Texte et photo de Aleksandra "Ola" Trazaskowska, traduction de Adeline Junod
Publié le: 22 July 2022 par Adeline Junod
Un groupe de motardes dans l’Himalaya avec Motobirds

Pour atteindre le ciel, il faut d’abord y croire ! Laissez-vous emporter par une aventure uniquement pour les femmes organisée par Motobirds dans l’Himalaya.

RÉCIT DE VOYAGE

Motobirds est une société qui organise des voyages en moto et des transports de motos dans tout le monde, avec une particularité d’offrir également des voyages dédiés uniquement aux femmes.

“C’est beaucoup trop dur, Ça ne donnera rien, Tu n’arriveras pas à monter une équipe, Vous ne pouvez pas le faire…”

Telles ont été certaines des réactions à l’idée d’organiser une expédition à moto réservée aux femmes dans l’Himalaya.  Aleksandra (Ola) Trzaskowska, à l’origine du projet d’expéditions féminines à moto ne s’est pas laissé décourager.

Après avoir lancé quelques idées parmi ses amies motardes, l’intérêt fut énorme : une équipe de motardes a été rapidement constituée. Le concept s’est même avéré si populaire qu’il a fallu créer deux groupes, au lieu d’un seul comme prévu à l’origine !

Après quelques semaines, le plan de l’expédition “Only for Eagles” s’est cristallisé : Il y aurait deux équipes, suivant deux itinéraires différents.  Pendant un mois, les femmes visiteront les régions les plus intéressantes et les plus reculées de l’Himalaya indien : Spiti, Lahaul et Ladakh, entre autres. Elles devront affronter l’altitude difficile de l’Himalaya, les plus hauts cols et les conditions routières impitoyables.  Sur le parcours, il y aura même un col à plus de 5’000 mètres, mais aussi du sable, des ruisseaux et beaucoup de défis inconnus qui les attendent !

En août 2022, après deux ans d’une “pause Covid” forcée, faite de restrictions de voyage, de fermetures de frontières et d’exigences de tests requit changeant sans cesse, nous retournerons enfin sur les pistes de l’Himalaya !

Pourquoi l’Himalaya ?  Parce qu’il s’agit d’une des régions préférées d’Ola, parce que l’aventure dans ces montagnes garantit des vues époustouflantes, parce que c’est aussi un voyage spirituel de s’éloigner autant de notre vie quotidienne habituelle, parce que cela permet un retour à la nature – un monde dont nous avons partiellement perdu la trace.

femme en moto dans l'himalaya

Mais revenons à notre sujet principal :  L’article d’aujourd’hui raconte comment tout a commencé, le projet de mener une expédition à moto réservée aux femmes dans l’Himalaya. Le 17 août 2016, nos héroïnes graveleuses sont parties à la conquête des plus hautes montagnes du monde sur des motos classiques Royal Enfield Bullet.  Pour nous, organisateurs, nous avions initialement quelques appréhensions quant au choix des motos, étant donné qu’elles étaient différentes de celles majoritairement conduites en Europe.  L’expérience s’est avérée être l’une des aventures motocyclistes les plus transformatrice de l’histoire de MotoBirds & Tylko Dla Orlic…

Aleksandra Trzaskowska, se souvient de cette première expédition himalayenne mémorable…

Du yoga pour commencer la journée

Nous commencions généralement notre journée par une séance de yoga.  Parfois à 6 heures du matin, parfois à 8 heures, en fonction de la difficulté de l’itinéraire à suivre et du nombre d’heures passées en selle.  Certains jours, cependant, nous devions commencer à l’aube pour être sûrs d’avoir suffisamment de temps pour surmonter les sections de route les plus difficiles, les cols de cinq mille mètres ou les sections de route délabrées.  Chaque jour, au moment de monter en selle, je me demandais quelles surprises nous attendaient, combien de rivières nous devrions traverser aujourd’hui, si la route serait praticable, si nous atteindrions notre destination avant la nuit… Mon anxiété a été aggravée par un récent et important glissement de terrain qui a totalement bloqué notre route.  J’ai décidé qu’il était inutile de continuer et nous sommes restées un deuxième jour dans la même pension – en espérant que les choses se résolvent.  Mais comment allions-nous rattraper ce temps perdu ?

