Essai publié le 18 juillet 2017

Essai Triumph 1050 Speed Triple R – God save the Speed

Texte de Gonzo / Photo(s) de Malo Liechti - "je monte à l'envers sur la moto là"?

On connaît tous la Speed Triple, mais quand on se retrouve face à elle, il se passe un premier truc.

En 2016 la firme de Hinckley revenait dans la course aux gros roadsters avec son fer de lance. Cette version « R » de la Speed présente une partie cycle à faire pâlir bien des références. Avec ses Ohlins et ses freins Brembo, l’esprit « racing » est bien présent. Sans parler de l’esthétique qui met une claque avec ce doré qui ressort magnifiquement bien.

Et puis elle a une ligne bien à elle la Speed Triple R. Ses formes arrondies, son double optique, son cadre tubulaire apparent et ce monobras… Rhâââââââ, ce monobras surplombé par la double sortie d’échappement ! D’autant plus que pour cet essai, l’anglaise s’est habillée pour moi vu qu’elle est équipée en Arrow pour chanter de manière plus mélodieuse.

Evidemment, la fourche inversée de 43 mm NIX30 et l’amortisseur TTX36 RSU sont entièrement réglables.

Dans cette version R, les finitions de la moto sont impeccables, preuve en est les finitions carbones, ou encore les rappels « Triumph » qui sont apposés ça et là, que ce soit en toutes lettres ou de par le symbole de la marque. Le seul bémol à mon enthousiasme, ces rétroviseurs en bout de guidon. Je ne suis pas un grand fan de ce placement, mais ce n’est qu’un détail qui pourrait se régler dans le catalogue d’options. 

En selle maintenant. Confortablement installé, la selle est agréable et la position de conduite est idéale. Légèrement sur l’avant, la Speed Triple R annonce son orientation « attaque » sans pour autant être trop exclusive. Les commandes tombent sous la main, seul le bouton permettant le changement de mode se trouve un poil loin à mon goût.

La hauteur de selle est juste parfaite pour mon mètre 80. Les petites tailles ne poseront pas forcément les deux pieds à plat au sol, mais ils arriveront sans aucun souci à poser au moins un pied stable.

Avant de partir, on pianote un peu les commandes pour voir ce que nous offre ce tableau de bord très complet. Outre les informations habituelles et nécessaires, on peut définir le mode électronique sur lequel on va s’appuyer. Et la réflexion est intéressante puisque on a le choix entre 5 modes de conduite. Rain, Road, Sport, Track sont au menu et en dessert, pour les plus gourmand, il y a la possibilité d’opter pour le mode Rider, entièrement paramétrable.

Si chaque mode intervient sur la réponse à la poignée de gaz de type « ride-by-wire » et sur le contrôle de traction, il n’intervient à aucun moment sur la puissance délivrée par le trois pattes anglais. Pour bien comprendre le panel de choix possible, voici un tableau récapitulatif des réglages électroniques à disposition.

Fini la rigolade, maintenant, on veut savoir ce que ca donne en dynamique. On démarre la belle et immédiatement, on est envouté par le son atypique du trois cylindres. Lâché d’embrayage et la mécanique se met en branle en douceur.

Bien calé derrière le réservoir, tout est simple à bord de la Speed. Elle est compacte et le guidon plat facilite bien des manœuvres, malgré un réservoir qui écarte un peu les jambes. Si la maniabilité de la Triumph peut être mise à mal, notamment par un rayon de braquage restreint, ce détail se fait vite oublier dès qu’on roule à un rythme normal.

Rapidement, on regrette l’absence d’un quickshifter qui, comme bien souvent, fait partie des options. Mais sur une moto de ce calibre, on s’attend un peu à l’avoir de série. Surtout qu’il y a ce shiftlight en diodes bleues qui vous donne perpétuellement envie d’aller jouer dans les tours pour passer les vitesses pile-poil au bon moment.

Pages de l'article :

Pages

AcidTracks 2019 - Organisation de sorties pistes

Suivez AcidMoto.ch !

Au final...

