Essai publié le 12 janvier 2019

Essai Yamaha R125 2019 à Valencia - Papy s'éclate avec baby "R"

Texte de Marc / Photo(s) de Francesc Montero et Jonathan Godin

La R125 a déjà une carrière de dix années au sein de la gamme "R" du constructeur aux trois diapasons. Elle est entièrement revue pour 2019 et c’est dans la province de Valence que nous avons pu la découvrir.

Au sein de la gamme « R », la R125 occupe une place de choix, elle représente à elle seule pas moins de 36% des ventes de cette gamme ! Son public cible en Europe ? Les 16-20 ans. Et elle se permet même de devancer la reine R1 qui elle atteint 28%. La faire évoluer est donc un sacré challenge.

A son apparition en 2008, la R125 arborait un nouveau design prouvant son appartenance à la famille « R », puis elle a reçu lors de sa première évolution en 2014 l’injection électronique et une fourche inversée.

La technique

Pour 2019, Yamaha a voulu améliorer sa bombinette autant sur les aspects pratiques et la vie à bord que sur sa sportivité. Il ne faut pas oublier que le premier terrain de jeu de la R125 reste la ville ou les petites routes, les jeunes conducteurs l’utilisant comme moyen de transport pour se rendre à l’école ou au travail. Mais Yamaha a tout de même voulu y greffer de bons gênes « R », permettant à la cadette de la famille de se rendre à l’occasion sur piste.

Le plus gros changement est l’adoption du VVA ! Qu’est ce qui se cache derrière cet acronyme ? Un nouveau mouvement révolutionnaire ? Un nouveau label garantissant la provenance des arachides ? Non, tout simplement une distribution variable qui permet de mieux remplir la courbe de couple et de puissance.

Le principe est simple, jusqu’à 7’400tr/mn, les soupapes d’admission ont une certaine levée qui favorise le couple puis à ce régime, un servo-moteur pousse une came qui permet d’augmenter la levée des soupapes favorisant le remplissage à hauts-régimes et augmentant ainsi la puissance. Cela permet d’avoir une meilleure accélération avec un système simple et fiable.

Toujours concernant le vaillant mono, ses soupapes prennent 1mm en diamètre pendant que celui de l’injection passe de 28 à 30mm. La boîte à air voit son volume presque doubler en passant de 2,9 à 5,5 litres. Tout cela participe au travail fait pour revoir le son du moteur et le rendre plus émotionnel, travail que maîtrise à la perfection la marque dont l’emblème est trois diapasons et qui fabrique aussi des instruments de musique.

Au niveau du look, Yamaha voulait garder, voire accentuer l’appartenance à la famille des sportives de la marque et c’est très réussi ! Il suffit d’un regard pour la reconnaître, surtout que la cadette de la famille reçoit les fameux appendices identitaires à l’arrière. Ceux-ci sont disposés verticalement comme sur la R6.

Le Deltabox est modifié pour gagner en rigidité et optimiser sa résistance. Le but est de gagner en précision, notamment au moyen d’une nouvelle fourche KYB de 41mm de diamètre. Rigide ! Tout comme le bras oscillant, lui en aluminiium, qui est également redessiné. Il permet de recevoir un nouveau pneu arrière qui passe à 140 mais ne devrait en rien grever l’agilité de la petite bête.

Enfin, la R125 est la première à recevoir d’origine une protection de levier de frein qui lui amène une touche des plus racing, surtout à côté du té de fourche supérieur qui, lui, prends également une forme inspirée de la M1 de MotoGP.

La position de conduite est aussi revue au moyen de demis-guidons plus ouverts et plus horizontaux. Cela permet d’avoir une vue plongeante sur le tableau de bord full LCD qui offre les informations nécessaires, dont un indicateur de la mise en route du VVA.

En ville

Les R125 sont alignées devant l’hôtel telles à la parade et alors que je ‘apprête à monter dessus j’entends une voix qui me dit «Enterprise, Enterprise ! Ici Spock, prêt pour téléportation » et me voici catapulté près de 30 ans dans le passé. Je retrouve une moto toute fine, menue entre mes jambes (non non… il n’y a aucune allusion) qui se déplace d’avant en arrière presque avant que mes petits muscles le lui ait demandé. La R125 est d’une légèreté impressionnante.

Je n’ai aucun mal à caser mon mètre septante-deux sur la petite sportive de chez Yamaha. En partant en ville, qui sera clairement un de ses terrains de chasse, je me sens à l’aise et pas trop replié. L’appui sur les poignets n’est pas exagéré et il est facile de lire les infos du tableau de bord.

Le moteur me bluffe par sa disponibilité, moi qui ai grandi avec les 125cc deux-temps et leur moteur creux sous 7’000tr/mn, j’ai l’impression d’être dans un autre monde… le mono reprend sans peine à 4’000tr/mn et très bien dès 6’000tr/mn. En continuant à grimper en régime pour dépasser les dans le flots de la circulation, je ne ressens absolument pas l’action du VVA à 7’400tr/mn, cela est totalement transparent et le moteur continue sa montée en régime avec force jusqu’à la zone rouge.

