Essai publié le 07 février 2011

Yamaha XJR1300 – Hors du temps

Texte de Jimmy Gurtner / Photo(s) de Patrick Schneuwly

La perfection n’est pas de ce monde. Dans celui, plus petit, de la moto, on s’efforce pourtant de développer des engins toujours plus puissants, plus faciles à piloter, plus légers, plus propres… le tout en même temps, si possible! La XJR 1300, elle, la joue réplique des années 80, où l’électronique de pointe, les matériaux légers et les étriers de frein radiaux monobloc, on s’en fichait un peu. Magnéto, retour en arrière et gaz!

A l’arrêt, la XJR remonte déjà le temps. En 2007, Yamaha lui avait redonné un petit coup de jeune en redessinant l’arrière, sacrifiant une sortie d’échappement et mettant à jour ses coloris. Le résultat? Un look un rien plus sportif pour la partie arrière, ses splendides feux à LED et ses amortisseurs Öhlins bien mis en valeur. Et une face avant classique, avec un phare rond et une paire de compteurs chromés. Point d’optique acérée ni de bouts de plastique colorés, la XJR a un côté brut de fonderie plutôt plaisant. Il est temps de se mettre en selle et d’aller tailler la route sur ce (gros) morceau d’histoire!


L’épreuve urbaine

C’est à ce moment que la philosophie du roadster Yam’ apparaît le plus clairement. En s’installant sur le canapé qui fait office de selle, sans trop lever la jambe, j’apprécie sa géométrie et son confort à l’ancienne. Avec ma force de hamster enrhumé, j’apprécie un peu moins de soulever les 222 kilos (à sec!) de l’engin, très présents à l’arrêt! Mes yeux se posent sur les deux aiguilles des compteurs et le petit guidon cintré. La vue est agréable et la finition du bloc compteur appréciable. Impatient de me mettre en route, j’actionne le démarreur et m’élance dans la circulation.

La sonorité typique du moteur refroidi par air met immédiatement dans l’ambiance. Le couple est gargantuesque, omniprésent, permettant de rouler tranquillement en ville tout en laissant monter la température. Si le moteur se montre souple, la poignée de gaz et l’embrayage sont d’un tout autre acabit. Il faut de la poigne pour conduire cette moto en ville! Le poids important et le centre de gravité plutôt bas ne facilitent pas les évolutions à basse vitesse, sans parler des manoeuvres. Circuler sur la XJR demande une attention de tous les instants. Inutile de penser à rattraper la bête si elle commence à tomber…

Toujours est-il que, grâce à son gros couple, la XJR se sort relativement bien de l’exercice citadin. Ses commandes et son gabarit exigent de la poigne, mais son moteur vous extrait sans problème de la circulation et enchante l’oreille par sa sonorité old school.

Confortable et… confortable!

Pour juger du confort et des aptitudes dynamiques de la Yamaha, je décide d’emprunter la route suisse jusqu’à Lausanne, puis de rentrer en passant par les cols bien connus des motards romands. Installé dans le moelleux canapé faisant office de selle, je profite du paysage alors que le bitume défile sous les roues de la XJR, qui se promène à 80km/h sur le cinquième rapport. Les jambes presque protégées par le large moteur, il n’y a que le haut du buste et la tête qui sont gênés par le vent, et ce à des allures plus soutenues. Un saute-vent ne serait pas du luxe pour les baroudeurs, mais il cacherait les splendides compteurs chromés et gâcherait la ligne très eighties de la Yam’… Une soixantaine de kilomètres et un plat du jour plus tard, j’attaque les premiers virages qui me ramèneront au bout du lac.

Sur les routes secondaires, on enclenche la cinquième, en misant tout sur le couple. La XJR fait alors preuve d’un confort et d’un agrément de conduite exceptionnels. Ses suspensions filtrent très bien les défauts de la route et, sans même toucher aux freins, on enroule les virages en toute décontraction. On dépasse rarement les mi-régimes, tant le couple enchante dès le bas du compte-tours! Tu ouvres, ça pousse! C’est comme ça, le gros quatre-pattes! En veux-tu, en voilà.

Au fil des virages, les accélérations se font de plus en plus musclées et l’arrière pompe rapidement. En sollicitant davantage les suspensions, on touche vite aux limites du châssis. Le poids se fait sentir et la moto demande à être accompagnée franchement mais semble presque se désunir si on la brutalise. Un mode d’emploi à l’ancienne, qui déroutera les habitués des roadsters modernes, qui suivent quasiment le regard et virevoltent dans les petites courbes.


Au niveau du freinage, cependant, la Yamaha marque de gros points. Empruntés aux R1 de 2002-2003, les étriers avant à quatre pistons sont un vrai régal! La puissance d’arrêt est formidable et ralentit très efficacement la moto, malgré son poids élevé. L’étrier arrière se montre également convaincant, notamment pour freiner la moto en pleine courbe, au besoin. Pas de souci pour arrêter la bête donc! Finalement, je reviens vite à une allure plus tranquille, qui convient mieux à la Yam’ et aura pour mérite d’amoindrir la consommation, plutôt élevée en usage sportif.

Conclusion

On pourrait vraiment penser la XJR 1300 comme sortie des années 80. Construite autour d’un moteur utilisé depuis 1985 par Yamaha (sur les FJ 1100 puis 1200), lancée sur les routes depuis une quinzaine d’années, la XJR est simplement hors du temps. Sortie en 1995 dans un segment en pleine expansion, la 1300 est aujourd’hui en décalage avec une production ultra-technologique. Elle suit son chemin tout simplement, sur le couple et en remuant un peu de l’arrière…

Merci à Hostettler AG, importateur Yamaha en Suisse, pour le prêt de la XJR1300.
Jimmy

Au final...

