Essai publié le 22 novembre 2010

Yamaha VXS950A Midnight Star

Texte de Patrick Schneuwly / Photo(s) de Patrick Schneuwly

En matière d’essai moto, je peux maintenant dire que j’ai touché à tout. Le roadster, la sportive, la supermotard et maintenant le cruiser y passe. Quand je l’apprends, je ne peux m’empêcher d’éclater de rire. A moi, on va me prêter un bateau de presque 2m50 de long, de pas tout à fait 1’000cm3 et en plus bridé à 25kW ? Voyons alors comment se comporte cette Etoile de minuit !

S’installer sur la grande selle conducteur est très facile ; sauf quand on a réussi à garer la XVS en centre ville, mais j’y reviendrai. Même avec de l’habitude, je trouve la position étrange. Le dos droit, les jambes très en avant et les mains alignées aux épaules. Pour aller tout droit, aucun problème ! Cinquième rapport, un filet de gaz et on ne s’arrête plus avant que le réservoir soit vide ; seulement, nous sommes en Suisse, il y a des virages sur les routes. En effet, prendre des virages en Midnight Star est plutôt folklorique, pas le temps de prendre de l’angle que le cale-pied vient épouser l’asphalte. Il y a heureusement un très gros renfort au point de contact.

Donc, nous disions, il y a comme un bruit quand on tourne. L’angle est si limité que la bande de roulement du pneu arrière n’est pas utilisée complètement. Pour monter un col, ce sera pas plus vite qu’en voiture. A basse vitesse, malgré les 278kg de la bête, elle reste maniable. La direction est tout de même lourde, mais elle n’empêche pas de bien se placer dans la circulation urbaine. Ne chercher d’ailleurs pas à remonter une file, il est assez rare de voir autant d’espace entre deux voitures. Tant pis, en Midnight Star, il faudra être prêt à prendre son temps.

Une fois arrivé à destination, penser à bien repérer les places de parking. La plupart sont entre deux scooters et vous ne pourrez pas descendre décemment de la moto. Il reste bien l’option gymnastique, mais avec des bottes, un gros blouson, le casque, c’est loin d’être évident. La XVS n’est définitivement pas pour la ville. Allons alors faire un tour sur l’autoroute, enfin un terrain de jeu qui lui conviendra. Mais ne chercher pas la pointe de vitesse, le conducteur est très exposé au vent. Plus vite que 120km/h devient vite insupportable.

Pas pour la ville, pas vraiment pour les cols, ni l’autoroute, alors à quoi sert ce Cruiser ? Et bien à s’amuser sur route principale. Pour simplement voyager en profitant du paysage, seul ou avec un passager. C’est aussi la seule chose à faire aux Etats-Unis, le marché d’appel de la Midnight Star. Les ventes de Cruiser sont là-bas d’une telle importance que Yamaha y utilise le nom Star Motorcycles et y propose pas moins de 28 modèles ! En Suisse, il n’y a que trois modèles vendus. L’appellation américaine apparaît d’ailleurs sur la courroie de transmission finale. Là-bas, la VXS950A Midnight Star s’appelle simplement V-Star 950; bien moins japonais comme nom. C’est un peu le seul moyen de concurrencer Harley Davidson.

Mécaniquement, la Midnight Star est une réussite même en version limitée. Il manquera toujours de puissance ou de couple, cependant pas besoin de plus pour cruiser tranquillement. Le V2 à 60° de 942cm3 se montre généreux et volontaire dès le ralenti. Pas besoin d’utiliser la poignée de gaz pour redémarrer dans un mouvement de circulation. Très orienté pour l’optimisation du couple, l’absence de compte tour n’est pas importante. On pousse le rapport jusqu’à ce qu’une faiblesse se fasse sentir puis on engage le rapport supérieur. Avec la boîte en prise constante et la courroie, cette moto offre un grand confort. En effet, peu de vibrations ou d’à-coups se font sentir. Encore une fois question d’habitude, l’utilisation des deux sélecteurs de vitesse est étrange. Avec la pointe du pied, on descend les rapport et avec le talon on les montes. Classique du style, une fois mémorisé, les changements se font naturellement.

Les freins ne sont, pour moi, pas au point, le frein avant manque de mordant et le frein arrière est à actionner par une grosse pédale pour laquelle il faut faire un grand mouvement du pied droit. Je note, en passant, le vase d’expansion du liquide de frein arrière placé à côté de la pédale. Il est à peine plus haut que l’étrier de frein placé alors au plus bas du disque.