Dans la jungle urbaine, l’agilité de la R125 fait des merveilles, il est aisé de se faufiler dans le trafic et avec son look, je me demande pourquoi les trottoirs ne sont pas peints en rouge et blanc comme les vibreurs des circuits…

Pages de l'article :

Pages

AcidTracks 2019 - Organisation de sorties pistes

Suivez AcidMoto.ch !

Au final...

On a aimé :
+
Le moteur VVA
+
L'accord des suspensions
+
L'identité de la famille "R"
On a moins aimé :
-
Le frein avant manquant de mordant
-
Ne plus avoir 18 ans

Fiche technique

Véhicule
Marque :
Yamaha
Modèle :
YZF-R125
Année :
2019
Catégorie :
Supersport
Moteur
Type :
Monocylindre 4 temps, SACT, 4 soupapes, système VVA
Cylindrée :
124,7 cm3
Refroidissement :
Liquide
Alimentation :
Injection électronique
Performances
Puissance max. :
15 ch à 9'000 tr/min
Couple max. :
12,4 Nm à 8'000 tr/min
Transmission
Finale :
Par chaîne
Boîte :
6 rapports
Embrayage :
Multidisque à bain d'huile
Partie cycle
Châssis :
Deltabox en acier
Suspension AV :
Fourche inversée KYB 41mm
Suspension AR :
Monoamortisseur KYB
Pneu AV :
100/80 - 17
Pneu AR :
130/70 - 17
Freinage
ABS :
Oui
Frein AV :
Simple disque 292mm
Frein AR :
Simple disque 220mm
Dimensions
Longueur :
1'955 mm
Empattement :
1'355 mm
Largeur :
680 mm
Hauteur de selle :
825 mm
Poids à sec :
142 kg
Réservoir :
11,5 litres
Coloris disponibles
Coloris :
Yamaha Blue
 
Tech Black
 
Competition White
Catalogue
Prix de vente :
CHF 5'890.-
En ligne :
Garage :

Plus d'articles Moto

Peter Fonda, star du film Easy Rider, est décédé
L'acteur américain est décédé vendredi matin à son domicile de Los Angeles à l'âge de 79 ans, a annoncé son entourage.
Honda CBX1000 by Mandrill Garage – Un orgue à six cylindres
Dans la gamme du constructeur ailé il y a plusieurs machines qui ont marqué l'histoire, la CBX1000 en est une et Mandrill Garage s'est attaqué à ce monument pour un client fortuné.
Des radars destinés aux motos bruyantes - Le canton de Soleure comme pionnier
Plus de 3 milliards de francs dédiés à la lutte contre la pollution sonore aux abords des routes suisses, c'est le budget alloué par la Confédération. Quant à nos voisins, l'Allemagne et la France ont déjà donné le ton, avec à la clé des résultats significatifs.
Les motos électriques à la traîne sur le marché suisse
Alors que les soccters électriques séduisent, les e-motos souffrent d'un différentiel de performance et de prix. Les motos à moteur thermique ont encore de beaux jours devant elles.
Un designer indien nous propose une Yamaha MT-125 Tracer
Le designer indien Julaksendiedesign nous propose sa vision de ce pourrait être la petite routière idéale avec la MT-125 Tracer, une telle moto ravirait sans doute les permis A1 et B qui rêvent d'évasion.
Les Ducati Streetfighter V4 et Panigale 959 surprises lors d'un roulage
Durant l'été les constructeurs font rouler leurs nouveaux modèles sous des tenues de camouflage afin de les valider avant leurs homologations et présentations officielles. Les deux futures Ducati Streetfighter V4 et Panigale 959 ont été surprises lors d'un plein d'essence.

Hot news !

Triumph Daytona 765 – Une version standard surprise en plein roulage
Il y a quelques jours, Triumph annonçait la présentation le 23 août prochain d'une Daytona 765 produite à autant d'unité, or, selon une série de clichés il semblerait qu'une version standard doive également débouler.
Ducati Multistrada V4 – Après la rumeur voici la photo (et la vidéo)
La semaine passée nous vous parlions des rumeurs concernant la quasi certaine arrivée d'une Multistrada V4 chez le constructeur de Bologne. Ces rumeurs sont plus que fondées avec la preuve en photo et en vidéo.
Triumph Daytona 765 – Elle est annoncée et sera présentée le 23 août !
Cette fois c'est officiel !! Triumph va à nouveau produire sa fameuse Daytona, une édition limitée à seulement 765 exemplaires est annoncée par la firme d'Hinckley.
Essai Suzuki Katana 2019 - Paradoxe temporel
Hommage aux années 80, machine à l'identité très assumée et aux performances bien réelles, la GSX-S 1000 S Katana divise déjà, par son look particulier et sa relative simplicité. Elle renvoie pourtant à l'essence même de la moto japonaise, de brillante façon.
Ducati Streetfighter V4 – Le prototype qui va affronter Pikes Peak vient d'être dévoilé
La marque de Bologne vient de dévoiler les premiers clichés de la Streetfighter V4 qui va affronter la mythique course de côte de Pikes Pike. Attention ça déménage !
La Ducati Streetfighter dévoilée le 13 juin à Pikes Peak ?
La firme de Bologne vient de se fendre d'un (court) teasing sur son Facebook dont le slogan peut largement faire penser que son futur missile sol-sol à grand guidon sera dévoilé le 13 juin lors de la course de Pikes Peak.