Photo(s) de Patrick
Publié le: 26 octobre 2022 par Patrick Schneuwly
Essai Cardo Packtalk Edge – La nouvelle référence

Avec le Packtalk Edge, Cardo Systems adopte des nouveautés techniques qui justifie son statut de modèle haut-de-gamme. Qu’est-ce qui change sur le Edge pour supplanter le Bold ? Procédons à l’essai.

ESSAI

Cardo est un acteur majeur du marché des headset bluetooth et intercom moto. Avec leur technologie DMC qui permet d’avoir jusqu’à 16 utilisateurs en conférence, ils ont montré qu’ils étayent digne de régater avec les leaders du segment.

Après le Packtalk Bold qui s’est rapidement imposé comme un produit incontournable, Cardo s’est penché sur la table à dessin pour proposer un produit qui ne ressemble pas au reste de la marque. L’antenne du Bold disparait, sans compromis sur la portée et le bouton rotatif apportant un certain confort d’utilisation est reconduit.

La grosse nouveauté du Packtalk Edge, c’est sa nouvelle fixation principalement magnétique avec un verrouillage mécanique de sécurité. En effet, il suffit d’approcher l’appareil pour qu’un aimant très puissant l’attire et le fixe. Deux crans qui ne fonctionnent que dans ce sens tiennent ensuite l’appareil plaqué à son embase. Pour le libérer, il faut appuyer sur une languette puis coulisser l’unité vers l’avant. Le Edge n’a pas d’autre direction dans lequel se déplacer.

Ce nouveau headset adopte aussi la connectique USB-C au lieu du micro-USB. Ce qui signifie que la batterie se charge plus vite, on peut récupérer 2h de conversation en le branchant 20 minutes seulement.

Cette prise USB a migré sur l’arrière et non plus en bas de l’appareil, caché par une languette de caoutchouc qui participe vraisemblablement à l’étanchéité de l’appareil. Il faut juste faire attention à bien le remettre en place.

Mon premier Cardo, un Freecom 4, avait 4 boutons : volume +/-, média/intercom et téléphone. Sur le Bold était apparu le petit curseur rotatif sur l’arrière, lequel a été repris sur le Edge car il regroupe 3 boutons à lui seul : volume +/- et un multifonction. C’est donc avec 6 boutons qu’on accède aux fonctions et c’est logiquement plus facile.

En général, appuyer sur la roulette éteint la fonction que vous avez activée. Qu’on allume la musique, qu’on reçoive un appel ou qu’on soit dans un groupe de discussion : une pression sur l’arrière et tout s’arrête.

La prise en main, sans les mains en fait, se fait également par la voix ! Bold pouvait déjà être piloté par des commands vocales, Edge améliore la compréhension de celles-ci. Il y en a 25 et elles sont toutes reconnues de façon native, pas besoin d’avoir une connexion ou autre, l’appareil les reconnait en 7 langues.

« Hey Cardo, allume la musique ». « Hey Cardo, morceau suivant » et ainsi de suite. Par contre, j’ai dû m’habituer à « Hey Cardo, éteint la musique » car il ne reconnait pas « arrête la musique ».

Lorsqu’on éteint le Edge, il joue une mélodie mais Cardo a pensé ajouter une fonction plutôt maline : il annonce le niveau de batterie. Il n’annonce que « pleine », 75%, 50%, ou 25%. Ensuite il dit batterie faible même quand on s’en sert. Avec les précédents produits, il fallait se servir de l’application pour connaître le niveau de charge, ce qui est toujours possible pour un niveau plus précis.

Le bouton avant gère les médias (musique ou radio).
Le bouton haut est pour l'intercom, bas pour le téléphone.
Appuyer sur la roulette interrompt la musique ou la conversation.

Je n’ai pas encore fait la liste exhaustive des fonctions du Packtalk Edge, les voici :

  • joue la musique de votre périphérique bluetooth
  • récepteur radio entre 87 et 108 MHz avec 6 emplacement mémoire
  • permet de répondre à son téléphone en bluetooth
  • en parallèle, les instructions d’un GPS compatibles bluetooth peuvent être jouées dans le casque
  • l’appareil peut également gérer une 3e connexion avec le tableau de bord de la moto, simultanément
  • fonction intercom moto avec 2 modes à choix :
    • DMC, Dynamic Mesh Communication avec 15 autres participants au maximum
    • Bluetooth, avec 3 autres participants

Le DMC 2e génération

Ce réseau DMC fonctionne d’abord sur une portée atteignant 1.6 km en théorie et augmente d’autant lorsque des membres du groupes agissent comme relais sur plusieurs kilomètres. La création d’un groupe est très simple : 5 secondes de pression sur le bouton du haut et tous les appareils dans le même état se groupent. Si on s’éloigne de trop du groupe, on est logiquement déconnecté mais on se reconnecte immédiatement qu’on est à nouveau à portée. Mieux : si deux pilotes sont séparés des autres ils restent en contact l’un avec l’autre avant que leur petit groupe se reconnecte aux autres.