Pour une moto à l’américaine, l’échappement ne s’exprime qu’au ralenti. Et encore. En route, à part un cliquetis très présent que j’attribuerais au bridage, la XVS est très silencieuse. Pour trouver un silencieux à la sonorité agréable, Internet sera votre ami ; les Américains ont sûrement ce qu’il faut ; bien que non homologué. Le long tube chromé court sur la droite de la moto en passant pas bien loin de la jambe, mais les ingénieurs Yamaha ont pensé à une protection discrète et efficace.

L’échappement participe grandement à la ligne tirée et ramassée de la Midnight Star. Sur les flancs, tout est allongé, sauf la boîte à air. Les cylindres brillants et apparents sont repris par des caches plastiques, eux aussi brillants, tout en tranchant radicalement avec la fourche en partie couverte par un cache en aluminium poli. Les jantes ont un dessin intéressant, presque trop sportif pour le style. Ces dernières sont équipées de pneu Touring qui ont probablement une durée de vie accrue au détriment du grip ; inutile d’avoir des Diablo Corsa sur la V-Star.

L’unique phare rond et les deux clignotants en forme d’obus sont, eux aussi, dans le style, tout comme l’unique compteur rond à aiguille placée au sommet du réservoir. Le contacteur à clé aurait pu être placé ailleurs que derrière le phare, ce qui n’est pas très esthétique. La serrure pour libérer la selle est, elle, très bien intégrée. Tellement cachée que sans le manuel du propriétaire je ne l’aurais pas trouvée. Sur le côté gauche, un étrange cache brillant fait penser à un casque de vélo, certainement pour allier protection et aération.

La place arrière semble généreuse ; les jambes du passagers ne dérangeront pas le conducteur. Des reposes-pieds assez massifs et bien positionnés s’offrent au passager, tout comme l’épaisse selle au-dessus de la roue arrière. Je n’ai pas eu l’occasion d’essayer, cependant j’imagine la place arrière suffisamment confortable pour rouler une bonne distance.

Conclusion :

Le style Cruiser est très loin de toutes les motos que j’avais essayées jusqu’à présent. Si vous avez grandi avec un parent qui vous en a fait profiter et que vous connaissez que ça, vous pouvez sans autre partir avec ce genre de moto à 18 ans. Peu connu, ce genre de motos est proposée bridée par de nombreuses marques et pas que japonaises. Si, par contre, vous souhaitez faire une première expérience de la moto, ce n’est pas la bonne approche. Le plaisir éprouvé aux commandes de la XVS est totalement différent de celui que l’on a sur une R6 ou une XT660X. J’ai pris du plaisir à conduire la Midnight Star, mais moins que la supermotard par exemple, c’est surtout une question de goût.

Sincères remerciements à Hostettler AG, importateur Yamaha, pour le prêt de la Midnight Star, ainsi qu’à mon collègue Jimmy qui a conduit la moto lors des photos dynamiques.
Patrick

Au final...

On a aimé :
+
Le Dark Red
+
L'agrément moteur
+
Découvrir le style cruiser
On a moins aimé :
-
L'encombrement
-
Les chromes, un enfer à garder propre
-
L'exposition au vent
-
Les freins faiblards
AcidTracks 2019 - Organisation de sorties pistes

Suivez AcidMoto.ch !

Au final...

On a aimé :
+
Le Dark Red
+
L'agrément moteur
+
Découvrir le style cruiser
On a moins aimé :
-
L'encombrement
-
Les chromes, un enfer à garder propre
-
L'exposition au vent
-
Les freins faiblards

