Essai publié le 02 juillet 2019

Essai Suzuki Katana 2019 - Paradoxe temporel [page 2]

Texte de Jimmy / Photo(s) de Denis Guyot

Pages

L'essence du plaisir à moto?

Me voici justement arrivé sur notre spot photo du jour pour rejoindre Denis, derrière l’objectif. Vous serez nombreux à avoir reconnu la montée de Saint-Cergue, agréablement peu fréquentée en ce mercredi de début d’été. Enchaînant les premiers lacets, l’agilité de la Katana saute aux yeux. Le guidon cintré offre un bon bras de levier pour faire tourner la machine sans y penser. Rien à dire sur l’amortissement à cette allure raisonnable : la route est un billard et offre un très bon ressenti, soit le terrain idéal pour le châssis de la GSX-S.

Ce point fort m’avait déjà marqué lors de l’essai du fameux roadster, il y a quelques années sur cette même route : la stabilité permanente de la machine en fait un outil extrêmement adapté pour rouler vite. Aucune réaction imprévue, aucun mouvement parasite, simplement ceux d’une machine qu’on emmène à travers des courbes et réagissant aux commandes. 

La position moins sur l’avant et l’assise plus « dedans » de la Katana offrent un sucroît de confort et un ressenti moins sportif. Le feeling de l’avant reste excellent et il n’y aura que la selle un peu large qui demandera un temps d’adaptation pour déhancher librement. Le freinage Brembo fait toujours merveille, alors que la fourche KYB de 43mm est absolument imperturbable. L’ABS n’aura pas eu à se manifester pendant la plupart des mes allées et venues. Il n’y a qu’en forçant un peu le système à s’activer qu’il se sera fait sentir : rien à signaler, donc.

Au fil des kilomètres, le confort reste impérial malgré le peu de protection offerte par le tête de fourche plus esthétique que pratique. Le volumineux réservoir ne s’avère pas plus gênant que cela et le naturel avec lequel on emmène la moto limite la fatigue. L’autonomie plutôt limitée de 180 kilomètres offriront autant de pauses passées à contempler la Suzuki, décidément incroyablement décalée.

Reste qu’après quelques pleins d’essence et un tour dans les superbes petits coins du Jura vaudois et de la Vallée de Joux, la Katana me ramènera à un sentiment aussi peu explicable que rafraîchissant. Cette impression d’être suspendu dans le temps, de simplement profiter du chemin se déroulant devant soi et ses roues. Au-delà de la recherche de vitesse et des sensations dynamiques, il y a dans le plaisir à moto cet insaisissable quelque chose qui nous pousse à ne pas rentrer tout de suite. A continuer de rouler, encore un peu. A la recherche de la réponse à une fameuse question qu’on ne s’est pas encore posée ? En quête  peut-être, justement, de tout le contraire, de ce bout de « rien » qui se situe entre un instant et le suivant ? L’essence de la moto, sans doute à titre personnel, s'y trouve peut-être.

Parce qu'elle est là

C’est peut-être ça qui aura rendu cet essai si ardu à écrire. La Suzuki Katana est une excellente machine, à l’identité très assumée et paradoxalement inédite : c’est un vrai gros roadster japonais à quatre-cylindres. Derrière une ligne savamment dessinée et un clin d’œil à la fois au passé de la marque et à la mode du néo-rétro, elle tire simplement la quintessence d’une plate-forme éprouvée pour proposer un produit abouti et séduisant. Ce fameux look en fera sans doute une machine de niche, dont les ventes ne représenteront qu’une part symbolique. Egalement parce qu'elle ne sera que trop réduite au rang de simple "quatre pattes" japonais classique.

Tout l’esprit est justement là. La GSX-S 1000 S Katana est un symbole. Une icône de Suzuki et de la moto en général. Pourquoi est-elle géniale ? Parce qu’elle est là. Parce qu’elle existe. Peut-être envers et contre tout. Paradoxalement, c’est ce qui fait tout son intérêt. Son petit truc en plus.

Pour utiliser encore une fois la formule, à titre personnel, elle m’aura retransmis au quintuple ce sentiment si particulier que je ressens au guidon de chaque bécane. Elle a changé cette formule consacrée que je prononçais à la fin de chaque essai, « J’en veux une », en « Je veux une moto ». Je veux un engin qui me parle et me procure des sensations. La Katana m’a parlé et je l’ai entendue. En souhaitant qu’elle puisse vous évoquer les mêmes sentiments, je vous encourage à aller essayer cette sacrée machine chez votre concessionnaire. 

Pourquoi pas chez les bons gars de MM Ride, qui nous ont mis à disposition leur machine d’essai tout juste rodée. Merci à eux.
Jimmy

Au final...

On a aimé :
+
le simple fait qu'elle existe
+
le look eighties remis au goût du jour
+
le comportement redoutable et efficace
On a moins aimé :
-
l'autonomie un poil limite
-
la selle un poil large
AcidTracks 2019 - Organisation de sorties pistes

Suivez AcidMoto.ch !

Au final...

