Essai publié le 12 janvier 2019

Essai Yamaha R125 2019 à Valencia - Papy s'éclate avec baby "R"

Texte de Marc / Photo(s) de Francesc Montero et Jonathan Godin

La R125 a déjà une carrière de dix années au sein de la gamme "R" du constructeur aux trois diapasons. Elle est entièrement revue pour 2019 et c’est dans la province de Valence que nous avons pu la découvrir.

Au sein de la gamme « R », la R125 occupe une place de choix, elle représente à elle seule pas moins de 36% des ventes de cette gamme ! Son public cible en Europe ? Les 16-20 ans. Et elle se permet même de devancer la reine R1 qui elle atteint 28%. La faire évoluer est donc un sacré challenge.

A son apparition en 2008, la R125 arborait un nouveau design prouvant son appartenance à la famille « R », puis elle a reçu lors de sa première évolution en 2014 l’injection électronique et une fourche inversée.

La technique

Pour 2019, Yamaha a voulu améliorer sa bombinette autant sur les aspects pratiques et la vie à bord que sur sa sportivité. Il ne faut pas oublier que le premier terrain de jeu de la R125 reste la ville ou les petites routes, les jeunes conducteurs l’utilisant comme moyen de transport pour se rendre à l’école ou au travail. Mais Yamaha a tout de même voulu y greffer de bons gênes « R », permettant à la cadette de la famille de se rendre à l’occasion sur piste.

Le plus gros changement est l’adoption du VVA ! Qu’est ce qui se cache derrière cet acronyme ? Un nouveau mouvement révolutionnaire ? Un nouveau label garantissant la provenance des arachides ? Non, tout simplement une distribution variable qui permet de mieux remplir la courbe de couple et de puissance.

Le principe est simple, jusqu’à 7’400tr/mn, les soupapes d’admission ont une certaine levée qui favorise le couple puis à ce régime, un servo-moteur pousse une came qui permet d’augmenter la levée des soupapes favorisant le remplissage à hauts-régimes et augmentant ainsi la puissance. Cela permet d’avoir une meilleure accélération avec un système simple et fiable.

Toujours concernant le vaillant mono, ses soupapes prennent 1mm en diamètre pendant que celui de l’injection passe de 28 à 30mm. La boîte à air voit son volume presque doubler en passant de 2,9 à 5,5 litres. Tout cela participe au travail fait pour revoir le son du moteur et le rendre plus émotionnel, travail que maîtrise à la perfection la marque dont l’emblème est trois diapasons et qui fabrique aussi des instruments de musique.

Au niveau du look, Yamaha voulait garder, voire accentuer l’appartenance à la famille des sportives de la marque et c’est très réussi ! Il suffit d’un regard pour la reconnaître, surtout que la cadette de la famille reçoit les fameux appendices identitaires à l’arrière. Ceux-ci sont disposés verticalement comme sur la R6.

Le Deltabox est modifié pour gagner en rigidité et optimiser sa résistance. Le but est de gagner en précision, notamment au moyen d’une nouvelle fourche KYB de 41mm de diamètre. Rigide ! Tout comme le bras oscillant, lui en aluminiium, qui est également redessiné. Il permet de recevoir un nouveau pneu arrière qui passe à 140 mais ne devrait en rien grever l’agilité de la petite bête.

Enfin, la R125 est la première à recevoir d’origine une protection de levier de frein qui lui amène une touche des plus racing, surtout à côté du té de fourche supérieur qui, lui, prends également une forme inspirée de la M1 de MotoGP.

La position de conduite est aussi revue au moyen de demis-guidons plus ouverts et plus horizontaux. Cela permet d’avoir une vue plongeante sur le tableau de bord full LCD qui offre les informations nécessaires, dont un indicateur de la mise en route du VVA.

En ville

Les R125 sont alignées devant l’hôtel telles à la parade et alors que je ‘apprête à monter dessus j’entends une voix qui me dit «Enterprise, Enterprise ! Ici Spock, prêt pour téléportation » et me voici catapulté près de 30 ans dans le passé. Je retrouve une moto toute fine, menue entre mes jambes (non non… il n’y a aucune allusion) qui se déplace d’avant en arrière presque avant que mes petits muscles le lui ait demandé. La R125 est d’une légèreté impressionnante.

Je n’ai aucun mal à caser mon mètre septante-deux sur la petite sportive de chez Yamaha. En partant en ville, qui sera clairement un de ses terrains de chasse, je me sens à l’aise et pas trop replié. L’appui sur les poignets n’est pas exagéré et il est facile de lire les infos du tableau de bord.

Le moteur me bluffe par sa disponibilité, moi qui ai grandi avec les 125cc deux-temps et leur moteur creux sous 7’000tr/mn, j’ai l’impression d’être dans un autre monde… le mono reprend sans peine à 4’000tr/mn et très bien dès 6’000tr/mn. En continuant à grimper en régime pour dépasser les dans le flots de la circulation, je ne ressens absolument pas l’action du VVA à 7’400tr/mn, cela est totalement transparent et le moteur continue sa montée en régime avec force jusqu’à la zone rouge.

