Essai publié le 06 juin 2018

Essai Harley-Davidson Fat Bob 2018 - Elle vous flanquera la banane ! [page 2]

Texte de Mathias Deshusses / Photo(s) de Mathias Deshusses

Pages

Wow, ce moteur, quel régal ! Un vrai coup de cœur ! Souple, il reprend dès 1500 tours et ne demande qu’à s’envoler. La zone rouge, à quelques 5500 tr/min, évoque au premier abord une plage d’utilisation particulièrement courte et hypothétiquement trop restreinte. A l’usage pourtant, on se plait à évoluer entre 2000 et 3000 tours, en profitant du couple et du souffle sans fin du gros twin américain. Ce 114 est une franche réussite. Extrêmement plaisant dans sa version d’origine, je n’ose imaginer le plaisir qu’il doit procurer avec une cartographie et une paire d’échappements qui le laisseront respirer davantage.

Sur les petites routes et les enfilades serrées, la moto se révèle étonnement vive et maniable. Attention, on parle toujours d’une moto de plus de 300kg, hors poids de votre serviteur bien sûr. Mais avec un pneu aussi large, je dois avouer que j’en ai douté. J’ai le souvenir marquant d’une certaine BMW R1200C Montauk en 2005 qui avait elle aussi un boudin de 150mm à l’avant, et je dois dire qu’elle ne m’avait pas laissé un souvenir impérissable, l’énorme pneu grevant alors littéralement la maniabilité de l’engin. Mais là, la magie opère et sans même y penser, on est à l’aise dès les premiers tours de roue. Alors bien sûr, il faut la faire tourner, cette Fat Bob. Bien sûr, son gros train avant possède tout de même une certaine inertie dans les lacets. Mais une fois la moto calée sur l’angle, elle tient le cap. On enchaîne les virages avec aisance et le châssis encaisse la hausse de rythme sans le moindre problème.

Le freinage, confié à un double disque à l’avant, est puissant et dosable. Le frein arrière, plus discret, se révèle un précieux allié pour placer la moto en courbe, d’autant que l’ABS se déclenche assez tard. Sa partie-cycle est en accord avec son moteur et tient le choc, que ce soit en termes d’accélération ou de tenue de route en courbe. Bon, soyons clairs, je ne vais pas vous vendre une hypersport. Premièrement je n’ai aucune prétention sportive, et deuxièmement, cette moto totalisait à peine 75km lors de sa réception.

Le moteur n’étant pas rodé, j’ai donc tenté de respecter la mécanique au maximum, en restant le plus possible sous les 3000tr/min. Et ça tombe bien, car ce moteur est une vraie force tranquille. La cathédrale mécanique du Wisconsin ronronne tranquillement jusqu’à 2000 tr/min, permettant d’enrouler paisiblement sur les petites routes qui longent le Jura. En revanche, tournez la poignée de gaz et VROAAAAM, c’est comme si vous étiez assis sur un énorme élastique qui se détendait instantanément pour vous propulser avec force le plus loin possible. La santé du Milwaukee Eight est carrément impressionnante ! Soyons clair, cette bécane est capable de vous coller les yeux au fond des orbites. Et une énorme banane en prime !

Rarement une moto m’aura autant impressionné par la vigueur de son moteur. Quel plaisir à piloter !

Au quotidien toutefois, cette moto se mérite. Le gros Bob n’aime pas la ville et il vous le fait savoir. En vous cuisant la jambe droite contre le moteur, par exemple. Ou en vous empêchant de remonter les files de voitures faute de démonter quelques rétroviseurs au passage. Il n’y a bien sur pas le moindre rangement et à son bord, c’est sac-à dos obligatoire si vous devez transporter quelque chose.

Les aspects pratiques se limitent à un ordinateur de bord assez complet commandé au guidon, qui décompte même les kilomètres restant avant la panne sèche, et à un système Keyless très bien pensé. Loin d’être un « ancien », moi qui aime bien le rituel de la mise en route en tournant la clé dans le contacteur ai été agréablement surpris par la facilité et l’agrément qu’un tel système procure. Plus besoin de clé, mis à part pour verrouiller la colonne de direction.

On s’approche de la moto, on place le coupe-circuit sur « ON » et le twin de 1868cm3 s’ébroue. On prend vite l’habitude d’avoir simplement la clé dans la poche de sa veste et c’est une vraie plus-value au quotidien. Le réservoir, qui a perdu presque 4 litres par rapport à la précédente version, se contente désormais de 13,6 litres. Avec une consommation vérifiée de 5,9l/100 durant l’essai (90% route/10% ville), on peut donc envisager des étapes de 200km sans crainte de la panne sèche. En tous les cas, si on souhaite partir à deux, les arrêts seront plus fréquents tant la place passager est minimaliste. Il n’y a aucune poignée de maintien, mis à part une sangle symbolique sur lequel la passagère est contrainte de s’asseoir tant la place est comptée. Le réservoir étant trop bas pour y prendre appui, il ne reste que les poignées d’amour du pilote pour ne pas perdre sa passagère à la moindre rotation de la poignée de gaz. On aime ou on déteste, mais sur la Fat Bob, pilote et passager font corps avec la machine.

Alors finalement, cette nouvelle Fat Bob, verdict ?

Certains lui reprochent une japonisation flagrante, d’autre lui trouvent une audace courageuse. Ce qui est sûr, c’est qu’elle ne laisse personne indifférent et que chacun à un avis dessus, souvent tranché d’ailleurs. Pourtant, c’est bien une machine Made in Milwaulkee et je ne lui connais pas d’équivalent dans la production asiatique actuelle. La Yamaha MT-01 est peut-être celle qui s’en rapprochait le plus mais son moteur, pourtant fameux, est loin d’égaler le v-twin américain.

