Essai publié le 28 octobre 2017

Essai Ducati Monster 821 - Rendez-vous avec la Dame

Texte de Jimmy / Photo(s) de Milagro / Avec la collaboration de Tinder, Meetic, AdopteUneMoto

En 25 ans d’existence, la Ducati Monster s’est modernisée sans jamais trop changer de visage. Toujours habillée en treillis, toujours motorisée par le bicylindre en L, toujours affublée de cette ligne envoûtante. La « Dame » du segment roadster séduit toujours autant. Et aujourd’hui, c’est avec moi qu’elle a un « date ».

En 1992, j’avais 5 ans. Ducati présentait la Mostro. En 1998, elle devenait Monster. J’avais des roller Roces et je ne calculais même pas les motos. En 2003, j’avais 17 ans et je bavais sur la Monster 1000 jaune. 14 ans plus tard, j’ai enfin rendez-vous avec le mythe. Et en plus, elle est jaune !

Dans sa robe quasi-historique, soit le jaune utilisé sur les premières Mostro,  la 821 me lance un clin d’œil de son phare rond. Se détachant sur l’adriatique, elle en jette malgré ses 25 ans. Madame s’est entretenue ! Son cadre treillis, plus costaud mais plus compact, met en valeur le galbe de son réservoir. Ramassée sur elle-même, la Monster met en valeur une partie arrière qui fait toujours son petit effet. Le capot de selle se détache sur le bleu de l’adriatique et lance une invitation claire : c’est elle, moi et personne d’autre.

On boit un verre ?

Si la 821 a choisi la jetée du port de Rimini pour notre premier rencard officiel, c’est que la vue est bluffante. Le rouge me monte aux joues alors que le ciel prend la même teinte cramoisie. La mer bleu nuit clapote contre le ponton. Ma flûte de Prosecco tremble dans ma main. Son cadre treillis laisse largement transparaître son bicylindre en L à refroidissement liquide, qui ne laisse aucun doute sur sa santé malgré son passage aux normes Euro4.

109 chevaux, 86Nm de couple et toujours la distribution desmodromique. Le tout respire via un tout nouvel échappement, un rien imposant mais à la sonorité travailéée d’après ses géniteurs. La belle se fait sophistiquée, avec un maquillage de LED qui souligne son regard. Son compteur TFT, emprunté à sa cousine 1200, tout en couleur est l’un des nouveaux points forts de la 821. On navigue via le commodo de gauche très intuitivement et on peut en apprendre plus sur son humeur en quelques clics.

Ce commodo, justement, me fait un peu tiquer. Pourquoi une moto si bien habillée, à l’aura si intense, se dote d’un bracelet au look germanique ? Le bijou est pratique, mais peu seyant. Qu’importe, mon regard se porte vite sur ses étriers Brembo qui pincent d’imposants disques de 320mm. Quand elle dira stop, ça ne sera pas à moitié !
La soirée se conclut par un bon dîner et ce premier contact nous laisse tous les deux impatients de nous revoir. Elle me laisse son numéro, le 32, et me dit à demain dans un dernier clin d’œil, le croissant de lune se reflétant sur son réservoir.

Rendez-vous au parc

Le lendemain, la Monster m’attend devant l’hôtel pour une petite journée de promenade, histoire de faire plus ample connaissance. Visiblement, nous n’allions pas être seuls, car 30 autres sœurs toutes de jaune vêtues attendent leur cavalier.

En bon gentleman, je lui ai amené un petit cadeau, un porte-clé qu’elle accepte sans rechigner. Elle a fière allure, avec ce petit accessoire, qui met en valeur sa célèbre attache de réservoir façon fermoir de botte de ski. Sans trop tourner autour du pot, je tourne sa clé de contacte et lui demande comment elle se sent, ce matin.

Le son de sa voix et celui de sa trentaine de sœurs achève de réveiller le bord de mer. Elle se sent bien ! C’est guttural, sourd et impressionnant. Mes doigts effleurent sa poignée de gaz et son échappement lance un BRÂÂP empli de promesses. Il faut croire que la Dame a bien planifié notre rendez-vous. Des guides apparaissent et proposent que nous montions en selle pour une balade en ville.  Facile à enfourcher, la Monster offre une position ramassée sur l’avant mais vivable. Je noue un bandana jaune autour de mon cou, clin d’œil à sa couleur et à l’époque de sa sortie. Ça la fait rire.

J’empoigne son large guidon, tique encore sur ce commodo gauche mais m’en sers toutefois pour proposer à la Monster de commencer par un de ses trois modes de conduite : Urban. La réponse moindre des gaz est un peu déroutante et la puissance se limite à 75 chevaux.  Mais on évolue sereinement dans les rues glissantes de Rimini. Cette facette de son caractère brillera lors de rendez-vous qui tournent au vinaigre. Reste que la Monster en devient presque timide et me pousse vite à passer en Touring. Les 109 chevaux du twin sont tous présents et la réponse des gaz est plus douce, mais le ressenti bien meilleur. Les 86 Nm à 7'750 poussent à tourner la poignée pour tirer le meilleur du cœur de la Monster. Ça tombe bien, nous arrivons sur les petites routes de la chaîne des Appenins, qui s’étend également dans la région . Il va y avoir du sport !

