Essai publié le 02 juillet 2019

Essai Suzuki Katana 2019 - Paradoxe temporel

Texte de Jimmy / Photo(s) de Denis Guyot

Définir la GSX-S 1000 S Katana, c’est s’attaquer à un vrai casse-tête. Est-ce un roadster ou une machine néo-rétro ? N’est-elle pas un poil trop atypique pour figurer dans la première case ou trop moderne pour entrer dans la seconde ? L’esprit de la Katana est ailleurs, mais aussi bien là. La nouvelle Suzuki est-elle la moto de Schrödinger ? Tant de questions pour une machine simplement séduisante.

Ah. Vous vous dites que j’ai craqué après cette introduction tarabiscotée. Peut-être bien. J’avoue avoir longtemps tourné autour de la question en rédigeant cet essai. Où se place la Suzuki Katana ? Probablement du côté des machines qui ne font pas l’unanimité, tant elle rassemble des traits de caractère très marqués et peut-être un poil opposés. Mais assez de théorisation, attaquons-nous à ce que dégage la Katana par l’expérience. La mienne, donc, et la vôtre si vous songez à en prendre le guidon. Premier point, le look.

Oh. On peut en tout cas dire que la Katana divise ! Les « vieux » qui n’aimaient pas la première mouture n’auront pas changé d’avis. Les plus jeunes semblent peiner à s’y retrouver dans ce mélange de lignes tendues et de stature imposante. La partie avant en impose et le tête de fourche semble avalé par l’imposant réservoir. Comme un samouraï en armure, la Suz’ ne semble pas agile, mais cache bien son jeu. Le phare carré fera sans doute déguerpir 30% des curieux, tandis que 5% regretteront qu’il ne ressorte pas plus du tête de fourche, comme le modèle originel. Et c’est là le premier paradoxe des lignes de la Katana : l’avant est finalement harmonieux et chaque partie est là pour sublimer le tout. C’est à ça que doit ressembler l'avant d'une Katana de 2019.

Le second paradoxe apparaît quand on se tourne vers l’arrière. L'ensemble selle/coque très large enveloppe un feu résolument moderne et mis en valeur par l’absence de support de plaque. Ce dernier est déporté sur le bras oscillant pour un effet qui divisera tout autant que le phare carré. Reste que toute la selle est épurée et offre un joli contraste de proportions avec l'avant. Venons-en au coloris de notre modèle d’essai. Le noir est partout, à l’exception du feu arrière, des logos, de l’amortisseur et… du coupe-circuit. Et à titre absolument personnel, c’est dément et ça va à ravir aux lignes de la Katana. Avouez que si Dark Vador ou le Batman de Burton roulaient à moto, ce serait celle-ci.

Easter eggs

Ces références très geek ne sont pas là innocemment. C’est ce qui m’a fait réaliser l’esprit que dégageait cette moto à mes yeux. Et peut-être aux yeux de Suzuki. Cette bécane est un vrai easter egg. Traduit, cela donne « œuf de Pâques » et illustre un élément dissimulé dans une oeuvre (tableau, film, jeu vidéo), faisant référence à des personnages, histoires ou événements connus du public. Un clin d’œil du producteur aux spectateurs/joueurs attentifs et friands de surprises. Et l’orientation de la GSX-S 1000 S, c’est exactement ça. Cette ligne tout droit sortie des années 80 me renvoie à la première Batmobile, le noir aidant. Le côté vaisseau spatial de film SF est aussi très présent. Et j’adore. L’éclairage du bloc compteur, bleu électrique sur fond noir, me fera m’esclaffer au premier tunnel emprunté : j’ai l’impression de piloter un chasseur TIE de Star Wars. Chaque détail semble étudié pour nous plonger dans l'univers des eighties (sauf la finition, heureusement de haut niveau).