À l’intérieur d’une conversation DMC, il est possible de sélectionner un interlocuteur privé grâce à l’application Cardo. L’ouvreur et son second par exemple, ou en mixant la technologie intercom Bluetooth un passager qui n’a pas le DMC. Enfin la fonction partage, permet de faire participer un non DMC dans le groupe.

J’ai passé du temps à essayer de me connecter au plus d’appareil différent possible. De marque Cardo mais aussi d’autres marques. J’ai commencé par mon ancien Freecom 4 (qui date quand même de 2018), il ne fonctionne pas en DMC. La connexion avec le Bluetooth fonctionne et la portée doit approcher d’1 kilomètre. En revanche la qualité sonore est limitée, la faute au module bluetooth plus âgé qui a peu de débit.

J’ai ensuite croisé un ami équipé d’un Freecom 4x, un module aussi récent que le Edge mais dépourvu de DMC. Il est équipé du « live intercom » pour connecter 4 motards avec une qualité sonore stupéfiante. Nous nous sommes facilement connectés et le dernier Packtalk gère lui aussi ce protocol. La portée m’a semblé plus faible que le vieux headset, mais j’avais l’impression d’entendre mon compère comme s’il était dans mon casque.

J’ai évidemment testé le DMC, avec des Packtalk Bold et Slim. Au redémarrage, si un membre du groupe DMC est à portée, il est immédiatement reconnecté et la conversation peut continuer. Avec le Slim, la qualité était bien, mais pas autant que le 4x. La portée en revanche était à la hauteur des promesses.

Je me suis intéressé à deux concurrents : Sena et Midland. Pour les connecter, il faut passer par l’intercom Bluetooth universel. Sur l’appli, il faut faire « Pair » et sur l’appareil concurrent il est nécessaire de procéder comme en connectant un téléphone portable.

L’avantage c’est de pouvoir connecter des appareils différents ensembles, mais il y a 2 inconvénients à mon sens : cela occupe des canaux téléphone mais surtout, seul celui qui a initié la connexion a le contrôle sur la conversation. Si j’en suis à l’origine et qu’il occupe le canal 1, je presse une fois sur le bouton haut pour me connecter (2x pour le canal 2). Mon interlocuteur n’a pas le choix de démarrer l’échange. C’est le même problème si l’intercom de marque différente lance l’appairage, je n’ai aucun contrôle.

Le Packtalk Edge m’a fait une surprise lors d’un arrêt pendant que je roulais en KTM Super Adventure S. Par le passé, mon téléphone a été connecté au dashboard mais ce n’est pas le cas à ce moment précis. La moto est dans ma liste de périphérique sans y être connectée. Lorsque je me suis arrêté, j’écoutais de la musique et au moment de couper le contact de la moto le morceau s’est arrêté. Sans connexion active, la moto a très probablement envoyé le signal au téléphone de couper la musique.

Après discussion avec un expert Cardo, l’arrêt automatique de la musique n’a rien à faire avec le headset. Il est d’ailleurs opportun de parler des options de connexion, car pour profiter au maximum des fonctions et de la prise en main du Cardo Edge, celui-ci doit être au centre du maillage. Il faut connecter le smartphone, le GPS au Edge.

Par contre, si vous voulez aussi connecter votre moto, celle-ci doit être au centre. Vous contrôlerez le smartphone via les commandes au guidon et à l’exception du volume, les boutons du Edge ne servent plus tout comme la commande vocale. Avec les protocols actuels, ces informations ne passent pas au travers de la moto vers le Smartphone. Avec un language open source ceci deviendra possible.

Une qualité sonore bluffante

Grâce au Bluetooth 5.2, le débit d’envoi et de réception de données est augmenté. Ce qui fait que si la connexion au réseau mobile est suffisante, votre interlocuteur vous entendra avec une clarté déroutante. J’ai plusieurs fois dû préciser que j’étais sur la moto et on avait de la peine à me croire.

