Essai publié le 20 juin 2016

Essai KTM 690 Duke R 2016 – Gniahahaha!

Texte de Jimmy Gurtner / Photo(s) de Patrick Schneuwly

Cher lecteur, d’avance nous te demandons pardon. Cet essai de la KTM 690 Duke R contient moult onomatopées, métaphores étranges et points d’exclamation. Il n’est également pas un modèle d’objectivité. Mais cette bécane est un tel concentré de fun qu’elle retourne le cerveau du premier motard venu. Un conseil : n’essaie pas une Duke 690 R, parce que tu vas finir pareil !

Il y a quand même de quoi perdre son sérieux avec KTM. La marque autrichienne a une histoire longue de plus de 70 ans, mais est surtout connue aujourd’hui pour produire des machines de tout-terrain oranges, qui vont très vite et montent très haut. En 1994, ils ont appliqué le même principe sur un nouveau modèle routier : la Duke. C’est sans doute là que les choses ont commencé à déraper…

Nous voilà 22 ans plus tard, devant la dernière mouture de la Duke, la 690 R. Hybride entre supermotard et roadster pendant une longue partie de sa carrière, la petite balle est aujourd’hui une pure naked, dont le monocylindre développe la bagatelle de 75 chevaux. Bim ! Si le chiffre parle de lui-même, KTM a surtout retravaillé son LC4 pour une courbe d’accélération plus lisse, plus étendue et plus maîtrisable. 

Pour être sûre de convaincre les plus timides, la Duke se dote aussi de trois cartographies d’injection, d’un ABS et d’un traction-control paramétrables. L’échappement Akrapovic de cette version R permet de gagner un peu de poids et de décibels, alors que de nouveaux tés de fourche et des suspensions réglables viennent apporter une orientation plus sportive au châssis. 

La moto d’Action Man

On découvre également le commodo de réglages au guidon, venu de la Superduke 1290 R, ainsi qu’un superbe écran TFT en couleurs qui vient remplacer l’ancienne planche de bord, plutôt basique. Reste que la finition donne l’impression qu’on a posé un Samsung Galaxy au-dessus du phare, et basta. Mais la qualité du layout et les infos disponibles font oublier ce petit accroc.

En continuant de s’abimer les yeux sur les touches d’orange flashy et le design radical de l’engin, on note également que la finition est en retrait par rapport aux standards du segment. Des autocollants qui se décollent, des plastiques déjà bien marqués malgré moins de 500 kilomètres au compteur et des serre-fils un peu partout. A 11'790 francs le morceau, on peut attendre un peu plus qu’une finition de gros jouet. Mais en fait, ça tombe bien, parce que la KTM 690 Duke R est faite pour jouer !

A peine le moteur démarré que l’on profite du commodo gauche pour sélectionner le mode Sport, désactiver le traction-control et régler l’ABS sur le mode Supermoto, qui laisse le système agir sur le seul frein avant. Pourquoi ? Parce qu’en jouant avec mes Playmobil ou mon Action Man, étant enfant, les motos restaient rarement sur leurs deux roues. Et la Duke R, c’est pareil !

Une fois les bien nommés garde-fous électroniques débranchés, on profite de la moindre occasion pour faire le pitre. La séance photo de l’essai, réalisée en même temps que celle de la Honda MSX essayée par Yann, s’est vite transformée en aberrante séance de pitreries, sous les yeux médusés de certains promeneurs qui profitaient de cette belle journée ensoleillée. 

Bon, on a quand même essayé sérieusement cette moto, rassurez-vous. La réponse des gaz est parfaite, même si l’on peine à certifier que la courbe de puissance est plus lisse, tant le mono déborde de caractère. Sous 3'000 tours/minute, il cogne et rechigne à la tâche, alors qu’entre 4'000 et 8'000, on en prend pour son grade. Dans des BRÂÂÂÂÂÂÂP jouissifs, le compteur fait ce qu’il peut pour suivre et le jouet autrichien est catapulté vers un avenir rempli de bêtises sur une roue et d’éclats de rire. Argh ! Gniahahaha ! Et ainsi de suite…

Intenable

Passer son temps sur la roue arrière est amusant, mais il faut aussi tourner. Rappelez-vous que KTM est connu pour produire des machines d’enduro et de motocross, conçues pour tourner couchées par terre dans des ornières et s’envoler sur les bosses. Vous ne serez donc pas surpris en lisant que tourner sur le bitume, la Duke R le fait sans aucun problème. Le poids de 149 kilos à sec, le grand guidon et les suspensions à grand débattement permettent de placer la machine sur l’angle plus vite qu’une moto Playmobil, le bruit en plus.