Personnellement, j’ai trouvé que le caractère de la moto correspond parfaitement à l’image qu’elle renvoie. J’ai découvert une moto attachante, certes pas parfaite, mais dont le moteur est jouissif et invite à prendre le large. C’est une vraie Harley-Davidson, avec un twin généreux, vivant et gorgé de couple, qui ne demande qu’à tracter à la moindre sollicitation de la poignée droite.

Essayez, et vous verrez. Elle vous flanquera la banane, c’est garanti sur facture !

 

Mathias Deshusses

Au final...

On a aimé :
+
Silhouette brute et ligne réussie
+
Moteur envoûtant
+
Sensations de conduite
On a moins aimé :
-
Sonorité presque trop discrète
-
Support de plaque inutile
-
Béquille latérale trop longue
AcidTracks 2019 - Organisation de sorties pistes

Suivez AcidMoto.ch !

Au final...

On a aimé :
+
Silhouette brute et ligne réussie
+
Moteur envoûtant
+
Sensations de conduite
On a moins aimé :
-
Sonorité presque trop discrète
-
Support de plaque inutile
-
Béquille latérale trop longue

Fiche technique

Véhicule
Marque :
Harley-Davidson
Modèle :
Fat Bob 114
Année :
2018
Catégorie :
Routière
Kit 25 kW :
Non disponible
Moteur
Type :
Bicylindre en V à 45°
Cylindrée :
1'868 cm3
Refroidissement :
A air
Alimentation :
injection séquentielle ESPFI
Performances
Puissance max. :
94 ch à 5'020 tr/min
Couple max. :
155 Nm à 3'500 tr/min
Transmission
Finale :
Par courroie
Boîte :
6 rapports
Partie cycle
Châssis :
Double berceau en acier
Suspension AV :
Fourche téléhydraulique inversée
Suspension AR :
Mono-amortisseur
Pneu AV :
150 / 80 - 16
Pneu AR :
180 / 70 - 16
Freinage
ABS :
Oui
Frein AV :
2 disques Ø 300 mm, étriers 4 pistons
Frein AR :
1 disque Ø 292 mm, étrier 2 pistons
Dimensions
Longueur :
2'340 mm
Empattement :
1'625 mm
Poids à sec :
296 kg
Réservoir :
13,6 litres
Coloris disponibles
Coloris :
Vivid Black
 
Black Denim
 
Red Iron Denim
 
Bonneville Salt Denim
 
Industrial Gray Denim
Catalogue
Prix de vente :
CHF 21'200.-
Suivant le coloris : 21'600
En ligne :

Plus d'articles Moto

4Ever Multistrada - Ducati offre 4 ans de garantie à la famille Multistrada
Les Ducati 950 et 1260 Multistrada sont désormais garanties quatre ans kilométrage illimité.
La Harley-Davidson FXGTS Coast Glide décroche le titre de la Battle of the Kings 2019
Après une compétition internationale intensive précédée par des manches nationales et internationales, la Harley-Davidson de Laidlaw's a été élue le 5 novembre Global Custom King et grand vainqueur de la Battle of the Kings 2019.
Une nouvelle agence Kymco ouvre ses portes à Genève
100%2-Roues continue son développement et ajoute la marque Kymco à son arc.
Essai Ducati Panigale V2 - Ne m’appelez pas baby !
La Panigale V2 n’est pas une baby Panigale « au rabais », contrairement à ce qu’on pourrait penser à prime abord.
Triumph Tiger 900 – Le constructeur anglais nous réserve encore des surprises
Le constructeur anglais vient d'annoncer qu'une nouvelle Tiger 900 sera lancée le 3 décembre 2019, tout n'avait donc pas été dévoilé lors du salon EICMA de Milan.
Alliance Kawasaki-Bimota - Quelle suite est attendue ?
La présentation de la Bimota Tesi H2 aura été la véritable surprise du salon EICMA de Milan, cette dernière confirmant l'union entre les deux constructeurs. Mais maintenant on peut rêver à la suite qui sera donnée.

Hot news !

EICMA 2019 – MV Agusta Rush 1000 – Dragster de 208cv en approche
MV Agusta vient de surprendre tout le monde en dévoilant une nouveauté inattendue, un roadster proche du dragster des rues affichant pas moins de 208cv et un look ultime à la MV.
EICMA 2019 - MV Agusta dévoile une Superveloce 800 « économique »
Dévoilée et commercialisée à prix d’or, version Oro oblige, l’année passée, la Superveloce 800 avait frappé fort, étant adulée ou détestée. Le constructeur de Varèse proposera dès 2020 une version plus « économique ».
L'Aprilia Tuono 660 déjà surprise lors d'un roulage
Alors que la présentation officielle de l'Aprilia RS 660 se fera la semaine prochaine, la version roadster certainement nommée Tuono 660 a déjà été surprise lors d'un roulage à Imola.
EICMA 2019 – Voici la première image de l'Aprilia RS 660 2020
Très attendue sur le stand du constructeur de Noale, Aprilia vient de lâcher la première vraie image de sa future Supersport mid-size, la RS 660.
Concept BMW R18 – Deux modèles aperçus lors d'un transport
La présentation officielle du Concept R18 du constructeur à l'hélice devrait arriver sous peu, deux prototypes ayant été aperçus lors de leur chargement dans un véhicule.
Triumph Thruxton RS 2020 – Le café racer ultime d'Hinckley
Le constructeur anglais fait feu de tout flamme, après les nouvelles Daytona 765, Rocket III R et GT et la Street Triple RS essayée il y a à peine quelques jours, voici l'arrivée d'une version RS de la Thruxton.