Si la Katana est peut-être une machine néo-rétro, elle l’est par ce biais assez inédit. Le « vieux » logo Suzuki rouge pétant m’a achevé (surtout parce qu’il ressemble à celui de ma Bandit) et je suis convaincu que les responsables du développement de la marque ont dit à leurs designers « Les gars, éclatez-vous, on vous pose déjà le tampon OK en bas de la feuille ».  En bons concepteurs un peu allumés, ils ont sorti ça. Cet hommage aussi assumé à un passé beaucoup moins lointain que d’autres modèles néo-rétro du marché est plutôt brillant et bienvenu chez une marque qui nous aura habitués à peu de remous ces dernières années.

Et ça marche

Ah. Cinq paragraphes et le gars ne semble pas décidé à nous parler du comportement de la machine. Pardon les gens. Mais pour une fois que j’ai des choses à dire sur une moto sans grimper dessus… Bon, le hic, ç’aurait été qu’au-delà de cette plastique assumée, la Katana ne vale pas un clou. Connaissant bien Suzuki, il aurait été idiot de parier là-dessus. Connaissant extrêmement bien la base de ce modèle, soit la GSX-S, cela aurait été vraiment idiot.

Mes amis quel engin ! Le moteur de la GSX-S, basé sur celui de la GSX-R 1000 K5, est tout simplement l’un des meilleurs 4 cylindres en ligne jamais conçu. Un onctueux réservoir de couple, à la sonorité reconnaissable entre toutes, qui vous tire comme un gros élastique à mesure que vous ouvrez les gaz. Et avec ce changement de caractère à hauts-régimes, ce hurlement propulsant le barre-graphe dans la zone rouge et vous assénant soudain un uppercut bien placé. N’importe quel autre moteur aurait été déplacé sur la Katana. Pattes de velours au quotidien et en balade, le quatre-pattes montre un autre visage à l’attaque et nous rappelle qu’il peut aussi être une usine à sensations. 

L’efficacité de ce moteur légendaire (c’est le descriptif Suzuki qui le dit et je suis d’accord avec ça) est mise à disposition du pilote via deux assistances Ô combien précieuses : d’abord une connexion miraculeuse avec la poignée de gaz dont le feeling est parfait, ensuite un anti-patinage réglable sur 3 niveaux, ajustant également la cartographie d’injection. Simple, efficace et laissant plus de latitude au pilote que les roadsters ultra-modernes. Je n’aurai testé la machine que sur le mode le moins restrictif et également sans aucune assistance. La confiance est totale et on peut exploiter sans se faire peur les 150 chevaux du quatre-cylindres. Les sensations sont présentes et les vitesses atteintes largement répréhensibles. Mais derrière les sensations mécanique, pas de sournoise impression : le contrôle est total. Un peu plus lisse que la GSX-S, le moteur de la Katana est votre ami.

L'essence du plaisir à moto?

Me voici justement arrivé sur notre spot photo du jour pour rejoindre Denis, derrière l’objectif. Vous serez nombreux à avoir reconnu la montée de Saint-Cergue, agréablement peu fréquentée en ce mercredi de début d’été. Enchaînant les premiers lacets, l’agilité de la Katana saute aux yeux. Le guidon cintré offre un bon bras de levier pour faire tourner la machine sans y penser. Rien à dire sur l’amortissement à cette allure raisonnable : la route est un billard et offre un très bon ressenti, soit le terrain idéal pour le châssis de la GSX-S.

Ce point fort m’avait déjà marqué lors de l’essai du fameux roadster, il y a quelques années sur cette même route : la stabilité permanente de la machine en fait un outil extrêmement adapté pour rouler vite. Aucune réaction imprévue, aucun mouvement parasite, simplement ceux d’une machine qu’on emmène à travers des courbes et réagissant aux commandes. 

La position moins sur l’avant et l’assise plus « dedans » de la Katana offrent un sucroît de confort et un ressenti moins sportif. Le feeling de l’avant reste excellent et il n’y aura que la selle un peu large qui demandera un temps d’adaptation pour déhancher librement. Le freinage Brembo fait toujours merveille, alors que la fourche KYB de 43mm est absolument imperturbable. L’ABS n’aura pas eu à se manifester pendant la plupart des mes allées et venues. Il n’y a qu’en forçant un peu le système à s’activer qu’il se sera fait sentir : rien à signaler, donc.

