Essai publié le 28 octobre 2017

Essai Ducati Monster 821 - Rendez-vous avec la Dame

Texte de Jimmy / Photo(s) de Milagro / Avec la collaboration de Tinder, Meetic, AdopteUneMoto

En 25 ans d’existence, la Ducati Monster s’est modernisée sans jamais trop changer de visage. Toujours habillée en treillis, toujours motorisée par le bicylindre en L, toujours affublée de cette ligne envoûtante. La « Dame » du segment roadster séduit toujours autant. Et aujourd’hui, c’est avec moi qu’elle a un « date ».

En 1992, j’avais 5 ans. Ducati présentait la Mostro. En 1998, elle devenait Monster. J’avais des roller Roces et je ne calculais même pas les motos. En 2003, j’avais 17 ans et je bavais sur la Monster 1000 jaune. 14 ans plus tard, j’ai enfin rendez-vous avec le mythe. Et en plus, elle est jaune !

Dans sa robe quasi-historique, soit le jaune utilisé sur les premières Mostro,  la 821 me lance un clin d’œil de son phare rond. Se détachant sur l’adriatique, elle en jette malgré ses 25 ans. Madame s’est entretenue ! Son cadre treillis, plus costaud mais plus compact, met en valeur le galbe de son réservoir. Ramassée sur elle-même, la Monster met en valeur une partie arrière qui fait toujours son petit effet. Le capot de selle se détache sur le bleu de l’adriatique et lance une invitation claire : c’est elle, moi et personne d’autre.

On boit un verre ?

Si la 821 a choisi la jetée du port de Rimini pour notre premier rencard officiel, c’est que la vue est bluffante. Le rouge me monte aux joues alors que le ciel prend la même teinte cramoisie. La mer bleu nuit clapote contre le ponton. Ma flûte de Prosecco tremble dans ma main. Son cadre treillis laisse largement transparaître son bicylindre en L à refroidissement liquide, qui ne laisse aucun doute sur sa santé malgré son passage aux normes Euro4.

109 chevaux, 86Nm de couple et toujours la distribution desmodromique. Le tout respire via un tout nouvel échappement, un rien imposant mais à la sonorité travailéée d’après ses géniteurs. La belle se fait sophistiquée, avec un maquillage de LED qui souligne son regard. Son compteur TFT, emprunté à sa cousine 1200, tout en couleur est l’un des nouveaux points forts de la 821. On navigue via le commodo de gauche très intuitivement et on peut en apprendre plus sur son humeur en quelques clics.

Ce commodo, justement, me fait un peu tiquer. Pourquoi une moto si bien habillée, à l’aura si intense, se dote d’un bracelet au look germanique ? Le bijou est pratique, mais peu seyant. Qu’importe, mon regard se porte vite sur ses étriers Brembo qui pincent d’imposants disques de 320mm. Quand elle dira stop, ça ne sera pas à moitié !
La soirée se conclut par un bon dîner et ce premier contact nous laisse tous les deux impatients de nous revoir. Elle me laisse son numéro, le 32, et me dit à demain dans un dernier clin d’œil, le croissant de lune se reflétant sur son réservoir.

Rendez-vous au parc

Le lendemain, la Monster m’attend devant l’hôtel pour une petite journée de promenade, histoire de faire plus ample connaissance. Visiblement, nous n’allions pas être seuls, car 30 autres sœurs toutes de jaune vêtues attendent leur cavalier.

En bon gentleman, je lui ai amené un petit cadeau, un porte-clé qu’elle accepte sans rechigner. Elle a fière allure, avec ce petit accessoire, qui met en valeur sa célèbre attache de réservoir façon fermoir de botte de ski. Sans trop tourner autour du pot, je tourne sa clé de contacte et lui demande comment elle se sent, ce matin.

Le son de sa voix et celui de sa trentaine de sœurs achève de réveiller le bord de mer. Elle se sent bien ! C’est guttural, sourd et impressionnant. Mes doigts effleurent sa poignée de gaz et son échappement lance un BRÂÂP empli de promesses. Il faut croire que la Dame a bien planifié notre rendez-vous. Des guides apparaissent et proposent que nous montions en selle pour une balade en ville.  Facile à enfourcher, la Monster offre une position ramassée sur l’avant mais vivable. Je noue un bandana jaune autour de mon cou, clin d’œil à sa couleur et à l’époque de sa sortie. Ça la fait rire.

J’empoigne son large guidon, tique encore sur ce commodo gauche mais m’en sers toutefois pour proposer à la Monster de commencer par un de ses trois modes de conduite : Urban. La réponse moindre des gaz est un peu déroutante et la puissance se limite à 75 chevaux.  Mais on évolue sereinement dans les rues glissantes de Rimini. Cette facette de son caractère brillera lors de rendez-vous qui tournent au vinaigre. Reste que la Monster en devient presque timide et me pousse vite à passer en Touring. Les 109 chevaux du twin sont tous présents et la réponse des gaz est plus douce, mais le ressenti bien meilleur. Les 86 Nm à 7'750 poussent à tourner la poignée pour tirer le meilleur du cœur de la Monster. Ça tombe bien, nous arrivons sur les petites routes de la chaîne des Appenins, qui s’étend également dans la région . Il va y avoir du sport !