On a aimé :
+
Son look
+
Sa partie cycle
+
Rhâââ ce bruit
On a moins aimé :
-
Son rayon de braquage
-
Pas de shifter

Fiche technique

Véhicule
Marque :
Triumph
Modèle :
Speed Triple R
Année :
2016
Catégorie :
Roadster
Kit 25 kW :
Non disponible
Moteur
Type :
Trois-cylindres, 4 temps, 12 valves, D.O.H.C.
Cylindrée :
1050 cm3
Refroidissement :
Liquide
Alimentation :
Injection électronique séquentielle multipoint avec injection d’air forcé
Performances
Puissance max. :
140 ch à 9'500 tr/min
Couple max. :
112 Nm à 7'850 tr/min
Transmission
Finale :
Par chaîne
Boîte :
6 rapports
Embrayage :
Multidisque à bain d'huile anti-dribble
Partie cycle
Châssis :
Double tube en aluminium
Suspension AV :
Fourche inversée de 43 mm Öhlins NIX30, réglages en compression, en détente et précharge
Course AV :
120 mm
Suspension AR :
Mono-amortisseur Öhlins TTX36 double tube, réglages en compression, en détente et précharge
Débattement AR :
130 mm
Pneu AV :
120/70 ZR 17
Pneu AR :
190/55 ZR 17
Freinage
ABS :
Oui
Freinage combiné :
Non
Frein AV :
Double disque flotant Ø 320mm et étriers Brembo monobloc 4 pistons (ABS déconnectable)
Frein AR :
Simple disque Ø 255 mm, étrier flottant Brembo à deux pistons (ABS déconnectable)
Dimensions
Longueur :
2'075 mm
Empattement :
1'435 mm
Largeur :
780 mm
Hauteur de selle :
825 mm
Selle basse en option
Poids à sec :
192 kg
Réservoir :
15.5 litres
Coloris disponibles
Coloris :
Matt Graphite
 
Crystal White
Catalogue
Prix de vente :
CHF 15'200.-
+ CHF 160.- de frais de transport
En ligne :

Plus d'articles Moto

Lorsqu'une Honda CB1000R se mue en Africa Four - Une préparation made in Switzerland
En ce lendemain de Saint-Valentin, voici la naissance de la Honda Africa Four qui est le résultat d’un accouplement entre une CB1000R, une Africa Twin et une CRF450R.
Une Petronas FP1 sera vendue aux enchères à Coventry
Le 22 février aura lieu à Coventry la vente aux enchères organisée par Silverstone Auctions lors de la Race Retro Classic, parmi les lots on retrouve une Petronas FP1 flambante neuve.
Essai Kawasaki Versys 1000 SE – La belle verte se replace dans la course
Quoi de mieux qu’une île volcanique comme terrain de jeu pour prendre pleinement la mesure de la nouvelle Kawasaki Versys 1000 SE?
Bike Xperts - La campagne de prévention du BPA qui fait mouche
Le Bureau de la prévention des accidents (BPA) lance une nouvelle campagne de prévention destinée spécifiquement aux motards.
Le préparateur Nostalgia Motorcycle présente une BMW R Nine T inspirée de la R7
La BMW R7 aura marqué les esprits lors de sa venue sur le marché en 1934. Oui, alors effectivement ça date un petit peu, mais pour l’époque la ligne était tout simplement époustouflante, du vrai Art Déco des années 30.
Salon Swiss-Moto 2019 - Une exposition en hommage à Luigi Taveri
SWISS-MOTO 2019 rend hommage au meilleur pilote suisse avec une exposition d'un genre tout particulier.

Hot news !

La Ducati V4 Penta d'Officine GP Design, une moto à CHF 114’000.-
Le 30 janvier dernier, nous étions chez Ducati Lausanne pour le lever de voile sur la déjà-célèbre Penta du fameux Officine GP Design.
Une Triumph Daytona 765 surprise lors d'un essai – The Daytona is back
Nos confrères anglais de MCN, ont débusqués une Daytona utilisant le moteur 765 qui faisait des essais routiers. Est-ce que cela annonce le retour futur d'une Supersportive en provenance d'Hinckley ? On se prend à rêver.
Le concept Aprilia RS 660 roule déjà !
Le concept Aprilia RS 660 ne restera apparemment pas longtemps au stade du concept, ce dernier ayant déjà été vu sur le circuit de Vallelunga lors d'un test privé.
Essai Benelli TRK 502 - Tribulations d'une Italienne de Chine
Mine de rien, la production chinoise de développe sur nos routes. La preuve avec Benelli, ressuscitée grâce à l'investissement asiatique, qui nous a mis dans les pattes le petit trail TRK 502. Une machine simple et robuste, pas parfaite mais plus que capable.
Yamaha R3 bLU cRU Cup / Switzerland - Découvrir la course en "all inclusive"
Amener de jeunes pilotes dans le championnat suisse, grâce à une formule "tout compris" accessible. C'est le pari du groupe Hostettler / Yamaha Suisse avec la R3 bLU cRU Cup / Switzerland. Une formule d'accès à la compétition qui donne faim!
La BMW S1000RR 2019 surprise lors d’un roulage en Espagne
On y est, la saison des photos volées est ouvertes !! Cette fois c’est la BMW S1000RR 2019 dont nous vous parlions pas plus tard qu’hier qui a été surprise lors de tests de roulage en Espagne.