Essai publié le 13 juillet 2010

Triumph Sprint GT 1050 ABS – Filez à l’anglaise

Texte de Jimmy Gurtner / Photo(s) de Patrick Schneuwly

Pour voyager rapidement avec armes et bagages, on peut prendre le TGV, l’avion… ou la nouvelle Triumph Sprint GT. La marque anglaise souhaite offrir, avec cette nouveauté, une alternative plus orientée touring que sa soeur, la Sprint ST. Un peu moins de sport pour plus de confort? La recette typique d’une moto bien sage qui manque de piment. Pas grave, les anglais y ont mis une bonne lampée de sauce Worcestershire!

Revue de détail

En enfourchant la Sprint GT, aucun doute possible: c’est bien une routière. Enveloppé par l’accueillante bulle, le tableau de bord vous charme avec ses beaux compteurs à aiguilles. L’écran digital de droite vous propose d’abord toutes les informations classiques: deux trips partiels, une horloge, une jauge d’essence et une autre de température. En jouant avec les boutons situés sous le compteur, on accède également à une foule de paramètres « automobilesques »: consommation moyenne, consommation instantanée, kilomètres restants avant de vider le réservoir, vitesse moyenne (si, si!)… Le plus étrange reste cet étrange compteur apparemment horaire, qui sert peut-être à calculer la durée de votre trajet. Le temps de vous familiariser avec cet ordinateur de bord, vous serez arrivés à destination! Comble de la commodité, un vide-poches est découpé dans le carénage droit, en dessous du demi-guidon.

Grâce à son seul poste de commandes (n’ayons pas peur des mots), la Sprint GT affirme son identité de baroudeuse et pourra faire sourire les propriétaires de ST, bien contents de revendiquer l’aspect sportif de leur monture. Cependant, une fois le démarreur actionné, la GT abat sa carte maîtresse: son moteur.

Force trois!

La nouvelle Sprint a certes pris un peu de volume et affiche une silhouette plus sobre que sa « petite » soeur ST, mais elle garde les mêmes entrailles. A savoir le fabuleux trois cylindres de 1050cm3, qui équipe également la turbulente Speed Triple. Une fois en route, les gènes de la famille Triple se font évidemment sentir. Légèrement remanié, le bloc enchante par sa douceur à bas et mi-régimes. Au delà, il s’énerve et grogne copieusement jusqu’à plus de 9’000 tours/minute. S’ajoute à cela une sonorité digne de la dynastie des sportives anglaises (à deux ou quatre roues), qui ravira les oreilles averties. La Sprint GT a du punch et on aime ça, même si le moteur pourrait se montrer plus vigoureux sous les 3’000 tours, histoire de dépasser facilement sans avoir à tomber un rapport. Ce n’est donc pas par sa motorisation que l’anglaise pourra décevoir. Elle réussit le grand écart entre souplesse d’utilisation et caractàre, grâce à son trois cylindres magique.

GT, mais Sprint quand-même

Avec ses 268 kilos et ses deux grosses valises de série, la pauvre GT allait sans doute souffrir sur parcours sinueux. Damned! Encore raté. La Sprint porte bien son nom et enfile les courbes, même serrées, avec aisance. Les suspensions filtrent bien les défauts de la route, même à des allures plus soutenues. La faute à ce fichu moteur, qui incitera le pilote à accélérer la cadence. Le châssis encaissera volontiers vos sautes d’humeur mais vous rappellera vite que vous n’êtes pas sur une Daytona. Jusqu’à un certain rythme, tout se passe bien, mais les plus sportifs se heurteront vite à un freinage pas assez mordant, qui peine à ralentir sereinement le poids de l’engin. L’arrière criera également grâce en s’affaissant lors des sorties de virage musclées. L’effet ressenti est amusant mais forcément peu efficace. La Sprint se révèle assez joueuse mais devient vite rétive si on la cravache. C’est presque rageant, avec un moteur pareil! Alors que le trois-cylindres en veut encore, le châssis abdique et vous force à rendre la main. Rassurez-vous, il y a quand-même de quoi en remontrer à certains pseudos-pilotes.

On taille la route?

Il serait dommage de regretter le léger manque de sportivité de la GT. Elle a d’abord été conçue pour voyager. Et ça se voit. Les deux valises livrées d’origine engloutiront avec bonheur vos affaires pour un petit weekend en amoureux. Un top-case est proposé en option et permettra d’emmener encore un peu de chez vous en voyage. Il pourra également servir de dossier au passager, qui bénéficie déjà d’un confort plus que satisfaisant. Placé un peu plus haut que le pilote, il bénéficie d’une assise et d’une vision confortables. Les poignées de maintien remplissent bien leur office, même si le poids reporté sur l’arrière, ajouté à celui des valises, devient alors compliqué à gérer sans un peu d’habitude. Seule ombre au tableau pour ce qui est du confort: les remontées de chaleur du moteur. A faible allure ou à l’arrêt, le bas du cadre chauffe copieusement chevilles et mollets, même protégés par un pantalon en Gore-Tex et des bottes en cuir.

En roulant tranquillement, sans trop solliciter le moteur, on atteint facilement 300 kilomètres d’autonomie, sans souffrir sur le trajet. De quoi envisager de longues balades, seul ou à deux, sur tout type de route.

Conclusion

Après avoir goûté cette recette anglaise de la GT au long cours, il est bien difficile de ne pas en redemander. La porte du garage à peine fermée, les pieds tout juste étendus sous la table, on rêve déjà à sa prochaine virée. On rêve d’aller plus loin encore, tantôt bercé par la rondeur du trois-cylindres, tantôt remué par sa fougue digne d’un hooligan. Le tout dans un confort (presque) digne d’un taxi londonien. Enjoy!

