et bien finie
+
Partie-cycle saine, stable et agile
+
Freins terribles: puissants, dosables, endurants
+
Moteur souple, coupleux et rageur
+
Bande son geniale
On a moins aimé :
-
Positionnement tarifaire premium
-
Suspensions un poil fermes d’origine (mais réglables)
-
Peut-on parler d’un shifter ☺?

Fiche technique

Véhicule
Marque :
Triumph
Modèle :
Thruxton RS
Année :
2020
Catégorie :
Roadster
Moteur
Type :
Bicylindre parallèle, 4 temps, distribution par simple arbre à cames en tête, quatre soupapes par cylindre
Cylindrée :
1200 cm3
Refroidissement :
Liquide
Alimentation :
Injection électronique séquentielle multipoint
Performances
Puissance max. :
105 ch à 7'500 tr/min
Couple max. :
112 Nm à 4'250 tr/min
Transmission
Finale :
Par chaine à joints toriques
Boîte :
6 vitesses
Embrayage :
Multi disques en bain d’huile assisté
Partie cycle
Châssis :
Berceau en acier tubulaire et double bras oscillant en aluminium
Suspension AV :
Fourche inversée Showa big piston de 43 mm entièrement réglable
Course AV :
120 mm
Suspension AR :
Double amortisseur Öhlins à réservoir entièrement réglables
Débattement AR :
120 mm
Pneu AV :
120/70 ZR17 - Metzeler Racetec RR
Pneu AR :
160/60 ZR17 - Metzeler Racetec RR
Freinage
ABS :
Oui
Frein AV :
Deux disques flottants Brembo de 310 mm. Etriers monoblocs Brembo M50 à montage radial et 4 pistons
Frein AR :
Simple disque de 220 mm. Etrier flottant Nissin à deux pistons
Dimensions
Empattement :
1'415 mm
Largeur :
745 mm
Hauteur de selle :
810 mm
Poids à sec :
197 kg
Réservoir :
14.5 litres
Coloris disponibles
Coloris :
MATT STORM GREY AND SILVER ICE
 
JET BLACK
Catalogue
Prix de vente :
CHF 16'840.-
En ligne :

Plus d'articles Moto

Aprilia ajoute une Tuono 660 Factory et des couleurs aux sportives
L'incursion d'Aprilia dans le marché de la moyenne cylindrée bat son plein. Avec une version affutée de la Tuono et une édition limitée de sa RS660, on comptera encore sur elles en 2022.
Quicktest360 - La Ducati Panigale V4S 2022 en vidéo
L'essai écrit est sorti il y a quelques jours, place à l'essai vidéo, avec le son du moteur et du vent.
Norton V4CR, le réveil de la bête ?
Norton fait son retour sur le devant de la scène avec un roadster "café-racer corsé"
Essai Ducati Panigale V4S 2022 - L'expérience au service du pilote
Ducati accumule énormément d'expérience en compétition puis un jour, tout est rassemblé dans une moto qui doit devenir une référence. Place au récit d'une journée extraordinaire.
le calendrier des HAT Series 2022 est en ligne!
Les dates des HAT Series 2022 sont désormais en ligne, c'est le moment de sortir votre agenda pour réserver vos weekends! On espère que la situation 2022 ne perturbera pas ce beau programme et que le HAT Master Balkans puisse cette fois avoir lieu!
Essai Triumph Speed Triple 1200 RR 2022 - Le sport et la classe "so British"
Avec sa Speed Triple 1200 RR, Triumph prend le monde des supersportives à contre-pied a. Ne serait-ce pas la sportive manquante ou l’évolution ultime du Café Racer ?

Hot news !

Essai-bis Triumph Speed Triple 1200 RS 2021 - Deux salles, deux ambiances
Réaliser l'essai d'une moto sur un circuit mène forcément à ne pas contenter ceux qui n'ont aucune affinité avec cette activité. Seulement quand Marc parle de "Couteau Suisse" pour ce roadster british, il faut bien continuer à faire le tour de son utilisation.
Essai Fantic Caballero Rally : Le retour des "gromonos" ?
Légère, maniable et accessible, la Fantic Caballero 500 dans sa déclinaison "Rally" reprend le meilleur du passé.
Comparatif des sportives de rêve à Alès - La Ninja rencontre la R1M et la M1000 RR
Pour qui veut débourser entre CHF 19'990.- et 37'900.- pour une sportive, il faut être sûr de son coup au moment de signer le bon de commande. Entre 2 japonaises et une européenne, le choix serait difficile si on avait pas la piste d'Alès à dispo pour les départager.
Essai de la Kawasaki ZH2 SE: 200 chevaux confortables
Une année après sa sortie, Kawasaki propose une mise à jour de son roadster compressé, la Z H2. Cette évolution "SE" gomme-t-elle les défauts relevés lors de son introduction ?
Essai Kawasaki Ninja ZX-10R 2021 - Elle gagne en Superbike, et pas pour rien !
Cette nouvelle Ninja, on l'attendait un peu. La faute à des délais de livraison allongés, ce n'est qu'en juin qu'on a pu se saisir de cette bête. Et autant dire que l'attente valait la peine !
Essai BMW M1000RR - Se prendre pour un pilote, juste une journée
A ce niveau de technique, on peut parler de moto d'homologation. L'équipe Superbike de BMW pouvait formuler tout ses souhaits d'amélioration de la S1000RR pour en faire une meilleure base à la moto de compétition. Au guidon, la différence saute aux yeux.