Essai publié le 27 octobre 2011

Harley-Davidson Dyna Wide Glide: Belle et rebelle

Texte de Jimmy Gurtner / Photo(s) de Patrick Schneuwly

Les Dyna représentent le milieu de gamme Harley-Davidson. Milieu de gamme, à Milwaukee, cela signifie gros moteur, finition impecc’ et caractère bien trempé. Ajoutez-y un beau coloris enflammé, des chromes reluisants et un train avant élancé: vous obtenez la Wide Glide. Une rebelle un peu chic, qui enchante les sens.

Celle-là, elle fait son petit effet. Avec ses flammes bleues sur le réservoir, ses chromes rutilants et ses touches de noir très classes, la Wide Glide aura fait tourner beaucoup de têtes. La grande et fine roue avant lui offre juste ce qu’il faut d’originalité pour se faire remarquer. Bénéficiant déjà de l’aura Harley-Davidson, notre Wide Glide y ajoute ses petites facéties: tantôt en faisant jouer le contraste entre les chromes et le noir laqué, tantôt en laissant le soleil faire briller sa peinture pailletée.

Une très belle moto, pour sûr, mais qui impressionne, aussi. Comparé à la Wide Glide, le Sportster 1200, essayé plus tôt cette année, passerait plutôt pour une 125! Mon mètre septante-cinq passe tout juste: jambes extra-tendues sur les cale-pieds, il m’a fallu un petit temps d’adaptation pour me sentir à l’aise. S’il y en a un qui met tout de suite à l’aise, c’est le bicylindre 96 cubic inches de 1584cm3! Bien qu’un peu étouffé par l’échappement d’origine, il incite immédiatement à profiter des bas-régimes pour ressentir cet incomparable martèlement des pistons qui résonne à travers la moto et votre corps.

Une très belle moto, pour sûr, mais qui impressionne, aussi. Comparé à la Wide Glide, le Sportster 1200, essayé plus tôt cette année, passerait plutôt pour une 125! Mon mètre septante-cinq passe tout juste: jambes extra-tendues sur les cale-pieds, il m’a fallu un petit temps d’adaptation pour me sentir à l’aise. S’il y en a un qui met tout de suite à l’aise, c’est le bicylindre 96 cubic inches de 1584cm3! Bien qu’un peu étouffé par l’échappement d’origine, il incite immédiatement à profiter des bas-régimes pour ressentir cet incomparable martèlement des pistons qui résonne à travers la moto et votre corps.

Le moteur vibre, palpite et gronde à l’envi. Il flatte la rétine, enchante l’oreille et répercute ses coups de pistons jusqu’à la moelle. Sur certaines motos, on peut sentir vibrer le moteur. Sur la Wide Glide (et les Harley en général), on vibre avec lui. Après 2’000/2’300 tours/minute et jusqu’à 3’500 tours, c’est le Nirvana! Plus haut dans les tours, on apprécie la puissance du bloc, notamment pour dépasser, mais les sensations s’amoindrissent tout de même. On appréciera d’ailleurs le compte-tours disponible sur le (minuscule) écran LCD du bloc-compteur, bien utile pour apprivoiser les régimes favoris du moulin. A noter que la Wide Glide démarre sans clé: on débloque la direction à l’avant du cadre, puis on insère la clé (un peu cheap…) dans le contacteur pour le déverrouiller. Ensuite, la clé dans la poche, on n’a plus qu’à tourner le bouton et appuyer sur le démarreur.

Souveraine en ville

Dans le cadre d’une utilisation urbaine, la Wide Glide peut dérouter. Longue, un peu pataude à basses vitesses, elle n’est pas la reine du slalom. Pourtant, étant assis très bas, on la manoeuvre plutôt sereinement malgré son poids. Sa longueur ne sera vraiment une gêne qu’au moment de la parquer: l’avant dépasse alors de plusieurs centimètres sur la chaussée. Optez pour un stationnement de travers, quitte à prendre deux places moto. Dommage pour les collègues, mais un peu plus sécurisant pour le propriétaire.

