Essai publié le 17 septembre 2018

Essai Harley-Davidson Road King Special – Le tourisme à l’américaine

Texte de Mathias / Photo(s) de Mathias Deshusses

"Mais pourquoi tu as pris ça ?"… "Ça roule tout seul ou il te faut un transpalette ?"… "Ah c’est à toi l’enclume parquée en bas ?"… Non, mon entourage n’a pas été tendre envers cette Road King le jour où il l’a découverte. Étrangement, personne ne l’avait jamais essayée. Les aprioris ont la vie dure. Je trouve pourtant que cette Harley-Davidson dégage une certaine aura. En la découvrant, je ressens comme une sorte d’appel à partir vivre le grand rêve américain. Et ça, c’est un signe qui ne trompe pas.

Prise en main du bestiau chez Harley-Davidson Geneva, par un bel après-midi d’été. Un qualificatif qui lui va bien, tant la moto est massive et imposante. Harley-Davidson classe sa Road King Special dans la catégorie Touring. Une voyageuse donc. Sauf que bon, à priori, elle n’en a pas vraiment l’air. Il y a bien deux valises mais elles ont l’air assez étroites. Pas de pare-brise, pas de top-case, pas de poignées chauffantes. Ça a quand même l’air mal barré leur truc. Après trois jours de roulage, avec au programme quelques-uns des plus beaux cols que compte notre beau pays, on verra bien si le qualificatif de « Touring » lui convient toujours.

A part ça, il faut bien avouer qu’elle a de la gueule, quand même. C’est vrai qu’on ne peut pas franchement parler d’une ligne très moderne, mais il y a une certaine recherche esthétique dans la simplicité. Ici, tout respire l’authenticité. La moto est entièrement construite en métal et il n’y a pas de fioritures inutiles. L’ensemble dégage une forte impression de solidité, à l’image des imposants arceaux latéraux faisant office de pare-carters, du gros réservoir de 22,7 litres ou de la large selle creusée, qui semble d’ailleurs plutôt accueillante. Le design est épuré jusque dans la console du réservoir, qui intègre dans sa partie haute le bloc compteur. La finition est excellente, malgré quelques câbles baladeurs, heureusement bien camouflés, mais qui se sont révélés avec la lueur rasante d’une fin de journée. Dans ce coloris « Industrial Grey Denim », on a presque l’impression d’avoir affaire à une machine de l’armée datant de quelques décennies, ce qui lui confère un coté vintage qui n’est pas déplaisant. Une impression par ailleurs largement renforcée par les silencieux d’échappement, qui pointent vers l’arrière tels des canons prêts à tirer. L’équipement d’origine est très correct, et comprend donc l’ABS, le régulateur de vitesse et les valises latérales. Point barre. Pour une fois, cela fait plaisir de ne pas avoir à cocher deux pages d’options pour avoir une moto complète

Au moment de l’enfourcher, on est naturellement à l’aise, du moins tant que la moto est béquillée. Si la selle est basse et accessible, le guidon force à mettre les avant-bras en hauteur et le réservoir à écarter les jambes pour l’enserrer. Les larges platines de repose-pieds contribuent à l’impression de confort et permettent de garder les pieds bien à plat, sans qu’ils soient exagérément projetés en avant. Le sélecteur double branche, s’il est pratique en soi, reste un gadget dispensable, surtout par le fait que son retour occupe beaucoup de place sur la platine et réduit à néant l’avantage de ne pas avoir qu’un simple repose-pied. Du côté droit, c’est la pédale de frein qui pose problème. Peut-être est-ce dû à ma taille et à ma position sur la moto, mais il ne va pas être possible de l’actionner sans décoller totalement mon pied de la platine. Cette décomposition du mouvement me semble contre-intuitive en cas de freinage d’urgence. Cette Road King Special n’a pas l’air d’avoir de prétentions hautement sportives, mais sait-on jamais.

A un certain moment, il va pourtant falloir la redresser. Et là, on prend pleinement conscience du poids de l’héritage de la marque centenaire. Et je pèse mes mots. Mon dieu, qu’elle est lourde. A se demander si les ingénieurs de Millwaulkee n’ont pas planqué exprès des blocs de béton à l’intérieur, juste pour l’alourdir. Comme pour une machine à laver. En espérant qu’ils n’aient pas poussé le vice jusqu’à ajouter un mode essorage. Hummmmpf. Ça y est. Démarrage. Très discret. Trop discret. Le moteur tourne ou pas ? Oui oui, ça vibre, tout est ok. Décidément, c’est une habitude chez Harley de prendre le terme de « silencieux » à la lettre. Bon sang, une Harley, c’est une concentré d’émotions brutes. Et ces émotions, le grondement du twin de 1745cc devrait largement y contribuer !  Passage obligé par la case Stage 1. Je disais quoi au sujet des options, déjà ? Ah oui, ce ne sont pas des options mais des accessoires. Logique étasunienne, somme toute.

