Photos de Patrick Schneuwly
Publié le: 7 December 2022 par Nida-Errahmen Ajmi
Cardo Packtalk Slim, intercom fin et discret à l’essai

Essai du Cardo Packtalk Slim, l’intercom le plus fin au monde. Doté d’un son de qualité JBL, il promet une connexion universelle et permet de se connecter à plusieurs personnes par système DMC ou Bluetooth.

ESSAI

Le montage de l’intercom Cardo Packtalk Slim n’était pas très intuitif, mais après une bonne lecture du mode d’emploi et une visionnage de vidéo en ligne j’ai réussi à le monter en un peu moins qu’une demi heure. Tout dépend du casque, il faut trouver les pièces qui sont compatible avec notre modèle. Cet intercom n’est pas adapté pour les casques qui n’ont pas de possibilité de fixation à l’arrière.

Le style

Il faut savoir avant tout que c’est le modèle le plus fin au monde. Au départ, je n’étais pas très convaincue par l’idée d’avoir 2 objets à installer à la place de 1 pour “économiser de la place”. Je me disais que le “slim” dans le nom était trop ambitieux. Mais une fois le kit monté et le casque sur la tête, j’ai rapidement compris. Le bout à l’arrière est en réalité si discret qu’il semble faisant partie du casque. Il reste la partie latérale qui est en effet très fine et discrète. Je peux donc valider l’aspect « slim » au niveau de l’apparence même si à mon goût la différence n’est pas très flagrante par rapport à mon ancien modèle Freecom 4+. 

Aspect pratique et son

Cet appareil comprends 5 boutons sur la partie qui se fixe sur le côté, ainsi qu’un petit signal lumineux sur la partie qui se fixe à l’arrière du casque. Les 3 boutons sur la grande surface permettent diverses actions tel que passer un appel, lancer la radio, se connecter à autrui ou gérer la musique. Les deux boutons du bas sont uniquement pour le volume. Il y a donc tout ce qu’il faut pour manier son intercom de manière simple, mais ce modèle a été en réalité optimisé pour la commande vocale. Je l’ai fixé sur un casque Scorpion Exo Air 1400, l’isolation du bruit externe est donc relativement satisfaisante et malgré cela je n’arrivais pas à passer tous les appels désirés par commande vocale. Mes phrases sont peu comprises alors je suis toujours obligée de me rabattre à une utilisation manuelle. À basse vitesse ou à l’arrêt, la fonction vocale fonctionne beaucoup mieux et en général mes interlocuteurs au bout du fil m’entendent très bien.

Aparté sur la commande vocale

Le Packtalk Slim partage le même hardware interne que le Bold, qui lui aussi propose la commande vocale. À sa sortie c’était une première, mais il faut avouer que la technologie est perfeptible. C’est d’ailleurs ce qui a été fait sur les nouveaux Edge et Neo qui comprennent bien mieux les ordres du pilote, même en roulant.

Pour ce qui de la musique, la qualité est excellente. Ce modèle possède une qualité sonore grâce à leur partenariat avec JBL. Malheureusement sur l’autoroute j’entends très mal la musique, mais tout va bien sur les routes principales.  J’aime régler le volume du son à l’arrêt, or les boutons ne sont pas les plus simples à trouver, il m’a fallu du temps pour m’habituer aux touches et il m’arrive encore de devoir les chercher et de me tromper, je préférais la roulette pour le son. Le choix des gants devient donc important pour mieux viser les boutons. 

Pour charger la batterie de l’intercom, il faut transporter l’entièreté du casque car le détacher n’est pas une mince affaire à cause de tous les fils et parties attachées au casque. Cela ne m’a pas du tout dérangé, mais il est bon de le savoir pour ceux qui ont l’habitude d’attacher leur casque à leur moto et d’emporter leur intercom en poche pour éviter le vol.

Connectivités

Cet intercom se dit amélioré grâce à la méthode de connexion par DMC et une connectivité universelle. Je vous livre mon expérience de connexion avec 4 intercom. 