Oui, les glissements de terrain se produisent tout le temps dans l’Himalaya, mais il est difficile de faire comprendre au groupe qu’une certaine « patience orientale » permettra de tirer le meilleur parti des circonstances.  Parfois, les glissements de terrain sont petits et se résorbent en quelques heures.  D’autres fois, cela peut prendre des jours.  Heureusement, la branche BRO de l’armée indienne dispose d’un équipement lourd prêt à intervenir dans de tels cas – la plupart du temps.

Sur la route principale reliant Manali à la capitale du Ladakh, Leh, le trafic est constant pendant les mois d’été.   Cependant, le long des petites routes, le trafic peut être rare et ces routes sont stratégiquement moins critiques.  Rester coincé là peut durer des jours.

Femmes en moto dans l'himalaya

Heureusement, notre aventure à moto était partie sous une bonne étoile : nous avons été arrêtés par un grand glissement de terrain pendant 8 heures, que nous avons finalement réussi à surmonter, dès que la route a été quelque peu débarrassée des gravats. Les autres glissements de terrain étaient plus petits ou ne nécessitaient pas d’équipement lourd pour les dégager.

Routes de l’Himalaya – Un peu de chaos ne fait pas de mal

Sur les routes de l’Himalaya, le trafic est insignifiant par rapport à ce que vous trouverez dans les villes indiennes bondées.  Cependant, la paroi de la falaise n’est jamais loin, et vous devez garder les yeux ouverts pour repérer les camions roulant à vive allure.  En particulier, les convois militaires ne semblent pas faire de quartier sur la route ! Les statistiques du gouvernement indien vous diront qu’en un jour moyen, l’équivalent d’un Boeing 747 de personnes meurt sur les routes indiennes.  Cependant, heureusement, l’Himalaya est largement épargné par ce phénomène. Quand ils se produisent, les accidents ici peuvent être dramatiques…

Je me souviens d’une journée particulièrement difficile.  C’était notre dernier jour à Spiti et Lahaul.  Nous avions commencé à l’aube.  Tout a commencé par une dispute avec le personnel de la guesthouse : ils n’étaient pas contents de l’heure de notre petit-déjeuner – et ils nous l’ont fait savoir !  Les autres jours furent différents ; non seulement maintenant nous sommes habitués à nos motos Royal Enfield, mais la circulation à gauche est devenue une seconde nature pour nous tous.  Et puis, il y a les monastères…

Le monastère de Key est l’un des plus étonnants de l’Himalaya : ses murs blancs dominent les vallées gris-brunes en dessous.  Des drapeaux colorés avec le mantra “Om Has Ni Pad Me Hum” sont partout.  Les mêmes mantras sont accrochés entre les rétroviseurs de nos motos.  Lorsque nous roulons, ils battent au vent comme les ailes d’oiseaux colorés, espérant nous protéger et nous porter chance dans notre voyage.

Om has ni pad me hum

Se rapprocher de la culture bouddhiste était pour moi indissociable de cette première expédition.  Le point culminant a été la visite impromptue d’un temple de nonnes dans le monastère d’une petite ville, dans les environs de Keylong.  Les nonnes étaient plutôt faciles à vivre, si je les compare à certaines de ma Pologne natale.  Ce monastère est situé au bout d’une route étroite.  Nous avons dû laisser nos motos dans le village voisin, et continuer à pied le long de ce chemin étroit.  Notre visite les a énormément surprises : elles n’avaient généralement que peu de contacts avec le monde extérieur.  Nous avions apporté avec nous quelques sacs de farine, de dal, de riz et d’autres produits de première nécessité.   Malgré les barrières linguistiques et culturelles, nous avons rapidement réussi à trouver des moyens de communiquer. Non seulement nous avons partagé le déjeuner avec elles, mais elles nous ont également donné notre toute première leçon de cuisine indienne !

Des cols dans le ciel

Nous avons continué à rouler le long de longues vallées sinueuses. Les jupes rouges que les jeunes motardes portent en plus de leur équipement de conduite flottent au vent et captent les chauds rayons orange du soleil matinal.  Les températures étaient idéales.  Nous nous sentions au sommet du monde.  Partout, les gens voulaient prendre des photos de notre équipe.  Alors que les occasions infinies de prendre des photos diminuent drastiquement notre vitesse moyenne.  Nous passons constamment devant des troupeaux de chèvres et de vaches, d’innombrables ponts (certains encore debout, heureusement).  Le paysage qui nous entoure change progressivement à mesure que nous montons, de plus en plus haut.  Devons-nous y aller lentement ou se donner encore plus de temps pour admirer les paysages ?  L’option “se donner du temps” a heureusement gagné :  Avons-nous vraiment pris l’avion jusqu’au bout du monde pour respecter un horaire strict et nous dépêcher sans cesse ?

