Essai publié le 24 novembre 2018

Essai Triumph Street Scrambler – Le flegme britannique à l’assaut des chemins

Texte de Mathias / Photo(s) de Mathias Deshusses / Triumph Motorcycles

Lisbonne, Portugal. Le temps est radieux, le soleil brille et je suis loin de la Suisse, ou la neige vient de faire son apparition. Je suis là pour tester, en avant-première, les toutes nouvelles Triumph Street Twin et Street Scrambler 2019. L’équation a l’air parfaite, n’est-ce pas ?

Sauf que ce n’est vraiment ce qui s’est passé. Enfin, c’est ce qui était prévu. Mais ça ne s’est pas déroulé exactement comme je m’y attendais. Oh, les Triumph étaient bien là. Et si je peux vous dire une chose, c’est qu’elles sont vraiment géniales. Par contre, la météo nous a joué des tours. Tout avait pourtant bien commencé. L’arrivée sous le soleil, l’accueil par le staff Triumph dans un cadre somptueux, le briefing de presse suivi d’un bon repas et d’une bonne nuit. La journée de roulage du lendemain s’annonçait sous les meilleurs augures.

Je vous ai demandé, dans une story sur le compte Instagram d’AcidMoto, quelle était votre préférée entre les deux. La Street Scrambler l’a emporté de peu (55%) et le 1er essai lui sera donc consacré. Rendez-vous dans quelques jours pour mon avis sur le Street Twin, sa petite sœur de cœur. En fait, ça tombe bien, car c’est justement celle que m’a attribué Triumph pour commencer ce test. Et pour tout vous dire, c’est un peu mon coup de cœur. Un peu beaucoup même. Autant l’avouer tout de suite, j’ai pris énormément de plaisir à piloter ce « petit » scrambler. Petit car le grand arrive bientôt, mais aussi car son gabarit est compact et sa hauteur de selle mesurée, avec seulement 790mm. Un vrai plus qui lui permet de viser autant des passionnés que des motards débutants, qui seront rassurés à son guidon. D’autant que la position de conduite est naturelle et que les commandes tombent bien sous les mains. La selle semble accueillante (elle a pris 1cm d’épaisseur pour gagner en confort), le guidon est large (5cm de plus que celui de sa petite sœur) et seuls les rétros pourront poser un problème à un grand gabarit tel que le mien (1m84), leur amplitude de réglage entre le haut et le bas étant trop faible.

Au rayon des principales nouveautés, il y a d’abord une augmentation de la puissance de 18%, pour un total de 65 canassons, à un régime légèrement plus élevé de 500tr/min. Pour y parvenir, un certain nombre de pièces moteur ont été changées, à l’image du couvre-culasse, désormais en magnésium, du nouveau vilebrequin ou de l’embrayage, tous les deux allégés. Refroidie par eau, elle conserve son accélérateur électronique ride-by-wire et profite désormais d’un antidémarrage avec transpondeur. Au niveau de l’électronique justement, on notera l’arrivée de deux modes de conduite (Road et Rain), lesquels n’influent que peu sur les performances moteur, mais agissent principalement sur le niveau d’interventions des assistances et sur la progressivité de la poignée de gaz. Car elle a beau être positionnée sur le segment « Vintage », Triumph la place dans la catégorie des « Modern Classics ». Et pour le moderne, il y a tout ce qu’il faut : ABS et antipatinage, qui sont à présent déconnectables, et embrayage assisté anti-dribble. On trouvera également une prise USB sous la selle. Niveau partie-cycle, le freinage devrait grandement s’améliorer avec un frein avant signé Brembo, et le confort de suspension également grâce à une nouvelle fourche KYB de 41 millimètres de diamètre avec soufflets. En option, on trouvera également système de contrôle de la pression des pneus dont les indications prendront place dans le compteur. Celui-ci, très lisible bien que vraiment petit, délivre une foule d’informations intéressantes, dont alternativement, entre autres, l’heure, le décompte avant réserve et… le régime moteur. Pas de compte-tour séparé, donc, mais c’est le prix à payer pour garder une ligne épurée.

Car la ligne de cette moto est vraiment superbe. La silhouette est reconnaissable entre mille et avec ses deux pots superposés, la signature visuelle est évidente. Le mélange entre tradition et modernité est un style parfaitement maitrisé par Triumph. En témoigne les ailettes du moteur fraisées, pour conserver un aspect vintage alors que la moto est désormais refroidie par eau. Le petit radiateur est d’ailleurs un modèle d’intégration et de discrétion. Le feu arrière à LED est aussi une franche réussite. De forme ovale, il ne laisse apparaitre qu’un cercle rouge lorsqu’il est en feu de route, mais s’illumine dans sa totalité lors des phases de freinage. Ou comment, une fois encore, allier le style classique avec la modernité sans dénaturer l’essence même de la moto.

Globalement, on en prend plein la vue. La finition est léchée, les détails qui flattent l’œil sont nombreux, à l’image de la plaque frappée « Bonneville » sur l’entourage de compteur, du cache de l’ampoule de phare avant reprenant le logo de la marque ou de la nouvelle selle bi-matière. Les belles pièces en alu brossé sont nombreuses, et je ne vous parle des pas (très) nombreuses possibilités de personnalisation (plus de 120 références disponibles, dont une sublime plaque de numéro latérale qui ne sert absolument à rien, et est donc parfaitement indispensable !). Un kit spécifique « Urban Tracker » est même disponible (photo en bas d’article) pour vous fournier une customisation « clé en main ». L’ambiance est très classieuse. A l’anglaise, me direz-vous. Et oui ! Franchement, en la regardant, on perçoit avec quelle passion elle a été assemblée, et il s’en dégage un flegme tout britannique. L’expérience Triumph se veut qualitative. C’est réussi. En statique en tout cas. Voyons ce que ça donne sur route.

