Essai publié le 25 mars 2017

Essai Yamaha YZF-R6 2017 - Le retour de la reine dans le bal Supersport

Texte de Yann Blondel / Photo(s) de Jesus Robredo & Sebas Romero

Ils l'attendaient ! Qui ? Les fans de 600 supersport naturellement... Car oui, les petites R6 millésime 2006, puis  2008 et 2010, auront marqué les esprits, notamment par des performances de très haut vol, grâce à un châssis et une géométrie aux petits oignons, ainsi qu'un moteur des plus explosifs.

Depuis son lancement en 1999, la R6 n'a cessé d'évoluer dans le bon sens, jusqu'au modèle 2006 qui aura réellement marqué de son empreinte le monde des petites supersports avec un rapport poids/puissance plutôt avantageux : 127cv pour 161kg (133cv avec l'admission d'air forcé), ce qui en fit immédiatement une arme redoutable.

En 2008, la R6 gagne encore deux petits chevaux (129cv), mais surtout le système YCC-I d'admission variable (Yamaha Chip-Controled Intake) qui lui permet d'obtenir un moteur mieux rempli sur toute sa plage de fonctionnement. La pesée sur la balance lui vaudra un gain de 4kg, mais après tout, ce n'est pas énorme lorsque vous savez qu'avec l'admission d'air forcée, vous aurez 135cv dans une 600.

Le dernier modèle en date, la version 2010, ne reçoit que peu de changements, si ce n'est sur le respect des normes antipollution. Cela lui fera perdre 5cv, soit 124cv au final.

Nous pouvons donc dire que cette édition 2017 était bel et bien attendue, telle la reine à son bal, et que les 160'000 exemplaires vendus jusqu'à ce jour en Europe ne l'ont pas été par hasard.

La R1 comme exemple

Sur les premières photos volées, il ressortait clairement des airs de R1 de cette petite nouvelle. Lors de sa présentation officielle, personne ne doutait plus, il s'agissait bien de l'esthétique de la R1, avec quelques petites modifications. Yamaha ne s'est pas trompé avec ce choix : ça claque !

Certains diront que la firme aux 3 diapasons aurait pu changer la donne en offrant un carénage différent à sa nouvelle Supersport... Mais pourquoi changer une recette qui gagne? Personnellement, j'adore, je ne vais donc pas me plaindre de ce choix. Une face avant avec un regard bridé et paré de LED qui viennent souligner la prise d'air ;  une selle arrière ajourée qui permettra à l'air de s'engoufrer dans un tunnel et de s'extirper à vitesse grand V. Yamaha annonce d'ailleurs un gain de 8% d'efficacité aérodynamique, mais bien évidemment, ceci n'est pas vérifiable en roulant. Je vous le dis, elle claque cette petite diablesse.

Comme d'habitude avec la marque japonaise, la finition est de haut niveau, les plastiques sont bien ajustés et la peinture des carénages devrait accepter les contraintes extérieures sans soucis. Mon seul regret vient du bloc compteur, qui n'est autre que celui de la précédente R1. Yamaha a fait le choix de piocher dans son large catalogue de pièces et de l'équiper ainsi. Dommage, d'autant que de nos jours les écrans LCD pullulent chez la plupart des constructeurs. Forcément, il fallait bien faire des économies quelque part pour pouvoir proposer une R6 à moins de 15'000 francs,  14'990.- pour être exact. 

Les plus fins limiers auront également remarqué que l'échappement reste identique au modèle précédent et pour cause : le bloc moteur est le même que la version 2010.
Là, j'en vois déjà en train de s'arracher les cheveux et brûler des pneus pour exprimer leur mécontentement, je les comprends. Mais comme je le disais plus haut, Yamaha propose une moto avec des performances de haut vol à un tarif très très bas... Et comme vous le savez ou pas, la catégorie des Supersport 600 ne se porte pas très bien, la faute à la nouvelle norme Euro4. Bien des constructeurs délaissent cette catégorie de machines, car les coûts pour satisfaire aux nouvelles normes sont simplement exhorbitants.

