Essai publié le 29 mars 2019

Essai Husqvarna Svartpilen 701 – Braap Braaap

Texte de Mathias Deshusses / Photo(s) de Mathias Deshusse / Husqvarna

"Je pisse sur les twins poussifs et les cylindres à trous qui puent". N’importe quel motard connait cette phrase, et l’univers duquel elle est issue. Et c’est précisément en pleine bourre du Joe Bar Team que la nouvelle Husqvarna Svartpilen 701 m’a projeté. Sans modération, mais avec délectation.

Mode arsouille « On »

Hyper-centre de Lisbonne. 8h30 du matin. Un centre-ville saturé comme dans bon nombre de capitales européennes. Après une remontée épique entre les files de voitures à l’arrêt, je me retrouve au feu rouge avec mes cinq camarades du jour. Première ligne. Regards croisés. Main sur l’embrayage. 1ère enclenchée. Tension maximum et respiration en stand-by. Vert ! GAZZZZZZ ! Les six motos décollent instantanément. Leurs roues avant aussi. Les trajectoires se croisent et se recroisent dans un vrombissement infernal sur la courte ligne droite jonchée de chicanes mobiles. Jusqu’au prochain feu. On reprend son souffle. Juste quelques secondes. Avec une régulation des feux « écologique » et donc parfaitement désynchronisée, la scène se répète à l’envi. Dans le plus pur esprit JBT. Une fois sorti de la ville, c’est sur le ruban d’asphalte du front de mer que la bourre se poursuivra. Une bourre d’anthologie, au son du gros mono, entre dérives de l’arrière et freinage de trappeur, le tout enrobé de bonnes grosses vibrations et d’un peu de bave au coin des lèvres.

Mékéskecé ?

Mais revenons au commencement. Quand j’ai vu la Svartpilen 701 pour la première fois, je me suis demandé ce qui était passé par la tête des ingénieurs Husqvarna. Soyons honnêtes, le design de la moto est peu conventionnel et fait débat, certains adorant son style moderne et osé, quand d’autres n’hésitent pas à clamer qu’elle a été dessinée par un célèbre fabricant de meubles suédois. Pour ma part, elle rejoint clairement ce genre de moto qui, par sa ligne, et quelques soient ses défauts, nous fait tomber sous son charme. Ou pas, d’ailleurs. Le choix du moteur, surprenant de prime abord, mais logique au vu de l’historique de la marque, rend toute classification de la moto impossible. Est-ce un roadster ? Un scrambler ? Un supermotard à peine déguisé ? L’esprit humain ayant grand besoin de catégoriser tout ce qu’il voit, le voilà à présent quelque peu déboussolé. Pourtant, le concept est simple. Husqvarna veut revenir aux origines de la moto et offrir une expérience de conduite basée sur l’émotion avant tout.

Retour aux origines

Deux-roues, un moteur, un guidon. La moto dans son expression la plus simple. Avec sa Svartpilen 701, qui présente une ligne épurée et un poids ultra réduit, Husqvarna entend bien recentrer le débat sur ce qui fait l’essence d’une moto : les sensations. Rassurez-vous, il n’est pas question pour autant de vous ramener à l’âge de pierre. Nous sommes en 2019, et la Svartpilen embarque tout de même – discrètement – une certaine technologie. Ainsi, ABS (déconnectable), traction control, embrayage anti-dribble, ride-by-wire et shifter sont-ils au programme. Mais le tout enrobé dans une certaine simplicité, à l’image des comodos ou du compteur LCD. Ce qui peut dérouter, c’est le choix de l’architecture moteur : un monocylindre de presque 700cm3. Et ca tombe très bien parce que moi, j’aime ça, le gromono. C’est un bon moteur, bourré de charme mais un rien caractériel, qui a malheureusement presque disparu dans la production actuelle. La faute à des normes toujours plus strictes, à une fiabilité parfois mise à mal et à un certain manque de docilité, donc de polyvalence.

