Essai publié le 12 octobre 2017

Essai Ducati Monster 1200 S – Ma, che bella !

Texte de Gonzo / Photo(s) de Malo Liechti

Gamin, j’étais déjà hyper attiré par ces bolides à deux roues qui dépassaient allègrement le monospace de mes parents. Et déjà à cette époque (pas si lointaine hein !), la Ducati Monster me faisait rêver. Son air bodybuildé, ce son rauque et caverneux, l’embrayage à sec avec son bruit si particulier à l’arrêt en faisaient déjà une moto reconnaissable parmi toutes.

Les années ont passées et la Monster a su évoluer et rester un roadster aussi attrayant que par le passé. Au vu des années passées tout en restant au catalogue Ducati (la Monster est sortie fin 1992) il y a un fait qui est plus qu’établi : la firme de Bologne a su faire de la Monster un mythe !

Nous sommes maintenant en 2017 et notre monstre a une fois de plus évolué, s’adaptant à la demande et aux exigences actuelles.  Mais ce modèle semble n’avoir jamais aussi bien collé à ce que fut la première, qui s’appelait alors la Mostro. Preuve en est l’accroche en aluminium située en devant du réservoir, comme sur son aïeule. Ce réservoir, puisqu’on en parle s’est affiné avec les années et, de la mouture précédente à ce modèle 2017, il a perdu un litre pour passer à une contenance de 16,5 litres.

Mais la Ducati Monster 1200 S est pleine de paradoxes. Si elle tente de ressembler à ce que fut la Mostro, si elle transbahute cet héritage d’années en années, elle n’en oublie pas pour autant d’évoluer avec son temps. Une sorte de schizophrénie ô combien agréable. Le phare avant, qui garde la forme ovale du précédent modèle, est maintenant coupé par une barre de leds pour l’éclairage diurne. Des leds que l’on retrouve aussi bien dans les clignotants que dans le feu arrière, pour coller au mieux dans l’air du temps. Bref, un look sportif, mais qui sait garder sa marque de fabrique.

Le modèle 2017 du mythe de Bologne ne s’arrête pas à quelques modifications esthétiques pour la rapprocher de ce qu’elle était. Non, elle gagne aussi en sportivité, et pour arriver à ce but, bien des changements ont été effectués.

Dans un premier temps, la géométrie de la moto a été revue. Empattement réduit grâce à un nouveau bras oscillant raccourci, angle de la colonne de direction refermé, voilà de quoi faire gagner l’italienne en vivacité. C’est bon ça ! D’autant plus que le moteur n’est pas en reste. Malgré une norme Euro 4 qui n’avantage pas nos montures, la Ducati se permet de faire sortir quelques 150 purs-sangs italiens du bicylindre en L Testastretta. Belle amélioration, puisque cela représente 15 chevaux de plus que sur le précédent modèle. Le couple, en revanche n’a pas changé puisqu’il continue d’avoir une valeur maximale de 12,7mkg à 7'750 tr/min.
Et pour permettre à la belle de respirer, un nouveau « double échappement » dont les silencieux adoptent maintenant une forme carrée, comme l’étaient ceux de la Monster R 2016.

L’électronique que la Monster 1200 S embarque de série est la preuve irréfutable qu’elle est bel et bien un modèle « new génération », orienté vers un souci de performance. Un superbe écran TFT couleur permet de plonger dans un véritable ordinateur de bord permettant de paramétrer tout l’électronique. Et croyez moi, les fans des assistances vont être servis !

Pour commencer, on peut choisir le mode moteur, à savoir Sport, Urban et Rain. Mais il est également possible de se paramétrer son propre mode de conduite… ce qui peut très facilement vous faire rentrer dans un monde totalement déraisonnable ! Et croyez moi, il n’est vraiment pas difficile de devenir déraisonnable sur la Monster !

Pages de l'article :

Pages

AcidTracks 2019 - Organisation de sorties pistes

Suivez AcidMoto.ch !

Au final...