Pages de l'article :

Pages

AcidTracks 2019 - Organisation de sorties pistes

Suivez AcidMoto.ch !

Au final...

On a aimé :
+
Moteur vivant
+
Sonorité flatteuse
+
Facilité de prise en main
+
Look soigné
On a moins aimé :
-
Selle toujours dure
-
Position debout sur le terrain
-
Projections sur route humide

Fiche technique

Véhicule
Marque :
Triumph
Modèle :
Street Scrambler
Année :
2019
Catégorie :
Routière
Moteur
Type :
Bicylindre parallèle, angle de vilebrequin de 270°, ACT simple, 8 soupapes
Cylindrée :
900 cm3
Refroidissement :
Liquide
Alimentation :
Injection électronique multipoint séquentielle
Performances
Puissance max. :
65 ch à 7500 tr/min
Couple max. :
80 Nm à 3200 tr/min
Transmission
Finale :
Chaîne à joint torique
Boîte :
5 rapports
Embrayage :
Embrayage assisté multidisque à bain d'huile contrôlé par câble
Partie cycle
Châssis :
Double berceau tubulaire acier
Suspension AV :
Fourche KYB de 41 mm avec cartouche d'amortisseur
Course AV :
120 mm
Suspension AR :
Double amortisseur KYB à précharge réglable
Débattement AR :
120 mm
Pneu AV :
100/90 R19
Pneu AR :
150/70 R17
Freinage
ABS :
Oui
Frein AV :
Simple disque de 310 mm, étrier fixe 4 pistons Brembo
Frein AR :
Simple disque de 255 mm, étrier flottant 2 pistons Nissin
Dimensions
Longueur :
2125 mm
Empattement :
1445 mm
Largeur :
835 mm
Hauteur de selle :
790 mm
Poids à sec :
198 kg
Réservoir :
12 litres
Coloris disponibles
Coloris :
Fusion White
 
Cranberry Red
 
Khaki Green et Matt Aluminium avec liserés Jet Black
Catalogue
Prix de vente :
CHF 12140.-
+360.- pour l'option peinture bicolore
En ligne :

Plus d'articles Moto

Orny Ring 2019 - La course de Flat Track aura lieu le samedi 17 août à Orny (VD)
Le Moto Club du Milieu du Monde organise le samedi 17 août une course de Flat Track à Orny dans le canton de Vaud.
Les MV Agusta Brutale 1000 Serie Oro et Superveloce 800 Serie Oro Limited ont toutes été écoulées
A peine mises en vente que les 300 unitées de chacune des MV Agusta Brutale 1000 Serie Oro et Superveloce 800 Serie Oro Limited ont toutes trouvées preneur.
L’usine Moto-Guzzi de Mandello del Lario ouvre ses portes du 6 au 8 septembre 2019
Du 6 au 8 septembre prochains, les portes de l’usine Moto Guzzi, à Mandello del Lario, sur les rives du lac de Côme, seront ouvertes à tous les "Guzzisti" et à ceux qui vont le devenir.
Fast & Furious 9 - De belles autos et des motos pour le 9ème opus
Fast & Furious opus 9 débarquera début août dans les salles, et cette année, il y aura plusieurs scènes mettant en avant des motos. 
MV Agusta relève le défi du « Bottle Cap Challenge »
Connaissez-vous le dernier challenge viral sur les différents réseaux sociaux ? MV Agusta en tout le connait et l’a relevé.
Yamaha YZF R1 et R1M 2020 - Les prix sont connus
A peine les informations dévoilées que Yamaha Suisse dévoile le tarif des nouvelles YZF-R1 et YZF-R1M MY2020.

Hot news !

Essai Suzuki Katana 2019 - Paradoxe temporel
Hommage aux années 80, machine à l'identité très assumée et aux performances bien réelles, la GSX-S 1000 S Katana divise déjà, par son look particulier et sa relative simplicité. Elle renvoie pourtant à l'essence même de la moto japonaise, de brillante façon.
Ducati Streetfighter V4 – Le prototype qui va affronter Pikes Peak vient d'être dévoilé
La marque de Bologne vient de dévoiler les premiers clichés de la Streetfighter V4 qui va affronter la mythique course de côte de Pikes Pike. Attention ça déménage !
La Ducati Streetfighter dévoilée le 13 juin à Pikes Peak ?
La firme de Bologne vient de se fendre d'un (court) teasing sur son Facebook dont le slogan peut largement faire penser que son futur missile sol-sol à grand guidon sera dévoilé le 13 juin lors de la course de Pikes Peak.
Aprilia RS660 – Les dessins ont été dévoilés
C'est un des concepts, sinon voire LE concept, qui avait fait le plus de bruit lors du salon EICMA 2018 tant cette nouveauté n'était pas attendue.
BMW 1800 Cruiser – Surprise en plein roulage
BMW fait feu de tout bois autour de son futur bicylindre à plat de 1800cc. Après les études de styles comme le Concept 1800 by Customs Work Zon, voici la première photo d'un Cruiser qui lui roule bel et bien.
Ducati Streetfighter V4 – Elle roule !
Cette fois c'est bon, on l'a vue rouler ! Cette fameuse Ducati Streetfighter V4 qui fait couler tant d'encre et qui est attendue comme le roadster ultime made in Bologne.