Photos de R. Schedl et KISKA GmbH.
Publié le: 28 November 2023 par Patrick Schneuwly
KTM 1390 Super Duke R et R EVO – Bestiale, évidement.

30 ans de KTM Duke c’est une chose, je prends surtout un coup de vieux sur les 10 ans de la Super Duke R. Souvenez-vous fin 2013, puis au printemps 2014. C’était le roadster de tous les excès. Maintenant, face à des Streetfighter et M 1000 R il faut sortir le grand jeu. Que nous réserve KTM pour cette version 4 ?

NEWS

Cette nouvelle version de la Super Duke R embarque toujours un moteur LC8, ce bon vieux V2 à 90° qui accompagne la marque depuis 1997 (début du projet). Les premiers LC8 clients sont sortis de chaîne en février 2003, à bord de la LC8 Adventure. Et depuis cette époque, il en aura vu des châssis et des alésages ce moteur !

Parti de 950, il est monté à 1’050, 1’190, 1’290 et maintenant 1’350 cm3. L’alésage passe à ø110 mm de diamètre. Regardez la règle posée sur votre bureau : oui c’est plus d’un tiers de celle-ci… Les arbres à cam sont à calage variable, la démultiplication est modifiée.

1’350 cm3 donc, mais elle s’appelle bien la 1390 Super Duke R. Elle développe 190 ch mis à disposition par son moteur à 10’000 tr/min, ainsi que 145 Nm à 8’000 tr/min. Face à l’offensive des 4 cylindres, la puissance n’impressionne pas, mais face au 110 Nm d’une M 1000 R, 145… ça fait un peu plus sensations. Les deux courbes du diagramme sont plus hautes qu’auparavant, ce qui annonce la couleur. Le constructeur a aussi travaillé la manière dont le couple et la puissance sont transmis au sol. Sans traction, la puissance n’est rien (ok, cette adaptation de la citation était facile).

Tous ceux d’entre nous qui l’on vécu se rappellent de cette sortie du hangar d’aviation, avec le prototype hurlant toute sa rage, à la fin 2012. Quoi de mieux que de redonner vie à ce moment d’anthologie ?

Il y aura aussi eu des châssis autour de ce moteur : des trails, une sportive et des roadsters. Ici, c’est une amélioration de la Super Duke V3 : tubulaire, minimaliste et très rigide. Toute la coque arrière est moulée pour être plus légère, elle est même dépourvue de phare arrière qui se retrouve dans les clignotants.

Côté look, la grosse nouveauté est évidement ce phare né de l’esprit torturé d’un designer. Factuellement, il est 700 g plus léger que le précédent et est capable de diminuer l’intensité des DRL grâce au capteur de luminosité. Il peut aussi rester allumé un certain temps pour éclairer son chemin jusqu’à la porte de la maison ou le temps d’y attacher son anti-vol.

La forme globale du réservoir a été retravaillée pour contenir 1.5 litre de plus et adopte une nouvelle ergonomie. La boîte à air et son admission changent également sous cet habillage. Les carénages du réservoir sont toujours plus agressifs. Sur les côtés du radiateur ils se muent en winglet, fournissant l’appui aérodynamique sur la roue avant, laquelle faisait défaut jusqu’à présent.

Deux couleurs sont proposées, toujours avec le châssis orange que l’on voit normalement sur les modèles R. La version noire, tentant d’être discrète et la version orange, qui rappelle le look de la première Duke de 30 ans son aînée.

Super Duke R et Super Duke R Evo

Comme indiqué dans le titre, deux versions sortent en même temps. L’une avec une suspension classique, l’autre avec son équivalent électronique dotée de la toute dernière mise à jour. Comment distinguer en 1 coup d’œil si c’est une Evo ? En distinguant la bague bleue en bas du fourreau de fourche.

La suspension normale est composée d’un amortisseur WP APEX entièrement réglable, compression haute et basse vitesse, rebond et enfin précharge sans outils. La fourche est aussi une Apex à cartouche ouverte, un tube par fonction.

Son pendant semi-actif est de WP (sans blague ?!) et intègre des valves magnétiques à activation électronique pour que le Suspension Control Unit puisse opérer ses réglages en temps réel. En option, le mode Suspension Pro complètera le dispositif.

Les modes de pilotage Performance et Track restent au programme des deux modèles, ainsi qu’un contrôle de frein moteur qui lui est optionnel.

Rien de nouveau côté frein, toujours des étriers Stylema, un ABS sur l’angle et des jantes au design épuré pour être particulièrement légères. Elles chaussent des Michelin Power GP, de quoi avoir un maximum de grip tout en étant homologués.

Le prix ainsi que la disponibilité de la 1390 Super Duke R n’a pas encore été communiqué, mais elle est présente sur le site officiel tout comme la version EVO. Vous la voyez beaucoup avec cet échappement Akrapovic minimaliste, mais fort est à parier qu’il ne permet même pas de rouler en paix sur circuit. Quant aux jantes orange, elles semblent de série sur la version orange, mais des photos les montrent aussi en noir. Il faudra patienter jusqu’au configurateur.

GALERIE