Au fil des kilomètres, le confort reste impérial malgré le peu de protection offerte par le tête de fourche plus esthétique que pratique. Le volumineux réservoir ne s’avère pas plus gênant que cela et le naturel avec lequel on emmène la moto limite la fatigue. L’autonomie plutôt limitée de 180 kilomètres offriront autant de pauses passées à contempler la Suzuki, décidément incroyablement décalée.

Reste qu’après quelques pleins d’essence et un tour dans les superbes petits coins du Jura vaudois et de la Vallée de Joux, la Katana me ramènera à un sentiment aussi peu explicable que rafraîchissant. Cette impression d’être suspendu dans le temps, de simplement profiter du chemin se déroulant devant soi et ses roues. Au-delà de la recherche de vitesse et des sensations dynamiques, il y a dans le plaisir à moto cet insaisissable quelque chose qui nous pousse à ne pas rentrer tout de suite. A continuer de rouler, encore un peu. A la recherche de la réponse à une fameuse question qu’on ne s’est pas encore posée ? En quête  peut-être, justement, de tout le contraire, de ce bout de « rien » qui se situe entre un instant et le suivant ? L’essence de la moto, sans doute à titre personnel, s'y trouve peut-être.

Parce qu'elle est là

C’est peut-être ça qui aura rendu cet essai si ardu à écrire. La Suzuki Katana est une excellente machine, à l’identité très assumée et paradoxalement inédite : c’est un vrai gros roadster japonais à quatre-cylindres. Derrière une ligne savamment dessinée et un clin d’œil à la fois au passé de la marque et à la mode du néo-rétro, elle tire simplement la quintessence d’une plate-forme éprouvée pour proposer un produit abouti et séduisant. Ce fameux look en fera sans doute une machine de niche, dont les ventes ne représenteront qu’une part symbolique. Egalement parce qu'elle ne sera que trop réduite au rang de simple "quatre pattes" japonais classique.

Tout l’esprit est justement là. La GSX-S 1000 S Katana est un symbole. Une icône de Suzuki et de la moto en général. Pourquoi est-elle géniale ? Parce qu’elle est là. Parce qu’elle existe. Peut-être envers et contre tout. Paradoxalement, c’est ce qui fait tout son intérêt. Son petit truc en plus.

Pour utiliser encore une fois la formule, à titre personnel, elle m’aura retransmis au quintuple ce sentiment si particulier que je ressens au guidon de chaque bécane. Elle a changé cette formule consacrée que je prononçais à la fin de chaque essai, « J’en veux une », en « Je veux une moto ». Je veux un engin qui me parle et me procure des sensations. La Katana m’a parlé et je l’ai entendue. En souhaitant qu’elle puisse vous évoquer les mêmes sentiments, je vous encourage à aller essayer cette sacrée machine chez votre concessionnaire. 

Pourquoi pas chez les bons gars de MM Ride, qui nous ont mis à disposition leur machine d’essai tout juste rodée. Merci à eux.
Jimmy

Au final...

On a aimé :
+
le simple fait qu'elle existe
+
le look eighties remis au goût du jour
+
le comportement redoutable et efficace
On a moins aimé :
-
l'autonomie un poil limite
-
la selle un poil large
AcidTracks 2019 - Organisation de sorties pistes

Suivez AcidMoto.ch !

Au final...

On a aimé :
+
le simple fait qu'elle existe
+
le look eighties remis au goût du jour
+
le comportement redoutable et efficace
On a moins aimé :
-
l'autonomie un poil limite
-
la selle un poil large