Pages de l'article :

Pages

AcidTracks 2019 - Organisation de sorties pistes

Suivez AcidMoto.ch !

Au final...

On a aimé :
+
la beauté éternelle de la Monster
+
le coloris jaaaauuuune!
+
le comportement sportif et joueur
On a moins aimé :
-
le commodo gauche piqué à BMW
-
l'échappement qui chauffe en ville
-
le prix élevé par rapport à la concurrence

Fiche technique

Véhicule
Marque :
Ducati
Modèle :
Monster 821
Année :
2018
Catégorie :
Roadster
Moteur
Type :
Bicylindre en L Testatretta 11°
Cylindrée :
821 cm3
Refroidissement :
Liquide
Alimentation :
Injection électronique
Performances
Puissance max. :
109 ch à 9'250 tr/min
Couple max. :
86 Nm à 7'750 tr/min
Transmission
Finale :
Par chaîne
Boîte :
6 rapports, quickshifter en option (300.-)
Embrayage :
Multirisque à bain d'huile, anti-dribble et servo-commandé
Partie cycle
Châssis :
Treillis tubulaire
Suspension AV :
Fourche inversée ø 43mm
Course AV :
130 mm
Suspension AR :
Monoamortisseur réglable en précharge et détente
Débattement AR :
140 mm
Pneu AV :
120 / 70 ZR 17
Pneu AR :
180 / 55 ZR 17
Freinage
ABS :
Oui
Freinage combiné :
Non
Frein AV :
Double disque ø 320mm avec étriers radiaux Brembo M4-32, 4 pistons
Frein AR :
Simple disque ø 245mm avec étrier à 2 pistons
Dimensions
Empattement :
1'480 mm
Hauteur de selle :
810 mm
réglable à 785mm, kit -20 et -40mm en option
Poids à sec :
180 kg
Poids total :
206 kg
Réservoir :
16,5 litres
Coloris disponibles
Coloris :
Ducati Red
 
Ducati Yellow
 
Stealth Black
Catalogue
Prix de vente :
CHF 12'490.-
12'790 pour versions jaune et noir mat
En ligne :

Plus d'articles Moto

BMW K 1600 GS Mammoth – Le retour du mammouth
Le retour du mammouth est à l’ordre du jour, tant sur le volet du règne animal que dans notre monde du deux-roues. Celui dont on va traiter on le doit à Nico Bakker.
Essai Fantic Caballero Rally : Le retour des "gromonos" ?
Légère, maniable et accessible, la Fantic Caballero 500 dans sa déclinaison "Rally" reprend le meilleur du passé.
Comparatif des sportives de rêve à Alès - La Ninja rencontre la R1M et la M1000 RR
Pour qui veut débourser entre CHF 19'990.- et 37'900.- pour une sportive, il faut être sûr de son coup au moment de signer le bon de commande. Entre 2 japonaises et une européenne, le choix serait difficile si on avait pas la piste d'Alès à dispo pour les départager.
Schallenberg Classic 2021 - Un weekend d’immersion (partie 1/2)
J'arrive au Schallenberg Classic un vendredi en fin de journée et yes, j'ai eu le tracé pour moi tout seul !
Aprilia Tuareg 660 - Place à la vidéo
Alors qu’elle sera officiellement présentée dans quelques semaines lors du salon EICMA de Milan, l’Aprilia Tuareg 660 se dévoile chaque jour un peu plus notamment au moyen de la dernière vidéo publiée par le constructeur de Noale.
La marque genevoise Motosacoche revient sur le marché avec le Type A
Entre 1899 et 1901, Henri et Armand Dufaux inventent un moteur qui s'installe dans le cadre de n'importe quelle bicyclette. La Motosacoche est née ! Marque plus ancienne que Harley-Davidson, Indian ou Husqvarna Motorcycles (1903 selon les sources), notre côté patriote est fier de ce retour.

Hot news !

Essai de la Kawasaki ZH2 SE: 200 chevaux confortables
Une année après sa sortie, Kawasaki propose une mise à jour de son roadster compressé, la Z H2. Cette évolution "SE" gomme-t-elle les défauts relevés lors de son introduction ?
Essai Kawasaki Ninja ZX-10R 2021 - Elle gagne en Superbike, et pas pour rien !
Cette nouvelle Ninja, on l'attendait un peu. La faute à des délais de livraison allongés, ce n'est qu'en juin qu'on a pu se saisir de cette bête. Et autant dire que l'attente valait la peine !
Essai BMW M1000RR - Se prendre pour un pilote, juste une journée
A ce niveau de technique, on peut parler de moto d'homologation. L'équipe Superbike de BMW pouvait formuler tout ses souhaits d'amélioration de la S1000RR pour en faire une meilleure base à la moto de compétition. Au guidon, la différence saute aux yeux.
Essai de la Zero SR/F : Silence, ça pousse!
Essai d'une moto branchée qui risque de vous surprendre.
Aprilia RSV4 Factory 2021 - A la pointe de l'efficacité
10 jours d'essai au guidon d'une Aprilia qui ne cesse de s'améliorer avec les années.
Cette fois c'est officiel, la Yamaha YZF-R7 va faire son retour
Les documents CARB (California Air Resources Board) sont comme les enfants et les leggings : ils ne mentent pas ! Et c'est en les consultant qu'on peut voir qu'une Yamaha YZF-R7 va faire son retour en 2022.