Fiche technique

Véhicule
Marque :
Yamaha
Modèle :
VXS950A Midnight Star
Année :
2010
Catégorie :
Cruiser
Kit 25 kW :
Disponible
Moteur
Type :
Bi-cylindre en V, 4 soupapes, simple arbre à cames en tête
Cylindrée :
942 cm3
Refroidissement :
A air
Alimentation :
Injection électronique
Performances
Puissance max. :
54 ch à 6'000 tr/min
Couple max. :
76.8 Nm à 3'000 tr/min
Transmission
Finale :
Par courroie
Boîte :
5 vitesses à prises constante
Embrayage :
Multi-disques à bain d'huile
Partie cycle
Châssis :
Doubel berceau en acier
Suspension AV :
Fources télescopiques, Ø 41 mm
Course AV :
135 mm
Suspension AR :
Bras oscillant
Débattement AR :
110 mm
Pneu AV :
130/70-18M/C 63H
Pneu AR :
170/70B16/C 75H
Freinage
Frein AV :
Simple disque à commande hydraulique, Ø 320 mm
Frein AR :
Simple disque, Ø 298 mm
Dimensions
Longueur :
2'435 mm
Empattement :
1'685 mm
Hauteur de selle :
675 mm
Poids à sec :
278 kg
Réservoir :
17 litres
Coloris disponibles
Coloris :
Rouge
 
Noir
Catalogue
Prix de vente :
CHF 14'350.-
En ligne :

Plus d'articles Moto

Ducati Diavel 1260 Lamborghini - 630 pièces d'art mécanique italien
Ducati et Lamborghini, deux marques propriété de Volkswagen, ont chacune un certain prestige. Toutes deux issues de la Motor Valley, elles partagent les mêmes routes pour la mise au point de leurs machines.
JC Racing Béziers imagine une 848 SS, hommage aux Super Sport italiennes
Jérémie Duchampt, mécanicien dans le sud-ouest de la France s'était déjà penché sur une Streetfighter 1098 en début de saison. Certainement inspiré, il rend hommage cette fois-ci aux 750 SS et 900 SS sur une base de 848.
Honda CMX1100 Rebel - Le cruiser populaire poussé en taille XL
Avec sa CMX500, Honda a joué la carte du classicisme avec justesse, ce qui a placé le cruiser 500 cm3 en 3ème place du marché européen. Petit emprunt à la banque d'organes de la marque pour sortir une version XL.
Le roadster à compresseur s'offre une amélioration - Kawasaki Z H2 SE
La Kawasaki Z H2 a jeté un pavé dans la mare en adoptant le compresseur pour un roadster. Deux ans après sa sortie, le modèle d'offre une SE mieux équipée.
Kawasaki mise sur sa Ninja ZX-10RR pour continuer de régner en Superbike
L'expérience acquise en course est cruciale pour le développement d'une sportive. Pour rester dans le cadre du règlement, certaines choses doivent être distribuée à la série. C'est le cas de pièces de la nouvelle Ninja.
BMW renouvelle sa G310 R pour 2021
Pour séduire de jeune conducteur, BMW mise sur un look soigné et sportif ainsi qu'un équipement très complet. Revue de détails.

Hot news !

Une KTM 1290 Super Duke RR en approche
Nos confrères de Motociclismo.it viennent de divulguer qu'une KTM Super Duke RR devrait être dévoilée dans les prochains jours.
Honda CBR 1000 RR-R Fireblade - De la route à la piste, un essai complet
La nouvelle Honda Fireblade regroupe tous les superlatifs tout en restant homologuée. L'essai au Qatar était focalisé sur le circuit, mais une fois lâchée sur route ouverte, qu'est-ce que ça donne ?
Triumph Trident – Le constructeur anglais dévoile sa chasseuse de MT-07
Le constructeur anglais maîtrise à merveille l'art de la communication et dévoile peu à peu ce que sera sa Trident qui est annoncée comme un roadster au tarif serré et qui arrivera au printemps 2021.
L'Aprilia Tuareg 660 surprise lors de ses premiers roulages
Elle était attendue depuis sa vague annonce lors du salon EICMA de Milan l'année passée. En voici les premiers clichés (de médiocre qualité) lors d'un roulage, l'Aprilia Touareg 660 entend bien venir se mêler à la guerre des Adventures mid-size.
Une aéro active sur la future S1000RR ? C'est possible
Après avoir conquis le microcosme du MotoGP, les appuis aérodynamiques font leur place sur les modèles de série afin de pouvoir courir en World Superbike, la prochaine en date à en bénéficier sera vraisemblablement la BMW S1000RR et ils seront actifs.
Essai KTM 890 Duke R - Super Scalpel, mais pas Super Duke
2 ans déjà que la 790 Duke est sortie, premier bicylindre en ligne de la marque Autrichienne. Entre la toute première image saignante et la moto finale on avait perdu un peu d'éclat. Du proto 2016 à la 890 Duke R, on s'y retrouve beaucoup plus !