Pages de l'article :

Pages

AcidTracks 2019 - Organisation de sorties pistes

Suivez AcidMoto.ch !

Au final...

On a aimé :
+
Look réussi
+
Confort général
+
Consommation maitrisée
On a moins aimé :
-
Sonorité trop discrète
-
Tenue de route sur voie dégradée
-
Moteur qui manque de punch. Pourquoi n’avoir pas opté pour le 114Ci ?

Fiche technique

Véhicule
Marque :
Harley-Davidson
Modèle :
Road King Special
Année :
2018
Catégorie :
Cruiser
Moteur
Type :
Bicylindre en V 4-temps "Milwaulkee-Eight® 107"
Cylindrée :
1745 cm3
Refroidissement :
à air
Performances
Puissance max. :
89 ch à 5450 tr/min
Couple max. :
150 Nm à 3250 tr/min
Transmission
Finale :
Par courroie
Boîte :
6 rapports
Freinage
ABS :
Oui
Dimensions
Longueur :
2 420 mm
Empattement :
1625 mm
Hauteur de selle :
695 mm
Poids à sec :
355 kg
Poids total :
372 kg
Réservoir :
22,7 litres
Catalogue
Prix de vente :
CHF 27'400.-
En ligne :

Plus d'articles Moto

Essai de la Zero SR/F : Silence, ça pousse!
Essai d'une moto branchée qui risque de vous surprendre.
Voici la nouvelle Yamaha R7, future concurrente de l’Aprilia RS660 ?
Les photos de la nouvelle Yamaha R7 ont fuité. Une future concurrente de l’Aprilia RS660 ?
Promotion spéciale sur le nouveau Pirelli Diablo Rosso IV !
Le Diablo Rosso IV a tout récemment rejoint la gamme des pneus routiers sportifs de Pirelli et il fait déjà l'objet d'une offre spéciale.
Aprilia RSV4 Factory 2021 - A la pointe de l'efficacité
10 jours d'essai au guidon d'une Aprilia qui ne cesse de s'améliorer avec les années.
Le Sardegna Gran Tour aura bien lieu
L'année dernière déjà, le Sardegna Gran Tour avait pu avoir lieu, malgré les restrictions de voyage liées au Covid.
Gibraltar Race 2021: nouvelles dates et changement d'itinéraire
Changement de dates pour l'édition 2021 de la Gibraltar Race. Les nouvelles dates sont désormais du 23 Juin au 8 Juillet. Le délais pour les inscriptions a été prolongés jusqu'au 15 mai.

Hot news !

Cette fois c'est officiel, la Yamaha YZF-R7 va faire son retour
Les documents CARB (California Air Resources Board) sont comme les enfants et les leggings : ils ne mentent pas ! Et c'est en les consultant qu'on peut voir qu'une Yamaha YZF-R7 va faire son retour en 2022.
Essai retro : CB 750 Four K0
Que pouvons nous retenir de la légendaire CB 750 plus de 50 ans après sa sortie ?
Essai Yamaha MT-09 2021 - Vous en aurez pour votre argent
Véritable moteur de la marque vers ce qu'elle est devenue, depuis 2013 la MT-09 a grandement contribué à la renommée de Yamaha à travers l'Europe. Place à un modèle entièrement nouveau et gavé de technologie.
Essai Aprilia Tuono 660 - Avec elle, le constructeur de Noale va se distinguer
L'annonce du moteur 660 chez Aprilia était clairement une bonne nouvelle. Ce vent de nouveauté, la marque de Noale en avait bien besoin.
Mais pourquoi les MotoGP sont-elles devenues si moches ?
La forme et la fonction, éternel débat.Les canons italiens de la beauté: des Grand Prix 500 de 1993 au MotoGP de 2021...
Suzuki Hayabusa 2021 – La campagne de teasing fonce à 300km/h
Alors que la présentation officielle aura lieu dans deux jours, des "fuites" savamment orchestrées nous permettent d'en savoir un peu plus sur cette nouvelle mouture du missile sol-sol made by Suzuki.