J’ai tenté tout d’abord de me connecter à l’intercom Cardo Packtalk Edge qui est lui également équipé de DMC. Je peux sans hésitation valider cette combinaison. La connexion a été très facile et fluide sans même que j’aie à utiliser l’application. Il a suffit que mon collègue le fasse et nous étions directement en communication. La qualité du son était excellente durant tous nos déplacements, j’entendais très bien même sur l’autoroute à 120 km/h. À mon grand plaisir j’ai découvert que je pouvais même écouter de la musique en pleine discussion car le son s’ajustait automatiquement lorsque moi ou mon interlocuteur parlions. J’ai essayé de m’éloigner le plus possible de mon interlocuteur et je parvenais à l’entendre même lorsque je ne le voyais plus. Évidement il ne faut pas exagérer de la distance mais même si les 2 intercoms se déconnectent, ils se reconnectent automatiquement une fois rapprochés.

J’ai par la suite connecté mon appareil à un Cardo Freecom 4+. Ce dernier n’est pas doté de la connexion par DMC mais la connexion est possible grâce au Bluetooth que j’ai activé sur mon appareil pour communiquer. Il n’est pas possible de connecter à la fois un appareil avec DMC et avec Bluetooth, il faut choisir. La communication était également très fluide et facile à établir, mais elle n’était pas aussi claire qu’avec le DMC. Je pouvais également écouter de la musique en discutant sans me soucier des niveaux de volumes qui sont automatiquement réglés. La qualité de son sur l’autoroute n’était pas aussi bonne qu’avec le Cardo Edge en DMC, il fallait parler très fort et bien se concentrer pour se comprendre. Globalement la connexion était raisonnablement bonne et facile à établir. 

Passons aux intercom qui ne sont pas de la marque Cardo. J’ai tout d’abord tenté de me connecter avec le Midland BT Rush. Malgré la mention de connexion universelle, aucun contact n’a pu être établi après au moins 30 minutes de tentatives. La seule chose qui pouvait éventuellement fonctionner était de s’appeler via téléphone. Or l’idée est d’économiser la batterie ou les données en roulant donc ce fut malheureusement un échec. Après plus d’investigation, le problème se situerait du côté de l’appareil Midland, et non sur mon Cardo.

Le second intercom fut plus encourageant, la connexion avec un Sena S50 a pu s’établir malgré un long temps d’essai. La connexion n’a pas pu se faire depuis le Packtalk Slim, l’autre intercom n’était même pas détectable sur l’application malgré plusieurs essais. Pour se connecter il a fallu que le Sena soit en mode « Universal Pairing » et qu’il se connecte au Packtalk Slim. Dès lors, les deux intercoms étaient en connexion et se reconnectaient spontanément si on s’éloignaient au point de se déconnecter. Je déplore cependant le fait qu’en connexion universelle, il n’est pas possible d’écouter de la musique en parlant et la qualité du son est moins bonne qu’avec des intercom de la marque Cardo. 

Un point important à noter, lors des connexions universelles l’application n’était pas du tout au point. Non seulement elle ne détectait pas les autres mais en plus de cela elle perdait constamment la connexion avec mon intercom. Je devais alors recommencer le pairage à plusieurs reprises, ce qui était très gênant car me faisait perdre du temps. 

Pour conclure, malgré certaines promesses ambitieuses tel que “connexion universelle” et une application qui présente des bugs, le modèle est globalement très bon et économise visuellement de l’espace sur les extrémités du casques. Les fonctions et les touches restent très simples d’utilisation et faciles à atteindre avec l’habitude. Reste l’expérience des commandes vocale qui n’est pas au niveau de la promesse.  

BILAN

ON A AIMÉ :

Discret

Esthétique

Touches avec fonctions simples

Son de qualité JBL

Connexion DMC et Bluetooth possibles

ON A MOINS AIMÉ :

Connexion universelle améliorable

Fonction vocale améliorable

L'application Cardo présente des bugs