On a aimé :
+
le simple fait qu'elle existe
+
le look eighties remis au goût du jour
+
le comportement redoutable et efficace
On a moins aimé :
-
l'autonomie un poil limite
-
la selle un poil large

Fiche technique

Véhicule
Marque :
Suzuki
Modèle :
GSX-S 1000 S Katana
Année :
2019
Catégorie :
Roadster
Moteur
Type :
4 cylindres en ligne, 4 temps, double ACT et 16 soupapes
Cylindrée :
999 cm3
Refroidissement :
Liquide
Alimentation :
Injection électronique
Performances
Puissance max. :
150 ch à 10'000 tr/min
Couple max. :
108 Nm à 9'500 tr/min
Transmission
Finale :
Par chaîne
Boîte :
6 rapports
Embrayage :
SCAS multidisque à bain d'huile
Partie cycle
Châssis :
Double poutre en alliage d'aluminium
Suspension AV :
Fourche inversée KYB ø 43mm entièrement réglable
Course AV :
120 mm
Suspension AR :
Monoamortisseur KYB réglable en précharge et détente
Débattement AR :
63 mm
Pneu AV :
120 / 70 ZR 17
Pneu AR :
190 / 50 ZR 17
Freinage
ABS :
Oui
Freinage combiné :
Non
Frein AV :
Double disque flottant ø 310mm avec étriers radiaux Brembo radiaux 4 pistons
Frein AR :
Simple disque à étrier un piston
Dimensions
Longueur :
2'125 mm
Empattement :
1'460 mm
Largeur :
830 mm
Hauteur de selle :
825 mm
Poids total :
215 kg
Réservoir :
12 litres
Coloris disponibles
Coloris :
Noir
 
Argent
Catalogue
Prix de vente :
CHF 15'495.-
En ligne :

Plus d'articles Moto

Triumph Trident – Le constructeur anglais dévoile sa chasseuse de MT-07
Le constructeur anglais maîtrise à merveille l'art de la communication et dévoile peu à peu ce que sera sa Trident qui est annoncée comme un roadster au tarif serré et qui arrivera au printemps 2021.
Test de la Yamaha Ténéré 700 Rally - Elle vend du rêve!
Au début de cet été, Yamaha crée le buzz en nous balançant un magnifique teaser mettant en scène la nouvelle Ténéré 700 Rally aux côté d’une vénérable machine d’usine du Dakar de 40 ans son ainée. On ne va pas se mentir, ça vend sérieusement du rêve.
L'Aprilia Tuareg 660 surprise lors de ses premiers roulages
Elle était attendue depuis sa vague annonce lors du salon EICMA de Milan l'année passée. En voici les premiers clichés (de médiocre qualité) lors d'un roulage, l'Aprilia Touareg 660 entend bien venir se mêler à la guerre des Adventures mid-size.
OFRAG recrute un assistant support technique clientèle
L'importateur Aprilia, Piaggio, Vespa et Moto Guzzi en Suisse recrute un(e) assistant(e) support technique.
Nouvelles couleurs pour la Kawasaki Z900 2021
Cette année elle était visible à chaque coin de rue, avec 1027 unités immatriculées jusqu'à fin août la Z900 est le best-seller de Kawasaki.
Une nouvelle photo de RC390 2021 a fuité
Le 15 août vous avez vu une première série de photos capturées autour de l'usine KTM en Autriche. Il y a du nouveau...

Hot news !

Une aéro active sur la future S1000RR ? C'est possible
Après avoir conquis le microcosme du MotoGP, les appuis aérodynamiques font leur place sur les modèles de série afin de pouvoir courir en World Superbike, la prochaine en date à en bénéficier sera vraisemblablement la BMW S1000RR et ils seront actifs.
Essai KTM 890 Duke R - Super Scalpel, mais pas Super Duke
2 ans déjà que la 790 Duke est sortie, premier bicylindre en ligne de la marque Autrichienne. Entre la toute première image saignante et la moto finale on avait perdu un peu d'éclat. Du proto 2016 à la 890 Duke R, on s'y retrouve beaucoup plus !
Une Aprilia RS400 dans les tuyaux ?
L'usine de Noale a régné durant les années nonante sur le monde des petites cylindrées avec feu sa RS125 qui était la digne héritière de la moto de Grand-Prix, depuis l'avènement du quatre-temps, le constructeur se fait plus discret mais cela pourrait changer…
Une Yamaha Ténéré 300 dans les tuyaux ?
Après l’ère des sportives puis celle des roadsters, il semble bien que les Adventures aient le vent en poupe depuis peu. Pour s’en convaincre il suffit de voir l’offre grandissante qui s’adapte à la demande.
Aprilia RS660 – Le premier teasing est en ligne
Surprise à plusieurs reprises lors des tests sur route, Aprilia lève le voile sur la très attendue RS660 dans un teasing qui bouge.
BMW F900 XR vs. Yamaha Tracer 900 GT - Duel de voyage en 900 cm3
Le nouveau roadster de la marque allemande a fait l'objet d'un comparatif face au leader du marché, la Kawasaki Z900. Pour la déclinaison plus trail, la F900 XR, on a choisi de l'opposer à la Yamaha Tracer 900 GT.