Essai publié le 29 mars 2017

Essai Ducati Monster 797 – Le refroidissement à air existe encore

Texte de Patrick Schneuwly / Photo(s) de Milagro agency

Ducati est une marque à l'image très forte et qui fait rêver même des débutants. Seulement, leur cheval de bataille, ce sont des machines telles que Panigale et Multistrada, pas franchement ce qu'on conseillerait à un nouveau venu! Pour toucher leur part de marché sans jouer la carte néo-rétro, la marque compte sur sa Monster 797. Inspirée de la 696, motorisée comme la 796, sans faire doublon avec la 821 (vous suivez toujours ?). Ducati relève le défi et nous sert un petit roadster attachant qui a bon caractère.

Aucun doute possible en la croisant, vous avez bien à faire à une Monster. Le modèle a subi un restylage en profondeur en fin d'année dernière mais c'est le jeu des 7 erreurs pour se rendre compte des changements visuels. Les traits forts de ce qui a fait la renommée du roadster emblématique depuis 1992 sont archi présents.

Tout d'abord, le châssis treillis en acier, bien en vue et laissant largement admirer le moteur qui y est suspendu. Si vous la choisissez blanche, le cadre rouge tranche radicalement avec le réservoir à la forme typique de la Monster. Vers le contacteur de clé, ce dernier reprend même l'attache rapide en aluminium de son aînée première du nom. Les jantes assorties au châssis de la blanche ajoute encore un côté qualitatif à cette moto d'entrée de gamme.

Déjà vu sur la génération précédente, le bras oscillant en triangle et son amortisseur Sachs monté latéralement se retrouvent sur la 797. L'autre signature incontournable sur ce modèle, c'est l'unique phare rond. Il a su évoluer en se parant d'une ligne de LED pour les feux de jour par exemple. Le phare arrière utilise naturellement la même technologie, plus vu d'ampoule à cette place depuis longtemps. Seul le capot de selle arrière manque pour rendre la petite Monster plus authentique. Il est livré avec un saut de vent sur la Monster 797+.

Le tableau de bord en couleurs reste l'apanage du tout haut de gamme Ducati. Comme sur la Multistrada 950, c'est un grand panneau LCD monochrome qui affiche l'essentiel des informations nécessaires. Il est prêt à afficher les informations du Ducati Multimedia System le cas échéant, mais n'a pas d'indicateur de rapport engagé ni de jauge à essence. En parlant de multimédia, la marque de Bologne a pris l'habitude de mettre une prise USB sous la selle. Monster 797 n'y déroge pas et c'est ma foi bien pratique pour une petite recharge de smartphone sur le chemin.

L'air refroidit aussi en Euro4

Quasi en voie de disparition, le refroidissement à air fonctionne pourtant toujours. Le moteur de la Monster 797 m'est familier, c'est tout simplement celui de mon ancienne Hypermotard 796, remis au goût du jour. Quelque peu étouffé pour raisons légales, il a quand même 75 chevaux et 69 Nm à envoyer sur la roue arrière.

L'embrayage est à commande mécanique, dommage pour la douceur de l'hydraulique mais on nous assure que les ressors plus souple offrent un agrément comparable. Il est aussi pourvu d'une fonction anti-dribble servo-assistée. Tout combiné, l'embrayage procure un excellent feeling et facilite les arrêts et redémarrages fréquents.

En partie cycle, Ducati se permet d'équiper son modèle d'appel de composants de marque tels que la fourche Kayaba, l'amortisseur Sachs, les roues et pneus en taille semblable à une 1200 (180/55R17), ainsi que les freins Brembo M4.32 en 320mm devant. La centrale ABS est aussi sérieuse, avec la Bosch 9.1 MP. Pour tenir la comparaison sur le segment premium, Ducati fait les choses bien.

La fourche n'est pas réglable, en revanche l'amortisseur peut s'ajuster en précontrainte et en rebond. Le discret petit échappement 2 en 1 sort discrètement de sous la moto. Étudié pour réduire au minimum la chaleur de rayonnement ressentie par le conducteur et son passager, celui-ci produit un son feutré presque trop discret pour une marque transalpine.

Se faire la main

Pour moi qui ai découvert la Monster 821 il y a bientôt 3 ans, la différence de position sur la 797 m'a sauté aux yeux. La grande soeur est taillée pour une conduite plus dynamique, avec les mains plus en avant, mais surtout les pieds hauts et presque sous la selle. La nouvelle "Monsterino" se veut plus facile à prendre en main, plus reposante pour le conducteur.

