Essai publié le 26 janvier 2018

Essai Ducati Panigale V4 S - Nouvelle ère, nouvelle reine [page 2]

Texte de Jimmy Gurtner / Photo(s) de Milagro Agency / Avec la collaboration de Alex (merci pour la combinaison)

Pages

Mamma mia!

A peine sorti de la voie des stands, je passe le 3e rapport et mets du gaz jusqu’au virage N°2, un petit gauche serré bien bâtard. C’est avec un mélange de stupeur et d’ébahissement que me retrouve au point de freinage dans un bruit de tous les diables et passe le gauche comme une simple formalité. En 2e, gaz en grand, le V4 propulse ma misérable existence vers la cassure suivante, la roue avant à quelques centimètres du sol.

Le quart d’heure complètement ahurissant qui suit sera dans la même veine. A chaque freinage, chaque courbe, chaque accélération, je saisis un peu plus le potentiel quasi-illimité de cette machine. Grâce aux sublimissimes Diablo Superbike et les suspensions réglées fermes, le comportement de la Panigale est sans faille. Qu’importe la vitesse, l’avant plonge au point de corde à la moindre sollicitation et reste rivé au sol. Lors des accélérations sur l’angle, comme dans le fameux virage 12, un long gauche négocié à fond, le Traction Control et le Ducati Slide Control laissent l’arrière dériver en toute sécurité, alors que la puissance et les décibels du V4 vous plongent dans la plus pure jouissance mécanique.

Toutes les phases de pilotage pourraient se dérouler dans une absolue sérénité si l’on n’avait pas ces 226 chevaux entre les pattes. Décidé à défier les lois de l’espace-temps, le V4 Ducati est ce qui doit se rapprocher le plus de la téléportation. La ligne droite des stands est avalée en un claquement de doigts, alors que le châssis remue sous la contrainte et que… tiens, j’ai passé mon repère de freinage !

Mamma mia ! Ne freinez JAMAIS trop fort avec la Panigale V4. Vous n’auriez plus envie de rien d’autre après. C’est mi-terrifié, mi-ricanant, que je me retrouve la roue arrière en l’air, l’avant plongeant dans le bitume et la moto rejoignant instinctivement le point de corde, à une vitesse au moins stratosphérique (je ne sais pas, j’ai pas regardé). Le pire, après ce freinage dantesque et tous les suivants, c’est que la Ducati me faisait bien comprendre qu’elle en avait encore à revendre. Plus on en met, plus on en a, et ce n’est pas elle qui lâchera la première.

Sur les changements d’angle, on croirait piloter une 125 tant la moto est vive. Le retour d’information des pneus et des suspensions est excellent et la puissance ahurissante reste, grâce à l’électronique, maîtrisable et exploitable. L’ABS sportif ne se sera absolument pas fait sentir, malgré mon insistance sur certains longs appuis : la Panigale reste imperturbable et ma confiance, étrangement, est en hausse tout au long de la session.

C’est rendu à l’évidence même de ma faiblesse et ébahi à chaque instant des capacités de cette divine machine que je vois, à regret, le drapeau à damiers s’abaisser. Après une dernière boucle tonitruante, la Panigale retrouve les mains de son mécano, qui me déplie même la béquille latérale et me laisse, ricanant et tremblant, partir me rouler en boule au fond du box.

Sans limites

Retrouver la version « basique » de la Panigale V4 S à la session d’après aura presque été un soulagement. Le mode Sport me permettra de passer 2 tours emplis de quiétude, avant que la souplesse des suspensions et le moteur trop bridé me poussent à passer en mode Race.

La principale différence, outre le bruit redevenu plus raisonnable, réside dans le feeling des suspensions et des pneumatiques. Difficile d’atteindre le ressenti d’une gomme de compétition avec un pneu du commerce homologué route. Toutefois, malgré un avant un peu plus flou en entrée de courbe, le comportement de la Ducat’ reste exceptionnel.