Notre prochain défi s’est présenté sous la forme d’un poste de police.  En Inde, la bureaucratie tourne autour des papiers, des signatures, des tampons et des permis.  Comme notre itinéraire nous mène dans des zones frontalières, nous ne faisons pas exception : des permis sont nécessaires.  Ces permis peuvent être un test d’endurance, car les voyageurs ont l’occasion de se familiariser avec les différents bureaux.  Au cours de ce périple, il semble toujours manquer un précieux tampon ou une autorisation. Tout cela prend du temps, mais n’est jamais stressant ou inamical. Il s’agit simplement de règles, qui se trouvent enveloppées dans diverses couches de bureaucratie.  Après quelques heures d’amusement et de jeux entre les différents bureaux, comptoirs et encore plus d’officiers, nous avons nos précieux permis en main !

Après le contrôle des permis, commence la longue montée vers le Kunzum La.  Jusqu’à présent, les cols les plus élevés que nous avons franchis n’étaient “que” de l’ordre de 4’000 mètres.  Aussi incroyable que cela puisse paraître, aucun des défis rencontrés sur la route n’a entamé l’enthousiasme de notre équipe.  Qu’il s’agisse de la traversée de rivières, de sections sablonneuses ou de petites chutes.  Rien de tout cela n’est un problème pour l’équipe des “Aigles” !  Lorsque des obstacles se sont présentés, ils ont été surmontés en équipe.  C’est une chance, car le col de Kunzum La n’est pas seulement élevé, mais les conditions de route peuvent être imprévisibles.  Quelques-unes d’entre nous ont eu des maux de tête et ont eu quelques vertiges.  Heureusement, il n’a pas neigé ni plu ce jour-là !

Le Kunzum La n’est pas seulement une épreuve d’altitude sérieuse. D’autres difficultés peuvent être amenées par la météo.  Bien sûr, il y a eu des maux de tête ou des problèmes de sommeil, mais rien de bien méchant.  Personne n’a été blessé, et quelques filles ont même réussi à réaliser des tours de force athlétiques, en plus du col : pompes, squats et danses !  Si vous avez déjà été à une telle altitude, vous savez combien il peut être difficile de reprendre son souffle !  Rien ne semble être trop difficile pour les Aigles désormais !

Lac Emerald

Franchir le col de Kunzum La parmi les drapeaux colorés du sommet justifiait une petite célébration.  Cependant, un point d’orgue encore plus intéressant nous attendait : les eaux émeraude du lac sacré de Chander Tal.  Plusieurs kilomètres de routes étroites plus tard, traversés à plusieurs endroits par des rapides que nous devions passer à gué, ne sont qu’un avant-goût de ce qui nous attend.  La deuxième partie de notre voyage allait être celle où la gomme rencontre la route : lesquelles d’entre nous étaient de vraies stars de la terre ?  En travaillant en équipe, nous avons atteint le lac !  On ne pouvait entendre que le silence, car chacune d’entre nous était perdue dans ses pensées, admirant les eaux profondes de couleur émeraude du lac Chander Tal.

Les filles ne le savent pas encore, mais le lac Pangon Tso est encore devant nous.  Ce lac sépare la Chine et l’Inde, et a été rendu célèbre par le film classique indien “Three idiots”.  Par la suite, pendant quelques années, le lac est devenu un aimant à touristes indiens, qui voulaient s’y faire photographier.  Heureusement pour nous, la plupart du trafic touristique se termine à Spangmik, un village situé à quelques kilomètres des rives du lac.   Nous sommes soulagés de laisser les zones touristiques derrière nous.

Nous allons aider

Nous sommes également en mission : apporter quelques fournitures scolaires et des jouets aux enfants des écoles isolées.  Certains sont dans des situations difficiles : loin de toute aide extérieure – et avec des ressources très limitées.  Il n’y a pas assez d’argent pour donner une égalité des chances à tous ces enfants, malgré les efforts du gouvernement, des autorités locales ou des ONG.

