Essai publié le 01 juillet 2011

Kawasaki Z 750 R ABS – La même, en mieux!

Texte de Jimmy Gurtner / Photo(s) de Patrick Schneuwly

Depuis 2004, la Kawasaki Z 750 est un incontournable de la catégorie des roadsters de moyenne cylindrée. Malgré ce succès, les petits hommes verts ont peaufiné leur best-seller pour lui permettre de lutter face à une concurrence très affûtée. Sans révolutionner son produit, Kawasaki le bonifie dans cette version R, qui vient épauler la Z de base dans sa conquête du marché.

Dans le domaine des engins motorisés, la lettre R a une résonance particulière. La lettre magique, apposée sur un véhicule, assure son propriétaire de posséder un engin qui sort du lot. Dans les années 90, l’automobile a connu le phénomène GTI. Aujourd’hui, la moto semble vivre un épisode semblable: les constructeurs dotent de plus en plus de leurs modèles de versions améliorées. Dernier marché touché par le phénomène: celui des roadsters mid-size, KTM Duke 690R et Triumph Street Triple R en tête. La première réaction japonaise à ce phénomène jusqu’ici européen, c’est la Kawa Z 750 R.

Une Z qui change dans le détail en se dotant d’une fourche inversée de 41mm de diamètre et d’un nouvel amortisseur, tous deux réglés pour offrir plus de sportivité. Elle s’offre également des durits aviation et des étriers radiaux à 4 pistons à l’avant, actionnés par un maître cylindre radial. On ajoutera également la présence d’un bras oscillant en aluminium et un moteur dorénavant noir à la liste des changements les plus visibles.

En approchant de la bête, on apprécie immédiatement le travail réalisé par Kawasaki. De la splendide peinture vert/noir à la tête de fourche légèrement remaniée, en passant par les repose-pieds aux couleurs du cadre et l’échappement Akrapovic, on s’en met plein la rétine! Déjà jolie à regarder dans sa version basique, la Z 750 se fait désirable. La finition est à la hauteur et finit de rassurer: on a bien affaire à une version haut de gamme. Chouette! On l’essaie?

Fier comme un paon

Contact. Le bloc compteurs, toujours placé très bas pour dégager la vue, affiche un « R » juste sous la zone rouge du compte-tours, affiché sur un fond noir. Sinon, rien ne change par rapport à la frangine et c’est tant mieux: la lisibilité est excellente et le dessin agréable.

D’une pression sur le démarreur, le quatre-cylindres s’ébroue et commence à ronronner agréablement. Si la sonorité d’origine des Kawasaki a toujours été travaillée, l’échappement Akrapovic (une option/promotion à un franc jusqu’à la fin de l’année pour l’achat d’un modèle neuf) fait merveille. Moteur coupé, la Z 750 R en jette. Une fois mise en route, c’est encore autre chose!

C’est parti: premiers tours de roue en milieu urbain. On glisse dans le trafic en profitant du moteur très doux à bas et mi-régimes, qui fait tourner quelques têtes grâce à la sonorité très présente de l’échappement. Avec son vert bien flashy, la Kawa ne passera de toute façon pas inaperçue… et vous non plus! Au delà de la frime, on aime la facilité de la Z, à basses vitesses et en manoeuvre, malgré un poids qui se ressent un peu. Facile au quotidien, la Verte ne demande qu’à bondir au moindre effleurement des gaz. L’Akra donne de la voix et le couple du moteur vous extrait facilement du trafic.

L’effet R

Parader en ville, ça va un moment… Un bon roadster, ça donne envie d’enquiller les courbes! Alors quand il y a un « R » dessus, on ne va pas se priver! Comme souvent, l’autoroute s’impose entre nos roues et les routes à virages. Avec une position bien droite et aucune protection, les longs rubans bétonnés ne sont pas le terrain favori de la Z. Tant mieux pour le permis: on conserve une allure légale en attendant que cela passe, sans trop s’user les cervicales. Les bonnes relances du moteur permettent toutefois de tromper l’ennui le temps d’un dépassement.