L’agilité est de mise dans la partie technique du tracé, où la boîte de vitesses et le système DQS permettent de changer de rapport très rapidement dans les enchaînements. La garde au sol est absolument insondable, mes compétence abdiquant bien avant les limites de la machine. Les 214 chevaux d’origine sont bien suffisants et les sensations énormes. Avaler la moitié de la ligne droite en sentant la moto gigoter, puis redevenir un vrai roc lors de la phase de freinage, est totalement grisant.

Plus les sessions avancent, plus les limites de cette Panigale V4S semblent s’éloigner. Je commence juste à faire confiance à l’électronique, à m’habituer à tous les mouvements du châssis à certains endroits du circuit et à tracer des trajectoires correctes, qu’il est déjà temps de rentrer aux stands. Ce ne sont pas mes bras et mes jambes qui s’en plaindront, mis à mal par la puissance infernale du moteur et des freins.

La MotoGP à taille humaine

La conclusion que je tire au final de cette découverte de la nouvelle Superbike Ducati, c’est qu’elle est une vraie moto sportive, pensée par et pour la course. Les solutions techniques basiques, comme le châssis léger et le moteur semi-porteur, ainsi que le calibrage orienté « performances » des aides électroniques, font de la Panigale V4 S un petit bout de MotoGP faite pour les « simples » humains.

Ducati ouvre une nouvelle ère dans son histoire de la catégorie Superbike, en nous permettant de toucher du doigt ce qu’est une vraie machine de course. Son comportement pointu, sa réactivité à chaque infime mouvement, la puissance débordante de son moteur et de son freinage, en font une référence du segment et un formidable outil pour la vitesse.

La Panigale est morte. Vive la Panigale !

Jimmy

Au final...

On a aimé :
+
vivre l'avènement d'une nouvelle ère chez Ducati
+
le moteur délirant, puissant et si exploitable
+
le châssis de course qui vit et remue
+
le freinage complètement ahurissant
+
absolument tout le reste
On a moins aimé :
-
le brouillard du matin
-
le kit Ducati Performance, qui devrait être fourni d'office
-
l'accès parfois délicat au sélecteur (mais je pinaille!)
AcidTracks 2019 - Organisation de sorties pistes

Suivez AcidMoto.ch !

Au final...

On a aimé :
+
vivre l'avènement d'une nouvelle ère chez Ducati
+
le moteur délirant, puissant et si exploitable
+
le châssis de course qui vit et remue
+
le freinage complètement ahurissant
+
absolument tout le reste
On a moins aimé :
-
le brouillard du matin
-
le kit Ducati Performance, qui devrait être fourni d'office
-
l'accès parfois délicat au sélecteur (mais je pinaille!)

Fiche technique

Véhicule
Marque :
Ducati
Modèle :
Panigale V4 S
Année :
2018
Catégorie :
Supersport
Kit 25 kW :
Non disponible
Moteur
Type :
Desmosedici Stradale, 4 cylindres en V à 90°, arbres à cames contra-rotatif, 16 soupapes à distribution desmodromique
Cylindrée :
1103 cm3
Refroidissement :
Liquide
Alimentation :
Injection électronique, deux injecteurs par cylindres
Performances
Puissance max. :
214 ch à 13'000 tr/min
Couple max. :
124 Nm à 10'000 tr/min
Transmission
Finale :
Par chaîne
Boîte :
6 rapports avec DQS (Ducati Quick Shifter) up/down EVO
Embrayage :
Multirisque à bain d'huile, anti-dribble et servo-commandé
Partie cycle
Châssis :
Cadre avant en aluminium, moteur porteur
Suspension AV :
Öhlins NIX-30 ø 43mm, entièrement réglable, réglage électronique de la détente et compression via Öhlins Smart EC2.0
Course AV :
120 mm
Suspension AR :
Mono amortisseur Öhlins TTX36, entièrement régale, réglage électronique en détente et compression via Öhlins Smart EC2.0
Débattement AR :
130 mm
Pneu AV :
120 / 70 ZR 17
Pneu AR :
200/60 ZR 17
Freinage
ABS :
Oui
Freinage combiné :
Non
Frein AV :
Double disque hydraulique semi-flottant de ø 330m avec étriers radiaux Brembo Monobloc Systema (M4.30), Bosch Cornering ABS EVO
Frein AR :
Simple disque hydraulique ø 245mm, avec étrier 2 pistons, Bosch Cornering ABS EVO
Dimensions
Empattement :
1'469 mm
Hauteur de selle :
830 mm
Poids à sec :
174 kg
Poids total :
195 kg
Réservoir :
16 litres
Coloris disponibles
Coloris :
Rouge (tu crois quoi!)
Catalogue
Prix de vente :
CHF 29'990.-
En ligne :

