Essai publié le 18 avril 2018

Essai des Yamaha Tracer 900 & Tracer 900 GT 2018 - Pour Tracer sa route

Texte de David Zimmermann / Photo(s) de Yamaha presse

Avec plus de 30'000 unités vendues depuis sa mise sur le marché en 2015, la Yamaha Tracer 900 est une vraie réussite pour la marque nippone. A elle seule, elle représente un tiers de ses ventes de grosses cylindrées.

Cet hybride, à mi-chemin entre un trail et un roadster a été unanimement acclamé par la presse lors de sa sortie, nous étions donc curieux de voir comment la cuvée 2018 allait évoluer pour sa première grosse mise à jour après l’ajout du traction control en 2017.

Yamaha présente la Tracer comme la remplaçante de la gamme FJR dans la catégorie qu’on appelle Sport-Touring. Le but étant de redynamiser cette catégorie qui est en perte de vitesse en proposant une moto sportive, légère, maniable et fun mais sans sacrifier l’aptitude à voyager. Au vu des ventes du premier modèle et de sa petite sœur, la Tracer 700, on peut d'ores et déjà dire que c’est mission accomplie.

Personnellement, le concept de la Tracer me rappelle ma deuxième grosse cylindrée, la Yamaha TDM 850 qui était sortie en 1991 avec le succès qu’on lui connaît à une époque où l’on ne jurait « déjà » que par les gros trails. L’histoire se répète presque 30 ans plus tard, comme quoi, les anciens étaient plutôt visionnaires.

Quoi de neuf sur la cuvée 2018 ?

On ne change pas une formule gagnante, et c’est sans surprise que la base du modèle motorisé par le trois cylindres de 115 chevaux provenant de la MT-09 reste la même. Pour cette mise à jour, les ingénieurs de Yamaha ont mis l’accent sur l’amélioration du confort et de la polyvalence de la Tracer avec en prime une version GT désormais disponible pour les clients les plus exigeants.

Penchons-nous directement sur les modifications communes aux deux versions :

Le bras oscillant a été  rallongé de 60 mm afin d’améliorer la stabilité et le confort à haute vitesse, ce sans pour autant influencer sur la vivacité de la moto.

La boucle arrière du cadre a elle aussi été prolongée pour améliorer l’intégration des valises, désormais assorties aux couleurs de la moto, selon le modèle choisi.

La bulle a également été revue et offre une ergonomie différente, ceci dans le but d’améliorer la protection du pilote. Sa hauteur est ajustable d'une main sans outils en roulant, et ce sur 50mm.

Le guidon a été raccourci de 16mm, et le design des protèges-mains a été complètement revu et adopte désormais un look moins « manga », ce qui permet de gagner 100 mm sur la largeur totale du guidon, un avantage non négligeable pour dépasser entre les files dans les embouteillages de la jungle urbaine par exemple.

Yamaha a également pensé à votre postérieur, avec une nouvelle finition de la selle et une épaisseur à la hausse (+ 5mm). Elle est désormais ajustable sur deux hauteurs différentes (850mm ou 865mm). Sachez qu’une selle basse et un kit de rabaissement de la suspension (-15 mm) sont disponibles en option, les petits gabarits apprécieront cette attention.

L’amélioration de confort du passager n’est pas en reste, avec une ergonomie de selle revue, une nouvelle position des cale-pieds pour avoir les jambes moins pliées et de nouvelles poignées de maintien.

Niveau look, la Tracer a reçu un subtil lifting. Les formes très anguleuses du premier modèle ont été quelques peu arrondies, mais pas de doute, on la reconnaît au premier coup d’œil. La qualité des finitions est également à la hausse. La Tracer est disponible en deux coloris (Nimbus Grey et Tech Black).

La Tracer 900 GT : LA nouveauté 2018 !

La grande nouveauté dans la famille Tracer pour l’année 2018, c’est sans aucun doute la version GT. Celle-ci est livrée avec une paire de valises latérales en plastique de 22 litres chacune qui plus est, assorties aux couleurs de la moto. Un shifter fait également son apparition, ce qui vous permettra de monter les rapports à la volé, et honnêtement, l'essayer, c'est l'adopter. Un cruise control, un écran TFT couleurs, des poignées chauffantes sur trois niveaux, une fourche Kabaya entièrement ajustable, un amortisseur arrière avec une molette d’ajustement de la précharge et trois coloris (Midnight Black, Nimbus Grey et Phantom Blue) font de cette GT 2018, un modèle très bien doté.