En manœuvrant la moto à basse vitesse, je me rends immédiatement compte du rayon de braquage plutôt limité. Passer le permis avec demandera un peu plus de pratique. Ensuite il y a la course morte de la poignée de gaz, au premier démarrage je mesure qu’il y a un sixième de rotation de poignée qui ne sert à rien. Je conçois qu’une réponse immédiate pourrait paraître brutale pour un débutant, mais tout de même.

Pour mettre la Monster en mouvement, les 803 cm3 sont bien suffisants. Le couple disponible au ralenti n’est pas foudroyant mais correspond à ce qu’on peut attendre d’un bicylindre destiné aux jeunes conducteurs. La 797 devient d’ailleurs vite amusante à emmener dans les virages. Une fois habitué à ne pas ramener les gaz en position zéro on peut lui imposer un rythme respectable.

Si possible, il faut garder le régime moteur entre 5000 et 6000 tr/min, en dessous il n’a pas de reprise et c’est juste au dessus qu’il s’énerve et tire un rien sur les bras. Ce qui est plaisant, c’est d’avoir un freinage correspondant aux standards d’à peu près tout gros cube. On cède vite à la tentation de freiner tard et fort, car justement... on peut. Ducati n'a volontairement pas mis des plaquettes qui vous envoient la face dans le guidon, mais les étriers M4.32 sont prêts pour en accueillir d’autres. Le frein arrière est bien plus discret, pressez fort si vous en avez besoin, ou n'y prêtez pas attention.

La suspension est réglée d’usine pour un conducteur et son passager,  mais je dois avouer que ça correspond bien à un pilote d’un peu moins de 80kg. L’avant a un peu tendance à plonger au freinage, seulement l’excellent feeling pourrait se détériorer si elle était plus rigide.

Bon compromis pour nouveau motard

La Monster 797 est volontairement une moto très simple. Le tableau de bord est un peu chiche, l’absence de jauge d’essence me fait tiquer, mais simple ne veut pas pour autant dire mal équipée. Avec deux disques de frein de 320mm on ne se fout pas de vous. Pareil pour la monte pneumatique, des Pirelli Rosso 2, en 180 à l'arrière. J’aime cette philosophie, faire une moto accessible orientée jeune permis mais qui est fondamentalement construite comme une grande.

La conduite est aussi une bonne surprise. D’abord la position est plus sage que sur les autres Monster, ensuite le comportement dynamique de la 797 procure rapidement du plaisir. Bien lancée, elle encaisse les ordres du conducteur sans broncher. Le moteur a un peu de peine dans la première moitié de compte tour, mais ce 803 cm3 n’est pas aidé par les exigences légales. Dernier point qui me laisse perplexe: l’angle de braquage maximum est très vite atteint. Rien qu’en voulant me garer je me suis dis “Quoi ? Déjà ?”.

Celle qui aimerait être la première Ducati des jeunes motards a su se placer judicieusement sur le marché. La concurrence japonaise reste plus avantageuse, mais la prestation est un peu en retrait et Ducati régate pour un segment premium, avec les tarifs qui correspondent. Comptez CHF 9’990.- pour une Monster 797 rouge, ajoutez-y à choix 300.- pour l’avoir en noir ou blanc ainsi que 400.- pour une version 797+ (bulle saute vent et capot de selle assorti à la couleur de la moto).

Disponible dans les jours qui viennent dans les garages Ducati de Suisse, elle sera bien en vue pour la saison des journées portes-ouvertes qui commence.

Patrick

Au final...

On a aimé :
+
les même freins qu'une grosse moto
+
Position judicieusement adaptée
+
Procure vite du plaisir
On a moins aimé :
-
Son du 803 cm3 devenu quelconque
-
Manque de patate avant 5’000 tr/min
-
Tableau de bord avare en informations (pas de jauge d’essence, ni de rapport engagé)
AcidTracks 2019 - Organisation de sorties pistes

Suivez AcidMoto.ch !

Au final...