Dans le casque aussi, on profite également d’une qualité sonore de haut niveau. Le Packtalk Edge est fourni avec des haut-parleurs JBL de 40 mm de diamètre. Ce ne sont pas les plus grands haut-parleurs disponibles, qui mesurent eux 45 mm de diamètre. Si la qualité des plus grands est meilleures, la taille inférieure a l’énorme avantage d’être adaptée aux emplacements creusés dans toujours plus de modèles de casque.

Pour la musique, le headset est capable de jouer les morceaux de la bibliothèque musicale du smartphone (Apple Music sur iPhone). Sans rien faire, démarrer la musique depuis Edge lance le premier titre de la liste. Sur iOS, depuis la version 5.7 de l’application, on peut changer la source musicale par défaut. On a alors accès direct à son application de streaming favorite, comme Sportify ou Deezer.

JBL a travaillé sur plusieurs profils audio comme « Bass Boost », « Volume élevé » et « Vocal ». Ces profils rendent la musique plus intelligible, mais la changent un peu aussi. On peut le désactiver pour jouer l’audiophile, mais dans un casque de moto je pense que c’est un concept incompatible. Autant choisir le mode qui flatte les oreilles en fonction de ce qu’on écoute.

En utilisation simultanée du DMC et de la musique, on a le contrôle sur l’atténuation de la musique par rapport à la conversation (dans l’appli), auparavant c’était une atténuation arbitraire qui ne convient pas forcément à tous. L’augmentation automatique du volume lorsqu’on roule, quant à elle, est conservée car elle existait déjà sur mon Freecom 4.

Le Edge, c’est enfin un dernier atout dans ses fonctions par rapport à tous les autres intercoms. Pour mettre son logiciel interne à jour, pas besoin de le brancher à un ordinateur ! Connecté à un smartphone, on reçoit une notification si une nouvelle version de firmware est disponible. Juste le temps de télécharger le fichier puis de l’envoyer sur le Cardo et celui-ci se met à jour.

Cette facilité fait qu’on ne passe à côté d’aucune version. C’est d’ailleurs par ce biais que le prochain protocole ouvert d’interconnexion bluetooth (un genre DMC que toutes les marques pourront utiliser) fera son arrivée. Lorsque le protocol sera prêt, le Packtalk Edge sera mis à jour.

Il y a quand même un problème auquel j’ai dû faire face. Très souvent lorsque j’essayais de connecter d’autre intercom, je voulais passer par l’application qui affichait inlassablement « Appareil non connecté » alors qu’il l’était quelques secondes avant.

Le Packtalk Edge a besoin de 2 connexions bluetooth : une pour le son et la voix (celle-ci subsistes, elle est robuste) et une autre pour l’application. Pour connecter rapidement son headset, la connexion audio doit être établie dans les paramètres, mais pas la seconde. Et au démarrage, l’appli établi la seconde connexion.

Pour rapidement utiliser l’application, il faut laisser la connexion automatique faire et ne surtout pas forcer la seconde connexion dans les paramètres du mobile. C’est ainsi que l’appli se synchronise le plus vite. Parfois c’est aussi un autre périphérique bluetooth qui fait interférence, comme me l’a fait remarquer le support de Cardo Systems qui remarque immédiatement ma Apple Watch.

En essayant le Packtalk Edge, j’étais d’abord septique quant à la différence avec d’autres modèles. Mais à mesure de l’essai, je découvre que les fonctions sont toutes extrêmement travaillée. Cardy Systems connait parfaitement bien son sujet et je n’hésite pas à dire que le Edge est la nouvelle référence.

En essayant de le connecter à des produits différents, j’ai rapidement compris qu’utiliser les autres appareils est parfois plus compliqué et pas optimal. Entre utilisateurs Cardo, l’expérience est excellente. Ne reste qu’à attendre le nouveau réseau Open Bluetooth Intercom pour se connecter encore plus vite entre produit de marque différentes, et là on aura la perfection.

Le prix de vente tourne autour de CHF 315.- selon le revendeur.

VIDÉO

GALERIE

BILAN

ON A AIMÉ :

La fixation magnétique
La charge rapide en USB-C
La commande vocale en nette amélioration
La mise à jour depuis le smartphone

ON A MOINS AIMÉ :

Quelques problèmes de connexion à l'appli
L'utilisation archaïque de l'intercom hors DMC
Des boutons un peu petits
Le cache de la prise USB-C minimaliste