Fiche technique

Véhicule
Marque :
Suzuki
Modèle :
GSX-S 1000 S Katana
Année :
2019
Catégorie :
Roadster
Moteur
Type :
4 cylindres en ligne, 4 temps, double ACT et 16 soupapes
Cylindrée :
999 cm3
Refroidissement :
Liquide
Alimentation :
Injection électronique
Performances
Puissance max. :
150 ch à 10'000 tr/min
Couple max. :
108 Nm à 9'500 tr/min
Transmission
Finale :
Par chaîne
Boîte :
6 rapports
Embrayage :
SCAS multidisque à bain d'huile
Partie cycle
Châssis :
Double poutre en alliage d'aluminium
Suspension AV :
Fourche inversée KYB ø 43mm entièrement réglable
Course AV :
120 mm
Suspension AR :
Monoamortisseur KYB réglable en précharge et détente
Débattement AR :
63 mm
Pneu AV :
120 / 70 ZR 17
Pneu AR :
190 / 50 ZR 17
Freinage
ABS :
Oui
Freinage combiné :
Non
Frein AV :
Double disque flottant ø 310mm avec étriers radiaux Brembo radiaux 4 pistons
Frein AR :
Simple disque à étrier un piston
Dimensions
Longueur :
2'125 mm
Empattement :
1'460 mm
Largeur :
830 mm
Hauteur de selle :
825 mm
Poids total :
215 kg
Réservoir :
12 litres
Coloris disponibles
Coloris :
Noir
 
Argent
Catalogue
Prix de vente :
CHF 15'495.-
En ligne :

Plus d'articles Moto

4Ever Multistrada - Ducati offre 4 ans de garantie à la famille Multistrada
Les Ducati 950 et 1260 Multistrada sont désormais garanties quatre ans kilométrage illimité.
La Harley-Davidson FXGTS Coast Glide décroche le titre de la Battle of the Kings 2019
Après une compétition internationale intensive précédée par des manches nationales et internationales, la Harley-Davidson de Laidlaw's a été élue le 5 novembre Global Custom King et grand vainqueur de la Battle of the Kings 2019.
Une nouvelle agence Kymco ouvre ses portes à Genève
100%2-Roues continue son développement et ajoute la marque Kymco à son arc.
Essai Ducati Panigale V2 - Ne m’appelez pas baby !
La Panigale V2 n’est pas une baby Panigale « au rabais », contrairement à ce qu’on pourrait penser à prime abord.
Triumph Tiger 900 – Le constructeur anglais nous réserve encore des surprises
Le constructeur anglais vient d'annoncer qu'une nouvelle Tiger 900 sera lancée le 3 décembre 2019, tout n'avait donc pas été dévoilé lors du salon EICMA de Milan.
Alliance Kawasaki-Bimota - Quelle suite est attendue ?
La présentation de la Bimota Tesi H2 aura été la véritable surprise du salon EICMA de Milan, cette dernière confirmant l'union entre les deux constructeurs. Mais maintenant on peut rêver à la suite qui sera donnée.

Hot news !

EICMA 2019 – MV Agusta Rush 1000 – Dragster de 208cv en approche
MV Agusta vient de surprendre tout le monde en dévoilant une nouveauté inattendue, un roadster proche du dragster des rues affichant pas moins de 208cv et un look ultime à la MV.
EICMA 2019 - MV Agusta dévoile une Superveloce 800 « économique »
Dévoilée et commercialisée à prix d’or, version Oro oblige, l’année passée, la Superveloce 800 avait frappé fort, étant adulée ou détestée. Le constructeur de Varèse proposera dès 2020 une version plus « économique ».
L'Aprilia Tuono 660 déjà surprise lors d'un roulage
Alors que la présentation officielle de l'Aprilia RS 660 se fera la semaine prochaine, la version roadster certainement nommée Tuono 660 a déjà été surprise lors d'un roulage à Imola.
EICMA 2019 – Voici la première image de l'Aprilia RS 660 2020
Très attendue sur le stand du constructeur de Noale, Aprilia vient de lâcher la première vraie image de sa future Supersport mid-size, la RS 660.
Concept BMW R18 – Deux modèles aperçus lors d'un transport
La présentation officielle du Concept R18 du constructeur à l'hélice devrait arriver sous peu, deux prototypes ayant été aperçus lors de leur chargement dans un véhicule.
Triumph Thruxton RS 2020 – Le café racer ultime d'Hinckley
Le constructeur anglais fait feu de tout flamme, après les nouvelles Daytona 765, Rocket III R et GT et la Street Triple RS essayée il y a à peine quelques jours, voici l'arrivée d'une version RS de la Thruxton.