Une fois lancée dans les courbes, la Z R (pardonnez la formulation, ndr) ne boude pas son plaisir, et son pilote non plus! Si elle ne s’est pas transformée en vrai roadster sportif, la R affiche une rigueur bienvenue lorsqu’on hausse le rythme. Plus alerte que sa jumelle, elle enfile les virages en toute quiétude, le tout dans un « ROOOOOOAAAA » d’échappement digne des plus belles cases du Joe Bar Team! Il y a de l’ambiance au guidon de la Kawa! La piloter dans le sinueux est un régal, tant que le bitume est lisse. Sur les petites bosses ou un revêtement irrégulier, les suspensions plus rigides calmeront vos ardeurs.

Petit mot sur le moteur, qui est un pur régal à rouler! Une fois passés les mi-régimes, où le couple vous propulse déjà fort, on s’allonge les bras à l’approche de la zone rouge! On a un vrai « gros » moteur entre les pattes, ça se sent! Les accélérations sont fulgurantes et la sonorité absolument divine. Au point d’emballer votre serviteur et, lui faisant oublier son voeu d’objectivité, lui faire clamer haut et fort en haut d’un col: « C’est comme ça qu’un quatre-pattes doit marcher! ». Pardonnez-lui…

Un peu de sport, toujours dans le confort

Dans ces phases de pilotage plus soutenues, on pourra compter sur un très bon freinage. L’équipement déployé à l’avant (durits avia’, étriers et maître-cylindre radiaux) est très efficace, même si un peu plus de mordant aurait été souhaité. L’ABS limitera de toute façon les réjouissances (et les traces dans le pantalon…), intervenant assez vite en cas de freinage très appuyé. A l’arrière, il s’enclenche d’ailleurs un peu trop tôt.

Si la Kawasaki se sort avec les honneurs des virages, elles vous permettra surtout d’en profiter longtemps… et à deux! Malgré une selle passager au dessin radical, le confort est bien présent et permet à votre chère (ou cher) et tendre (ou pas) de profiter de la balade. En duo, d’ailleurs, on profite encore du couple de la Z. On enroule un rapport au dessus, en léchant juste les freins avant un virage plus serré, puis en balançant facilement la moto sur l’angle. Le confort et le couple d’un gros cube, l’agilité et la dégaine d’une moyenne cylindrée: la recette magique de la Z fonctionne toujours dans cette version R. Avec son grand réservoir, la barre des 200 kilomètres d’autonomie est facilement dépassée. De quoi aller se perdre en montagne sans craindre la panne sèche.

Conclusion

Fiable, facile au quotidien, confortable, apte au duo et toujours sympa à piloter. La Z 750 R n’a rien perdu des qualités de la version standard. Avec un surcroît non négligeable d’équipements, on aurait pu s’attendre à vraiment plus de sportivité, à une machine beaucoup plus affûtée. Pour Kawasaki, « R » ne veut simplement pas dire « Radicale ». On pencherait plus pour « Raffinée »: elle reste une Z, mais se montre plus aboutie et s’offre un supplément d’âme et de charme non-négligeable. La recette gagnante?

Jimmy

Au final...

On a aimé :
+
Le moteur extra, secondé par l’échappement Akrapovic
+
Retrouver les qualités de la Z de base
+
Le design et la finition vraiment tops
On a moins aimé :
-
L’ABS se déclenchant un peu tôt à l’arrière
-
Et c’est franchement tout…
AcidTracks 2019 - Organisation de sorties pistes

Suivez AcidMoto.ch !

Au final...

On a aimé :
+
Le moteur extra, secondé par l’échappement Akrapovic
+
Retrouver les qualités de la Z de base
+
Le design et la finition vraiment tops
On a moins aimé :
-
L’ABS se déclenchant un peu tôt à l’arrière
-
Et c’est franchement tout…

Fiche technique

Véhicule
Marque :
Kawasaki
Modèle :
Z750 R
Année :
2011
Catégorie :
Roadster
Kit 25 kW :
Disponible
Moteur
Type :
4 cylindres en ligne, 4 temps, double ACT, 16 soupapes
Cylindrée :
748 cm3
Refroidissement :
Liquide
Alimentation :
Injection électronique Keihin
Performances
Puissance max. :
106 ch à 10'500 tr/min
Couple max. :
78 Nm à 8'300 tr/min
Transmission
Finale :
Par chaîne
Boîte :
6 rapports
Embrayage :
Multi-disques à bain d'huile
Partie cycle
Châssis :
Poutre tubulaire en acier, avec support moteur inférieur
Suspension AV :
Fourche inversée Ø 41mm, réglable en précharge et en détente
Course AV :
120 mm
Suspension AR :
Bras oscillant Bottom-Link Uni-Track, amortisseur réglable en précharge et en détente
Débattement AR :
134 mm
Freinage
ABS :
Oui
Frein AV :
deux disques semi-flottants en pétale Ø 300mm, étriers radiaux à 4 pistons
Frein AR :
simple disque en pétale Ø 250mm, étrier simple piston
Dimensions
Longueur :
2'085 mm
Empattement :
1'440 mm
Largeur :
795 mm
Poids total :
227 kg
Réservoir :
18.5 litres
Coloris disponibles
Coloris :
Vert/noir
 