J’ai expliqué précédemment qu’il y avait deux groupes de motardes dans cette expédition. Le premier groupe s’est dirigé vers Merak, qui est le dernier village autorisé aux étrangers.   Pendant les premières heures, nous n’avons pas vu âme qui vive sur notre route.  Mais cela s’est avéré être une bénédiction : ce tronçon de route s’est révélé être l’un des plus beaux de cette expédition.   La piste serpentait entre des lacs, des rivières, des formations rocheuses colorées… Le tout à une altitude de 4’400 mètres et sous un soleil radieux. Que pourrait-on souhaiter de plus ?  En préparation des dunes de la vallée de la Nubra, nous avons réussi à rouler à moto sur des plages de sable près d’un des lacs que nous avons traversé.  Ce fut une journée exceptionnelle.

Femmes en moto dans l'himalaya

À Merak, nous parvenons à localiser l’école.  C’était déjà la fin des cours, et les enfants étaient rentrés chez eux pour la journée.  Heureusement, nous sommes tombés sur un enseignant.  Il a appelé les enfants pour qu’ils reviennent.  Ce n’était pas trop difficile : le village ne comptait que quelques maisons – si quelqu’un se disputait, aucun villageois ne pouvait le manquer.  Les enfants se sont empressés d’attraper leurs cadeaux, tandis que les filles se sont intuitivement blotties contre ces motardes qui étaient des mères dans notre équipe.

La deuxième école était située sur le chemin de Marsimek La.  Ce village se trouve à l’extrémité opposée du lac.  Nous y sommes allés avec la deuxième équipe de motardes. Cette école était beaucoup plus grande. Nous avons pu voir que des enfants de plusieurs vallées s’y rendaient. Lorsque nous sommes arrivés, tout le monde nous attendait déjà.  La rencontre a d’abord été un peu formelle, mais la glace s’est vite brisée :  Je ne sais pas qui était le plus excité par cette visite : les enfants ou nous !

Femmes en moto dans l'himalaya

Attractions culinaires

Après être revenus de Chander Tal à la route principale, nous nous sommes arrêtés pour déjeuner. Comme tous les jours, il s’agit d’un “dhaba” local, c’est-à-dire un pub en bord de route dans une hutte ou une tente en terre.  Seuls des plats locaux sont proposés, mais invariablement délicieux.  Je craignais un peu les limites de la nourriture avant de partir : Les filles aimeraient-elles la cuisine indienne, dans une version himalayenne plus pauvre? Ne vont-elles pas s’ennuyer? Ces craintes étaient totalement infondées.

Dès le troisième jour, j’ai entendu “la seule chose que je n’aime pas ici, c’est la nourriture délicieuse”. Il est tout simplement impossible d’avoir un quelconque régime alimentaire ici.  Chaque jour, après quelques heures en selle, nous savourions un repas solide, composé d’au moins trois plats.  Le petit-déjeuner était probablement le point le plus faible du régime quotidien, mais tout le monde s’en est sorti.  Personne n’a perdu de poids dans cette aventure !

Rivières, tempêtes et ruisseaux…

Pleins d’espoir et de confiance, nous étions loin de nous douter que la partie la plus difficile de l’itinéraire était encore devant nous… Une de nos pilotes a perdu un cale-pied – il avait probablement été plié auparavant.  Nous avons réussi à faire une réparation de fortune, mais nous ne savions pas combien de temps cette réparation allait tenir.  Nous n’avons pas eu à attendre longtemps pour notre première traversée de rivière de la journée.  Puis, quelques kilomètres plus loin, la piste a été partiellement emportée et recouverte d’eau sur plusieurs centaines de mètres.  Au moins, la base de la route était encore intacte, et l’eau n’était ni trop profonde ni trop rapide.  Nous avons traversé prudemment, une par une.  Cependant, l’une de nos motardes a heurté un gros rocher et est tombé dans les eaux glacées.  Le dicton dit que dans chaque rivière, il y a quelque part un rocher avec votre nom dessus.  Elle a trouvé le sien ce jour-là !

Après quelques kilomètres un petit embouteillage est apparu sur la route. La circulation était pratiquement arrêtée, mais plusieurs voitures par jour réussissaient néanmoins à passer.  Nous avons découvert qu’elles avaient été arrêtées par un glissement de terrain de boue et de sable couvrant toute la route sur plusieurs centaines de mètres.  Heureusement, une pelleteuse était déjà au travail : J’ai demandé à l’opérateur de soulever son godet (la pelle) et de faire de la place pour que nous puissions passer.  Il a accepté et a déplacé la machine sur le côté, afin que nous puissions essayer de nous faufiler.  Nous avons failli rester coincées dans la boue, mais nous avons finalement réussi à avancer :  Après une bonne demi-heure de poussée, nous sommes enfin arrivés de l’autre côté.