Action !

Yamaha nous a conviés à Grenade, au sud de l’Espagne pour la présentation des Tracer 900 et Tracer 900 GT. Avec une ponctualité très helvétique, notre groupe de six journalistes suisses quitte l’hôtel à 9h15 avec un thermomètre qui ne dépassait pas les dix degrés. On m’a confié la GT pour la matinée, ça tombe bien elle est justement équipée de poignées chauffantes.

N’ayant ni roulé la précédente version de la Tracer, ni même la MT-09, je découvre par la même occasion ce fameux trois pattes qui trône en tête des ventes en Suisse depuis sa sortie. La prise en main de la moto est instantanée et ce qui me frappe immédiatement, c’est à quel point elle est agile. Annoncée à 214 kg tous pleins fait (215 kg pour la GT sans les valises), on jurerait qu’elle en fait vingt de moins, un vrai vélo !

On commence par une brève section d’autoroute qui me permettra de rapidement constater que la bulle, même en position haute, est trop courte pour ma taille (1.83m). Elle génère des turbulences désagréables si je roule en position droite, j'en profite donc pour me caler quelque peu derrière la bulle afin d'éviter d'être trop secouer.

Ce constat n’est bientôt plus qu’un souvenir, car dès que l'on quitte l’autoroute, c’est en mode « attaque » qu’on suit notre guide sur de petites routes sinueuses. On n’est pas ici pour faire de la balade et il nous le fait vite comprendre. Penché en avant, la tête sous la bulle, cette fois bien protégé des turbulences, je maintiens le rythme sans peine grâce à son comportement sain et prévisible.

La souplesse, et surtout l’allonge du moteur, sont incroyables. En 3ème sur ces petites routes, il enroule aussi bien à 40 km/h qu’à 140km/h, sans vibrations et en délivrant sa cavalerie de façon linéaire et rassurante. Bien qu’il soit relativement discret, lorsqu’on dépasse les 8'000 tr/min avec la tête collée sous la bulle, le trois-pattes distille une mélodie bien sympa qui mériterait quelques décibels de plus. Nul doute que le magnifique échappement Akrapovic disponible en option saura lui donner de la voix…

La Tracer offres trois cartographies. En mode A (sport), la réponse de la poignée des gaz devient beaucoup plus nerveuse et invite à la conduite sportive. J’ai senti à plusieurs reprises l’arrière glisser en sortie de virage à la remise des gaz. Il n’y a pas de différence de puissance entre les trois modes, et pourtant la différence de comportement du moteur est flagrante. L’anti-patinage n’est pas trop intrusif à mon goût et au vu du nombre de fois où j’ai senti l’arrière glisser, j’étais bien content de l’avoir.

Après la pause de midi, on échange les motos et je cède la GT contre une Tracer standard. Le joli écran TFT couleur laisse place au même tableau de bord que l’ancien modèle, certe moins joli mais au final tout aussi fonctionnel. L’absence du quickshifter ne me dérange pas non plus, car l’allonge du moteur est telle qu’il n’est pas nécessaire de changer de rapport souvent. La plus grosse différence entre les versions, sur papier, c’est les suspensions réglables de la GT. Et là, je dois vous avouer en tout franchise que si je ne savais pas qu’elles étaient différentes, je ne l’aurais même pas remarqué. Un de mes collègues est du même avis. Je pense que l’intérêt est principalement pour ceux qui passent de l’utilisation solo au duo avec bagages.

Dans ce cas, il convient de durcir la fourche et la précharge de l’amortisseur arrière, qui est équipé d’une molette facilement accessible.

Verdict pour la Tracer 900

La Tracer 900 est une moto très facile à prendre en main, polyvalente et fun à conduire. Elle sera à l’aise aussi bien sur les virées du weekend, les trajets quotidiens que sur des voyages en duo. Elle s’adresse tout aussi bien à un motard débutant qui se sentira rassuré à son guidon qu’un motard qui a de l’expérience et qui pourra pousser son moteur dans les derniers retranchements, avec un châssis et un freinage tout à fait apte à encaisser la cavalerie.

C’est à mes yeux une excellente alternative aux trails mid-size avec un moteur plus puissant, une hauteur de selle accessible et une orientation définitivement routière. Forte d’une autonomie de 300 km (réservoir 18 litres), une selle et une position de conduite confortable, nul doute que la Tracer vous amènera très loin, en solo comme en duo.