On a aimé :
+
Le quatre-pattes coupleux et musclé
+
La finition, toujours au top chez Yamaha
+
Le confort royal, en châssis comme en moteur
+
Le look rétro, magnifique
On a moins aimé :
-
Le poids lors des manoeuvres
-
Le châssis un peu vieillot
AcidTracks 2019 - Organisation de sorties pistes

Suivez AcidMoto.ch !

Au final...

On a aimé :
+
Le quatre-pattes coupleux et musclé
+
La finition, toujours au top chez Yamaha
+
Le confort royal, en châssis comme en moteur
+
Le look rétro, magnifique
On a moins aimé :
-
Le poids lors des manoeuvres
-
Le châssis un peu vieillot

Fiche technique

Véhicule
Marque :
Yamaha
Modèle :
XJR1300
Année :
2011
Catégorie :
Roadster
Kit 25 kW :
Non disponible
Moteur
Type :
4 cylindres en ligne, 4 temps, double arbre à cames en tête
Cylindrée :
1'251 cm3
Alimentation :
Injection électronique
Performances
Puissance max. :
106 ch à 8'000 tr/min
Couple max. :
100 Nm à 6'000 tr/min
Transmission
Finale :
Par chaîne
Boîte :
5 rapports
Partie cycle
Châssis :
Double berceau en acier
Suspension AV :
Fourche téléscopique 43mm
Course AV :
130 mm
Suspension AR :
Bras oscillant, combiné d’amortisseurs Öhlins
Débattement AR :
110 mm
Pneu AV :
120/70 ZR 17
Pneu AR :
180/55 ZR 17
Freinage
Frein AV :
Double disque 298mm, étriers à quatre pistons
Frein AR :
Simple disque Ø 267mm, étrier à un piston
Dimensions
Longueur :
2'175 mm
Empattement :
1'500 mm
Hauteur de selle :
795 mm
Poids à sec :
222 kg
Catalogue
Prix de vente :
CHF 12'180.-
3 ans Swiss-Garantie inclus
En ligne :
Garage :

Plus d'articles Moto

Essai Kawasaki Z900 2020 - La fougue sous contrôle !
Nerveuse à souhait, cette Z900 2020 pleine de caractère me réconcilie avec les quatre-cylindres en ligne et me rappelle le caractère typique des Z
MV Agusta annonce une nouvelle moto de 350cc
La firme de Varèse continue son développement, notamment en passant par l’Asie et annonce dans un avenir très proche une moto de 350cc.
Jeu vidéo - Ride 4 arrivera dans les bacs en 2020
Après un lancement plutôt réussi du jeu Ride 3 en novembre 2018, Milestone donne à nouveau rendez-vous aux amoureux des deux-roues motorisés dès l'année prochaine avec un quatrième opus.
Tricana Motorcycles présente la bien nommée MV Agusta La Rouge
Le garage Tricana Motorcycles sis sur les rives du Léman à Corseaux près de Lausanne nous propose une F3 675 revisitée et dénommée maintenant "La Rouge".
Offre d'emploi - Horizon Moto à Bevaix (NE) recherche un mécanicien moto
L'agent Kawasaki du Littoral neuchâtelois recherche un mécanicien moto qualifié, de préférence avec une expérience confirmée sur les modèles Kawasaki.
La Grande Evasion by Guy Martin
Film mythique et scène mythique, tous ceux qui ont vu La Grande Evasion se souviennent du fameux saut du capitaine Hilts, incarné par Steeve McQueen au-dessus de la clôture pour fuir les nazis à sa poursuite.

Hot news !

Triumph Tiger 900 2020 – Déclinée en 5 versions !
Ce n'est pas une, ni deux mais bel et bien cinq versions de la nouvelle Triumph Tiger qui arrivent : la Tiger 900, la Tiger 900 GT, la Tiger 900 GT Pro, la Tiger 900 Rally et enfin la Tiger 900 Rally Pro ! De quoi satisfaire chacun.
Hivernage moto - Quelques conseils avant que le froid calme nos ardeurs
Remisage moto, hivernage moto, ces mots commencent à revenir à nos oreilles. Sacrilège, le froid est de retour, du coup, quelques mesures s'imposent pour passer l'hiver en toute sérénité.
Triumph Tiger 900 GT et Rally  2020 – Le deuxième teaser est publié
Le premier teaser nous avait laissé sur notre faim en ne laissant qu'entrevoir les lignes de la nouvelle Tiger 900 2020, ce second opus bien plus long en dit bien plus.
Norton Superlight SS – Light is right and… beautiful
Les Anglais de chez Norton viennent de publier le premier cliché de leur future sportive mid-size et cette dernière s'annonce des plus redoutables.
Triumph Tiger 900 – Le constructeur anglais nous réserve encore des surprises
Le constructeur anglais vient d'annoncer qu'une nouvelle Tiger 900 sera lancée le 3 décembre 2019, tout n'avait donc pas été dévoilé lors du salon EICMA de Milan.
EICMA 2019 – MV Agusta Rush 1000 – Dragster de 208cv en approche
MV Agusta vient de surprendre tout le monde en dévoilant une nouveauté inattendue, un roadster proche du dragster des rues affichant pas moins de 208cv et un look ultime à la MV.