On a aimé :
+
Son aura
+
son moteur
+
sa partie cycle
On a moins aimé :
-
Son down shift
-
la chaleur dégagée par le moteur

Fiche technique

Véhicule
Marque :
Ducati
Modèle :
Monster 1200S
Année :
2017
Catégorie :
Roadster
Kit 25 kW :
Non disponible
Moteur
Type :
Bicylindre Testastretta 11° DS
Cylindrée :
1198 cm3
Refroidissement :
à eau
Alimentation :
Injection électronique
Performances
Puissance max. :
150 ch à 9'259 tr/min
Couple max. :
126,2 Nm à 7'750 tr/min
Transmission
Finale :
Par chaîne
Boîte :
6 rapports
Embrayage :
Embrayage à bain d'huile à glissement limité et mécanisme servo-
Partie cycle
Châssis :
moteur porteur, avec le châssis à treillis relié aux têtes du propulseur
Suspension AV :
Fourche inversée Ohlins 48 mm
Course AV :
130 mm
Suspension AR :
Monoamortisseur Ohlins
Débattement AR :
149 mm
Pneu AV :
120/70 ZR 17
Pneu AR :
190/55 ZR17
Freinage
ABS :
Oui
Freinage combiné :
Oui
Frein AV :
double disque semi-flottants de 330 mm, étriers Brembo monobloc M50 à fixation radiale à 4 pistons, pompe radiale avec ABS Bosch de série
Frein AR :
Disque de 245 mm, étrier flottant à 2 pistons avec ABS Bosch de série
Dimensions
Empattement :
1485 mm
Hauteur de selle :
795-820 mm
réglable en hauteur
Poids à sec :
185 kg
Poids total :
209 kg
Réservoir :
16,5 litres
Coloris disponibles
Coloris :
Rouge
 
Gris mat
Catalogue
Prix de vente :
CHF 18'390.-.-
En ligne :

Plus d'articles Moto

BMW K 1600 GS Mammoth – Le retour du mammouth
Le retour du mammouth est à l’ordre du jour, tant sur le volet du règne animal que dans notre monde du deux-roues. Celui dont on va traiter on le doit à Nico Bakker.
Essai Fantic Caballero Rally : Le retour des "gromonos" ?
Légère, maniable et accessible, la Fantic Caballero 500 dans sa déclinaison "Rally" reprend le meilleur du passé.
Comparatif des sportives de rêve à Alès - La Ninja rencontre la R1M et la M1000 RR
Pour qui veut débourser entre CHF 19'990.- et 37'900.- pour une sportive, il faut être sûr de son coup au moment de signer le bon de commande. Entre 2 japonaises et une européenne, le choix serait difficile si on avait pas la piste d'Alès à dispo pour les départager.
Schallenberg Classic 2021 - Un weekend d’immersion (partie 1/2)
J'arrive au Schallenberg Classic un vendredi en fin de journée et yes, j'ai eu le tracé pour moi tout seul !
Aprilia Tuareg 660 - Place à la vidéo
Alors qu’elle sera officiellement présentée dans quelques semaines lors du salon EICMA de Milan, l’Aprilia Tuareg 660 se dévoile chaque jour un peu plus notamment au moyen de la dernière vidéo publiée par le constructeur de Noale.
La marque genevoise Motosacoche revient sur le marché avec le Type A
Entre 1899 et 1901, Henri et Armand Dufaux inventent un moteur qui s'installe dans le cadre de n'importe quelle bicyclette. La Motosacoche est née ! Marque plus ancienne que Harley-Davidson, Indian ou Husqvarna Motorcycles (1903 selon les sources), notre côté patriote est fier de ce retour.

Hot news !

Essai de la Kawasaki ZH2 SE: 200 chevaux confortables
Une année après sa sortie, Kawasaki propose une mise à jour de son roadster compressé, la Z H2. Cette évolution "SE" gomme-t-elle les défauts relevés lors de son introduction ?
Essai Kawasaki Ninja ZX-10R 2021 - Elle gagne en Superbike, et pas pour rien !
Cette nouvelle Ninja, on l'attendait un peu. La faute à des délais de livraison allongés, ce n'est qu'en juin qu'on a pu se saisir de cette bête. Et autant dire que l'attente valait la peine !
Essai BMW M1000RR - Se prendre pour un pilote, juste une journée
A ce niveau de technique, on peut parler de moto d'homologation. L'équipe Superbike de BMW pouvait formuler tout ses souhaits d'amélioration de la S1000RR pour en faire une meilleure base à la moto de compétition. Au guidon, la différence saute aux yeux.
Essai de la Zero SR/F : Silence, ça pousse!
Essai d'une moto branchée qui risque de vous surprendre.
Aprilia RSV4 Factory 2021 - A la pointe de l'efficacité
10 jours d'essai au guidon d'une Aprilia qui ne cesse de s'améliorer avec les années.
Cette fois c'est officiel, la Yamaha YZF-R7 va faire son retour
Les documents CARB (California Air Resources Board) sont comme les enfants et les leggings : ils ne mentent pas ! Et c'est en les consultant qu'on peut voir qu'une Yamaha YZF-R7 va faire son retour en 2022.