Dans la jungle urbaine, l’agilité de la R125 fait des merveilles, il est aisé de se faufiler dans le trafic et avec son look, je me demande pourquoi les trottoirs ne sont pas peints en rouge et blanc comme les vibreurs des circuits…

Pages de l'article :

Pages

AcidTracks 2019 - Organisation de sorties pistes

Suivez AcidMoto.ch !

Au final...

On a aimé :
+
Le moteur VVA
+
L'accord des suspensions
+
L'identité de la famille "R"
On a moins aimé :
-
Le frein avant manquant de mordant
-
Ne plus avoir 18 ans

Fiche technique

Véhicule
Marque :
Yamaha
Modèle :
YZF-R125
Année :
2019
Catégorie :
Supersport
Moteur
Type :
Monocylindre 4 temps, SACT, 4 soupapes, système VVA
Cylindrée :
124,7 cm3
Refroidissement :
Liquide
Alimentation :
Injection électronique
Performances
Puissance max. :
15 ch à 9'000 tr/min
Couple max. :
12,4 Nm à 8'000 tr/min
Transmission
Finale :
Par chaîne
Boîte :
6 rapports
Embrayage :
Multidisque à bain d'huile
Partie cycle
Châssis :
Deltabox en acier
Suspension AV :
Fourche inversée KYB 41mm
Suspension AR :
Monoamortisseur KYB
Pneu AV :
100/80 - 17
Pneu AR :
130/70 - 17
Freinage
ABS :
Oui
Frein AV :
Simple disque 292mm
Frein AR :
Simple disque 220mm
Dimensions
Longueur :
1'955 mm
Empattement :
1'355 mm
Largeur :
680 mm
Hauteur de selle :
825 mm
Poids à sec :
142 kg
Réservoir :
11,5 litres
Coloris disponibles
Coloris :
Yamaha Blue
 
Tech Black
 
Competition White
Catalogue
Prix de vente :
CHF 5'890.-
En ligne :
Garage :

Plus d'articles Moto

Le prix du Yamaha Tricity 300 est désormais connu
Le Yamaha Tricity 300, grand frère du petit 125 qui avait démocratisé le système 3 roues japonais, nous aura fait patienter 5 mois pour connaitre son prix.
Benelli 600 RR - La version sportive de la SRK
Il y a quelques jours, nous vous présentions le roadster Benelli la SRK600. Aujourd'hui, les premières photos de la version sportive, la 600RR, viennent de fuiter. 
La Bimota KB4 déjà débusquée sur les routes
A peine annoncée, la Bimota KB4 a déjà été débusquée sur les routes, les photos publiées par nos collègues de YoungMachine sont assez éloquentes !
Rappel Royal Enfield - Corrosion et système de freinage ne font pas bon ménage
De la corrosion s'attaque aux étriers de freins Bybre utilisés par la marque Royal Enfield. Pour répondre à ce problème, plus de 15'000 motos à travers le monde sont rappelées.
Législation - De nouvelles règles de circulation entreront en vigueur le 1er janvier 2021
Conduite avec une remorque, devancement par la droite, stationnement deux-roues payant, couloir de secours ou fermeture éclair; telles sont les modification qui entreront en vigueur le 1er janvier prochain.
La MV Agusta Rush devrait arriver en concession pour l'été
C'est à l'occasion du salon Eicma 2019 que la firme de Varèse avait officiellement présenté sa méchante fille, la Rush 1000.

Hot news !

Essai Yamaha Tracer 700 - Evolution remarquable
Du côté de Tenerife, sur fond de tempête de sable et d'alertes au coronavirus, Yamaha nous a mis entre les pattes l'évolution de la cadette des Tracer. Look moderne et soigné, amélioration par petites touches, pas de débauche technologique : Baby Tracer vise juste et cette évolution s'avère finalement extrêmement pertinente.
Une Streetfighter V2 en approche chez Ducati dixit Claudio Domenicali
Le grand boss de Ducati s'est laissé aller à quelques confidences à nos collègues anglais de MCN en annonçant qu'une Streetfighter V2 pourrait très bientôt être produite.
Triumph Tiger 900 2020 – Déclinée en 5 versions !
Ce n'est pas une, ni deux mais bel et bien cinq versions de la nouvelle Triumph Tiger qui arrivent : la Tiger 900, la Tiger 900 GT, la Tiger 900 GT Pro, la Tiger 900 Rally et enfin la Tiger 900 Rally Pro ! De quoi satisfaire chacun.
Hivernage moto - Quelques conseils avant que le froid calme nos ardeurs
Remisage moto, hivernage moto, ces mots commencent à revenir à nos oreilles. Sacrilège, le froid est de retour, du coup, quelques mesures s'imposent pour passer l'hiver en toute sérénité.
Triumph Tiger 900 GT et Rally  2020 – Le deuxième teaser est publié
Le premier teaser nous avait laissé sur notre faim en ne laissant qu'entrevoir les lignes de la nouvelle Tiger 900 2020, ce second opus bien plus long en dit bien plus.
Norton Superlight SS – Light is right and… beautiful
Les Anglais de chez Norton viennent de publier le premier cliché de leur future sportive mid-size et cette dernière s'annonce des plus redoutables.