Toujours dans le trafic, on bénéficie du gabarit et du style de la Wide Glide pour ne pas être trop embêté. A croire que les usagers ont peur des grosses bécanes rutilantes! Pourtant, on croise quantité de Harley-Davidson en ville! Les Sportster, avec leur gabarit mesuré et leur relative légèreté, sont légion, souvent noirs et un peu customisés. Bon, le gentil monsieur en complet trois boutons assis en selle, ça le fait moins. Pourtant, la plupart jaugent la Wide Glide du coin de l’oeil puis adressent un petit signe à son pilote. Histoire de ne pas les décevoir, on décolle au vert sur le second rapport, pour lui distiller un aperçu des good vibes du gros twin.
Une fois stationné devant votre terrasse préférée, succès garanti! On ne cataloguera pas la Wide Glide comme une simple moto de frimeur, mais quand-même… qu’est-ce qu’elle en jette!

La route autrement

Hors des villes, on continue d’apprécier le moteur 96, qui permet de cruiser sans arrière pensée aux allures légales. Le côté discret des échappements est encore à pointer du doigt: avec le bruit du vent, on entend encore moins le poum poum du twin. Le vent, d’ailleurs, devient votre compagnon de route. Bras et pieds tendus vers l’avant, on en prend plein la poire, si bien que tenir un certain rythme prend vite des airs de séance de musculation. C’est votre permis qui sera content!

Le confort de conduite est pourtant bien présent. La selle bien dessinée est suffisamment moelleuse pour ne pas vous tanner le cuir et les vibrations dans les poignées sont assez réduites pour profiter d’une belle journée de moto. Des trajets qu’il vous faudra bien étudier afin d’éviter les portions trop viroleuses. Si on emmène plutôt facilement l’engin, sa garde au sol très, très limitée dissuadera rapidement les amateurs de beaux angles. Sur le côté droit, ce sont carrément les échappements qui viennent frotter après quelques degrés d’inclinaison! Le freinage, s’il demeure correct, peine tout de même à ralentir très efficacement les 300 kilos du bestiau.

En bon cruiser, la Wide Glide préférera les routes aux longues courbes et au lignes droites fréquentes. Elle n’est pas voyageuse pour autant, sa position se montrant tout de même contraignante sur les longs parcours. Disposant d’un bel appétit lorsqu’on sollicite son côté canaille, le twin vous imposera des arrêts à la pompe assez fréquents, limitant ainsi les escapades loin de la civilisation. A noter que le commodo droit dispose d’un cruise-control manuel. Tout en stabilisant la poignée de gaz, on peut tourner une petite molette qui finit par la bloquer.


Un système compliqué à utiliser sur nos petites autoroutes trop fréquentées et sur nos routes pas assez droites. Il reste que, même si elle n’est pas une grande baroudeuse, la Wide Glide profite de son caractère très plaisant pour rallonger les sorties: on a envie de la redémarrer à peine de retour dans le garage.

Conclusion

Cliché Harley pur et dur, la Dyna Wide Glide séduit tant par son look et ses chromes ravageurs que par les sensations mécaniques qu’elle procure. On prend du plaisir à la piloter et à voir se retourner les passants. Les performances hallucinantes ou les épopées de 3’000 kilomètres, ça ne l’intéresse pas: elle est là pour plaire, pour ravir les sens de son propriétaire et le faire jalouser de ses pairs. Mission accomplie!

Jimmy

Au final...

On a aimé :
+
Le look tape-à-l’oeil et la finition
+
Les sensations moteur, uniques
+
Être un rebelle!
On a moins aimé :
-
La garde au sl très réduite
-
La longueur de l'engin, peu pratique pour se garer
-
La sonorité très bridée d'origine
AcidTracks 2019 - Organisation de sorties pistes

Suivez AcidMoto.ch !

Au final...

On a aimé :
+
Le look tape-à-l’oeil et la finition
+
Les sensations moteur, uniques
+
Être un rebelle!
On a moins aimé :
-
La garde au sl très réduite
-
La longueur de l'engin, peu pratique pour se garer
-
La sonorité très bridée d'origine