Les journées se sont poursuivies ainsi, avec des obstacles à surmonter – certains mineurs, d’autres plus importants.   Je me souviens que sur le chemin de Pangong Tso, l’eau a inondé la majeure partie de la vallée, y compris la plupart des routes. La difficulté était aggravée par le fait que la majeure partie de la vallée est très sablonneuse. Lorsqu’elle est mouillée, tout se transforme en boue, recouverte d’environ 50 cm d’eau.

Les camions étaient bloqués partout et nous avons dû nous faufiler entre eux, pour nous frayer lentement un chemin. Au-dessus de nos têtes, des nuages sombres annonçaient encore plus de pluie.  Nous n’avions pas d’autre choix que de continuer du mieux que nous pouvions. Certaines d’entre nous avaient plus de mal que d’autres :  Certaines femmes ne sont pas grandes, ou pas aussi habiles, ce qui rend cette section encore plus difficile.  Les conducteurs locaux que nous croisons ne peuvent s’empêcher d’admirer notre groupe de motardes déterminés !

Femmes en moto dans l'himalaya

Après quelques traversées de rivières, nous avons arrêtés de les compter, et nous étions toutes totalement gelées et trempées jusqu’aux os. Ces 40 kilomètres fatidiques nous ont pris presque toute la journée. Alors que nous pensions être sortis d’affaire et presque arrivées à notre prochain arrêt, il ne reste que quelques kilomètres avant la route principale. La route entière est coupée par une chute d’eau !

J’ai réussi à la passer, mais il n’y a pas moyen de le faire seul. Nous devons pousser les motos une par une, en les tenant de chaque côté, afin qu’elles ne soient pas poussées par le fort courant vers la falaise de l’autre côté de ce qui reste de la route. Heureusement, l’équipe a surmonté tant de défis jusqu’à présent : tout le monde est rapidement en position. Nous avons poussé, tiré et retenu les motos pour que tout le monde puisse traverser en toute sécurité. Les quelques kilomètres restants se sont déroulés sans encombre et nous sommes arrivés à notre hôtel juste à temps pour la tombée de la nuit. Tout le monde était épuisé et ne pensait qu’à une douche bien chaude !

Ce qui compte le plus

La plupart des jours, nous avons été logés dans des tentes. Il n’y a souvent pas de meilleure option – et elles sont généralement plus confortables que les pensions de famille. Les tentes sont préparées avec des lits normaux, et ont même une extension de salle de bain attachée à elles. Cette configuration fonctionne très bien dans ces conditions de haute montagne.

Chaque journée de moto a apporté son lot de défis, de beaux moments et de camaraderie.  Le franchissement de certains cols de haute altitude (5602m) a mis à mal tout le monde, de différentes manières. Chacune des participantes à cette expédition avait des motivations différentes pour participer à une telle aventure réservée aux femmes.  Nous avons toutes trouvé quelque chose de différent, sans aucun doute.

Cela en valait-il la peine ?

La première expédition “Only for Orlice” dans l’Himalaya a probablement été le projet le plus imprévisible que j’aie jamais réalisé. J’avais beaucoup d’attentes, mais le projet s’accompagnait aussi de nombreuses inconnues. Quelques années plus tard, en réfléchissant à cette expédition, j’ai compris que, d’une certaine manière, tout cela en valait la peine : C’était une expédition magnifique, qui a changé ma vie. Aucune des terribles mises en garde que j’avais reçues ne s’était avérée vraie.

Nous vous invitons en Himalaya en août, aussi bien les dames pour une expédition féminine , que les hommes ou les couples qui aimeraient connaître cette belle partie du monde.

Et nous allons en Tanzanie en octobre : une expédition uniquement pour les dames  ou dans la composition pour les participants mixtes.

L’équipe s’est surpassée, et chaque femme en est sortie grandie. Les Aigles de Tylko Dla Orlic sont ensuite partis au Kirghizstan, en Géorgie, au Sri Lanka, en Argentine, en Bolivie, au Chili, en Colombie et au Costa Rica. En 2022, nous retournons enfin dans l’Himalaya et… nous nous rendons aussi pour la toute première fois en Afrique, En Tanzanie !

GALERIE