Essai publié le 27 septembre 2018

Essai Ducati Supersport 939 - Facilité, confort, performances et style !

Texte de Charles Donzé / Photo(s) de Flavio Venturini

S’il y a bien un style de moto qui tente à nouveau de séduire le marché, c’est celui des motos sport-tourisme. Alors qu’il connaissait un franc succès il y a plus de dix ans, force est de constater qu’il a perdu de son attrait, les motards se tournant vers des trails polyvalents ou des grandes routières et surtout vers des roadsters aux performances dignes des meilleures supersportives.

Ducati propose ainsi un modèle hybride, la Supersport, un modèle à mi-chemin entre la Monster et la Panigale. Des performances généreuses sans être extrêmes, un niveau de confort élevé pour une conduite sur route ouverte, une position engagée pour plus d’aisance sur circuit, un carénage flattant les esthètes, la possibilité d’emporter quelques paquetages, ... la Supersport semble être une sorte de couteau suisse, faisant la grimace à la polyvalence reconnue des trails.

Esthétiquement, la Ducati Supersport ne manque pas d’arguments. Avec son carénage gris mat changeant du traditionnel rouge, ses lignes charmantes, le design de son phare avant souligné de LED, son monobras oscillant mettant en évidence une magnifique jante à trois branches en Y, son châssis treillis minimaliste, le dessin de sa selle inspirant confort et dynamisme, ... il n’y aurait que l’écran monochrome du tableau de bord pour gâcher la description de l’ensemble. Toutefois, il faut l’avouer, la Supersport assure une image forte et valorisante. Pour les néophytes, elle a la robe d’une superspotive ; pour l’œil averti, elle est un roadster efficace en robe de soirée.

Quant à sa dotation en attributs électroniques, la Supersport fait une razzia dans le catalogue Ducati. La majorité des technologies de pointe se retrouve au cœur de la Supersport, du contrôle de traction réglable sur de nombreux niveaux, de même que l’ABS paramétrable, aux modes de conduite. Naturellement, la centrale inertielle est réservée aux modèles haut de gamme de la marque, Panigale et Multistrada en ligne de mire. Tous ces paramètres sont naturellement configurables via l’ordinateur de bord représenté sur un écran ; on regrette d’ailleurs que ce dernier soit monochrome, même sur la version S, qui, elle, est équipée de la dotation élitiste Öhlins, quickshifter (et capot de selle passager).

Lorsque l’on prend le guidon, avant même de démarrer, on se rend compte du gabarit contenu de la Supersport. Étroite, légère et d’une position vraiment pas radicale (un guidon-bracelet, mais une position roadster engagée), la Supersport séduira une large clientèle, allant des novices à la gente féminine, sans oublier les motards exigeants un niveau de confort convenable.

On ne tarde pas à lancer le twin testastretta de 939cc, ou plutôt de 937cc pour être exact. Donnant l’impression de peiner à se mettre en mouvement (comme toutes les Ducati du moment), il s’ébroue pourtant à la première impulsion sur le démarreur. Ça vibre, ça ronronne juste, l’ADN Ducati anime la Supersport, même au ralenti.

Les premiers kilomètres se font intuitivement, tant cette Ducati est évidente. Une position de conduite proche de celle d’un roadster, la largeur du guidon en moins, les commandes de gaz et d’embrayage au dosage facile et précis, le sélecteur de vitesse verrouillant les rapports sans heurts, la prise en main est rapide. On ne regrettera que la vibration des rétroviseurs à certains régimes, obligeant à se retourner... Quant au comportement moteur dans une utilisation purement utilitaire, à savoir dans la circulation urbaine et à faible vitesse, il suffit d’éviter les sous-régimes, sous les 3’000tr/min, pour ne pas être secouer comme un prunier. En d’autres termes, ce n’est guère l’idéal de se déplacer sous les 50km/h. Ça vibre, ça cogne... et, surtout, ça chauffe, et pas qu’un peu. La selle est généreusement réchauffée par le collecteur d’échappement du cylindre arrière et des bouffées d’air chaud remontent en nombre de chaque côté du réservoir, le long des mollets, puis des cuisses. La ville, peu importe la saison, c’est chauffage inclus.

Passons dans le vif du sujet, l’essai de la Supersport sur des routes plus roulantes, avec leurs courbes, longues et parfois resserrées, leurs lignes droites dégagées et leur asphalte quasi sans reproche. C’est le terrain de prédilection de la Supersport ; là, elle y dévoile tout son potentiel, démontre les capacités de son châssis et laisse exprimer son bicylindre.

Avant tout, osons avouer que Ducati a développé une moto homogène et facile. Le pilotage de la Supersport est intuitif grâce à l’ensemble de ses commandes, la position de conduite naturelle, la géométrie de son châssis et la puissance progressive (et non explosive) de son moteur. A son guidon, on se sent de suite à l’aise et prêt à enrouler du câble sans contrainte (enfin une, ViaSicura attend au contour en cas d’excès).

Les rapports s’enchaînent un à un à une allure effrénée. Parfois, un faux point mort entre la quatre et la cinq irrite. La pression appliquée au levier de frein augmente d’une approche de virage à l’autre. La plage d’utilisation du compte-tours s’élargit. Sous le casque, on prend du plaisir, beaucoup de plaisir.