Mais revenons-en à notre moteur, testé et éprouvé dans bon nombre de championnats nationaux et internationaux. Il s'agit donc toujours du 599 cm3 équipé de ses soupapes et de sa ligne en titane. Malheureusement, les chiffres sur le papier risquent de décevoir les motards qui veulent avant tout en avoir beaucoup sur la carte grise. Il faudra vous contenter de 118,4cv à 14'500 tr/min, avec un couple de 61,7Nm à 10'500 tr/min. Mais comme dirait l'autre, "sans maitrise, la puissance n'est rien", nous verrons donc sur la piste si la petite s'en sort avec les honneurs, ce dont je ne doute pas au vu de son palmarès.

Pour 2017, Yamaha a décidé d'équiper sa R6 de son nouveau système de contrôle de traction (TCS) offrant six niveaux d'interventions, que vous soyez du genre frileux ou cochon sauvage. Bien évidement, le tout est paramètrable même en roulant. Elle hérite également d'un shifter (QSS) qui permet de monter les rapports à la volée et autant vous le dire avec un moteur qui monte si haut dans les tours, cela devrait être très agréable. 

Le plus gros des changements, à mon sens, se trouve du côté de la partie-cycle avec un ensemble totalement retravaillé.

Le cadre est toujours en aluminium, tout comme le bras oscillant, de ce côté, rien ne change. Vous l'aurez peut-être remarqué, la fourche Kayaba de couleur or n'est autre que celle de la R1 (43mm de diamètre contre 41mm sur l'ancienne R6). Cette dernière a été modifiée afin de convenir à la petite R6 et son poids plume. La géométrie, l'angle de chasse, l'empattement : rien ne bouge... l'axe de roue avant passe désormais à 25mm, ce qui permet de gagner de la maniabilité et de la rigidité dans le train avant. L'arrière quant à lui reçoit une nouvelle boucle arrière en magnésium, affinée de 20mm sur l'avant, et qui gagne en rigidité, ce qui devrait permettre de gagner en contrôle et en vitesse de changement de position, d'autant que la selle est moins inclinée qu'auparavant. Je vous le confirmerai plus tard.
L'amortisseur arrière est également siglé Kayaba, ce dernier est naturellement réglable en compression et détente.

Je noterai également l'arrivée d'un nouveau réservoir en aluminium de 17 litres (en acier sur les précédentes versions) plus léger de 1.2kg, mais qui est surtout redessiné au niveau des genoux, ce qui permet d'être réellement encastré dans la moto.
Bon, en même temps avec mes bras et mes jambes de gibbon, je suis encastré un peu partout.

Le freinage, pourtant déja très performant sur le millésime précédent, hérite des éléments de la R1, avec des disques de 320mm et des étriers en aluminium à 4 pistons à montage radial. Autant vous dire que les adeptes du freinage de type bûcheron devraient être comblés.

Pages de l'article :

Pages

AcidTracks 2019 - Organisation de sorties pistes

Suivez AcidMoto.ch !

Au final...

On a aimé :
+
Un véritable vélo
+
Une partie cycle au top
+
J'en veux une !
On a moins aimé :
-
La norme Euro4 qui castre trop le moteur après 14'500 tr/min