Fiche technique

Véhicule
Marque :
Harley-Davidson
Modèle :
Dyna Wide Glide
Année :
2011
Catégorie :
Cruiser
Kit 25 kW :
Non disponible
Moteur
Type :
Bicylindre Twin Cam 96
Cylindrée :
1'584 cm3
Refroidissement :
Par air
Alimentation :
Injection électronique
Performances
Puissance max. :
71 ch à 5'300 tr/min
Couple max. :
124 Nm à 3'500 tr/min
Transmission
Finale :
Par chaîne
Boîte :
6 rapports
Embrayage :
Multi-disques à bain d'huile
Partie cycle
Châssis :
Cadre berceau en acier
Suspension AV :
Fourche téléscopique Ø 49mm
Course AV :
127 mm
Suspension AR :
Double amortisseur
Débattement AR :
79 mm
Pneu AV :
80/90 - 21
Pneu AR :
180/60 - 17
Freinage
ABS :
Non
Freinage combiné :
Non
Frein AV :
Simple disque Ø 300mm, étrier 4 pistons
Frein AR :
Simple disque Ø 292mm, étrier 2 pistons
Dimensions
Longueur :
2'445 mm
Empattement :
1'715 mm
Hauteur de selle :
680 mm
Poids à sec :
295 kg
Réservoir :
17.3 litres
Coloris disponibles
Coloris :
Noir
 
Bleu (avec déco flamme)
 
Rouge (avec déco flamme)
 
Noir (avec déco flamme)
Catalogue
Prix de vente :
CHF 21'400.-
CHF 22'400.- pour un modèle avec décoration de flamme
En ligne :

Plus d'articles Moto

Matteucci Garage Star Track - Speed Triple + Star Trek + Dirt Track = “Star Track”
Prenez par exemple une Triumph Speed Triple 955i de 2000. Une vénérable dame au caractère bien trempé.
Offre d’emploi – Le groupe OFRAG recherche un(e) responsable After Sales
Le groupe OFRAG, établi à Lupfig en Argovie et importateur des marques Aprilia, Moto Guzzi, Piaggio et Vespa est à la recherche d'un(e) Responsable After Sales à 100 %.
Seat se lance sur le segment du scooter électrique
Après avoir sévi durant 66 années dans le secteur automobile, Seat se lance sur celui du scooter… électrique ! Les premiers modèles seront fabrqués à Barcelone.
Essai Yamaha Tracer 700 - Evolution remarquable
Du côté de Tenerife, sur fond de tempête de sable et d'alertes au coronavirus, Yamaha nous a mis entre les pattes l'évolution de la cadette des Tracer. Look moderne et soigné, amélioration par petites touches, pas de débauche technologique : Baby Tracer vise juste et cette évolution s'avère finalement extrêmement pertinente.
La délocalisation de la production de Triumph en Thaïlande est officielle
Un coup de tonnerre s'abat sur Hinckley. Alors que la plupart des modèles sont déjà produits en Thaïlande, voici que les chaînes de montage des Speed Triple et Tiger 1200 suivent le même chemin.
Stage AcidTracks 2020 à Vaison Piste – Il est temps de t'inscrire
Pour la troisième année consécutive, le fameux stage AcidTracks ouvrira la saison circuit et se déroulera sur le circuit de Vaison Piste, tracé idéal pour apprendre ou se perfectionner au roulage sur circuit.

Hot news !

Une Streetfighter V2 en approche chez Ducati dixit Claudio Domenicali
Le grand boss de Ducati s'est laissé aller à quelques confidences à nos collègues anglais de MCN en annonçant qu'une Streetfighter V2 pourrait très bientôt être produite.
Triumph Tiger 900 2020 – Déclinée en 5 versions !
Ce n'est pas une, ni deux mais bel et bien cinq versions de la nouvelle Triumph Tiger qui arrivent : la Tiger 900, la Tiger 900 GT, la Tiger 900 GT Pro, la Tiger 900 Rally et enfin la Tiger 900 Rally Pro ! De quoi satisfaire chacun.
Hivernage moto - Quelques conseils avant que le froid calme nos ardeurs
Remisage moto, hivernage moto, ces mots commencent à revenir à nos oreilles. Sacrilège, le froid est de retour, du coup, quelques mesures s'imposent pour passer l'hiver en toute sérénité.
Triumph Tiger 900 GT et Rally  2020 – Le deuxième teaser est publié
Le premier teaser nous avait laissé sur notre faim en ne laissant qu'entrevoir les lignes de la nouvelle Tiger 900 2020, ce second opus bien plus long en dit bien plus.
Norton Superlight SS – Light is right and… beautiful
Les Anglais de chez Norton viennent de publier le premier cliché de leur future sportive mid-size et cette dernière s'annonce des plus redoutables.
Triumph Tiger 900 – Le constructeur anglais nous réserve encore des surprises
Le constructeur anglais vient d'annoncer qu'une nouvelle Tiger 900 sera lancée le 3 décembre 2019, tout n'avait donc pas été dévoilé lors du salon EICMA de Milan.