Pages de l'article :

Pages

AcidTracks 2019 - Organisation de sorties pistes

Suivez AcidMoto.ch !

Au final...

On a aimé :
+
Look
+
Homogénéité (moteur et châssis)
+
Freinage
On a moins aimé :
-
Ça chauffe les molets et les cuisses !

Fiche technique

Véhicule
Marque :
Ducati
Modèle :
Supersport 939 (version S)
Année :
2107
Catégorie :
Supersport
Moteur
Type :
Twin en L, 4 temps à distribution desmodromique
Cylindrée :
937 cm3
Refroidissement :
Liquide
Alimentation :
Injection électronique Continental, diam. 53mm, ride-by-wire
Performances
Puissance max. :
110 ch à 9'000 tr/min
Couple max. :
93 Nm à 6'500 tr/min
Transmission
Finale :
Par chaîne
Boîte :
6 rapports
Embrayage :
multidisque en bain d'huile, commande mécanique
Partie cycle
Châssis :
Treillis tubulaire en acier
Suspension AV :
Fourche inversée Marzocchi 43mm (Öhlins 48mm)
Course AV :
130 mm
Suspension AR :
Monoamortisseur Sachs entièrement réglable (Öhlins)
Débattement AR :
144 mm
Pneu AV :
120/70 ZR 17 Pirelli Diablo Rosso III
Pneu AR :
180/55 ZR 17 Pirelli Diablo Rosso III
Freinage
ABS :
Oui
Freinage combiné :
Non
Frein AV :
Double disque 320mm, étriers Brembo radiaux M4-32 à 4 pistons
Frein AR :
Disque 245mm étrier 2 pistons
Dimensions
Empattement :
1'478 mm
Hauteur de selle :
810 mm
Poids à sec :
183 kg
Poids total :
210 kg
Réservoir :
16 litres
Coloris disponibles
Coloris :
Supersport : rouge, cadre rouge, jantes noires
 
Supersport : gris mat, cadre rouge, jantes rouges
 
Supersport S : rouge, cadre rouge, jantes noires
 
Supersport S : blanc nacré, cadre rouge, jantes rouges
Catalogue
Prix de vente :
CHF 14'490.-
En ligne :

Plus d'articles Moto

Essai Kawasaki Z900 2020 - La fougue sous contrôle !
Nerveuse à souhait, cette Z900 2020 pleine de caractère me réconcilie avec les quatre-cylindres en ligne et me rappelle le caractère typique des Z
MV Agusta annonce une nouvelle moto de 350cc
La firme de Varèse continue son développement, notamment en passant par l’Asie et annonce dans un avenir très proche une moto de 350cc.
Jeu vidéo - Ride 4 arrivera dans les bacs en 2020
Après un lancement plutôt réussi du jeu Ride 3 en novembre 2018, Milestone donne à nouveau rendez-vous aux amoureux des deux-roues motorisés dès l'année prochaine avec un quatrième opus.
Tricana Motorcycles présente la bien nommée MV Agusta La Rouge
Le garage Tricana Motorcycles sis sur les rives du Léman à Corseaux près de Lausanne nous propose une F3 675 revisitée et dénommée maintenant "La Rouge".
Offre d'emploi - Horizon Moto à Bevaix (NE) recherche un mécanicien moto
L'agent Kawasaki du Littoral neuchâtelois recherche un mécanicien moto qualifié, de préférence avec une expérience confirmée sur les modèles Kawasaki.
La Grande Evasion by Guy Martin
Film mythique et scène mythique, tous ceux qui ont vu La Grande Evasion se souviennent du fameux saut du capitaine Hilts, incarné par Steeve McQueen au-dessus de la clôture pour fuir les nazis à sa poursuite.

Hot news !

Triumph Tiger 900 2020 – Déclinée en 5 versions !
Ce n'est pas une, ni deux mais bel et bien cinq versions de la nouvelle Triumph Tiger qui arrivent : la Tiger 900, la Tiger 900 GT, la Tiger 900 GT Pro, la Tiger 900 Rally et enfin la Tiger 900 Rally Pro ! De quoi satisfaire chacun.
Hivernage moto - Quelques conseils avant que le froid calme nos ardeurs
Remisage moto, hivernage moto, ces mots commencent à revenir à nos oreilles. Sacrilège, le froid est de retour, du coup, quelques mesures s'imposent pour passer l'hiver en toute sérénité.
Triumph Tiger 900 GT et Rally  2020 – Le deuxième teaser est publié
Le premier teaser nous avait laissé sur notre faim en ne laissant qu'entrevoir les lignes de la nouvelle Tiger 900 2020, ce second opus bien plus long en dit bien plus.
Norton Superlight SS – Light is right and… beautiful
Les Anglais de chez Norton viennent de publier le premier cliché de leur future sportive mid-size et cette dernière s'annonce des plus redoutables.
Triumph Tiger 900 – Le constructeur anglais nous réserve encore des surprises
Le constructeur anglais vient d'annoncer qu'une nouvelle Tiger 900 sera lancée le 3 décembre 2019, tout n'avait donc pas été dévoilé lors du salon EICMA de Milan.
EICMA 2019 – MV Agusta Rush 1000 – Dragster de 208cv en approche
MV Agusta vient de surprendre tout le monde en dévoilant une nouveauté inattendue, un roadster proche du dragster des rues affichant pas moins de 208cv et un look ultime à la MV.