Pages de l'article :

Pages

AcidTracks 2019 - Organisation de sorties pistes

Suivez AcidMoto.ch !

Au final...

On a aimé :
+
la beauté éternelle de la Monster
+
le coloris jaaaauuuune!
+
le comportement sportif et joueur
On a moins aimé :
-
le commodo gauche piqué à BMW
-
l'échappement qui chauffe en ville
-
le prix élevé par rapport à la concurrence

Fiche technique

Véhicule
Marque :
Ducati
Modèle :
Monster 821
Année :
2018
Catégorie :
Roadster
Moteur
Type :
Bicylindre en L Testatretta 11°
Cylindrée :
821 cm3
Refroidissement :
Liquide
Alimentation :
Injection électronique
Performances
Puissance max. :
109 ch à 9'250 tr/min
Couple max. :
86 Nm à 7'750 tr/min
Transmission
Finale :
Par chaîne
Boîte :
6 rapports, quickshifter en option (300.-)
Embrayage :
Multirisque à bain d'huile, anti-dribble et servo-commandé
Partie cycle
Châssis :
Treillis tubulaire
Suspension AV :
Fourche inversée ø 43mm
Course AV :
130 mm
Suspension AR :
Monoamortisseur réglable en précharge et détente
Débattement AR :
140 mm
Pneu AV :
120 / 70 ZR 17
Pneu AR :
180 / 55 ZR 17
Freinage
ABS :
Oui
Freinage combiné :
Non
Frein AV :
Double disque ø 320mm avec étriers radiaux Brembo M4-32, 4 pistons
Frein AR :
Simple disque ø 245mm avec étrier à 2 pistons
Dimensions
Empattement :
1'480 mm
Hauteur de selle :
810 mm
réglable à 785mm, kit -20 et -40mm en option
Poids à sec :
180 kg
Poids total :
206 kg
Réservoir :
16,5 litres
Coloris disponibles
Coloris :
Ducati Red
 
Ducati Yellow
 
Stealth Black
Catalogue
Prix de vente :
CHF 12'490.-
12'790 pour versions jaune et noir mat
En ligne :

Plus d'articles Moto

Arc Vector - La moto électrique art déco par la société britannique Arc
Présentée au salon Eicma de Milan en 2018, la Vector, a suscité beaucoup d'intérêt, notamment car elle dispose d'un design très art déco, ce qui n'est pas pour déplaire aux sujets de sa majesté.
La nouvelle Suzuki DR 1000 prise en flagrant délit de roulage
En février dernier, nous vous annoncions le retour d'une Suzuki DR "Big", même si le terme est quelque peu galvaudé, puisque le DR était un mono à la base.
Journées Trajectoires avec la Police Vaudoise - Une remise en selle bienvenue
Depuis quelques années le corps de police du canton de Vaud organise les journées "Trajectoires". 
Essai Aprilia Tuono 1100 Factory - Une arme de guerre en vente libre
La Tuono 1100 Factory, c'est un truc de fou, une machine de guerre, un pousse-au-vice, une arme redoutable...
Paris-Dakar par les pistes au guidon d'une Honda Transalp 600
Paris-Dakar par les pistes avec une bonne vieille Honda 600 Transalp achetée 1.500 euros sur le Bon Coin. Ça te fait rêver ?

Hot news !

Reportage - Reprogrammation Woolich Racing chez GBK Motos à Gland
On branche l’ordinateur, quelques clics et hop! le moteur sort plein de chevaux en plus. Non, c’est bien plus compliqué que ça. Il a fallu une longue journée de travail pour un résultat satisfaisant. Reportage.
La Ducati V4 Penta d'Officine GP Design, une moto à CHF 114’000.-
Le 30 janvier dernier, nous étions chez Ducati Lausanne pour le lever de voile sur la déjà-célèbre Penta du fameux Officine GP Design.
Une Triumph Daytona 765 surprise lors d'un essai – The Daytona is back
Nos confrères anglais de MCN, ont débusqués une Daytona utilisant le moteur 765 qui faisait des essais routiers. Est-ce que cela annonce le retour futur d'une Supersportive en provenance d'Hinckley ? On se prend à rêver.
Le concept Aprilia RS 660 roule déjà !
Le concept Aprilia RS 660 ne restera apparemment pas longtemps au stade du concept, ce dernier ayant déjà été vu sur le circuit de Vallelunga lors d'un test privé.
Essai Benelli TRK 502 - Tribulations d'une Italienne de Chine
Mine de rien, la production chinoise de développe sur nos routes. La preuve avec Benelli, ressuscitée grâce à l'investissement asiatique, qui nous a mis dans les pattes le petit trail TRK 502. Une machine simple et robuste, pas parfaite mais plus que capable.
Yamaha R3 bLU cRU Cup / Switzerland - Découvrir la course en "all inclusive"
Amener de jeunes pilotes dans le championnat suisse, grâce à une formule "tout compris" accessible. C'est le pari du groupe Hostettler / Yamaha Suisse avec la R3 bLU cRU Cup / Switzerland. Une formule d'accès à la compétition qui donne faim!