Un grand merci à Triumph Suisse pour le prêt de cette GT!
Jimmy
AcidTracks 2019 - Organisation de sorties pistes

Suivez AcidMoto.ch !

Fiche technique

Véhicule
Marque :
Triumph
Modèle :
Sprint GT 1050
Année :
2010
Catégorie :
Routière
Kit 25 kW :
Non disponible
Moteur
Type :
3 cylindres en ligne, DOHC, 12 soupapes
Cylindrée :
1050 cm3
Refroidissement :
Liquide
Alimentation :
Injection électronique séquentielle multipoint avec SAI
Performances
Puissance max. :
130 ch à 9'200 tr/min
Couple max. :
108 Nm à 6'300 tr/min
Transmission
Finale :
Par chaîne à joints en X
Boîte :
6 rapports
Embrayage :
Multi-disques à bain d’huile
Partie cycle
Châssis :
Périmétrique en aluminium
Suspension AV :
Showa de 43 mm Précharge ajustable
Course AV :
127 mm
Suspension AR :
Showa avec précharge ajustable et amortissement des rebonds
Débattement AR :
152 mm
Pneu AV :
120/70 ZR 17
Pneu AR :
180/55 ZR 17
Freinage
ABS :
Oui
Freinage combiné :
Non
Frein AV :
Double étriers Nissin à disques flottants de 320 mm et à 4 pistons
Frein AR :
Etrier simple Nissin à disques de 255 mm et à 2 pistons
Dimensions
Longueur :
2'260 mm
Empattement :
1'537 mm
Hauteur de selle :
815 mm
Poids à sec :
268 kg
Réservoir :
20 litres
Coloris disponibles
Coloris :
Bleu
 
Gris
Catalogue
Prix de vente :
CHF 19'640.-
+ CHF 160.- frais de transport
En ligne :

Plus d'articles Moto

Ducati Diavel 1260 Lamborghini - 630 pièces d'art mécanique italien
Ducati et Lamborghini, deux marques propriété de Volkswagen, ont chacune un certain prestige. Toutes deux issues de la Motor Valley, elles partagent les mêmes routes pour la mise au point de leurs machines.
JC Racing Béziers imagine une 848 SS, hommage aux Super Sport italiennes
Jérémie Duchampt, mécanicien dans le sud-ouest de la France s'était déjà penché sur une Streetfighter 1098 en début de saison. Certainement inspiré, il rend hommage cette fois-ci aux 750 SS et 900 SS sur une base de 848.
Honda CMX1100 Rebel - Le cruiser populaire poussé en taille XL
Avec sa CMX500, Honda a joué la carte du classicisme avec justesse, ce qui a placé le cruiser 500 cm3 en 3ème place du marché européen. Petit emprunt à la banque d'organes de la marque pour sortir une version XL.
Le roadster à compresseur s'offre une amélioration - Kawasaki Z H2 SE
La Kawasaki Z H2 a jeté un pavé dans la mare en adoptant le compresseur pour un roadster. Deux ans après sa sortie, le modèle d'offre une SE mieux équipée.
Kawasaki mise sur sa Ninja ZX-10RR pour continuer de régner en Superbike
L'expérience acquise en course est cruciale pour le développement d'une sportive. Pour rester dans le cadre du règlement, certaines choses doivent être distribuée à la série. C'est le cas de pièces de la nouvelle Ninja.
BMW renouvelle sa G310 R pour 2021
Pour séduire de jeune conducteur, BMW mise sur un look soigné et sportif ainsi qu'un équipement très complet. Revue de détails.

Hot news !

Une KTM 1290 Super Duke RR en approche
Nos confrères de Motociclismo.it viennent de divulguer qu'une KTM Super Duke RR devrait être dévoilée dans les prochains jours.
Honda CBR 1000 RR-R Fireblade - De la route à la piste, un essai complet
La nouvelle Honda Fireblade regroupe tous les superlatifs tout en restant homologuée. L'essai au Qatar était focalisé sur le circuit, mais une fois lâchée sur route ouverte, qu'est-ce que ça donne ?
Triumph Trident – Le constructeur anglais dévoile sa chasseuse de MT-07
Le constructeur anglais maîtrise à merveille l'art de la communication et dévoile peu à peu ce que sera sa Trident qui est annoncée comme un roadster au tarif serré et qui arrivera au printemps 2021.
L'Aprilia Tuareg 660 surprise lors de ses premiers roulages
Elle était attendue depuis sa vague annonce lors du salon EICMA de Milan l'année passée. En voici les premiers clichés (de médiocre qualité) lors d'un roulage, l'Aprilia Touareg 660 entend bien venir se mêler à la guerre des Adventures mid-size.
Une aéro active sur la future S1000RR ? C'est possible
Après avoir conquis le microcosme du MotoGP, les appuis aérodynamiques font leur place sur les modèles de série afin de pouvoir courir en World Superbike, la prochaine en date à en bénéficier sera vraisemblablement la BMW S1000RR et ils seront actifs.
Essai KTM 890 Duke R - Super Scalpel, mais pas Super Duke
2 ans déjà que la 790 Duke est sortie, premier bicylindre en ligne de la marque Autrichienne. Entre la toute première image saignante et la moto finale on avait perdu un peu d'éclat. Du proto 2016 à la 890 Duke R, on s'y retrouve beaucoup plus !