Plus d'articles Moto

La marque de moto Zontes envahie notre pays avec ses nouvelles R310, X310 et T310
La marque chinoise Zontes commence à envahir notre beau pays avec ces nouvelles machines de 310cc. Et le moins que l'on puisse dire, binh c'est que c'est plutôt sympa esthétiquement parlant.
MV Agusta Super Veloce - Annoncée pour 2020
On l'avait vue (et appréciée!) lors de l'EICMA 2018, et on l'attendait pour cette année. Mais c'est en 2020 que la sportive néo-rétro devrait débouler sur nos routes.
Hard Alpi Tour Sanremo-Sestriere 6-8 septembre 2019 - Des infos sur la 11ème édition
Le plus grand événement "Adventouring" en Europe atteint sa 11ème édition avec de bonnes nouvelles
La future Yamaha R1 se dessine peu à peu
Le fait que le constructeur aux trois diapasons soit en train de revoir sa sportive de pointe n'est pas un secret et le voile commence à se lever sur quelques évolutions techniques qui paraissent intéressantes.
France - Des policiers utilisent des drones pour verbaliser des motards
Face au constat, la préfecture a mis en place ce mercredi matin des contrôles routiers avec l’assistance d’un drone, centrés sur les comportements dangereux des motards.
Essai Yamaha Ténéré 700 - L'essence même de la polyvalence
La Yamaha Ténéré mid-size fait son retour en grande pompe. Beaucoup de charisme, de fun et des performances bluffantes en toute situation !

Hot news !

Essai Indian FTR 1200 S - Casseuse de codes
Essayée sur les route de Californie, l'Indian FTR 1200 S s'avère une machine inédite, mêlant le meilleur de plusieurs mondes et refusant de se laisser enfermer dans une case. Accrochez-vous, ça déménage!
Reportage - Reprogrammation Woolich Racing chez GBK Motos à Gland
On branche l’ordinateur, quelques clics et hop! le moteur sort plein de chevaux en plus. Non, c’est bien plus compliqué que ça. Il a fallu une longue journée de travail pour un résultat satisfaisant. Reportage.
La Ducati V4 Penta d'Officine GP Design, une moto à CHF 114’000.-
Le 30 janvier dernier, nous étions chez Ducati Lausanne pour le lever de voile sur la déjà-célèbre Penta du fameux Officine GP Design.
Une Triumph Daytona 765 surprise lors d'un essai – The Daytona is back
Nos confrères anglais de MCN, ont débusqués une Daytona utilisant le moteur 765 qui faisait des essais routiers. Est-ce que cela annonce le retour futur d'une Supersportive en provenance d'Hinckley ? On se prend à rêver.
Le concept Aprilia RS 660 roule déjà !
Le concept Aprilia RS 660 ne restera apparemment pas longtemps au stade du concept, ce dernier ayant déjà été vu sur le circuit de Vallelunga lors d'un test privé.
Essai Benelli TRK 502 - Tribulations d'une Italienne de Chine
Mine de rien, la production chinoise de développe sur nos routes. La preuve avec Benelli, ressuscitée grâce à l'investissement asiatique, qui nous a mis dans les pattes le petit trail TRK 502. Une machine simple et robuste, pas parfaite mais plus que capable.