On a aimé :
+
les même freins qu'une grosse moto
+
Position judicieusement adaptée
+
Procure vite du plaisir
On a moins aimé :
-
Son du 803 cm3 devenu quelconque
-
Manque de patate avant 5’000 tr/min
-
Tableau de bord avare en informations (pas de jauge d’essence, ni de rapport engagé)

Fiche technique

Véhicule
Marque :
Ducati
Modèle :
Monster 797
Année :
2017
Catégorie :
Roadster
Kit 25 kW :
Non disponible
Moteur
Type :
Bicylindre en L Desmodue, 2 valves par cylindre, distribution desmodromique
Cylindrée :
803 cm3
Refroidissement :
à air
Alimentation :
Injection électronique, corps d'admission ø50mm
Performances
Puissance max. :
75 ch à 8'250 tr/min
Couple max. :
68.9 Nm à 5'750 tr/min
Transmission
Finale :
Par chaine
Boîte :
6 rapports
Embrayage :
Multidisque en bain d'huile, commande mécanique, antidrible
Partie cycle
Châssis :
Treillis tubulaire en acier
Suspension AV :
Fourche inversée Kayaba ø 43mm
Course AV :
130 mm
Suspension AR :
Monoamortisseur Sachs, réglable en précharge et en rebond
Débattement AR :
150 mm
Pneu AV :
120/70 ZR 17
Pneu AR :
180/55 ZR 17
Freinage
ABS :
Oui
Freinage combiné :
Non
Frein AV :
Double disque ø320mm, 2 étriers radiaux Brembo, 4 pistons
Frein AR :
Monodisque ø 245 mm, étrier 1 piston
Dimensions
Poids total :
193 kg
Réservoir :
16.5 litres
Coloris disponibles
Coloris :
Ducati Red
 
Star White Silk
 
Dark Stealth Black
Catalogue
Prix de vente :
CHF 9'990.-
+ 300.- blanc ou noir, + 400.- 797+ (saute vent et capot de selle)
En ligne :

Plus d'articles Moto

La 10ème Rétro Moto Internationale de Saint-Cergue aura lieu le samedi 15 juin 2019
Le samedi 15 juin, la commune de St-Cergue (VD) accueillera sa 10ème rétrospective moto internationale.
Ducati Streetfighter V4 – Elle roule !
Cette fois c'est bon, on l'a vue rouler ! Cette fameuse Ducati Streetfighter V4 qui fait couler tant d'encre et qui est attendue comme le roadster ultime made in Bologne.
La Baby Panigale va évoluer – Une nouvelle 959 surprise en plein roulage
Le constructeur de Bologne va faire évoluer la Panigale 959, et selon les clichés du modèle surpris en plein roulage, elle restera fidèle au V-twin.
MV Agusta F3XX – Lorsque le département course se lâche
Chez MV on aime les séries spéciales et celle-ci ne déroge pas à la règle avec cette Supersport de 800cc poussée à 160 chevaux !
Indian Bobber Appaloosa by Workhorse Speedshop – Avec du vrai Randy Mamola dessus
Les States sont le vrai pays du Custom avec un grand "C". Cette réalisation nommée Appaloosa réalisés conjointement par Indian Motorcycle et Workhorse Speedshop et pilotée par Randy Mamola en est la parfaite illustration.

Hot news !

Essai Indian FTR 1200 S - Casseuse de codes
Essayée sur les route de Californie, l'Indian FTR 1200 S s'avère une machine inédite, mêlant le meilleur de plusieurs mondes et refusant de se laisser enfermer dans une case. Accrochez-vous, ça déménage!
Reportage - Reprogrammation Woolich Racing chez GBK Motos à Gland
On branche l’ordinateur, quelques clics et hop! le moteur sort plein de chevaux en plus. Non, c’est bien plus compliqué que ça. Il a fallu une longue journée de travail pour un résultat satisfaisant. Reportage.
La Ducati V4 Penta d'Officine GP Design, une moto à CHF 114’000.-
Le 30 janvier dernier, nous étions chez Ducati Lausanne pour le lever de voile sur la déjà-célèbre Penta du fameux Officine GP Design.
Une Triumph Daytona 765 surprise lors d'un essai – The Daytona is back
Nos confrères anglais de MCN, ont débusqués une Daytona utilisant le moteur 765 qui faisait des essais routiers. Est-ce que cela annonce le retour futur d'une Supersportive en provenance d'Hinckley ? On se prend à rêver.
Le concept Aprilia RS 660 roule déjà !
Le concept Aprilia RS 660 ne restera apparemment pas longtemps au stade du concept, ce dernier ayant déjà été vu sur le circuit de Vallelunga lors d'un test privé.
Essai Benelli TRK 502 - Tribulations d'une Italienne de Chine
Mine de rien, la production chinoise de développe sur nos routes. La preuve avec Benelli, ressuscitée grâce à l'investissement asiatique, qui nous a mis dans les pattes le petit trail TRK 502. Une machine simple et robuste, pas parfaite mais plus que capable.