Fiche technique

Véhicule
Marque :
Yamaha
Modèle :
YZF-R6
Année :
2017
Catégorie :
Supersport
Kit 25 kW :
Non disponible
Moteur
Type :
4 cylindres en ligne, 4 temps, 16 soupapes, avec YCC-T et YCC-I
Cylindrée :
599 cm3
Refroidissement :
Liquide
Alimentation :
Injection électronique
Performances
Puissance max. :
118.4 ch à 14'500 tr/min
Couple max. :
61,7 Nm à 10'500 tr/min
Transmission
Finale :
Par chaîne à joints toriques
Boîte :
6 rapports avec Shifter
Embrayage :
Multidisques à bain d’huile
Partie cycle
Châssis :
Deltabox en aluminium
Suspension AV :
Fourche inversée Kayaba de 43mm, réglable en précharge, compression et détente
Course AV :
120 mm
Suspension AR :
Monoamortisseur Kayaba réglable en précharge, compression et détente
Débattement AR :
120 mm
Pneu AV :
120/70 ZR17 58W
Pneu AR :
180/505ZR17M/C
Freinage
ABS :
Oui
Freinage combiné :
Non
Frein AV :
Double disque de 320mm avec étriers radiaux 4 pistons
Frein AR :
Simple disque avec étrier simple piston
Dimensions
Longueur :
2'040 mm
Empattement :
1'375 mm
Largeur :
695 mm
Hauteur de selle :
850 mm
Poids total :
190 kg
Réservoir :
17 litres
Coloris disponibles
Coloris :
Race Blu
 
Tech Black
Catalogue
Prix de vente :
CHF 14'990.-
En ligne :

Plus d'articles Moto

Arc Vector - La moto électrique art déco par la société britannique Arc
Présentée au salon Eicma de Milan en 2018, la Vector, a suscité beaucoup d'intérêt, notamment car elle dispose d'un design très art déco, ce qui n'est pas pour déplaire aux sujets de sa majesté.
La nouvelle Suzuki DR 1000 prise en flagrant délit de roulage
En février dernier, nous vous annoncions le retour d'une Suzuki DR "Big", même si le terme est quelque peu galvaudé, puisque le DR était un mono à la base.
Journées Trajectoires avec la Police Vaudoise - Une remise en selle bienvenue
Depuis quelques années le corps de police du canton de Vaud organise les journées "Trajectoires". 
Essai Aprilia Tuono 1100 Factory - Une arme de guerre en vente libre
La Tuono 1100 Factory, c'est un truc de fou, une machine de guerre, un pousse-au-vice, une arme redoutable...
Paris-Dakar par les pistes au guidon d'une Honda Transalp 600
Paris-Dakar par les pistes avec une bonne vieille Honda 600 Transalp achetée 1.500 euros sur le Bon Coin. Ça te fait rêver ?

Hot news !

Reportage - Reprogrammation Woolich Racing chez GBK Motos à Gland
On branche l’ordinateur, quelques clics et hop! le moteur sort plein de chevaux en plus. Non, c’est bien plus compliqué que ça. Il a fallu une longue journée de travail pour un résultat satisfaisant. Reportage.
La Ducati V4 Penta d'Officine GP Design, une moto à CHF 114’000.-
Le 30 janvier dernier, nous étions chez Ducati Lausanne pour le lever de voile sur la déjà-célèbre Penta du fameux Officine GP Design.
Une Triumph Daytona 765 surprise lors d'un essai – The Daytona is back
Nos confrères anglais de MCN, ont débusqués une Daytona utilisant le moteur 765 qui faisait des essais routiers. Est-ce que cela annonce le retour futur d'une Supersportive en provenance d'Hinckley ? On se prend à rêver.
Le concept Aprilia RS 660 roule déjà !
Le concept Aprilia RS 660 ne restera apparemment pas longtemps au stade du concept, ce dernier ayant déjà été vu sur le circuit de Vallelunga lors d'un test privé.
Essai Benelli TRK 502 - Tribulations d'une Italienne de Chine
Mine de rien, la production chinoise de développe sur nos routes. La preuve avec Benelli, ressuscitée grâce à l'investissement asiatique, qui nous a mis dans les pattes le petit trail TRK 502. Une machine simple et robuste, pas parfaite mais plus que capable.
Yamaha R3 bLU cRU Cup / Switzerland - Découvrir la course en "all inclusive"
Amener de jeunes pilotes dans le championnat suisse, grâce à une formule "tout compris" accessible. C'est le pari du groupe Hostettler / Yamaha Suisse avec la R3 bLU cRU Cup / Switzerland. Une formule d'accès à la compétition qui donne faim!