Pourtant, il présente des avantages, et le premier est de pouvoir s’offrir une bonne dose de sensations sans avoir à risquer son permis à chaque sortie ! J’ai d’ailleurs passé le mien sur une 600 XT qui m’a bousillé plusieurs semelles au démarrage (les anciens sauront de quoi je parle) et j’en garde un excellent souvenir. Bien sûr, il fallait éviter l’autoroute et ses 43cv étaient parfois légers pour les dépassements, mais sur les cols, quel plaisir de cravacher ce petit moulin, dans une symphonie de PoumPoumPoum endiablée. Alors forcément, quand la fiche technique m’a révélé une puissance de 75cv, pour un poids contenu (à sec) de 158,5 kg, dans une partie-cycle minimaliste typée roadster, ça m’a carrément causé. Le gromono serait-il de retour ?

Premier impact visuel

Bien qu’elle aie été présentée à l’EICMA, fin 2018, je n’avais encore jamais eu l’occasion de la voir en vrai. C’est donc en arrivant à l’hôtel, en plein cœur de Lisbonne, que je découvre la moto pour la première fois. WOW. J’ai comme l’impression d’être face à un concept-bike, tant la moto est proche du prototype présenté initialement en 2016. Sérieux, elle est homologuée comme ça ? Plaque phare façon dirt-track, feu de jour cerclé de leds, bloc-compteur extra plat, excroissances latérales du réservoir, selle large, plate et peu épaisse… On se croirait sur un stand de designer !

On sent que la recherche esthétique a été poussée, justement sur les lignes du réservoir ou au niveau de la (fameuse) plaque arborant le numéro 701 sur le côté droit. Un rien futuriste, ce look. En termes de finitions, le positionnement de la moto est très clairement premium, même si le plastique reste très présent. Certainement le prix à payer pour un poids contenu. Le soin apporté aux détails est impeccable et rien ne dépasse. Tout est par "Svartpilen" frappé au centre du guidon, ou les multiples sigles "Husqvarna" qui parsèment la moto, des jantes aux poignées en passant par la selle.

Cela contraste avec certains éléments à l’aspect beaucoup plus brut, à l’image de cet arrière tranché net, comme découpé à la tronçonneuse, ou du bloc moteur semblant prisonnier du cadre treillis en acier, et laissant apparaitre une jungle de câbles et de durites. Quelques fausses notes à signaler tout de même, comme les rétros, probablement piqués à un vélomoteur Kreidler qui traînait dans le coin, ou les commodos, grossiers et indignes d’une moto de cette catégorie. Ceci mis à part, la ligne est somme toute plutôt agréable à regarder. On notera que pour une fois, le pot d’échappement d’origine ne ressemble pas à celui d’un scooter et participe grandement au look, à mon sens plutôt réussi de la moto. Si je ne pourrai pas la qualifier de « belle », je dois dire que je trouve un certain esthétisme à ses lignes, entre fluidité et tension.

Il faut rendre cela à Husqvarna : la marque ose sortir des sentiers battus. Et justement, les pneus, des Pirelli MT60 RS au profil plutôt escarpé, semblent presque donner une orientation scrambler à la 701. Pourtant, la moto conserve une certaine finesse. Elle est relativement compacte, et renvoie une impression de petite machine urbaine, maniable et joueuse.

Pages de l'article :

Pages

AcidTracks 2019 - Organisation de sorties pistes

Suivez AcidMoto.ch !

Au final...

On a aimé :
+
Design digne d’une œuvre d’art
+
Moteur monocylindre vivant et expressif
+
Agilité et maniabilité
On a moins aimé :
-
Feeling des pneus d’origine
-
Selle inexistante
-
Tarif justifié, mais qui reste élevé pour la cylindrée
-
Sonorité décevante d’origine