Pour les grands gabarits, prévoyez la bulle haute disponible en option (209 CHF) car la protection de la bulle d’origine est, à mes yeux, insuffisante. En conduite relax sur l’autoroute, elle génère d’importantes turbulences dans mon casque (je mesure 1.83 mètre).

Disponible à partir de 11'590 CHF en deux coloris, la Tracer 900 affiche un rapport qualité-prix impressionnant.

Verdict pour la Tracer 900 GT

L’intégration des valises sur la Tracer 900 est un vrai tour de force. Grâce à l’échappement positionné sous le moteur, la largeur de la moto équipée des valises est bien moindre que sur la majorité de la concurrence. De plus, celles-ci s’accordent très bien au design de la moto.  Avec 22 litres de contenance, il va falloir un peu rationner vos bagages, mais gardons en tête que la Tracer GT doit rester une moto sportive et fun. Le système de fixation des valises ne nécessite pas l’ajout de portes valises disgracieux, car il est déjà prévu de base sur la Tracer. Seuls deux embouts viennent prendre place sur les repose-pieds passager.

L’écran TFT couleur de la GT est certes bien plus joli que celui de la version standard, toutefois je ne suis pas convaincu par la molette de navigation. Positionnée du côté droit, celle-ci est trop éloignée de la main et la manipuler avec le pouce tout en maintenant la poignée des gaz ouverte est relativement peu pratique. Elle gagnerait à être positionnée du côté gauche.

Le quickshifter est une option fun à utiliser et à laquelle on s’habitude très vite.  Dommage que Yamaha ne soit pas allé jusqu’au bout en proposant un quickshifter qui fonctionne également pour descendre les rapports sans débrayer. 

D’origine, le réglage des suspensions de la Tracer est relativement souple. En duo avec des bagages, c’est un avantage indéniable que de pouvoir durcir la fourche et l’amortisseur. Je n’ai malheureusement pas pu tester ce dernier point, mais au vu de la qualité de la Tracer, on peu faire confiance à Yamaha.

Proposée à partir de CHF 13'590.-, soit CHF 2'000.- de plus que la version standard, la Tracer GT est disponible en trois coloris.

Les CHF 2’000.- d’investissement supplémentaires justifient-ils l’achat de la GT ?

Le calcul est relativement vite fait pour celui ou celle qui compte équiper sa bécane des valises plastiques Yamaha. Cette option coûte près de CHF1'400.-. Pour seulement CHF600.- de plus, il serait vraiment dommage de ne pas profiter de toutes les autres options disponible sur la version GT.

Les accessoires

Près de 50 articles sont disponibles au catalogue d’options de Yamaha pour la Tracer. Outre le magnifique échappement Akrapovic (CHF 1’650.-), on trouve par exemple une bulle haute (CHF 209.-), des selles conforts (CHF 209.- conducteur et CHF 195.- passager), des valises souples (CHF 369.- la paire et CHF 395.- le support), un kit pour rabaisser la moto de 15 mm (CHF 55.-), une selle basse (CHF 235.-), un kit de phares à brouillard (CHF 618.-), des poignées chauffantes pour la version standard (CHF 229.-) , un top cases de 39 Litres (CHF 195.-) ou de 50 Litres (CHF 245.-) et j’en passe…
Par contre, pour la passagère, va falloir vous débrouiller vous-même pour en trouver une…

David

Au final...

On a aimé :
+
Le moteur qui offre du couple et une allonge sans fin
+
La facilité de prise en main et sa légèreté
+
L'excellent confort des suspensions
+
L'intégration des valises
+
Le rapport prix/prestation qui est excellent
On a moins aimé :
-
Bulle d'origine trop basse pour les grands
-
Molette de navigation de la version GT difficile d'accès
-
Son du moteur un peu trop discret
AcidTracks 2019 - Organisation de sorties pistes

Suivez AcidMoto.ch !

Au final...