Noir
Catalogue
Prix de vente :
CHF 13'990.-
Echappement Akrapovic proposé en option
En ligne :
Garages :
 

Plus d'articles Moto

MV Agusta Brutalle 1000 RR ML – Une série limitée à… 1 exemplaire
Chez MV Agusta on aime les séries limitées au point de les pousser à l'extrême en réalisant une Brutale 1000 RR ML qui portera la plaque 001/001.
8ème édition du Sestriere Adventourfest confirmée du 26 au 28 juin!
Après avoir dû annuler la 3ème édition du HAT Pavia-Sanremo à cause du Coronavirus, Over2000riders vient de confirmer sur sa page Facebook que la 8ème édition du Sestriere Adventourfest aura bien lieu du 26 au 28 juin 2020.
Chez Indian, une trois-roues est à venir
Chez Indian Motorcycle, on ne manque pas d'idées... et encore moins d'ambition. A venir, et pour bientôt, une moto à trois-roues sur base de Roadmaster.
Essai BMW R NineT Urban G/S - Tout l'héritage de l'histoire BMW dans une moto
Depuis 2014, BMW s'est lancé sur les traces du néo-rétro en sortant la R NineT. La réussite du premier modèle a vu plusieurs déclinaisons dont la non-connue Urban G/S évoquant la première du nom, la R80 G/S. Mais est-elle à la hauteur de son héritage ?
Crise du Covid-19 – Triumph premier constructeur à annoncer un plan de restructuration
Le constructeur anglais vient d'annoncer un plan de restructuration pour faire face aux séquelles laissées par la crise du coronavirus.
Le plan de relance pour Norton
Suite au rachat de la vénérable marque britannique par le conglomérat indien TVS pour 16 millions de pounds [NEWS AcidMoto], plusieurs questions restaient encore en suspens.

Hot news !

Essai Yamaha Tracer 700 - Evolution remarquable
Du côté de Tenerife, sur fond de tempête de sable et d'alertes au coronavirus, Yamaha nous a mis entre les pattes l'évolution de la cadette des Tracer. Look moderne et soigné, amélioration par petites touches, pas de débauche technologique : Baby Tracer vise juste et cette évolution s'avère finalement extrêmement pertinente.
Une Streetfighter V2 en approche chez Ducati dixit Claudio Domenicali
Le grand boss de Ducati s'est laissé aller à quelques confidences à nos collègues anglais de MCN en annonçant qu'une Streetfighter V2 pourrait très bientôt être produite.
Triumph Tiger 900 2020 – Déclinée en 5 versions !
Ce n'est pas une, ni deux mais bel et bien cinq versions de la nouvelle Triumph Tiger qui arrivent : la Tiger 900, la Tiger 900 GT, la Tiger 900 GT Pro, la Tiger 900 Rally et enfin la Tiger 900 Rally Pro ! De quoi satisfaire chacun.
Hivernage moto - Quelques conseils avant que le froid calme nos ardeurs
Remisage moto, hivernage moto, ces mots commencent à revenir à nos oreilles. Sacrilège, le froid est de retour, du coup, quelques mesures s'imposent pour passer l'hiver en toute sérénité.
Triumph Tiger 900 GT et Rally  2020 – Le deuxième teaser est publié
Le premier teaser nous avait laissé sur notre faim en ne laissant qu'entrevoir les lignes de la nouvelle Tiger 900 2020, ce second opus bien plus long en dit bien plus.
Norton Superlight SS – Light is right and… beautiful
Les Anglais de chez Norton viennent de publier le premier cliché de leur future sportive mid-size et cette dernière s'annonce des plus redoutables.