Virages serrés, grandes courbes rapides, enfilades bien revêtues ou parcours bosselé : rien n’arrête le roadster autrichien. On se jette dans les lacets comme un marin en permission dans un bordel, en ressortant évidemment sur le moins de roues possible, la banane sous le casque. Si elle remue un peu sous la charge, la KTM reste très stable et met en confiance malgré un comportement très vif.

C’est également en prenant les freins qu’on est époustouflé par son potentiel. D’une part, la force de l’étrier avant Brembo M50 est colossale, mais l’ABS Bosch 9M+ permet de tirer le frein sans craindre de grosse dérobade : le système gère la force du freinage selon l’inclinaison de la moto. Ouaip’, on rentre en courbe sur les freins si facilement qu’on pourrait le faire une main dans le dos. On profite d’ailleurs du très bon feeling du levier et de la fourche pour s’amuser sur la roue avant. Franchement, ce serait bête d’user les deux en même temps. 

Civilisée, l'R de rien

Si les monocylindres ont toujours été admirés pour leur agilité, leur manque de puissance pouvait s’avérer un vrai frein une fois sur de plus grands axes. Les performances du bloc LC4 de la Duke balaient tous les a priori sur cette motorisation. On atteint des vitesses diaboliquement élevées et on colle au support de plaque de machines bien plus puissantes sur le papier. Avec le style, puisque la Duke R se dresse sur sa roue arrière sans peine sur les deux premiers rapports, puis aidée de l’embrayage sur les suivants. Reste que sans aucune protection au vent et avec les bras bien écartés, on revient vite à des vitesses plus raisonnables.

Lorsqu’on parvient à cesser de faire l’andouille, de pourrir tout ce qui roule et de défier les limites de la gravité (et du bon sens…), on se rend compte que la Duke est devenue une machine civilisée à bien des égards. L’arbre à cames faisant office de second arbre d’équilibrage, les vibrations sont contenues et permettent d’envisager de longs trajets. L’autonomie tournant autour des 200 kilomètres et le confort surprenant de la place arrière poussent à partager de belles balades en duo. 

L’anti-patinage, l’ABS et les différents modes d’injection permettent de faire face aux intempéries sans sourciller, la Duke R devenant sage comme une image. Reste qu’on ne résistera jamais longtemps aux démons des absurdes plaisirs motocyclistes. La Duke 690 R est une vraie KTM, qui va très vite et monte très haut, qui est faite en plastique et qui est conçue dans le seul but d’offrir un maximum de fun à son pilote. Difficile de rester objectif et simplement sérieux à son guidon...

Rhâââ... sale bête !

Au fur et à mesure de l’essai, l’ambiance enfantine et l’actualité cinématographique m’ont fait me poser la question suivante : quelle moto pour quel super-héros ? Une Triumph Street Triple R figure très bien Iron Man, alors que la surpuissante S1000RR peut être comparée à Superman. La Duke 690 R, c’est Deadpool ! Une moto si politiquement incorrecte et axée sur le seul plaisir qu’elle en est jouissive et qu’on en redemande.

Si tu n’as pas vu Deadpool ou que tu n’as pas essayé une KTM Duke 690 R, fais-le vite et tu comprendras. La Duke est une machine qui sort des carcans, qui se dédie à une philosophie de la moto tout en se montrant très vivable au quotidien. Une machine qui déridera le plus aigri des motards et qui mettra à mal l’objectivité des plus aguerris.

Moi... il m’en faut une. Gniahahahahaha !

Jimmy

Au final...

On a aimé :
+
le caractère très, trèèèèèèès fun!
+
faire des wheelings
+
faire des roues avant
+
faire le zouave
On a moins aimé :
-
la rendre après l'essai
-
ne plus faire des wheelings
-
ne pas l'acheter immédiatement après l'essai
AcidTracks 2019 - Organisation de sorties pistes

Suivez AcidMoto.ch !

Au final...