On a aimé :
+
Le moteur qui offre du couple et une allonge sans fin
+
La facilité de prise en main et sa légèreté
+
L'excellent confort des suspensions
+
L'intégration des valises
+
Le rapport prix/prestation qui est excellent
On a moins aimé :
-
Bulle d'origine trop basse pour les grands
-
Molette de navigation de la version GT difficile d'accès
-
Son du moteur un peu trop discret

Fiche technique

Véhicule
Marque :
Yamaha
Modèle :
Tracer 900
Année :
2018
Catégorie :
Routière
Moteur
Type :
3 cylindres en ligne, 4 temps, double ACT
Cylindrée :
847 cm3
Refroidissement :
Liquide
Alimentation :
Injection électronique
Performances
Puissance max. :
115 ch à 10'000 tr/min
Couple max. :
87.5 Nm à 8'000 tr/min
Transmission
Finale :
chaine
Boîte :
6 rapports
Embrayage :
Multidisque à bain d'huile
Partie cycle
Châssis :
Diamant
Suspension AV :
fourche inversée
Course AV :
137 mm
Suspension AR :
Monoamortisseur
Débattement AR :
142 mm
Pneu AV :
120/70 R 17
Pneu AR :
180/55 R 17
Freinage
ABS :
Oui
Freinage combiné :
Non
Frein AV :
Double disque de 298mm
Frein AR :
Simple disque de 245mm
Dimensions
Longueur :
2160 mm
Empattement :
1500 mm
Largeur :
850 mm
Hauteur de selle :
850-865 mm
hauteur ajustable 2 positions, selle basse en option
Poids total :
214 kg
Réservoir :
18 litres
Coloris disponibles
Coloris :
Nimbus Grey (Tracer 900 & Tracer 900 GT)
 
Tech Black (Tracer 900)
 
Midnight Black (Tracer 900 GT)
 
Phantom Blue (Tracer 900 GT)
Catalogue
Prix de vente :
CHF 11'590.-
13'590 CHF Tracer 900 GT
En ligne :

Plus d'articles Moto

Essai Ducati Panigale V2 - Ne m’appelez pas baby !
La Panigale V2 n’est pas une baby Panigale « au rabais », contrairement à ce qu’on pourrait penser à prime abord.
Triumph Tiger 900 – Le constructeur anglais nous réserve encore des surprises
Le constructeur anglais vient d'annoncer qu'une nouvelle Tiger 900 sera lancée le 3 décembre 2019, tout n'avait donc pas été dévoilé lors du salon EICMA de Milan.
Alliance Kawasaki-Bimota - Quelle suite est attendue ?
La présentation de la Bimota Tesi H2 aura été la véritable surprise du salon EICMA de Milan, cette dernière confirmant l'union entre les deux constructeurs. Mais maintenant on peut rêver à la suite qui sera donnée.
Loto annuel du Norton Sport Club – Ce dimanche 17 novembre
Après la course de côte internationale de Verbois, le Norton Sport Club organise son désormais traditionnel loto annuel ce dimanche 17 novembre à la salle des Asters à Genève.
Les inscriptions du Hard DéfiTour 2020 sont ouvertes!
Les inscription pour la 4ème édition du Hard DéfiTour sont ouvertes. Celui-ci aura lieu le weekend du 5 au 7 juin 2020 en Augergne.
EICMA 2019 - La Ducati Streetfighter V4 élue plus belle moto du salon
Le salon EICMA de Milan nous aura gâté cette année avec un nombre impressionnant de nouveautés.

Hot news !

EICMA 2019 – MV Agusta Rush 1000 – Dragster de 208cv en approche
MV Agusta vient de surprendre tout le monde en dévoilant une nouveauté inattendue, un roadster proche du dragster des rues affichant pas moins de 208cv et un look ultime à la MV.
EICMA 2019 - MV Agusta dévoile une Superveloce 800 « économique »
Dévoilée et commercialisée à prix d’or, version Oro oblige, l’année passée, la Superveloce 800 avait frappé fort, étant adulée ou détestée. Le constructeur de Varèse proposera dès 2020 une version plus « économique ».
L'Aprilia Tuono 660 déjà surprise lors d'un roulage
Alors que la présentation officielle de l'Aprilia RS 660 se fera la semaine prochaine, la version roadster certainement nommée Tuono 660 a déjà été surprise lors d'un roulage à Imola.
EICMA 2019 – Voici la première image de l'Aprilia RS 660 2020
Très attendue sur le stand du constructeur de Noale, Aprilia vient de lâcher la première vraie image de sa future Supersport mid-size, la RS 660.
Concept BMW R18 – Deux modèles aperçus lors d'un transport
La présentation officielle du Concept R18 du constructeur à l'hélice devrait arriver sous peu, deux prototypes ayant été aperçus lors de leur chargement dans un véhicule.
Triumph Thruxton RS 2020 – Le café racer ultime d'Hinckley
Le constructeur anglais fait feu de tout flamme, après les nouvelles Daytona 765, Rocket III R et GT et la Street Triple RS essayée il y a à peine quelques jours, voici l'arrivée d'une version RS de la Thruxton.