Fiche technique

Véhicule
Marque :
Husqvarna
Modèle :
Svartpilen 701
Année :
2019
Catégorie :
Roadster
Moteur
Type :
Monocylindre, 4-temps
Cylindrée :
692,7 cm3
Refroidissement :
Liquide
Alimentation :
Keihin EFI (corps de papillon 50 mm)
Performances
Puissance max. :
75 ch à 8500 tr/min
Couple max. :
72 Nm à 6750 tr/min
Transmission
Finale :
Par chaine
Boîte :
6 rapports
Embrayage :
Embrayage anti-dribble APTC à actionnement hydraulique
Partie cycle
Châssis :
Cadre treillis en acier au chrome-molybdène avec revêtement peinture poudre
Suspension AV :
WP-USD Ø 43 mm
Course AV :
150 mm
Suspension AR :
WP-Monoshock avec biellette
Débattement AR :
150 mm
Pneu AV :
110/80 R18
Pneu AR :
160/60 R17
Freinage
ABS :
Oui
Frein AV :
Etrier fixe radial à quatre pistons Brembo, disque de frein Ø 320 mm
Frein AR :
Etrier flottant à un piston Brembo, disque de frein Ø 240 mm
Dimensions
Empattement :
1436 mm
Hauteur de selle :
835 mm
Poids à sec :
158.5 kg
Réservoir :
12 litres
Coloris disponibles
Coloris :
Monochrome de Blackman
Catalogue
Prix de vente :
CHF 12'399.-
En ligne :

Plus d'articles Moto

Arc Vector - La moto électrique art déco par la société britannique Arc
Présentée au salon Eicma de Milan en 2018, la Vector, a suscité beaucoup d'intérêt, notamment car elle dispose d'un design très art déco, ce qui n'est pas pour déplaire aux sujets de sa majesté.
La nouvelle Suzuki DR 1000 prise en flagrant délit de roulage
En février dernier, nous vous annoncions le retour d'une Suzuki DR "Big", même si le terme est quelque peu galvaudé, puisque le DR était un mono à la base.
Journées Trajectoires avec la Police Vaudoise - Une remise en selle bienvenue
Depuis quelques années le corps de police du canton de Vaud organise les journées "Trajectoires". 
Essai Aprilia Tuono 1100 Factory - Une arme de guerre en vente libre
La Tuono 1100 Factory, c'est un truc de fou, une machine de guerre, un pousse-au-vice, une arme redoutable...
Paris-Dakar par les pistes au guidon d'une Honda Transalp 600
Paris-Dakar par les pistes avec une bonne vieille Honda 600 Transalp achetée 1.500 euros sur le Bon Coin. Ça te fait rêver ?

Hot news !

Reportage - Reprogrammation Woolich Racing chez GBK Motos à Gland
On branche l’ordinateur, quelques clics et hop! le moteur sort plein de chevaux en plus. Non, c’est bien plus compliqué que ça. Il a fallu une longue journée de travail pour un résultat satisfaisant. Reportage.
La Ducati V4 Penta d'Officine GP Design, une moto à CHF 114’000.-
Le 30 janvier dernier, nous étions chez Ducati Lausanne pour le lever de voile sur la déjà-célèbre Penta du fameux Officine GP Design.
Une Triumph Daytona 765 surprise lors d'un essai – The Daytona is back
Nos confrères anglais de MCN, ont débusqués une Daytona utilisant le moteur 765 qui faisait des essais routiers. Est-ce que cela annonce le retour futur d'une Supersportive en provenance d'Hinckley ? On se prend à rêver.
Le concept Aprilia RS 660 roule déjà !
Le concept Aprilia RS 660 ne restera apparemment pas longtemps au stade du concept, ce dernier ayant déjà été vu sur le circuit de Vallelunga lors d'un test privé.
Essai Benelli TRK 502 - Tribulations d'une Italienne de Chine
Mine de rien, la production chinoise de développe sur nos routes. La preuve avec Benelli, ressuscitée grâce à l'investissement asiatique, qui nous a mis dans les pattes le petit trail TRK 502. Une machine simple et robuste, pas parfaite mais plus que capable.
Yamaha R3 bLU cRU Cup / Switzerland - Découvrir la course en "all inclusive"
Amener de jeunes pilotes dans le championnat suisse, grâce à une formule "tout compris" accessible. C'est le pari du groupe Hostettler / Yamaha Suisse avec la R3 bLU cRU Cup / Switzerland. Une formule d'accès à la compétition qui donne faim!