On a aimé :
+
le caractère très, trèèèèèèès fun!
+
faire des wheelings
+
faire des roues avant
+
faire le zouave
On a moins aimé :
-
la rendre après l'essai
-
ne plus faire des wheelings
-
ne pas l'acheter immédiatement après l'essai

Fiche technique

Véhicule
Marque :
KTM
Modèle :
Duke 690 R
Année :
2016
Catégorie :
Roadster
Kit 25 kW :
Non disponible
Moteur
Type :
Monocyindre LC4, 4 temps
Cylindrée :
690 cm3
Refroidissement :
Liquide
Alimentation :
Injection électronique
Performances
Puissance max. :
75 ch à 8'000 tr/min
Transmission
Finale :
Par chaîne
Boîte :
6 rapports
Embrayage :
Multirisque, anti-dribble APTC (TM), commande hydraulique
Partie cycle
Châssis :
Cadre treillis en acier au chrome-molybdène
Suspension AV :
Fourche inversée WP ø 43mm réglable en détente et compression
Course AV :
150 mm
Suspension AR :
Monoamortisseur WP avec biellette Pro-Lever, réglable en détente et compression
Débattement AR :
150 mm
Pneu AV :
120 / 70 - 17
Pneu AR :
160 / 60 - 17
Freinage
ABS :
Oui
Frein AV :
Etrier monobloc Brembo M50 à 4 pistons, disque de 320mm
Frein AR :
Simple disque flottant avec étrier simple piston
Dimensions
Empattement :
1'466 mm
Hauteur de selle :
865 mm
Poids à sec :
149 kg
Réservoir :
14 litres
Coloris disponibles
Coloris :
noir / orange
Catalogue
Prix de vente :
CHF 11'790.-
En ligne :

Plus d'articles Moto

Husqvarna EE 5 - Pour mettre les petits au cross en silence
Ta progéniture a forcément envie de se mettre à la moto, pour faire comme toi. Mais les contraintes sont nombreuses... Husqvarna Motorcycles vous apporte sa solution : sa première moto électrique.
Essai Moto Guzzi 1400 Eldorado – Retour à l’âge d’or
L’Eldorado est un rêve. Un mythe qui a donné espoir aux conquistadors espagnols durant près de 4 siècles, lesquels espéraient trouver des cités fabuleusement riches en or.
Cours TCS Route - Késako ?
Participer au cours TCS Route pour te perfectionner ? Voilà ce qu'il faut savoir.
10ème Punta Bagna - Les 28, 29 et 30 juin 2019 à Valloire (73)
Pour cette 10ème édition, la Punta Bagna s'annonce chaude comme la braise avec des concerts, des show sexy, des burns, du trial, des expostants à profusion, des concours...
KTM 790 Adventure R Rally – Pour aller encore plus loin
Si vous trouvez la KTM 790 Adventure pas assez extrême à votre goût, le constructeur autrichien va proposer une série Rally de cette dernière.
Essai Ducati Multistrada 1260 Enduro – Swiss tool made in Italy
Dans la famille Multistrada, je demande la 1260 Enduro. Prête pour affronter les pires terrains, selon Ducati, c’est la version ultime pour les baroudeurs.

Hot news !

Ducati Streetfighter V4 – Le prototype qui va affronter Pikes Peak vient d'être dévoilé
La marque de Bologne vient de dévoiler les premiers clichés de la Streetfighter V4 qui va affronter la mythique course de côte de Pikes Pike. Attention ça déménage !
La Ducati Streetfighter dévoilée le 13 juin à Pikes Peak ?
La firme de Bologne vient de se fendre d'un (court) teasing sur son Facebook dont le slogan peut largement faire penser que son futur missile sol-sol à grand guidon sera dévoilé le 13 juin lors de la course de Pikes Peak.
Aprilia RS660 – Les dessins ont été dévoilés
C'est un des concepts, sinon voire LE concept, qui avait fait le plus de bruit lors du salon EICMA 2018 tant cette nouveauté n'était pas attendue.
BMW 1800 Cruiser – Surprise en plein roulage
BMW fait feu de tout bois autour de son futur bicylindre à plat de 1800cc. Après les études de styles comme le Concept 1800 by Customs Work Zon, voici la première photo d'un Cruiser qui lui roule bel et bien.
Ducati Streetfighter V4 – Elle roule !
Cette fois c'est bon, on l'a vue rouler ! Cette fameuse Ducati Streetfighter V4 qui fait couler tant d'encre et qui est attendue comme le roadster ultime made in Bologne.
Essai Indian FTR 1200 S - Casseuse de codes
Essayée sur les route de Californie, l'Indian FTR 1200 S s'avère une machine inédite, mêlant le meilleur de plusieurs mondes et refusant de se laisser enfermer dans une case. Accrochez-vous, ça déménage!